Live now
Live now
Masquer
Témoignages

Comment mon rapport à la masturbation a évolué au fil de ma vie

19 août 2022
À 30 ans, cette lectrice âgée de 30 ans trace le bilan de son rapport à la masturbation, et fait l’éloge des orgasmes qui ont ponctué sa vie.

Le 23 février 2019

Tout a probablement commencé vers l’âge de trois ans. Fun fact : la majorité de mes plus anciens souvenirs concernent la masturbationCocasse pour les repas de famille, « Tu te souviens mamie ? ».

Mes cinq doigts sur la culotte, il ne s’agissait pas de pénétration mais d’une sorte de petit massage. Un spectacle ouvert au public. Eh oui, pas de pudeur chez l’enfant. Aisément installée sur le fauteuil ou sur la moquette dans le salon, devant la télé, partout où l’orgasme m’appelait, j’étais.

Masturbation enfantine et réactions de l’entourage

J’ai quelques souvenirs de ma famille me faisant gentiment comprendre que cette activité devait cesser. Bizarrement, ce sont ma mère et ma grand-mère qui me demandent d’arrêter pendant que mon père et mon grand-père adoptent, dans mes souvenirs, une attitude beaucoup plus détendue vis-à-vis de cette affaire familiale.

Alors que les femmes se courroucent de me voir me tripoter, les hommes dédramatisent la situation. Je ne peux m’empêcher de me demander quelle aurait été leur réaction si j’avais été un enfant de sexe masculin. Heureusement, enfant et en interprétation libre j’ai décidé de suivre le camp paternel. Si papa me dit que ce n’est pas grave, si papi me fait non du doigt tout en souriant, c’est probablement que je peux continuer.

Forte de ma nouvelle conviction, bien détendue et libre de tout malentendu, l’orgasme et moi avons ainsi commencé notre meilleure vie. En privé. Je peux sans aucun doute affirmer que je me masturbe fréquemment depuis l’âge de mes trois ans, soit depuis 27 ans. Orgasme assuré à chaque prestation. Aucun loupé. L’orgasme est indubitablement mon ami le plus fidèle. On a évolué ensemble.

La masturbation féminine, un tabou à l’adolescence

En revanche, arrivée à l’adolescence, lui et moi avons commencé à remettre notre amitié en question. J’ai ouï dire que notre relation ne devait pas nécessairement rester exclusive, qu’une tierce personne pouvait se joindre à nous. Mais l’orgasme était devenu pour moi quelque chose de très personnel. J’étais très pudique, bien loin des spectacles publics de mon enfance. Très certainement honteuse également. Quand j’étais ado, dans ce temps reculé que sont les années 2000, il n’était pas très courant pour une fille de se masturber. Ou plutôt d’en parler.

L’acte sexuel avec un garçon, s’il devait avoir lieu, ne devait pas nécessairement aboutir à mon plaisir. Je faisais clairement la distinction entre avoir un orgasme et avoir une relation sexuelle. En parallèle, ce que je faisais avec mes dix doigts ne concernait que moi. Quand j’ai commencé à avoir des rapports sexuels à l’âge approximatif de 17 ans, j’étais presque résolue et résignée à rester maître de mes orgasmes jusqu’à la fin de ma vie. Avec éventuellement un coït de temps en temps pour satisfaire le futur homme de la maison, charitable que je suis.

Je ne savais pas à ce moment-là qu’il était possible de parler avec sa moitié. De lui expliquer ce que je faisais seule pour me procurer du plaisir. Je n’ai jamais abordé ce sujet avec mes parents. Non pas que ce soit particulièrement tabou mais le sexe était très mécanique tel que je le concevais à cette époque, et je ne ressentais pas le besoin de poser des questions.

Comment mon rapport à la masturbation a évolué au fil de ma vie
Deon Black / Unsplash

La découverte de l’orgasme à deux

Pendant mes études, en 2008, j’ai eu la chance de tomber sur un site dont les articles et la partie forum m’ont détendus le bulbe. Eh oui, Madmoizelle a participé à la révolution de ma vie sexuelle ! Internet est un trésor. Grâce à la communication et au lâcher prise, j’ai découvert l’orgasme à deux.

Mes différents partenaires sexuels ont apprivoisé cet ami qui m’est cher, chacun à leur manière. Malgré mes différentes relations et autant de plaisir qu’ont pu me donner mes différents mecs, je n’ai jamais arrêté de me masturber. Je ne me masturbe plus forcément de la même manière qu’à trois ans (fort heureusement), et je continue de découvrir mon corps seule en parallèle des différents rapports sexuels que je peux avoir.

Comme si je partais en exploration afin de mieux pouvoir expliquer à l’autre comment s’y prendre ensuite. Ça marche aussi dans l’autre sens. J’ai déjà été très surprise par certains orgasmes : je pensais me connaître par cœur, mais en laissant le champ libre à mon partenaire d’œuvrer à son aise, je me suis découvert quelques zones stratégiques insoupçonnées !

J’ai longtemps pensé que me masturber était signe de luxure et de vice. Que je serais jugée sévèrement pour être l’incarnation d’un péché capital. Un secret que je devrais taire à tout jamais pour avoir commencé si jeune. Jugement dernier ou pas, j’ai fréquemment des orgasmes depuis presque 30 ans, ce que je souhaite à toutes et tous car jouir, c’est quand même vraiment très cool.

À lire aussi : Le guide ultime de la masturbation féminine, pour (se faire) kiffer efficacement

Témoignez sur Madmoizelle

Pour témoigner sur Madmoizelle, écrivez-nous à :
[email protected]
On a hâte de vous lire !

Les Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire sur cet article.

Réagir sur le forum

Plus de contenus Témoignages

cocktail sans alcool
Témoignages

J’ai fait le Dry january et après un mois, mon foie peut faire revenir l’être aimé

Aïda Djoupa

29 jan 2023

17
photo personnelle de la témoignante
Témoignages

En tant que gitane, je cherche ma place dans la lutte antiraciste

Aïda Djoupa

28 jan 2023

19
Celib_Eden_V
Témoignages

Eden, 25 ans : « Quand je parle de polyamour, les gens sont refroidis »

Aïda Djoupa

27 jan 2023

1
zino de groot
Règlement de comptes

Assia, 2 318 € par mois : « Je ne comprends pas pourquoi je suis toujours dans le rouge »

Aïda Djoupa

26 jan 2023

22
Kinga Cichewicz / Unsplash
Témoignages

J’ai un trouble dissociatif de l’identité et je mène plusieurs vies, en toute autonomie

Aïda Djoupa

25 jan 2023

10
SEGP
Témoignages

« Je croyais que j’avais des besoins sexuels énormes » : le tabou du syndrome d’excitation génitale permanente

Aïda Djoupa

24 jan 2023

4
Pexels / George Milton
Témoignages

Vous avez des choses à dire à votre ex ? Participez à notre podcast sur les ruptures

Aïda Djoupa

23 jan 2023

celib_visuel_V
Témoignages

Estelle, 45 ans : « J’ai fait un enfant seule, j’ai acheté un appart seule, j’ai fait le tour du monde seule »

Aïda Djoupa

20 jan 2023

11
Jake Melara / Unsplash
Règlement de comptes

Olivia, 768 € par mois : « Je n’ai pas de frigo chez moi »

Aïda Djoupa

19 jan 2023

18
Femme face à la mer celib
Témoignages

Sacha, 33 ans : « Ma vie sexuelle est plus épanouie depuis que je suis célibataire »

Aïda Djoupa

13 jan 2023

7

Témoignages