Live now
Live now
Masquer
Source : Capturenow / Getty Images
Daronne

Boomer VS enfants en vacances : qui est le plus insupportable ?

Les vacances d’été approchent à grands pas et cette année encore, vous serez nombreux à rejoindre vos familles pour quelques jours de repos bien mérité. Enfin, de repos, tout dépend pour qui. Entre les boomers et les enfants qui n’en font qu’à leur tête, vous, vous risquez plutôt de finir sur les rotules.

Vous aviez prévu de vous reposer cet été ? Et pour y parvenir, vous envisagiez de squatter au calme le transat de vos parents pendant que ceux-ci en profiteraient pour s’occuper de vos enfants et créer ensemble des souvenirs inoubliables ? Quelle candeur.

Dans une maison remplie de boomers et d’enfants, le seul adulte raisonnable et responsable ici, c’est vous. Croyez-en mon expérience. Et pour vous le prouver, j’ai comparé le comportement des gamins VS celui des boomers dans chaque situation, et croyez-moi qu’il y a du niveau.

Alors, qui sont les plus insupportables ? Les enfants ou les boomers ? À vous de juger !

À lire aussi : Ce jour où j’ai dû googliser le mot « Quoicoubeh » comme la vieille personne que je suis

Les activités et les visites

Les enfants : Pour les activités des enfants, la règle est simple : plus la sortie prévue est adaptée à leur âge et leurs centres d’intérêt, plus ils seront ingrats et insupportables. C’est une règle étrange dont je ne saisis pas tous les rouages. Si mes amies mères sont nombreuses à regretter le même phénomène, lors des visites guidées, il n’y a que mes gosses qui se roulent par terre. Peut-être parce que les autres gamins présents ne sont pas venus accompagnés de grands-parents désapprobateurs et n’ont donc personne devant qui ridiculiser leur mère.

Les boomers : Par définition, les activités préférées des boomers sont inadaptées aux enfants. Soit elles impliquent la visite d’un site en ruine situé au bord d’une falaise, soit elles incluent des manèges, des animaux, ou des dinosaures. Le cas échéant, les enfants passent donc la journée à pleurer en réclamant des dessins animés. 
Au fond, cela n’a pas grande importance, les boomeurs sont flexibles. Tant qu’ils peuvent flâner, entrer dans toutes les boutiques d’objets fragiles qui se trouvent sur leur route et s’arrêter boire du bon vin dans des restaurants étoilés avant de reprendre le volant.

Le rythme des enfants VS celui des boomers

Les enfants : Quand ma fille était petite, je comptais sur le roulis de sa poussette pour assurer la sieste. J’en profitais pour virevolter des journées entières à l’extérieur, avec ma spontanéité pour seul horizon. J’éprouvais beaucoup de pitié tous ces darons qui sacrifiaient aventure et joie de vivre sur l’autel du déjeuner à heure fixe. Mais croyez-moi, il ne faut jamais juger son prochain. Mais non, pas parce que c’est mal, enfin. C’est seulement que le karma existe, j’en ai la preuve. Entre une ainée subitement devenue mamy pantoufle après son entrée en maternelle, et un petit frère qui cesse de dormir au moindre imprévu, j’ai instauré une routine militaire. Peu importe que Faustine Bollaert (car je l’adore) soit justement attablée à la terrasse en face de chez moi, il est 13 h 04 et mon fils doit faire la sieste dans son lit.

Les boomers : Les boomers ne sont plus là pour s’emmerder. Ils se sont fait chier pendant des années à élever des gosses et à bosser comme des cons. Dorénavant, les contraintes, c’est fini. Ils m’invitent d’ailleurs à suivre leur exemple en imposant mon rythme à celui de mes enfants, et non l’inverse. Je profite de ce petit conseil gratuit pour dissiper un gros malentendu. Mes gamins seraient ravis d’adopter mon rythme, puisqu’il implique de me coucher après 20 h et de boulotter du chocolat en dehors des repas. Malheureusement, comme le constatent mes deux boomers forcés de renoncer à leur deuxième dessert, l’enfant perturbé dans sa routine n’est pas un enfant libre ni spontané. C’est un enfant qui hurle toute la misère du monde, fusillé par le regard furieux des clients du restaurant gastronomique.

Ce que mangent les enfants VS ce que mangent les boomers

Les enfants : Une grande partie de la vie de mes enfants est consacrée à m’extorquer des glaces, avec un taux de succès qui avoisine les 30 % hors périodes scolaires. Heureusement, les grands-parents sont moins difficiles à convaincre et, à peine l’enfant réclame sa sucrerie, que celle-ci se trouve déjà dans sa main (puis dans la mienne, mâchouillée et baveuse, cinq minutes plus tard).

Surprise, ils n’ont plus faim pour le déjeuner, surtout qu’on veut leur faire goûter de l’andouillette. Après trois jours de jeûne, seulement entrecoupés de fraises et de glaces, je reprends la situation en main et décide de préparer un repas approprié. Ceux-ci me réclament des frites, que je remplace subtilement par du maïs, des haricots verts et des Knackis.

Les boomers : Les boomers aussi voudraient manger des frites et pestent parce qu’ils ne sont plus chez eux et que c’est quand même dingue de devoir laisser leur gamine dicter leur conduite. De leur temps, les enfants se nourrissaient comme les adultes, peu importe qu’ils aiment ou pas. C’est comme cela qu’ils sont devenus des adultes gourmets qui mangent de tout. Je constate que l’ouverture d’esprit alimentaire mentionnée concerne essentiellement la charcuterie, les biscuits apéritifs et les plats mijotés, mais nettement moins le maïs et les haricots. 

À peine sorti de table, je repère les deux boomers qui rôdent très à proximité du frigidaire où se trouve le fromage. Soudain, leur corps se raidit. Ils viennent d’entendre ma fille réclamer une glace. Avant que je n’aie le temps de refuser, les boomers s’interposent. Cinq minutes plus tard, tout le monde est assis à la terrasse du glacier et ma mère, qui regarde ma fille se régaler, me glisse à l’oreille : « Je trouve qu’elle mange beaucoup de cochonneries, tu fais attention à son poids hein ? »

Le sommeil des boomers VS le sommeil des enfants

Les enfants : Écrire des chroniques sur la parentalité, c’est parfois devoir se répéter. Souvent dans ce cas précis. Les enfants sont des créatures envoyées par le ciel pour éprouver notre force et notre résilience en prévision du jugement dernier. Il arrive que les miens dorment correctement, mais uniquement dans leur propre lit, qui se situe cette semaine à 1000 km de notre lieu d’habitation actuel. J’ai tout de même la chance de profiter de six heures de sommeil quotidien, pliée en trois dans un lit deux places. Je peux même profiter d’un massage facial rajeunissant à vingt orteils. Malheureusement, je suis sommée d’évacuer cette suite grand-luxe à cinq heures du matin pétantes, c’est-à-dire au moment où mon fils lance le top départ de sa journée.

Les boomers : Vers 9 h 30, les boomers émergent et jettent à ma marmaille un regard furieux. « Ils font beaucoup de bruit quand même, on les entendait crier dès 7 h 30 ! » Je leur réponds que je suis très soulagée qu’ils aient malgré tout réussi à se rendormir. Sans ça, ils seraient descendus m’aider, n’est-ce pas ? Très intéressés par un pigeon qui dodeline sur la terrasse, les deux boomers s’y précipitent pour boire leur café. De la fenêtre, je les regarde bâiller. La veille au soir, ils ont dégusté du bon vin jusqu’à une heure du matin. Je le sais, car leurs gloussements joyeux m’ont empêché de dormir.


Écoutez Laisse-moi kiffer, le podcast de recommandations culturelles de Madmoizelle.

Les Commentaires

30
Avatar de P'tite Ju'
30 mai 2023 à 19h05
P'tite Ju'
@Whynaute
Contenu caché du spoiler.
5
Voir les 30 commentaires

Plus de contenus Daronne

Source : Aleksandr Kichigin
Daronne

Soirée pyjama : 3 films feelgood à regarder avec les enfants ce week-end sur Netflix

Source : FatCamera de Getty Images Signature
Daronne

3 idées de cadeaux originaux pour les instits des enfants en fin d’année

3
Source : Getty Images Signature
Parentalité

Typologie des 5 parents qu’on retrouve dans les trajets en train

mere-seule-enfant
Daronne

Cette ville française créé 21 droits spécifiques en faveur des familles monoparentales

couple-lit
Couple

Couple : les 8 phrases qu’on aimerait entendre (plus souvent) de notre partenaire

noyade-seche
Daronne

Il faut arrêter de parler de « noyade sèche », ça n’existe pas

16
Pexels
Daronne

Les 7 expressions de mes enfants qui m’agacent fortement

2
dispute-homme-femme
Chère Daronne

Help, comment faire la paix entre amis fâchés quand on est adulte ?

2
Source : Madmoizelle
Daronne

«  Je leur présente tout simplement quelqu’un que j’aime », Marie nous raconte son coming out à ses enfants

Source : Pexels
Parentalité

Pourquoi il est important de retenir aussi les pires moments de la maternité

11

Pour les meufs qui gèrent