Live now
Live now
Masquer
jessica avec un genou au sol, en train de demander Eva en mariage
Amours

« C’était complètement imprévu ! » : elles se sont demandées en mariage… en même temps

Dans notre format de témoignages Perspectives, deux personnes nous racontent leur version d’une même histoire. Cette semaine, Eva et Jessica nous racontent leurs fiançailles, et c’est encore mieux qu’un film de Noël.

Le 12 décembre 2021

Il paraît que tout est une question de perspective. Alors, on a prévu un format de témoignages qui laisse la place à plusieurs voix, pour nous raconter chacune leur version d’une même histoire ! Vous avez envie de témoigner à plusieurs ? Envoyez-nous un mail à : [email protected]

Si vous n’êtes pas sur Twitter, vous avez certainement raté la vidéo la plus adorable de 2021, celle qui a le pouvoir de remonter le moral de la France entière en cette période déprimante : celle d‘une demande en mariage qui tourne bien, car les deux amoureuses ont prévu de le faire… en même temps, sans s’être concertées.

Eva et Jessica ont 22 ans, et elles vivent dans le sud de la France. La première est régisseuse d’œuvre d’art, la seconde est soigneuse et éducatrice dans une éco-ferme. Elles nous racontent toutes les deux cette demande en mariage digne d’une comédie romantique.

Quand Eva rencontre Jessica (et vice-versa)

Jessica : On s’est rencontrées au lycée. À l’époque, Eva m’intimidait un petit peu ! Elle était hyper à l’aise, hyper avenante… On avait des amis en commun, mais moi, j’étais hyper timide. Je n’osais pas lui parler ! Si on m’avait dit qu’aujourd’hui, nous serions fiancées, je n’y aurais jamais cru.

Eva : Si j’avais l’air sûre de moi, c’était clairement une façade ! Je pensais que Jessica était beaucoup plus à l’aise que moi, et qu’elle était habituée à fréquenter des filles. Moi, je commençais seulement à me découvrir, je me posais beaucoup de questions. Je ne me serais jamais doutée que les choses finiraient comme ça !

Des retrouvailles deux ans plus tard

Eva : On s’est perdues de vue, puis on s’est recroisées deux ans après, pendant une soirée. J’ai eu envie de savoir comment elle avait évolué, si elle aimait aussi les filles, ce qu’elle m’a confirmé un peu plus tard. Dès que je l’ai revue, elle m’a plu !

Jessica : Ce soir-là, on s’est embrassée pour la première fois. Le lendemain, on a toutes les deux cru que l’autre avait oublié ce qui s’était passé… Mais j’ai eu de l’intuition : je ne suis pas du genre à aller vers les autres, et pourtant, j’avais envie d’aller vers Eva. Toutes les excuses étaient bonnes pour répondre à ses stories sur Instagram, pour interagir avec elle ! On s’est parlé, on s’est revues, et puis on s’est mises en couple.

Les débuts de leur relation

Jessica : Eva, c’est ma première copine, mon premier amour… J’avais beaucoup d’appréhension dans cette relation. Je me disais qu’elle pouvait trouver mieux, qu’elle le savait, et j’avais peur qu’elle me quitte pour quelqu’un d’autre. De manière générale, j’ai du mal à montrer mes émotions et au début de notre relation, je me protégeais beaucoup.

Eva : Jess avait cette image-là de moi parce que j’ai eu plusieurs relations avant d’arriver jusqu’à elle, et ça a été dur d’arriver à lui faire comprendre qu’elle pouvait me faire confiance. Au début, j’ai été la personne la plus démonstrative de notre relation. Petit à petit, j’ai pu lui expliquer qu’elle pouvait me montrer des choses, que j’en avais besoin… Il faut du temps pour trouver son tempo !

Comment savoir quand c’est « la bonne »

Eva : Je suis atteinte de la mucoviscidose et quelques mois après nos débuts, j’ai eu un moment un peu difficile avec la maladie. J’ai eu besoin d’être épaulée, et je crois que pour Jess, ça a été un déclic. Elle a compris à ce moment-là que j’étais fragile, et que j’avais besoin qu’on m’aide à reprendre des forces. Et elle m’a soutenue comme je n’avais jamais été soutenue avant ! Notre union est passée d’une relation qui pouvait être passagère à un engagement sérieux : on a chacune vu les fragilités de l’autre, et on a su rebondir. 

Jessica : Eva est la seule personne avec laquelle j’arrive à parler aussi librement de ce que je ressens. Je me suis ouverte à elle, alors que je ne le fais jamais, et j’ai su tout de suite qu’il y avait un truc avec elle. J’arrive à m’exprimer avec elle, et pas avec les autres, je ne me suis jamais intéressée à d’autres personnes autant qu’à elle… En voyant notre couple se solidifier, je me suis rendu compte que c’était avec elle que j’avais envie de passer ma vie.

Comment l’idée de se marier est arrivée

Eva : J’ai tendance à toujours réfléchir à l’avenir, à avoir une vision politisée du monde… Je savais qu’à un moment de notre histoire, il fallait qu’on se marie. Pour protéger nos droits, ceux de nos futurs enfants, mais aussi pour l’amour. J’en ai assez rapidement parlé à Jess, mais au départ, elle répondait « On verra, ça coûte cher ». Après un évènement marquant dans ma vie, j’ai fini par décider de mettre le genou au sol moi-même et de la surprendre !

Jessica : Le temps passant, j’ai eu de plus en plus envie de lui faire ma demande. Cette année, beaucoup de choses sont arrivées ! On a emménagé ensemble, on a eu des nouveaux jobs, on s’est stabilisées. Alors, quand la date de nos trois ans a commencé à approcher, je me suis dit « C’est le moment » !

Les préparatifs derrière la demande

Jessica : Pour nos trois ans, elle m’avait dit qu’elle nous préparait une activité, alors j’ai tenté un coup de poker. Je me suis dit que l’activité serait forcément romantique… Et j’ai acheté une bague, en me disant que je lui ferais ma demande à ce moment-là ! Parce qu’il faut savoir qu’Eva se renseigne sur les bagues depuis longtemps. Elle me montre celles qu’elle aime, qu’elle n’aime pas… Ça faisait un moment que j’avais tout enregistré dans mon téléphone !

Eva : J’ai toujours eu envie d’en faire des tonnes, pour ma demande en mariage : je voulais le photographe comme sur TikTok, le lieu parfait… Jess pensait vraiment que c’était elle qui devrait mettre le genou à terre, mais je me suis dit que ce n’était pas le bon moment pour elle, et que ce serait moi qui lui ferais la surprise !

Je voulais une date intime, qui soit à nous, donc j’ai choisi notre anniversaire. Et je voulais le faire dans un endroit pas trop commun, qu’on puisse y retourner plus tard en se disant « C’est là qu’on a décidé de se marier »… Nous n’étions jamais allées à Londres, alors je l’ai surprise en lui offrant un week-end là-bas, pour lui faire ma demande.

20211210_115216
Les bagues d’Eva et de Jessica

Le choix délicat de l’endroit

Eva : J’avais préparé un programme bien ficelé, et je savais que j’allais la demander en mariage à la patinoire. Jess adore le patin à glace, je n’en avais jamais fait avec elle, et elle me parle d’aller patiner ensemble depuis des mois… Mais je voulais absolument que notre première patinoire ensemble soit celle de la demande, donc j’ai dû trouver des excuses pour refuser à chaque fois !

Jessica : Pendant le voyage, j’ai eu envie de mettre un genou au sol plein de fois ! Devant Buckingham Palace, parce qu’elle adore la famille royale, j’ai demandé à des filles de nous prendre en photo et je comptais le faire devant la caméra… Mais elles ont été trop rapides, et je n’ai pas réussi. On avait aussi prévu d’aller au Winter Wonderland, et je me suis dit que le cadre serait parfait, mais on a dû repousser…

Et finalement, il y a eu la patinoire ! Je savais que je pourrais nous filmer sans que ça ne semble étrange, pour pouvoir avoir la vidéo de la demande, que ce serait un beau moment… Et je me suis dit « Ce sera là ».

Le moment des demandes

Eva : Quand on est arrivées à la patinoire, j’étais super stressée. C’était la première fois que je montais sur des patins à glace, et je me demandais comment j’allais tenir debout et mettre un genou à terre ! J’avais aussi très peur de la réaction des gens autour de nous, que des homophobes nous gâchent ce moment, qu’ils nous huent… Mais je me suis dit « Je le fais, et au pire, on en rigolera. »

On s’est fait tourner sur nos patins comme dans les films, et je me suis dit : aller, c’est parti. J’ai mis mon genou à terre tant bien que mal, et j’ai dis « Veux-tu m’épouser ». J’ai commencé à rigoler aussi, parce que les gens s’arrêtaient pour nous regarder. Mais je n’entendais plus rien, j’avais l’impressions d’être sous l’eau ! Et là, Jess me dit « Oui, attends ! »

Jessica : C’était un moment un peu bizarre, la patinoire ! On pensait toutes les deux à ce qui allait se passer après. Je suis pas du genre à stresser, mais je réfléchissais beaucoup : comment lui dire « Et si on se filmait en train de patiner ? », comment il fallait faire, quand poser le genou à terre, je m’interrogeais beaucoup sur les réactions des autres…

J’ai posé mon téléphone pour nous filmer, en testant discrètement l’angle, et en m’entraînant à me baisser sur les patins. Et puis, je vois Eva se mettre face à moi, se tourner, et se baisser. Moi, j’ai cru qu’elle était en train de tomber !

Juste avant, au restaurant, je l’avais vue sortir une chaussette de son sac. Je m’étais interrogée en rigolant « Mais qu’est-ce qu’elle fait avec sa chaussette ». En fait, elle avait caché l’écrin de la bague dedans ! Quand je l’ai vu sortir la bague, j’étais hyper choquée, et incroyablement heureuse. Les gens applaudissaient derrière, c’était plein d’émotions… Mais en même temps, il fallait que je fasse ma demande aussi !

J’avais caché l’écrin dans un paquet de mouchoir, donc il a fallu que je le sorte, et elle a dit oui !

Eva : Tout est allé très vite. Je me suis dit « C’est incroyable, c’est fait ! », et en même temps, il y avait du monde, il fallait que je dise oui, que je mette la bague, qui n’était pas celle que je lui avais montrée (rires) ! Le photographe de la patinoire est arrivé en courant vers nous, et ils nous ont offert un shooting photo de fiançailles, ils ont passé I kissed a girl dans la patinoire, probablement la première chanson gay qu’ils ont trouvée (rires). Tout le monde a été adorable, nous félicitait, il fallait parler anglais mais je n’y arrivais plus !

L’annonce des fiançailles, et une fin de week-end sur un nuage

Eva :  Après ça, il nous restait deux jours à Londres. On a prévenu nos proches, et j’ai amené ma bague partout et je l’ai prise en photo tout le temps, en mode « Martine se fiance ». J’ai pas arrêté de poser des questions à Jess, du genre « Tu me tiens la main, mais tu sais que tu vas devoir me tenir la main jusqu’à la fin de ta vie ? » ! On était sur un petit nuage.

Jessica : Chacune de notre côté, on avait préparé le terrain avant de faire cette demande. J’en avais parlé a la soeur d’Eva, à ma soeur, et Eva en avait parlé à sa soeur et à la mienne… C’était les deux seules à savoir qu’on allait se demander en mariage en même temps !

Un petit mot de la fin ?

Jessica :  Je crois que ce n’est pas pour rien si parfois, beaucoup de signes nous mènent à une personne… Il faut se fier à son intuition !

Eva :  Peu importe. le genre, les normes, quand on se sent portée vers une personne, il faut y aller !

À lire aussi : Attendez, pouce : Winona Ryder et Keanu Reeves sont mariés depuis près de 30 ANS ?

Crédit photo : photos fournies par Eva et par jessica

Témoignez sur Madmoizelle

Pour témoigner sur Madmoizelle, écrivez-nous à :
[email protected]
On a hâte de vous lire !


Découvrez le BookClub, l’émission de Madmoizelle qui questionne la société à travers les livres, en compagnie de ceux et celles qui les font.

Les Commentaires

6
Avatar de la-rose-noire
6 janvier 2022 à 16h01
la-rose-noire
A bin voilà je suis toute ému maintenant. C'est chouette de lire ce genre d'histoire, ça fait du bien
0
Voir les 6 commentaires

Plus de contenus Amours

Source : Srecko Stipovic / Getty Images
Amours

Ancienne nonne, j’ai vécu ma première aventure sentimentale et sexuelle à l’âge de 65 ans 

3
Mode

Quelle est la meilleure culotte menstruelle ? Notre guide pour bien choisir

Humanoid Native
Source : Midjourney
Célib

Lili, 19 ans et célibataire depuis 2 ans : « Je suis en quête d’une vie libre et décomplexée »

17
Source : HBO
Amours

La « girlfriend fluffer », ou quand votre partenaire vous utilise comme pansement

4
Source : Midjourney
Célib

Sophie, 29 ans, solo depuis 3 ans et demi : « Le célibat a eu un impact plus que positif sur ma vie sexuelle »

Source : Midjourney / image générée par IA
Psycho-sexo

Les français font moins l’amour : les raisons de cette « récession sexuelle » vont vous surprendre !

2
Lassées d’enchaîner les relations amoureuses déceptives qui les font douter de l’existence de l’amour, le vrai, certaines femmes décident de rejoindre le mouvement “Boysober”. L’idée ? Se “désintoxiquer” temporairement des relations avec le sexe opposé pour mieux appréhender ses relations amoureuses futures.
Psycho-sexo

C’est quoi la tendance « Boysober » qui préconise de se désintoxiquer… des hommes

"Se connaitre queer hors de la jeunesse et de la conso, des fêtes, est encore compliqué. Ça me manque pour penser à l’identité et l’amour sur le long terme", témoigne Alex, lesbienne célibataire de 39 ans, auprès de Madmoizelle // Source : Midjourney
Célib

« Je suis sortie avec des filles de façon fusionnelle, avant d’exploser et recommencer » : Alex, lesbienne célibataire de 39 ans

couple-de-dos
Psycho-sexo

Qui sont les « Passport bros », ces masculinistes à la recherche de femmes soumises et dévouées ?

21
"Crédit : ROMAN ODINTSOV / Pexels"
Amours

J’ai ouvert mon couple, et je l’ai très mal vécu

36
« Je co-parente mon enfant avec ma mère » : témoignage d'Olivia, lesbienne célibataire de 42 ans // Source : Midjourney
Célib

« Je co-parente mon enfant avec ma mère » : témoignage d’Olivia, lesbienne célibataire de 42 ans

2

La vie s'écrit au féminin