Live now
Live now
Masquer
Source : Pixabay
Conseils parentalité

Comment (vraiment) réduire le temps d’écrans de vos enfants (sans vous épuiser)

Nous sommes tous d’accord, en théorie : les écrans sont mauvais pour nos enfants. Mais ils sauvent aussi la vie aux parents épuisés que nous sommes. Alors comment fait-on pour sevrer nos enfants sans devenir zinzin ? On a trouvé la recette miracle. Non, ce n’est pas vrai, mais nous avons tout de même quelques conseils pour vous aider.

Réduire le temps d’écran de nos enfants, d’accord, mais comment ? Tandis que les professionnels et les autorités alertent sur les effets d’une exposition abusive, nous sommes partagés entre culpabilité et impuissance. 

La Fondation pour l’Enfance vient de publier le baromètre 2023 des pratiques numériques et de leurs répercussions sur les familles. Ce baromètre révèle que si deux tiers des parents cadrent l’accès aux écrans, ils sont aussi 40 % à admettre que leur usage les dépasse. Pour 66 % des parents, les recommandations sont trop éloignées de la réalité, et 64 % les considèrent comme trop généralistes.

Soyons lucides, les écrans ne sont pas seulement des objets vulgaires, que des adultes consomment avec une gourmandise coupable. Ils constituent un relai clef en main et instantané. Une denrée rare et précieuse dans le monde de la parentalité.

Mais, désormais ultra-conscients des conséquences d’une exposition qui déraille, comment réduire la consommation d’écran de notre marmaille, sans nous consumer au passage ? 

Première étape : Anticipons les situations de crise

Routine et Écran, voici deux termes qui n’ont à priori que peu de choses à voir, si ce n’est qu’une routine peut contenir un écran. Un peu comme Forêt et Poubelle. D’autant que cette comparaison peut métaphoriser correctement ce qui va suivre. 

Allison Ochs est experte en citoyenneté et parentalité numérique. Elle traite notamment du sujet dans une série de livres jeunesse. Nous lui avons demandé quelles activités pouvaient occuper nos enfants, pendant que nous menons les nôtres :

Avant de se demander quelle activité faire, il faut d’abord faire plusieurs pas en arrière, et analyser notre rythme à la maison. Un petit enfant, dans la tranche d’âge de 2 à 7 ans, aime la routine. Il a besoin de savoir ce qui va se passer après : par exemple, il fait la sieste à 13h, il prend le goûter à 16h…

Allison Ochs

Allison Ochs propose donc d’exploiter ce fonctionnement :

Je conseille aux parents de structurer leur temps de travail (ou de repos, ndlr) et de voir quel rythme, ou routine, mettre en place. Cela permet aux enfants de se repérer dans le temps. Par exemple, ils vont savoir qu’à tel moment, ils doivent faire une activité calme pendant que leur parent est occupé.

Allison Ochs

Proposer un nouvel emploi du temps à des parents au bout du rouleau, un soir d’embouteillage, ou en journée de télétravail, ça ne ressemblerait pas à de la charge mentale supplémentaire ? Il faut pourtant nous rendre à l’évidence : nous sommes régulièrement au bout du rouleau. Quant à nos enfants, ils sont malades environ tout le temps. Définir ensemble un emploi du temps adapté qui prend en compte les besoins de tous les membres de la famille, c’est avant tout une question de bon sens :

Coloriage, pâte à modeler, puzzle, on définit une activité calme à faire durant la plage de temps destinée au travail (ou au repos, ndlr bis), par exemple une demi-heure délimitée par un timer. Lorsque l’alarme sonne, c’est la fin de l’activité calme, et on peut faire une demi-heure de choses ensemble.

Allison Ochs

Deuxième étape : observons-nous dans le reflet de la télé éteinte

Et vous, niveau écrans, ça se passe comment ? C’est bien ce que je pensais. Moi aussi.

J’aime mon ordinateur et mon téléphone. Pas autant que mes enfants, mais beaucoup. D’ailleurs, mes petits me voient quotidiennement chatter avec mes proches, rire devant des vidéos et taper à l’ordinateur. 

Notre progéniture grandit dans un monde ultra-connecté, il n’est pas question de le renier ni de diaboliser des outils numériques qui facilitent notre quotidien. Nous pouvons en revanche rectifier certaines conduites :

Il faut prendre le réflexe de poser le téléphone lorsque nous sommes avec eux. Par ailleurs, il ne faut pas hésiter à expliquer ce qu’on fait quand ils nous voient sur les écrans : on consulte la carte, on commande quelque chose, on travaille… Cela leur permet d’associer ces appareils à des outils de travail et non pas de distraction. Et quand on autorise les écrans, on privilégie la télévision afin qu’elle soit la seule associée à la détente.

Allison Ochs

Et surtout troquons l’idéalisme pour le réalisme. Parfois, même avec toute la bonne volonté du monde, la période n’est pas propice aux grands changements : 

Il faut vouloir changer l’habitude, je dis souvent aux parents que s’ils n’ont pas l’énergie pour ça à ce moment-là, il vaut mieux attendre.

Allison Ochs

Troisième étape : restons lucides

La culpabilité a tendance à nous faire faire n’importe quoi, et notamment décider sur un coup de tête qu’on n’allumera plus jamais le moindre écran, avant de jeter la télécommande dans les toilettes. Cette stratégie n’est pas constructive. D’autant qu’il est désormais possible de télécharger une zappette virtuelle directement sur son smartphone.

ll faut être conséquent et se mettre d’accord avec le coparent en amont, sinon les enfants le sentent. D’abord, les parents doivent trouver un terrain d’entente et savoir que ce sera pire avant d’aller mieux. Au début, les enfants ne vont pas être d’accord, il peut y avoir des cris. Le parent doit être droit dans ses bottes et tenir sa décision.

Allison Ochs

Si une nouvelle habitude s’assimile facilement chez nos petits, la période d’adaptation peut durer une semaine ou deux. C’est le moment de faire preuve d’autorité, mais aussi de réalisme. Peut-on se passer totalement d’écrans ? Est-ce même réellement nécessaire ? Quelle consommation conviendrait à notre famille ? 

Nous n’avons pas la prétention de vous imposer des recommandations génériques. Que vous souhaitiez éliminer les écrans ou diminuer leur utilisation, Allison Ochs vous conseille d’y aller progressivement :

Je préfère y aller petit changement par petit changement. Si on regarde la télévision tous les soirs, par exemple, on peut décider de ne la regarder qu’un soir sur deux, et quelques mois plus tard, baisser, encore… Au lieu de faire un grand changement d’un coup, ça, c’est trop dur.

L’activité familiale idéale ? Celle qui vous va

Je souhaiterais aujourd’hui briser un des plus grands tabous de la parentalité moderne : On peut passer un moment privilégié avec ses enfants, sans avoir besoin de les stimuler avec des activités qui développent leurs compétences motrices, et nous poussent à mobiliser les nôtres pour nous défenestrer.

Si vous êtes invités à changer la routine du jour ou du soir pour y incorporer des moments où vous vous consacrez pleinement à vos enfants, ces moments n’appartiennent qu’à votre famille. Vous pouvez les passer vautrés sur un lit, en balade dans le quartier, ou assis sur le canapé pendant que vos chéris courent autour de la table basse. Pensez simplement à sécuriser votre environnement afin d’éviter de vous lever toutes les deux minutes pour empêcher les accidents domestiques.

Authenticité et pragmatisme, est-ce la solution qui nous permettrait de réduire ces fichus écrans ?


Ajoutez Madmoizelle à vos favoris sur Google News pour ne rater aucun de nos articles !

Les Commentaires

1
Avatar de Fonssine
12 février 2024 à 19h02
Fonssine
Ici, ma deuxième (6ans) sait qu’elle peut avoir la télé pendant ma douche et l’après midi pendant ma sieste (je m’autorise 15mn de sieste).
Je tiens bon pour qu’il n’y ait pas d’exception: on lui a laissé le téléphone une fois en voiture, ensuite pendant 2 semaines, chaque fois qu’on prenait la voiture, elle a hurlé pour l’avoir. J’ai l’impression que le fait de savoir que ce n’est pas possible autrement aide à ce qu’elle ne réclame pas.
6
Réagir sur le forum

Plus de contenus Conseils parentalité

Source : Getty Images
Conseils parentalité

Cette simple phrase pourrait aider à calmer les colères des enfants (et des parents)

5
habits-feat
Conseils mode

5 sites où revendre des vêtements d’enfants (et nos conseils pour de bonnes affaires)

Source : Getty Images Signature
Conseils parentalité

5 idées d’activités (pas trop chiantes) à organiser pendant un anniversaire d’enfant

1
Source : Getty Images Signature
Conseils parentalité

3 astuces food pour alléger sa charge mentale et parentale

21
[Site web] Visuel horizontal Édito
Conseils parentalité

On met quoi d’utile dans un sac à langer ?

9
Source : GoodOlga - Getty Images
Conseils parentalité

Comment choisir de bonnes chaussures pour son bébé ?

3
black-friday-babyphone
Conseils parentalité

Bon plan Black Friday : ce super babyphone Philips Avent est en promo

9
Copie de [Image de une] Horizontale (34)
Conseils parentalité

Comment endormir un bébé : 6 astuces testées et approuvées

14
Source : Jordi Magrans
Conseils parentalité

Voici LA technique pour passer un bébé endormi dans les bras à son lit (et sans le réveiller)

1
Source :  Tout sur les zézettes et les zizis / Flammarion Jeunesse
Conseils parentalité

Voici ENFIN le livre parfait pour parler d’intimité à vos enfants !

6

Pour les meufs qui gèrent