Live now
Live now
Masquer
femme-colère // Source : Pexels
Daronne

Vous aussi, vous en avez marre de crier sur vos enfants ?

Oh ! là, là, mais j’en ai tellement marre de crier ! Ça sert à quoi de prendre des bonnes résolutions, de se renseigner sur le développement de l’enfant, de leur demander pardon pour les fois où je me suis emportée pour finalement péter un plomb sur tout le monde ?

Priscille Prétot est infirmière et maman de 5 enfants. Dans son livre « Maman dépassée mais heureuse ! » (éditions Solar), elle partage ses états d’âme et ses petites astuces pour faciliter le quotidien et arrêter de se prendre la tête. Extrait.

« Voilà ce qui traverse mes pensées alors que je suis coincée dans les bouchons et que je sanglote comme un big baby, le mascara qui dégouline partout, la morve aussi. En plus je n’arrive même pas à attraper mon sac à l’arrière pour sauver ma dignité avec un Kleenex. Je n’ai plus qu’à m’essuyer le nez qui coule dans la manche de mon pull. De toute façon, c’est une habitude dont j’ai accouché en même temps que de mon premier enfant ! Pas assez de mouchoirs pour tous ces petits nez, ou plutôt trop de choses dans la tête pour penser à emporter des mouchoirs partout (sauf ma belle-mère, elle, c’est la reine des mouchoirs. Même en plongée sous-marine, elle y penserait).

priscille-pretot

Priscille Prétot, autrice de « Maman dépassée mais heureuse », à retrouver sur son compte instagram @depasseemaisheureuse

Vis ma vie de morveuse

Alors j’ai dû développer des techniques pour parer à toutes formes de morvouille. Vous avez les mêmes, non ? Le body, le T-shirt, le torchon, la manche (ma préférée) ou la face interne de ma jupe (la honte !). J’ai même une amie qui m’a dit, des années après, qu’elle m’avait vue moucher ma fille avec le revers de ma robe de demoiselle d’honneur ! Bon, en même temps il fallait sauver l’honneur pour les photos de mariage, tu ne peux pas laisser le mucus foirer l’album. Allez, je me mouche dans ma manche, j’arrête de vous embêter avec tout ce qui ne va pas dans ma vie de morveuse et j’essaie de me focaliser sur ce qui va bien. Mais c’est tellement dur…

Le mieux est l’ennemi du bien

C’est dur parce que je suis fatiguée, parce que ça fait des années que j’ai l’impression de faire des efforts pour que ça se passe mieux à la maison. J’ai l’impression de porter sur mes épaules la bonne ambiance au sein du foyer. De faire tout pour que tout le monde se sente bien, de toujours me faire passer en dernier (mais je me soigne, je vous rassure). Et c’est les montagnes russes. J’ai l’impression de m’améliorer de ouf et puis au bout d’un moment, je craque complètement, j’explose en vol et je hurle. Et après, pour couronner le tout, je m’en veux terriblement d’avoir crié, donc évidemment je demande pardon (une fois calmée, hein, je ne suis pas un robot non plus !).

Et ce matin-là, au volant, je n’ai qu’une pensée : « C’est pas possible d’avoir autant crié sur eux ce matin, ça ne sert vraiment à rien tout ce que j’essaie de mettre en place pour que tout se passe mieux à la maison. » Par « tout », j’entends les heures de discussions avec mon mari sur comment mieux communiquer avec nos enfants, toutes les techniques de communication non violente dont je me nourris régulièrement et que je suis déterminée à appliquer, tous les moments où je cherche à remplir leurs réservoirs affectifs, accueillir leurs émotions, faire aussi de la place pour les miennes, prendre du temps pour moi pour remplir mon petit vase intérieur, etc.

Vous ne pouvez pas savoir le nombre de livres que j’ai ingurgités, le nombre de formations suivies, de discussions sur le sujet… J’ai l’impression d’a

voir tout fait. Mon mari me rassure d’ailleurs souvent. Il me répète :

« Je ne vois pas ce que tu aurais pu faire de plus. »

Le mari

Et j’ai l’intuition que c’est pareil chez vous. Que je pourrais certainement vous dire la même chose.

Chère maman qui me lis,

Je suis sûre que tu aimes tes enfants plus que tout, je suis certaine que tu fais ton maximum pour eux. Et chaque fois que tu as des regrets, j’ai envie de te dire que tu as sûrement fait ton maximum. On ne contrôle pas tout. Tout n’est pas de notre ressort. Il ne s’agit pas de se dire : « Je suis au top, je n’ai plus rien à changer dans ma vie. » Non, ça, c’est juste du déni, on a toujours des ajustements à faire. On peut toutes s’améliorer. Ne pas vivre en faisant semblant mais être honnête avec soi-même. Essaie cette bonne vieille formule : « Je crois vraiment avoir fait de mon mieux, par contre je ne peux pas passer ma vie à regarder en arrière : pour demain matin, qui sera un nouveau jour, que puis-je ajuster ? »

Courage et bisous.

Traverser des forêts

Ce jour-là, toujours dans la voiture, cette image m’est venue. On a toutes une petite boussole intérieure, mais on a rarement (ou on ne prend pas) le temps de l’écouter.

Parfois, je me balade en forêt avec mes enfants (il est arrivé que je fasse des balades sans mon mari parce que j’avais des congés et pas lui, et je vous assure que quand il est là, le trajet est nettement plus étudié et la probabilité de se perdre, quasi nulle). Parfois c’est juste avec des copines (qui ont un sens de l’orientation aussi naze que le mien mais que j’aime d’amour), nos enfants et moi. Un jour, on a mis longtemps à s’approcher de la clairière dans laquelle on voulait aller pique-niquer. Il y a eu beaucoup d’égarements, pas mal de temps perdu (heu, c’est perdu si on a passé un bon moment ?), on n’y est pas parvenus tout de suite, mais on y est arrivés.

C’est décidé ! C’est cette image que je veux garder pour ma vie de maman

Ok, aujourd’hui je me suis foirée. Vivement ce soir que je puisse leur demander pardon (l’idéal étant de le faire avant l’école, ils passeront une meilleure journée, et nous aussi !). Mais, même si je ne suis pas parfaite, je ne suis plus non plus la mère du début. J’ai fait un tas d’ajustements, j’ai appris, j’ai grandi, je me suis améliorée. Avec le temps, je deviens une meilleure maman. Et mes enfants voient bien que j’essaie de mettre en place un meilleur fonctionnement pour nous tous.

Nos enfants voient !
Ils n’ont pas besoin qu’on soit parfaites ! Ils ont besoin
qu’on soit honnêtes ! Honnêtes avec nous-mêmes et avec eux.

Savoir reconnaître la réalité et repartir de zéro. Voilà. C’est même comme ça qu’ils apprennent à le faire. Il est très difficile à un enfant qui n’a jamais entendu ses parents s’excuser de présenter lui-même des excuses. »


Écoutez Laisse-moi kiffer, le podcast de recommandations culturelles de Madmoizelle.

Les Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire sur cet article.

Réagir sur le forum

Plus de contenus Daronne

famille marche rue // Source : Pexels
Daronne

Chronique d’une daronne : J’ai arrêté de forcer mes enfants à sortir

2
Source :  Ira Taskova
Food

La recette (facile) des galettes de courgettes

Copie de [Image de une] Horizontale – 2024-05-24T162641.100
Daronne

On n’aimerait pas les avoir sur le dos : voilà les pires daronnes de fiction

26
Source :  RapidEye de Getty Images Signature
Parentalité

Les 3 jouets les plus bruyants à ne pas offrir aux enfants, d’après nos lectrices

Source : Monkey Business Images
Culture

3 films des 90s à regarder avec les enfants ce week-end sur Disney +

Source : Dobrila Vignjevic de Getty Images Signature
Parentalité

6 phrases de parents que personne ne comprend vraiment

Source : Yamasan de Getty Images
Parentalité

Typologie des 5 pires parents qu’on croise au parc de jeux pour enfants

couple-rire // Source : URL
Couple

Couple : pourquoi ce cap est-il si difficile à passer ?

Source : Pexel
Daronne

5 idées de cadeaux pour la fête des Mères pour changer des fleurs

2
Source :  Maridav
Chère Daronne

Help, je suis en couple libre et mon mec couche avec son autre partenaire, mais plus avec moi

10

Pour les meufs qui gèrent