Live now
Live now
Masquer
alix-cannes-robuste
Cinéma

Alix à Cannes, jour 2 — Festival de coïncidences et libération héroïque d’une prisonnière

08 juil 2021
Alix Martineau est notre reporter de choc au Festival de Cannes 2021 ! Entre deux gorgées de Spritz, elle vous raconte ses rencontres improbables avec des stars et vous parle bien sûr des films qu’elle a la chance de découvrir.

Il est revenu ! Le mojo est revenu !

Après une journée à collectionner des galères de l’enfer, voilà que je m’apaise, pendant que les premiers rayons du soleil brûlant de Cannes caressent le Festival. J’ai dormi huit heures en deux nuits, et pourtant, je me sens renaître.

La longue complainte de la privilégiée est terminée, bienvenue dans cet épisode 2 de mes aventures au Festival de Cannes : Alix en connexion avec l’Univers. En revanche, je serai toujours une drama queen.

Festival de coïncidences et Monrovia, Indiana de Frederick Wiseman

Tous les livres de développement personnel que j’ai lus (au nombre de un) incitent à faire confiance à l’Univers, pour pouvoir expérimenter des synchronies. Grosso modo, il t’arrive des coïncidences marrantes quand tu regardes autour de toi.

C’est ce que j’ai décidé de faire ce matin, et ça n’a pas loupé. Cimer l’Univers.

Hier, dans le train, je lisais Supplément à la vie de Barbara Loden, de Nathalie Léger. Quelle ne fut pas ma surprise d’y parcourir un passage évoquant le réalisateur Frederick Wiseman, alors que je venais de réserver ma place à la Quinzaine des Réalisateurs — une sélection parallèle au Festival — pour son film Monrovia Indiana, qui documente la vie des habitants de Monrovia ayant voté à 76% pour Trump en 2016.

La bande-annonce de

Je n’avais jamais entendu parler de lui. La honte, c’est un des documentaristes les plus productifs, et à 91 ans le gars n’a toujours pas pris sa retraite ! Je me rends donc à la projection avec la sensation que j’y suis destinée (oui, au moins).

Dans la file d’attente, un vieil homme initie une discussion avec moi sur les bienfaits des impressions papier des QR codes qui nous permettent d’accéder à nos places. On rit ensemble de bon cœur jusqu’à atteindre nos places respectives, l’occasion de me rendre compte… Que c’est Frederick Wiseman ! Et qu’il parle un français parfait, soit dit en passant.

S’ensuit la présentation de Monrovia, Indiana, un documentaire long et contemplatif qui s’installe dans la vie des habitants de Monrovia. Sans la moindre interview, par une simple installation de la caméra qui se fond jusqu’à disparaître dans le quotidien des « 76% », on accède à un constat presque inaltéré (il reste le montage qui manque forcément toujours un peu d’objectivité, mais qui se fait le battement de cœur du film).

Jamais le nom de l’ex-président des États-Unis n’est prononcé. On pénètre des quotidiens banals, sans meetings politiques ni casquettes à l’effigie du Donald. Que font ces électeurs le samedi après-midi ? Et le dimanche soir ? De quoi parlent-ils à la mairie, chez les francs-maçons, au bar, au magasin d’armes ?

La multitude des personnages et leur oubli total de la caméra nous emmènent en totale immersion dans une Amérique rurale pendant 2h20 d’observation, que j’ai fini de digérer à coups de Spritz pendant un apéro sur un rooftop. Dure vie.

Rencontre inattendue et Robuste de Constance Meyer

Mais les synchronies ne s’arrêtent pas ici !

Je suis dans les toilettes de la salle Miramar, prête à soulager ma vessie avant d’assister à la Cérémonie d’ouverture de la Semaine de la Critique, une autre des nombreuses sélections parallèles à la Compétition officielle. Une voix s’élève alors et implore qu’on la débloque de son cabinet : elle s’est enfermée de l’extérieur sans faire exprès, la poignée est défectueuse.

Quelle n’est pas ma surprise : je libère Camélia Jordana, jury pour la Semaine de la Critique, entre ses activités de chanteuse et d’actrice à succès. D’aucuns appelleront cette rencontre une anecbof de star, moi j’appelle ça un destin. Car sans moi, Camélia serait peut-être toujours coincée dans les toilettes de la Salle Miramar.

Après une ouverture de cérémonie joyeuse et conviviale (bien moins coincée que celle de la Compétition officielle !), je découvre le premier film de Constance Meyer : Robuste, avec Déborah Lukumuena — que j’avais déjà reçue dans un épisode d’Affichées, notre podcast cinéma et séries — et Gérard Depardieu.

Lui joue une star de cinéma vieillissante, qui rencontre Aïssa (Déborah Lukumuena) alors qu’elle remplace son assistant et agent de sécurité. Entre l’acteur désabusé et la jeune femme, une amitié unique va se développer.

Déborah Lukumuena interprète une lutteuse d’un calme olympien, véritable force tranquille qui parvient à calmer les angoisses d’un Depardieu qui semble très seul malgré son immense notoriété. Une jolie rencontre de cinéma, mais aussi de corps « hors-normes » comme le définit sa réalisatrice.

Une magnifique soirée que je solde en dansant jusqu’au bout de la nuit à la soirée du film, sur la plage. Merci l’Univers !

À lire aussi : Alix à Cannes, jour 1 — Festival de galères et cunnilingus en chanson

Les Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire sur cet article.

Réagir sur le forum

Plus de contenus Cinéma

Cinéma
louisette 2

Le film Louisette donne la parole aux victimes silenciées des viols de l’armée française en Algérie

Maya Boukella

07 oct 2022

Cinéma
temoignage-culture-cinema-coronavirus

« Nous sommes à un moment crucial » : pourquoi le cinéma français a-t-il organisé des États généraux ?

Maya Boukella

07 oct 2022

Actualité mode
Publication Instagram le 6 octobre 2022 de Jared Leto d'une ancienne photo de lui avec Karl Lagerfeld, décédé en 2019

Jared Leto incarnera Karl Lagerfeld dans un futur biopic, et ça s’annonce controversé

Anthony Vincent

07 oct 2022

Cinéma
the wonder

Netflix : Florence Pugh est confrontée au mystère dans la bande-annonce de The Wonder

Maya Boukella

06 oct 2022

Cinéma
l’origine du mal

Thriller imprévisible, L’Origine du mal est le meilleur film au cinéma cette semaine

Maya Boukella

05 oct 2022

Cinéma
novembre david koskas

Novembre : le film sur les attentats de 2015 avec Jean Dujardin est à l’affiche

Maya Boukella

05 oct 2022

15
Cinéma
incroyable mais vrai gaumont

Quentin Dupieux : la bande-annonce de Fumer fait tousser est aussi délirante que son casting

Maya Boukella

04 oct 2022

Cinéma
film français 5

Critiqué pour sa Une 100% blanche et masculine, Le Film français s’excuse… mais est-ce assez ?

Maya Boukella

03 oct 2022

6
Cinéma
Sacheen Littlefeather creative commons

Sacheen Littlefeather, voix des amérindiens à Hollywood, est morte à 75 ans

Maya Boukella

03 oct 2022

6
Cinéma
bones and all

L’horreur monte d’un cran dans la bande-annonce de Bones & All, la romance cannibale avec Timothée Chalamet

Maya Boukella

30 sep 2022

2

La pop culture s'écrit au féminin