Live now
Live now
Masquer
chere-daronne-conges-ete
Chère Daronne

J’en ai marre que mes collègues parents aient la prio pour poser leurs congés

Vous avez des questions ? La Daronne a les réponses ! Oui bon, c’est pas forcément les meilleurs conseils, mais elle fait ce qu’elle peut, hein. Bienvenue dans ce nouvel épisode de notre courrier du cœur pas comme les autres.

La Daronne est la championne des conseils mi-foireux, mi-utiles enrobés dans une grosse dose d’humour plus ou moins subtil. La voici de retour pour voler au secours d’une lectrice !

La question de la semaine

Chère Daronne,

J’en ai marre, chaque année, c’est la même chose dans la boite où je travaille : je ne peux pas prendre de congés en juillet-août, parce qu’ils sont « réservés » par les employés qui ont des enfants. 

Je dois donc poser mes vacances en juin ou en septembre pour que la boîte puisse continuer de tourner, pendant que ceux qui ont décidé de faire des mômes s’éclatent pendant le mois d’août.

Je trouve ça injuste, moi aussi je veux partir à cette période ! 

Aide-moi à me calmer chère Daronne, est-ce que moi aussi je dois faire des enfants pour choisir mes dates de vacances ? Est-ce que je suis la seule à trouver ça discriminant ?

Capucine

La réponse de la Daronne

Mon petit slip de bain,

Déjà gros gros big up à ton employeur qui plutôt que de privilégier le bien-être de ses salariés en investissant un peu d’argent pour leur permettre de partir en même temps, préfère les monter les uns contre les autres et les faire s’affronter comme des chiens de combat dans une cave sordide, sous prétexte que le nerf de la guerre, c’est la rentabilité et pas la bonne ambiance au sein des équipes. À bon entendeur.

Je te rassure, tu es loin d’être la seule à trouver cela discriminant. Soyons clair, cette espèce de règle tacite pourrie qui réserve le mois d’août aux parents saoule tout le monde. Même les parents en question. Surtout les parents en question. Je vais t’avouer un petit secret : les vacances au mois d’août, c’est loin d’être l’éclate, sauf si la définition que ton dictionnaire donne au terme éclate, c’est : Moment de désœuvrement infernal pouvant induire un fort sentiment de misanthropie.

En vrai, ce truc de vacances scolaires, c’est quand même bien la plaie. Bon d’accord, l’école c’est important. Mais du coup, tous les fauves d’Europe sont lâchés en même temps et envahissent d’un coup les plages, les hôtels et les campings. Tu regardes à droite, hop un marmot, tu regardes à gauche hop un autre. Devant, derrière, en haut, en bas, ils sont partout.

Comme tu n’as pas d’enfants, tu n’es peut-être pas très au fait des nuisances sonores causées par ces petits machins là et tu te dis sûrement : « N’importe quoi, qu’est-ce qu’un truc qui ne mesure même pas un mètre peut faire comme bruit, franchement ? Même pas le son il arrive jusqu’à mes oreilles ». 

Tu t’es déjà baladée à proximité de la rampe de lancement d’une fusée en plein décollage ? Non, juste pour savoir. Mais quand même prévois les bouchons d’oreille.

Si tu penses échapper aux familles en vacances sous prétexte que toi ton truc, c’est de partir en août, OK, mais de partir en août dans un coin reculé et peu touristique, tu te fourres le doigt dans l’œil jusqu’à l’aisselle.

Au prix où ça nous revient ce bordel, on te l’aurait bien laissée notre place.

Ma petite claquette de piscine, même planquée au plus profond de la forêt la plus lointaine, tu n’échapperas pas aux hordes de mouflets qui braillent parce que les arbres, c’est trop nul et ça ne fait rien qu’à bloquer le réseau qui permettait de capter les dessins animés.

Je te jure qu’au prix où ça nous revient ce bordel, on te l’aurait bien laissé notre place. C’est qu’en plus d’être aussi peuplé qu’un périphérique parisien à l’heure de pointe, il nous coûte deux reins ce foutu mois d’août. Et pour cause, nous les parents, ces gros pigeons, n’avons pas d’autre choix que de casser notre tirelire durant ce seul créneau estival disponible pour partir en famille et ça, les professionnels des choses de l’été l’ont bien compris.

Donc encore une fois, suis mon conseil : FUIS ! NE TE RETOURNE PAS !

Cela dit, si malgré mes avertissements ton instinct grégaire et les millions d’euros accumulés sur ton compte en banque te poussent à convoiter ce mois maudit et nourrir le désir de te griller la couenne au bord d’une piscine que tous les gamins de la résidence confondent avec un urinoir, voici quelques petites astuces pour obtenir ton passeport pour l’enfer :

– Marchander : Plutôt que de te friter avec tes collègues parents, propose une offre qu’ils ne seront pas en mesure de refuser. C’est vrai qu’en te cédant leurs congés, les enfants passent leur été au centre aéré, mais en contrepartie ils font des économies et gagnent un an de baby-sitting à volonté de ta part.

– Prévoir : Est-ce ta faute si la cousine au quatrième degré de ta pharmacienne préférée se marie en août ? Non. En attendant, tu as déjà prévu le bibi de mariage et comme tu t’y prends en septembre 2021 pour août 2022, il devrait quand même y avoir un créneau de libre pour toi.

– Emprunter : Si tu veux, j’ai des enfants en âge d’être scolarisés moi et je peux te les prêter. Ainsi affublée d’une nouvelle progéniture, tu devrais avoir l’exclusivité sur les congés d’été. On se porte volontaires pour rester au bureau avec le Daron. Une semaine à l’appartement sans les mioches, c’est aussi des vacances pour nous !

– Tomber subitement « malade » : Je n’ai rien dit. Je n’encourage pas les comportements frauduleux aux dépens de notre système de santé.

– Saisir les autorités compétentes : En admettant que tu sois réellement victime de discrimination ou que le dialogue est impossible au sein de ton équipe, tu peux saisir le département des ressources humaines et leur exposer ton problème. Ou te tourner vers les représentants du personnel de ton entreprise.

Mais quand même, j’insiste : même si tu en a l’occasion ne-pars-pas-en-août.

Bon allez je te laisse, j’ai deux heures de queue à faire devant une baraque à crêpe !

La bise,

Ta daronne

À lire aussi : Comment bien rater des vacances avec un gosse en 4 étapes

Voilà, c’était le 28e épisode de notre courrier du cœur qui parle d’amour bien sûr, mais aussi de relations humaines compliquées, de parentalité et de galères du quotidien !

Nous répondons à VOS questions avec une grosse louche d’humour et d’autodérision, un petit peu de bienveillance et quelques conseils plus ou moins foireux de la daronne, le cas échéant.

Retrouvez tous les Chère Daronne ici !

Si vous voulez participer à la rubrique, écrivez-nous sur daronne[at]madmoizelle.com, en précisant en objet « Chère Daronne » !

Crédit photo : Image de la série The Bold type.

Les Commentaires
57

Avatar de ChatPitre
27 août 2021 à 13h42
ChatPitre
@Maunicorn78
Contenu spoiler caché.

Autant je trouve totalement injuste, voir discriminatoire qui pouvait facilement basculer dans l'harcelement dans mon ancienne entreprise. Ou tu pouvais faire facilement un burn out tellement que tu avais marre de faire la bouc émissaire car il faut bien que certaines gardent "leurs privilèges". (J'ai fais un burn out et j'ai très peu appréciée l'harcelement qu'à vécu mon amie jeune maman et d'une autre ex collègue qui était âgée/sans enfant et qui avait des problèmes de santé.)
Autant mon entreprise actuelle, tu sens bien que le CSE se bat réellement pour tout le monde.
Donc je comprends clairement la propriété pour les parents qui ont des jeunes enfants surtout quand il peut avoir des problèmes de garde mais pas pour les parents qui ont des enfants pré-ado/ado ou même qui n'ont plus d'enfants à charge. Autant faire des systèmes de rotation dans ces entreprises pour que ce soit mieux équilibré et éviter le genre de position de force qui a eu dans mon ancienne entreprise.
2
Voir les 57 commentaires

Plus de contenus Chère Daronne

Parentalité
baby-clash-parents

Le baby-clash : quand le couple est en crise après la naissance d’un enfant

Clémence Boyer

22 sep 2021

Parentalité
mere-enfant-soleil-600

Ces 10 trucs que j’aime dans la parentalité (et je ne m’y attendais pas)

Manon Portanier

22 sep 2021

3
Féminisme
Galanterie – couple – sexisme

Le spectre de la galanterie hante encore les rapports hétérosexuels

Chère Daronne
couple-dispute-telephone-600

J’ai découvert que mon mec dit du mal de moi derrière mon dos, je fais quoi ?

Chère Daronne

22 sep 2021

13
Grossesse
accouchement-domicile-verticale

Pourquoi j’ai choisi l’accouchement à domicile pour mon premier enfant

Une madmoiZelle

21 sep 2021

Parentalité
how-i-met-your-mother

Sling, Yoyo et croûtes de lait : mais de quoi parlent vos potes qui viennent d’avoir un bébé ?

Manon Portanier

21 sep 2021

5
Grossesse
violences-obstetricales-documentaire-ovidie

Vous aviez raté le docu d’Ovidie sur les violences obstétricales ? Il est dispo sur YouTube !

Clémence Boyer

21 sep 2021

Parentalité
bébé-bras

« Je ne veux rien oublier » : pourquoi il faut retenir même les pires moments de la maternité

Manon Portanier

21 sep 2021

7
Spiritualité
fantôme-ombre

Ces histoires d’enfants flippants n’ont rien à envier aux pires films d’horreur

Manon Portanier

20 sep 2021

7
Témoignages
un trouple dans son quotidien
Sponsorisé

« Nadya est l’amoureuse de maman et aussi celle de papa » : parents et polyamoureux, ils racontent

La société s'écrit au féminin