Live now
Live now
Masquer
cul-de-sac-bd-strips
Culture

« Cul de sac », des strips piquants et déjantés sur la vie d’une famille américaine

Si vous aimez lire de la bande dessinée et plus précisément des strips, Lucie vous conseille le premier tome de l’intégrale des Cul de sac de Richard Thompson !

Nos protagonistes du jour habitent dans la rue Cul de sac, à côté de la voie Cul de sac, pas très loin de la place Cul de sac, tout près de l’avenue Cul de sac, à proximité de la Grande Muraille du Silence.

Voilà de quoi vous mettre dans l’ambiance tout à fait improbable de Cul de sac, un livre signé Richard Thompson, dont le premier tome qui réunit tous les strips vient de paraître aux éditions Urban comics.

cul-de-sac-strips-bd

L’avantage du strip, c’est son efficacité : en quelques cases, un bon petit éclat de rire est garanti.

Comme je viens de le préciser, il s’agit donc de strips (des petites bandes dessinées de trois cases ou d’une page), humoristiques, initialement publiés dans le Washington Post à partir de 2004. L’avantage de ce format, c’est son efficacité : en quelques cases, un bon petit éclat de rire est garanti.

À lire aussi : Peut-on analyser l’humour ?

Cul de sac remplit parfaitement ce contrat de concision et d’hilarité. On y suit les péripéties et la vie quotidienne de la famille Otterloop, et plus particulièrement d’Alice, quatre ans, gamine complètement déjantée à l’esprit déjà bien affûté.

cul-de-sac-visuel2

Son grand frère, Petey, est un adolescent lunaire, pas toujours très conscient de ce qui se passe autour de lui et souvent en pleine réflexion sur le sens de l’existence humaine.

Leurs parents sont quant à eux des parents aimants, pleins de bonne volonté et soucieux de transmettre leurs connaissances et leurs valeurs à leurs enfants.

À lire aussi : Comment renouer des liens avec sa famille ?

Le tableau peut paraître convenu, brossant un portrait de la bonne famille américaine de classe moyenne. Mais cette image parfaite est malmenée, et ce grâce à l’humour très décalé et subversif qui parcourt les pages.

cul-de-sac-visuel3

On s’amuse de l’audace d’Alice et de son côté peste désinvolte qui n’en a pas grand chose à faire des affects des autres. On s’amuse aussi des maladresses et de la naïveté de Petey, de son côté empoté vraiment pas dégourdi. On s’amuse des pauvres parents qui essayent de s’imposer mais qui se font complètement troller par leurs enfants.

Autre figure incontournable de la bande dessinée qu’il faut absolument mentionner, c’est M. Danders, un hamster, mascotte de la classe maternelle d’Alice. Fin lettré quelque peu snob et condescendant envers le reste de l’univers (oui c’est un hamster qui parle), son cynisme de rongeur est divin.

cul-de-sac-visuel1

À lire aussi : « 100 Years of Hamster Beauty » revient sur les looks beauté cultes de nos rongeurs préférés

Dans la lignée des Calvin et Hobbes ou de Mafalda, Cul de sac joue avec un immense talent du mélange entre le côté candide et naïf et des réflexions très adultes et existentielles de la part des enfants.

Entre deux préoccupations d’enfant de maternelle ou d’ado confronté au poids de l’univers se glisse, en toute simplicité, une critique caustique de la société de consommation ou bien une plaisanterie légèrement bordeline qui pourrait heurter les esprits bien-pensants.

cul-de-sac-visuel4

En outre, derrière ce mélange d’improbable et de piquant, un brin de tendresse n’est pas oublié, et de cette famille Otterloop émane aussi beaucoup d’amour.

Le réalisme universel et inter-générationnel de la bande dessinée mêlé à un humour vif et spirituel fait de Cul de sac une référence évidente en matière de strips !

Richard Thompson croque les humains, leurs angoisses, leurs joies, leurs interactions avec une vraie finesse, et c’est ce réalisme universel et inter-générationnel mêlé à un humour vif et spirituel qui fait de Cul de sac une référence évidente en matière de strips ! 

Cul de sac est sortie le 29 avril en librairie !

À lire aussi : « Ouvre ton cerveau ! », un joli strip pour élargir ses horizons


Et si le film que vous alliez voir ce soir était une bouse ? Chaque semaine, Kalindi Ramphul vous offre son avis sur LE film à voir (ou pas) dans l’émission Le seul avis qui compte.

Les Commentaires

2
Avatar de Ivana Jones
15 mai 2016 à 11h05
Ivana Jones
Adoratrice de Calvin et Hobbes aussi !!! j'suis bien d'accord, ça a l'air coule !! Merci pour cette découverte !
1
Voir les 2 commentaires

Plus de contenus Culture

Interview de María Riot, performer X et coordinatrice d'intimité // Source : Photo by @monica_figueras
Sexo

« Être performeuse X fait aussi de moi une meilleure coordinatrice d’intimité » : María Riot

Nora Hamzawi // Source : C à vous
Culture

Jacques Doillon : Nora Hamzawi s’oppose à la sortie du film CE2, dans lequel elle joue

le consentement // Source : jean paul rouve kim higelin
Culture

Calendrier, révélations : tout savoir sur les César 2024

1
ode-calvin-et-hobbes
Culture

Ode à Calvin et Hobbes, la lecture-doudou par excellence !

6
Source : Madmoizelle
Culture

Violences sexuelles dans le cinéma : enfin un MeToo en France ? Pour les César, 50/50 nous a répondu

« Comment redécouvrir votre sexualité ? » : Lisa Demma, autrice du livre qui décomplexe le sexe // Source : DR
Sexo

« ​​Quand on parle de libido, l’insécurité est toujours dans les parages » : Lisa Demma

Chloë Gervais // Source : URL
Société

Squeezie, Chloë Gervais et Abrège Frère : c’est quoi cette histoire de cyberharcèlement ?

7
L'affiche officielle du film Challengers de Luca Guadagnino avec Zendaya // Source : DR
Cinéma

Zendaya, Mike Faist et Josh O’Connor dans la nouvelle bande-annonce du film Challengers de Luca Guadagnino

Source : Wikimedia Commons
Société

Isild Le Besco se dénonce sa relation « d’emprise destructrice » avec Benoît Jacquot

Judith Godrèche revient sur l'émission de Laure Adler en 1995 - C Ce soir du 12 février 2024 // Source : Capture d'écran YouTube
Culture

« On s’en fiche bien que j’y aille ou pas » : Judith Godrèche balaye les rumeurs sur sa présence aux César 2024

La pop culture s'écrit au féminin