Live now
Live now
Masquer
Source : Pexels / Matthias Cooper
Célib

Coline, 24 ans : « Ça m’a pris énormément de temps de digérer que j’avais été ghostée »

Chaque semaine dans Célib, des personnes en tout genre nous racontent les joies et les questionnements de leur célibat, qu’il soit choisi ou subi. Aujourd’hui, Coline, 24 ans, nous relate son expérience de jeune femme n’ayant jamais eu de relation amoureuse.
  • Prénom : Coline
  • Âge : 24 ans 
  • Célibataire depuis : toujours
  • Orientation romantique et sexuelle : hétérosexuelle

Quel est votre rapport au célibat ?

Je suis célibataire depuis toujours, ce n’est donc pas quelque chose de perturbant ou de bizarre pour moi. Ça fait partie de moi, même si parfois, je l’avoue, je ressens le manque et la solitude. 

J’ai eu une enfance assez compliquée, avec un père violent qui ne m’a pas apporté l’amour et la confiance dont une enfant a besoin. Il m’a toujours rabaissé par rapport à mon physique, car je suis en surpoids depuis petite.

J’ai toujours eu une distance avec les hommes et avec l’amour en me disant que ce n’était pas pour moi, que personne ne pourrait être attiré par moi. Mon rapport aux hommes en général est délicat, j’ai peu confiance et je me méfie beaucoup, encore plus aujourd’hui.

J’ai connu une petite histoire vraiment courte. On ne peut pas vraiment parler de relation car il ne s’agissait que de messages, ça a duré 3 mois. Au début, je me méfiais beaucoup, je mettais de la distance entre lui et moi. Et puis, petit à petit, il m’a mise en confiance en me montrant des marques d’affection et un intérêt grandissant chaque jour. Puis, d’un coup, plus rien. Plus aucun message, une ignorance totale. J’ai vite compris qu’il m’avait ghostée

Ça a été un choc pour moi. Je m’étais dit qu’enfin je plaisais à quelqu’un, que j’avais moi aussi droit à ce bonheur. Cela a été très dur, car je m’étais projetée dans cette relation. Ça m’a pris énormément de temps pour digérer cet épisode et pour avancer. J’ai énormément culpabilisé, je me disais que c’était de ma faute. Mon estime en a aussi pris un coup, j’ai vraiment perdu confiance en l’amour, et surtout en moi à ce moment-là. 

Aujourd’hui ça fait un an. Depuis, je vais mieux, je me suis reconstruite, j’ai évolué. Je ne sais pas si je suis prête pour une histoire, mais j’ai compris à quel point il est important de s’aimer et de se comprendre pour savoir ce qui est bon pour nous. Mais encore parfois, j’y repense. C’est difficile de continuer sans avoir les réponses. 

Votre célibat a-t-il une influence sur votre vie amicale ou familiale ?

À chaque repas de famille, j’ai droit aux phrases habituelles : « Tu serais tellement plus heureuse avec quelqu’un », « Si seulement tu trouvais quelqu’un », « C’est pas une vie, d’être seule », « Alors, toujours célibataire ? », « La prochaine fois, tu nous ramènes quelqu’un, hein ? »…  

Ma mère aussi, me répète très souvent que « je serais tellement plus heureuse et accomplie si je rencontrais quelqu’un ». Je pense que c’est parce qu’elle s’inquiète, qu’elle souhaiterait me voir épanouie. Mais c’est vrai que c’est assez pesant… C’est compliqué pour l’entourage de comprendre qu’une personne seule n’est pas systématiquement malheureuse

Quant à mes amis, elles me soutiennent en me faisant comprendre qu’il n’y a pas d’urgence et d’obligation, qu’il faut avant tout que je me concentre sur moi, sur mon estime personnelle, sur mon bien-être. Elles sont en couple, mais elles ne sont pas du tout dans le jugement de ma situation. Au contraire, elles ne me font aucune remarque ou sous-entendu sur mon célibat.

Estimez-vous que le célibat affecte votre moral, au quotidien ?

Tout dépend de mon humeur, mais c’est vrai qu’être célibataire a parfois à du bon comme du mauvais. Parfois, je me dis que ma routine, mon cocon, me suffit et que je ne veux pas que quelqu’un vienne le perturber. Et puis parfois, je me dis que ça doit quand même être sympa d’avoir quelqu’un à qui parler et qui vient chambouler ta vie. Dans les moments de solitude, de tristesse, l’envie d’avoir quelqu’un à mes côtés est assez présente

celib_Coline_citation
Crédit : Pexels / Matthias Cooper 

Pensez-vous qu’être célibataire vous permet des choses que vous ne pourriez pas faire en couple ?

Je pense que quand on est en couple, il y a des choses qu’on ne s’autorise pas ou plus forcément. Le fait d’être célibataire permet d’avoir cette liberté sans se soucier des autres, ses habitudes et qu’elles ne soient pas perturbées et changées par quelqu’un.  

Je l’observe dans mon entourage : beaucoup de mes amis modifient leur routine en fonction de l’autre. Je ne compte plus le nombre de fois où je n’ai pas pu voir mes amis parce que, finalement, ils voulaient passer du temps avec leur partenaire ou parce que leur partenaire ne voulait pas se joindre à nous … Alors que quand mes amis étaient seuls, se voir était plus simple. J’ai l’impression que quand on est en couple, il faut continuellement s’adapter à l’autre.

À l’inverse, pensez-vous qu’être célibataire vous empêche de faire des choses que vous pourriez faire si vous étiez en couple ? 

Mes amies sont toutes en couple et c’est vrai que c’est parfois contraignant et dérangeant d’être la seule célibataire. On a l’impression d’être la laissée-pour-compte, celle qui dérange. Mes amies font tout pour que je sois la plus à l’aise possible, mais c’est parfois frustrant de se retrouver seule au milieu de ces couples. 

Cherchez-vous activement à trouver une relation amoureuse ?

Non pas vraiment, je n’ai jamais vraiment cherché. Pour l’instant, je me concentre avant tout sur moi, sur comment m’accepter et comment m’épanouir pleinement. 

Quels sont vos projets pour le futur ? Le célibat a-t-il un impact sur ces envies et ces projections ?

Mes projets actuels sont avant tout axés sur moi. Je ne cherche pas à rencontrer quelqu’un, je cherche avant tout à profiter de l’instant, à prendre du temps pour moi, pour déterminer ce que je veux vraiment, me concentrer sur mes objectifs personnels. On verra bien ce que l’avenir me réserve, j’essaye de ne pas trop me prendre la tête par rapport à ça.

Participez à Célib !

Envie de participer à notre format « Célib » pour nous raconter votre vision du célibat ?

Envoyez-nous un mail à [email protected], nous vous indiquerons la marche à suivre !

Témoignez sur Madmoizelle

Pour témoigner sur Madmoizelle, écrivez-nous à :
[email protected]
On a hâte de vous lire !


Ajoutez Madmoizelle à vos favoris sur Google News pour ne rater aucun de nos articles !

Les Commentaires

3
Avatar de GrosHibou
10 avril 2023 à 07h04
GrosHibou
Mais j'aurais tellement de trucs à raconter dans un article comme celui-ci... @Charlotte Arce Je postule pour le prochain ray:
1
Voir les 3 commentaires

Plus de contenus Célib

Source : Midjourney
Célib

Anaïs, 31 ans, célibataire depuis 1 an : « Je peux faire le ménage à 3 heures du matin sans déranger personne »

2
Mode

Quelle est la meilleure culotte menstruelle ? Notre guide pour bien choisir

Humanoid Native
Source : Midjourney
Célib

Oriane, 27 ans, célibataire depuis toujours : « J’ai bien plus envie d’avoir mon propre chez moi qu’un gosse et un mari »

1
Source : Midjourney
Célib

Cécile, 42 ans, célibataire depuis 1 an et demi : « Sur les applis, les hommes veulent juste faire du bien à leur ego »

4
Source : Midjourney
Célib

Marine, 26 ans : « Le célibat me donnerait une image de femme forte et libre… j’ai surtout envie qu’on me foute la paix ! »

1
Source : Midjourney
Célib

Lili, 19 ans et célibataire depuis 2 ans : « Je suis en quête d’une vie libre et décomplexée »

19
Source : Midjourney
Célib

Sophie, 29 ans, solo depuis 3 ans et demi : « Le célibat a eu un impact plus que positif sur ma vie sexuelle »

"Se connaitre queer hors de la jeunesse et de la conso, des fêtes, est encore compliqué. Ça me manque pour penser à l’identité et l’amour sur le long terme", témoigne Alex, lesbienne célibataire de 39 ans, auprès de Madmoizelle // Source : Midjourney
Célib

« Je suis sortie avec des filles de façon fusionnelle, avant d’exploser et recommencer » : Alex, lesbienne célibataire de 39 ans

« Je co-parente mon enfant avec ma mère » : témoignage d'Olivia, lesbienne célibataire de 42 ans // Source : Midjourney
Célib

« Je co-parente mon enfant avec ma mère » : témoignage d’Olivia, lesbienne célibataire de 42 ans

2
Prune, 31 ans : « J'ai toujours sécurisé mon prochain crush avant de rompre » // Source : Midjourney
Célib

« J’ai toujours sécurisé mon prochain crush avant de rompre » : Prune, célibataire de 31 ans

Source : Midjourney
Célib

Mélissa, 25 ans, célib depuis 2 ans : « Être en couple n’empêche pas forcément de finir sa vie seule »

La vie s'écrit au féminin