Je perds mes cheveux, c’est grave ?

Ta queue de cheval est de plus en plus fine et tu bouches ta baignoire à chaque shampoing ? Voici quelques conseils pas que cons sur la chute de cheveux.

chute de cheveux

Article initialement publié le 14 avril 2015

Après m’être intéressée aux cheveux blancs, il était temps qu’on discute d’une autre problématique capillaire : la chute des cheveux.

Pourquoi tombent-ils, comment enrayer les chutes passagères et surtout quand commencer à t’inquiéter, voici quelques conseils pour garder une chevelure de rêve pendant longtemps, « parce que tu le vaux bien » !

La chute des cheveux, c’est quoi ?

Aussi appelée alopécie, la chute des cheveux est un phénomène tout à fait naturel de mort du cheveu (un cheveu pousse pendant environ six ans, vit quelques jours et « agonise » pendant plusieurs mois avant de tomber).

Nous avons environ cent mille cheveux sur le crâne et en perdons une petite centaine par jour, ce qui assure le renouvellement de la tignasse sans que cela se voie dans la masse.

Au delà de cent cheveux par jour, la chute peut devenir problématique, voire laisser des traces. Pour tenter de l’enrayer, il faut déjà découvrir de quelle forme d’alopécie tu es atteinte (pour ça, rien de plus efficace qu’un petit rendez-vous chez le dermato !).

Chute de cheveux : les différents types d’alopécie

L’alopécie androgénétique

L’alopécie androgénétique est la forme la plus courante de chute de cheveux, aussi bien chez les hommes que chez les femmes. Elle se manifeste par une diminution progressive de la quantité et de la qualité des cheveux.

La raison ? Une trop grande sensibilité à la testostérone. Chez la femme, la chute est souvent la plus visible sur le dessus du crâne. Un traitement local ou oral peut être prescrit par un médecin pour redensifier les zones clairsemées.

L’alopécie saisonnière

L’alopécie saisonnière est une chute qui a lieu au début du printemps et de l’automne. Elle correspond au contre-coup hormonal des variations de luminosité et n’excède pas six semaines.

À part tenter de la prévenir, tu ne peux pas faire grand chose si ce n’est bien vider le siphon de ta douche pour éviter un dégât des eaux !

L’alopécie diffuse

L’alopécie diffuse, généralisée sur l’ensemble de la chevelure, est souvent due à un trouble de l’organisme. Elle peut être aiguë dans le cas d’une dépression ou d’un accouchement, ou chronique si issue d’une carence ou d’un trouble de la thyroïde.

L’important, pour traiter ce type de chute de cheveux, est d’identifier le facteur responsable (un bilan sanguin peut t’être prescrit) puis de le traiter pour retrouver une jolie chevelure.

L’alopécie circonscrite

L’alopécie circonscrite, aussi appelée « pelade », se caractérise par une chute de cheveux sur une zone localisée. Elle est considérée comme une maladie auto-immune réagissant à des facteurs psychologiques comme le stress.

Des traitements locaux, comme des injections, ou des traitements oraux peuvent être prescrits par un dermatologue.

L’alopécie congénitale

L’alopécie congénitale, beaucoup plus rare, est due à une anomalie de la constitution du poil ou à une absence de racines des cheveux.

C’est le cas le plus inquiétant car les cheveux ne poussent pas ou plus. Il faudra donc envisager une greffe, chère mais peu douloureuse, si on souhaite pouvoir retrouver un peu de volume.

Comment prévenir une chute de cheveux passagère ?

mean-girls

L’alopécie saisonnière étant un phénomène naturel, il y a peu de chances que tu arrives à y échapper. En revanche, tu peux parfaitement prévenir les dégâts en adoptant, au moins un mois avant le changement de saison, une routine « beaux cheveux ».

Tu peux te tourner vers des produits de soin doux (naturels, c’est mieux) et de compléments alimentaires. Fer, zinc, levure de bière, pollen… À toi de choisir celui qui correspond le plus à tes attentes !

Concernant les shampoings qui te promettent de retrouver une chevelure de rêve en un mois, attention : l’efficacité en terme de repousse des produits que l’on trouve dans le commerce n’est pas forcément prouvée.

Mieux vaut donc ne pas en attendre grand-chose.

Par exemple, les shampooings anti-chute n’ont jamais démontré une quelconque efficacité, d’autant plus qu’on les garde trop peu de temps sur le cuir chevelu pour qu’ils aient le temps de montrer ce dont ils seraient capables.

Chute de cheveux : quand consulter ?

Dès qu’une chute de cheveux passagère s’installe dans le temps, il peut être intéressant de consulter un médecin, rien que pour se rassurer.

Selon ton degré d’alopécie, il pourra te prescrire un traitement pour retrouver une chevelure en pleine santé.

Des cheveux clairsemés peuvent devenir un véritable complexe et entraîner un isolement relationnel préoccupant. N’attends surtout pas d’avoir honte de sortir de chez toi pour prendre rendez-vous avec un professionnel de santé !

À lire aussi : J’ai les cheveux gras, je peux quand même utiliser un masque ?

Virginie

Virginie

Virginie est tombée dans la marmite des cosmétiques quand elle était toute petite. Depuis, elle se barbouille de rouge à lèvres à longueur de journée et prêche les bienfaits du démaquillage à qui veut l'entendre. À part ça, Virginie aime se trémousser sur du Taylor Swift et actualiser son site mode et beauté.

Tous ses articles

Commentaires

Mimicollo

:gonk::gonk:
Ce n'est pas précisé dans l'article, j'imagine que c'est une alopécie "diffuse" mais la prise de certains médicaments peut entraîner des chutes de cheveux. Ça m'a entonnée que ça ne soit pas mentionné.

Y'a trois ans en quelques mois j'ai perdu 2/3 de masse c'était vraiment stressant je passais mon temps à les regarder et tout j'en ai pleuré des jours entiers. La seule solution pour enrayer la chute : arrêter le médicament, ou attendre une stabilisation qui peut arriver aussi, seuls les warriors ont survécus ils vont pas se laisser tomber comme ça.

Et là cette année rebelote :gonk:
J'ai commencé un nouveau traitement et j'ai déjà perdu énormément de masse... J'ai direct pris des shampooings spéciaux et des vitamines ça aide mais ça fait pas de miracle.
J'espère que ça va se stabiliser et je prévois déjà le gel pour les futures repousses, quand tu as une mini crête sur la tête :nerd:
Après ça fait des jolis effets dégradés aussi...

Mais quand je pense que j'ai mis trois ans à retrouver les cheveux d'avant et que là ça recommence je suis dégoûtée :tears:
Ça paraît futile mais c'est hyper dur à vivre
C'est pas futile du tout au contraire. Courage c'est dur a vivre. Je perds aussi mes cheveux avec une carence en fer et la pilule. Et c'est pas évident quand je les vois par terre partout dans l appartement.
 

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!