Live now
Live now
Masquer
cooperatives-jeunesse-services
Travail

Deviens ton propre boss pour l’été avec les Coopératives Jeunesse de Services !

Lucile et Pauline seront animatrices en CJS tout l’été. Tu te demandes ce que c’est ? Un moyen de te faire une super expérience, des amis et de l’argent en même temps !

Durant notre semaine de Team Building au camp UCPA de Bois-le-Roi, on a rencontré deux lectrices de madmoiZelle, Pauline et Lucile, qui nous ont présenté un sacré concept : les Coopératives Jeunesse de Services, ou plus familièrement CJS.

Pauline a fait des études en économie sociale et solidaire, tandis que Lucile a une formation d’éducatrice spécialisée et travaille aujourd’hui dans un bar culturel et solidaire.

Enfin, sauf pour cet été, durant lequel elles vont toutes deux être animatrices en CJS. Mais alors, qu’est-ce que c’est ?

À lire aussi : VlogMad n°74 — Team building à la campagne !

Les CJS, ça sert à quoi ?

L’idée est de permettre à des jeunes de s’investir au sein d’une coopérative (c’est une forme d’entreprise où l’on s’associe à parts égales : chacun•e a les mêmes droits et obligations, pas de patron !).

Le but : qu’ils deviennent de petit•es entrepreneur•ses en créant eux-mêmes leur job d’été ! Ça signifie passer par toutes les étapes de démarchage, communication, devis, factures, gestion…

Ça peut sembler barbare, mais en réalité c’est une vraie aventure humaine, car dans ce cadre tu es embarqué•e avec une quinzaine d’autres jeunes et deux animateurs ou animatrices pour vous aiguiller.

Tu vois le sentiment que tu as lorsque tu rentres de colo de vacances ? Et bien Pauline et Lucile décrivent le même type de réaction quand l’été avec le CJS s’achève… Sauf qu’en plus, tu repars avec de la thune !

À lire aussi : Claquer son « bullshit job » pour aller faire pousser des légumes : le pari d’Ophélie

De quoi devenir ton propre boss pour l’été

Car en effet, ces missions sont évidemment rémunérées. C’est le but, pour former les jeunes à l’entrepreneuriat social !

Pauline explique que cette expérience débute par une semaine de formation à la coopération, afin d’apprendre à prendre des décisions ensemble.

Ensuite, les jeunes se répartissent sur trois comités : finance, ressources humaines et marketing.

À partir de là, ils bâtissent les projets qui leur conviennent le mieux, et qui correspondent aussi à leur environnement :

« Si un jeune est en formation de paysagiste et voudrait en profiter pour jardiner tout l’été, c’est tout à fait une mission qu’il peut proposer ! »

Au final, la coopérative regroupe différents types d’activités de services à la personne. Du tac au tac, Pauline et Lucile énumèrent :

« Garde de chien, lavage de voiture, aide dans les recycleries, baby sitting, jardinage, construction… »

Autant de contrats qui, une fois honorés, rapportent de l’argent qui sera partagé à la fin de l’été !

« Généralement, les gains sont autour de 300 euros par personne. Mais en plus de ça, c’est une véritable formation qui peut être utile dans tous les types de projets que tu souhaites réaliser par la suite, et une belle ligne sur le CV ! »

Comment participer à une CJS ?

Les CJS ont été inventées au Canada, où elles sont désormais très courantes. En France, le concept a été importé en 2013 avec trois CJS, et cet été il y en aura 47 !

Il y a de nombreuses structures en Bretagne, mais aussi dans beaucoup d’autres régions : pour savoir laquelle est la plus proche de chez toi, rendez-vous sur cette page Facebook des CJS.

Tu peux leur envoyer un message privé, et elles pourront te guider de cette façon vers la plus proche de chez toi ainsi que t’apporter plus d’infos si tu le souhaites !

Si tu es intéressé•e pour y participer aux Coopératives Jeunesse de Services, certains recrutements ont encore lieu jusqu’au 7 juillet.

À lire aussi : Soliguide, le projet d’une jeune femme pour aider les sans-abri


Vous aimez nos articles ? Vous adorerez nos newsletters ! Abonnez-vous gratuitement sur cette page.

Les Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire sur cet article.

Réagir sur le forum

Plus de contenus Travail

femme-travail-ordinateur // Source : unsplash
Travail

Cette habitude au travail peut nuire à votre réputation professionnelle

4
Deux femmes s'embrassent sous un drapeau arc-en-ciel, symbole LGBT © Gustavo Fring de la part de Pexels
Société

Être LGBT+ nuit à la carrière d’après 4 personnes concernées sur 10

Source : The Bold type.
Chère Daronne

J’en ai marre que mes collègues parents aient la prio pour poser leurs congés

96
Source : RapidEye / Getty Images Signature
Travail

Lundi de Pentecôte 2024 : allez-vous devoir travailler pendant que tout le monde se la coule douce ? 

Source : alphaspirit.it
Travail

Télétravail : vous pouvez déduire des frais de vos impôts (et les sommes ne sont pas négligeables)

19
Alexandra Puchnaty
Travail

« Les gens parlent, alertent sur certaines pratiques » : Alexandra, 28 ans, nous raconte son expérience dans le milieu de la pub

Source : Pexels / Ketut Subiyanto
Parentalité

Congés supplémentaires, horaires flexibles… comment les entreprises valorisent-elles la parentalité en 2024 ?

Source : filadendron de Getty Images Signature
Daronne

Semaine de 4 jours pour les parents séparés, une mesure qui ne tient pas la route

8
Source : Getty Images Signature
Vis ta vie

Top 4 des types de clients croisés au café du coin, en télétravail

femme en noir face à un homme portant une cagoule BDSM
Sexo

Je suis dominatrice professionnelle, un métier… plein de paradoxes

7

La vie s'écrit au féminin