Live now
Live now
Masquer
La Rue Montorgueil, Monet
Médias

A-t-on vraiment besoin de prêter attention aux conseils antivax des influenceuses ?

Blogueuse mode pionnière dès 2006, Garance Doré cultive encore une communauté de 700.000 personnes à laquelle elle vient de tenir un discours aux inquiétants relents antivax, sous couvert de patriotisme.

Longtemps, tout ce que touchait Garance Doré se transformait en or. Après avoir fondé un blog mode en juin 2006 depuis Marseille d’abord, puis Paris ensuite, avant de s’installer à New York City, Mariline Fiori de son vrai nom a connu un succès retentissant grâce à sa position de pionnière des blogs et à son coup de crayon reconnaissable qui signe encore de belles illustrations

De blogueuse mode à vendeuse de son propre lifestyle

Si une nouvelle génération d’influenceuses peut sembler avoir ringardisé les blogueuses historiques comme Garance Doré, ces dernières n’en ont pas moins perdu l’essentiel de leur énorme communauté consolidée au fil des années, tout en ayant réussi avec plus ou moins de succès à transformer leur blog en média émancipé de leur personne.

L’essai a été relativement infructueux pour Leandra Medine-Cohen (1 million d’abonnés) et son blog Man Repeller, qu’elle a changé en média avant de devoir le quitter (sur le pourquoi du comment, je vous recommande chaudement le podcast The Cutting Room Floor, et l’épisode dédié The Tanning of America) et qui est devenu Repeller (2,4 millions d’abonnés, désormais).

Mais pour Garance Doré, couper le cordon lui a permis de regagner en influence très personnelle tandis que son site rebaptisé wearedore.com a perdu de son charme à force de s’institutionnaliser. Grâce à un sentiment d’intimité recréé avec sa fidèle communauté, l’illustratrice-entrepreneuse est progressivement passée de parler principalement de mode à plus largement de son mode de vie. Ou devrais-je dire « lifestyle », mot fourre-tout en général qui prend tout son sens avec Mariline Fiori dont le meilleur produit de sa marque Garance Doré est devenu sa propre vie. 

De blogueuse mode à vendeuse de lifestyle, elle décline désormais sa prose sur sa vie et sa vision du développement personnel via un abonnement privé et payant, « L’île » sur garance.world. Celui-ci permet d’accéder à une newsletter tout aussi confidentielle, et des retraites spirituelles organisées par ses soins. Toute ressemblance avec une secte serait purement fortuite…

Garance Doré fait-elle d’une position antivax un discours pseudo-patriotique ?

Difficile de connaître le contenu de ses stages pour devenir un peu plus comme Garance Doré, mais force est de constater qu’elle s’avère fan de médecines alternatives plus ou moins ésotériques. Et elle a bien le droit. Sauf que le 17 juillet 2021, elle vient de publier un nébuleux texte se voulant nuancé sur les libertés individuelles face au vaccin en cette période de pandémie : 

 
 
 
 
 
Voir cette publication sur Instagram
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Une publication partagée par Garance Doré (@garancedore)

« Pas de discussions à propos de se vacciner ou ne pas se vacciner ici. Votre corps, votre intégrité. Qu’importe votre choix, je le respecte et le soutiens totalement.

Aujourd’hui, je veux simplement me joindre au peuple français pour exprimer pacifiquement mon mécontentement face aux récentes restrictions de nos libertés durement gagnées. Je ne les ai jamais prises pour acquises et j’ai toujours su qu’elles devaient être protégées avec courage et détermination.

C’est peut-être le jour. »

Garance Doré, sur son compte Instagram @garancedore

Jusque là, rien de scandaleux, notamment parce que le doute subsiste quant à la source de son mécontentement, car clairement, le gouvernement français enchaîne les décisions inquiétantes et les volte-face révoltants. Sauf que le propos de Garance Doré se précise ensuite autour de la vaccination : 

« C’est pour mon frère qui est restaurateur et ne sait pas comment il va rester ouvert et nourrir sa famille, c’est pour mon ami qui a un adolescent malade qu’elle ne peut pas vacciner et qui par conséquent pourrait être privé de son droit d’aller à l’école. »

Garance Doré, sur son compte Instagram @garancedore

Elle place alors sur le même plan un commerçant au bord de la faillite et une mère qui ne pourrait pas vacciner son enfant et s’attriste qu’il ne puisse pas aller à l’école. Or, elle ne donne pas plus de détails sur sa maladie qui l’empêcherait d’être vacciné mais pas d’aller à l’école mettre en danger la santé de plein d’autres enfants face au Covid, en temps de pandémie qui a déjà privé tant d’étudiants de la possibilité d’étudier dans de bonnes conditions.

Après s’être appuyée uniquement sur deux exemples personnels tronqués, présentés à grands renforts de pathos pour feindre d’analyser une situation plus globale, Garance Doré enchaîne alors : 

« Et c’est pour moi qui utilise rarement ma voix sur ce type de sujets qui souhaite sortir de cet état de peur. C’est pour se rappeler qu’une nation divisée est vulnérable. C’est pour la liberté d’expression. C’est à la sagesse de discerner, en ces temps de turbulence, ce pour quoi nos aînés se sont battus, quels systèmes ils ont créé pour nous protéger, et quelles valeurs fondamentales nous défendons, quelles que soient nos croyances. 

Liberté, Égalité, Fraternité. »

Garance Doré, sur son compte Instagram @garancedore

Sauf que ce texte en apparence nuancé soutient en creux l’idée que des personnes non-vaccinées devraient avoir le droit de circuler librement dans des espaces clos, tels qu’une école. Autrement dit, Garance Doré soutient publiquement la possibilité d’être antivax, et place même cette rhétorique comme un acte patriotique auprès de sa communauté de plus de 700.000 personnes.

Or, d’après l’article 4 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen (plus valeurs françaises, tu meurs) :

« La liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui : ainsi, l’exercice des droits naturels de chaque homme n’a de bornes que celles qui assurent aux autres Membres de la Société la jouissance de ces mêmes droits. Ces bornes ne peuvent être déterminées que par la Loi. »

Déclaration des droits de l’homme et du citoyen

Demander aux gens d’avoir un pass sanitaire pour accéder à certains espaces, revient finalement à demander aux gens d’avoir leur code de la route pour conduire une voiture.

Un archétype d’antivax dangereusement plus socialement acceptable

Alors que la plupart des récentes publications de Garance Doré plafonnent habituellement autour des 9.000 likes, cette publication culmine à 12.000, signe qu’elle a plus de succès que d’habitude. Pour Clara Defaux, YouTubeuse plus connue sous le pseudo Clarinette et spécialiste des fan studies (champs d’études sociologiques et médiatiques autour des comportements de fans et de leur culture), cette publication de Garance Doré s’avère révélatrice d’une dérive de certaines influenceuses développement personnel : 

« Quand on parle de personnes antivax, la première image cliché qu’on a en tête, c’est un Français moyen, plutôt issu de classes populaires, mal informé, parce qu’on l’imagine coupé des médias dont il se méfie. Or là, Garance Doré correspond à un profil complètement différent, biberonné à des comptes Insta de médecines alternatives ésotériques.

Cela révèle une toute autre part d’antivax, celle de personnes ultra-privilégiées. Elles peuvent alimenter d’autres formes de discours de méfiance, dans une version presque romantisée. »

Clara Defaux, YouTubeuse de la chaîne Clarinette

Cette version luxe de l’antivax, qui avance sans masque au nom de la liberté individuelle, n’est d’ailleurs pas du tout reçue de la même manière que lorsqu’un fond de discours similaire est tenu par des personnes issues des classes populaires. Bien packagé, son message n’en apparaît que plus respectable, relayable, et apte à susciter l’adhésion, résume Clara Defaux : 

« C’est aussi en tant que femme blanche, bourgeoise, influente entrepreneuse et artiste à l’univers très centré sur le corps, que Garance Doré porte un message qui va trouver un écho plutôt favorable, que des gens vont pouvoir repartager en se disant que c’est la version “aesthetics” d’un post antivax. »

Clara Defaux, YouTubeuse de la chaîne Clarinette

Pire, l’algorithme d’Instagram qui favorise les posts provoquant le plus d’engagement peut même en décupler la visibilité, quand bien même il susciterait des commentaires négatifs. Après, cela ne veut pas dire que des personnes qui se disent neutres sur le sujet vont être converties à une idéologie antivax par un seul post de Garance Doré.

L’influenceuse ne peut pas rendre à elle-seule une partie de sa communauté antivax via Instagram, mais cela conforte les personnes qui l’étaient déjà dans leur position, et les fidélise encore plus. D’autant qu’Instagram est un réseau social particulièrement affinitaire, c’est-à-dire qu’il fédère des personnes autour de goûts communs au point de créer des phénomènes de bulle, comme l’illustre bien Garance Doré.

Elle qui a bâti un empire autour de son pseudo devenu une marque et a fait de son mode de vie son meilleur produit pourrait bien faire du culte de sa personnalité un modèle économique. Beaucoup de célébrités le font déjà et ont bien le droit de le faire. Sauf que là, on ne parle pas d’envoyer une vidéo d’anniversaire personnalisée, mais de conseils santé en période de pandémie.

Relativement à l’abri grâce à son mode de vie d’ultra-privilégiée, l’influenceuse devenue gourou  pourrait ainsi mettre en danger la vie de beaucoup d’autres personnes, s’inquiète Clara Defaux: 

« Cette posture de “vouloir créer des discussions”, “ouvrir la réflexion” derrière ce type de prises de paroles publiques faites par des personnes qui veulent juste exprimer ce qui sécurise leurs privilèges après un an et demi de voyages perpétuels pendant que des millions de gens crevaient du virus me paraît plus que dérangeante. »

Clara Defaux, YouTubeuse de la chaîne Clarinette

En effet, Garance Doré s’affichait sur Instagram en train de prendre l’avion aux quatre coins du monde à de multiples reprises tout au long de la pandémie. Et le dérangement ne fait que croître quand on lit le compte Instagram de L’Île, la partie dédiée à la « communauté privée » de Garance Doré, qui écrivait dans le plus grand des calmes en novembre 2020, en plein chaos d’élection présidentielle américaine se rajoutant à la pandémie : 

 
 
 
 
 
Voir cette publication sur Instagram
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Une publication partagée par L’Île (@wearelile)

« Je me suis adonnée à des complots pendant une minute, cela a apaisé mon cerveau épuisé et j’ai eu l’impression de vivre dans la matrice – « Merde j’ai pris la pilule rouge et tout le monde dort » pensai-je une seconde. Et puis, dieu soit loué, j’ai sauté dans un avion pour l’Europe. »

Garance Doré, sur son compte Instagram @wearelile

Derrière l’humour discutable de sa prose autour de son train de vie à peine ralenti par le Covid, Garance Doré illustre aussi le rapprochement inquiétant entre les complotistes et les influenceuses-gourous développement personnel adeptes d’un capitalisme New Age. Le média Vox vient d’écrire une enquête sur la récupération des mouvements de bien-être par les complotistes, dont les antivax.

De là à dire que Garance Doré est une complotiste, il y a tout un chemin que je ne prendrais pas, mais la vigilance reste de mise sur Instagram, qui devient aussi un territoire de désinformation et d’endoctrinement.

À lire aussi : Les influenceuses noires sont-elles moins bien payées que les blanches ?

Les Commentaires
44

Avatar de MerylTriste
26 juillet 2021 à 21h26
MerylTriste
@MerylTriste tu n'as pas besoin d'être agressive et condescendante envers les gens avec qui tu n'es pas d'accord, ça ne mène nulle part.
D'autre part la science EST un débat, ce n'est pas parce qu'elle suit une méthode stricte, randomisée et contrôlée qu'on ne débat pas. Tout simplement parce que nous sommes des êtres humains et que nous pouvons commettre des erreurs malgré les contrôle. C'est même pour ça qu'on a des disciplines connexes à la science qui ne s'occupent quasiment que de débattre.
Certaines personnes, dont sûrement ici, ont PEUR. Et c'est normal.
C'est normal d'avoir peur d'une chose qu'on nous explique pas ou qu'on nous explique mal ou sur laquelle on lit des informations contradictoires, dont on n'est pas à même de juger la valeurs scientifique si on ne connait pas les méthodes de développement de ces études.
Ce n'est pas parce que j'exerce mon droit de ne pas répondre (ni même écouter) des discours antivax que je suis condescendant·e. Je ne crois pas en Dieu, je respecte celles et ceux qui croient en Dieu, je respecte ces mêmes personnes si elles croient que Dieu a créé l'univers, et je refuse purement et simplement de débattre avec elles si elles veulent débattre de la création de l'univers, dès lors qu'elles réfutent le consensus scientifique pour l'attribuer à la création divine (on peut croire que Dieu est à l'origine du Big Bang, je ne refuse pas le débat philosophique, je refuse le débat scientifique avec des gens qui ne discutent pas dans le champ de la science). On peut débattre en science, on ne peut pas débattre science contre religion, faits contre convictions.
Je respecte les antivax et leur choix de ne pas se faire vacciner ; je n'investis aucune minute de mon temps à débattre avec des gens qui réfutent les faits.
"J'ai peur de me faire vacciner, parce que..." --> ok, je veux bien discuter
"Le vaccin est dangereux, parce que..." --> ok, fin de la discussion me concernant - non pas parce que je pense que la personne est conne et que je la méprise, mais parce que je me préserve - et que je pense fondamentalement qu'il faut vouloir discuter pour pouvoir discuter, et qu'une personne qui ouvre ou poursuit une discussion en assénant des faits faux ("le vaccin est dangereux&quot plutôt qu'en exprimant une émotion/un ressenti/une pensée ("je me méfie du vaccin, parce que...&quot, je ne vois même pas l'intérêt intellectuel et humain à poursuivre la discussion.
Respecter les autres, ce n'est pas renoncer à soi. Je respecte leur espace, et je protège le mien.
1
Voir les 44 commentaires

Plus de contenus Médias

Médias
Lesbien Raisonnable lance une campagne Ulule

Un site d’infos lesbiennes et un « Netflix du Gouinistan », ça vous tente ? Alors par ici !

Anthony Vincent

27 avr 2022

SEXO
Sponsorisé

Oubliez tout ce que vous savez sur les sextoys, LELO présente sa dernière création

Humanoid Native
Grossesse
Capture d’écran 2022-04-19 à 09.58.28

Chez Vogue, on adore Rihanna mais on retouche sa ligne de grossesse dans le plus grand des calmes

Camille Abbey

19 avr 2022

Actu mondiale
Instagram-marina-Ovsiannikova-russe-guerre-ukraine-poutine

Après son acte de bravoure durant un JT russe, Marina Ovsiannikova continue le combat en Allemagne

Marie Chéreau

12 avr 2022

Médias
Zelensky_V

Héros de la résistance et nouvel Internet Boyfriend : que nous dit la hype autour du président de l’Ukraine Volodymyr Zelensky ?

Médias
manifestation vancouver solidarite ukraine flickr

Face aux fake news sur le conflit ukrainien, quelques ressources pour bien s’informer

Maëlle Le Corre

28 fév 2022

4
Télé
[Site web] Visuel horizontal (1)

Enfin ! Les tigres disparaissent de Fort Boyard, avec un peu d’avance

Eva Levy

24 fév 2022

2
Féminisme
jean-jacques-bourdin-rmc-bfm-tv-matinale

Messages sexuels, baiser forcé… les comportements de Jean-Jacques Bourdin dénoncés par plusieurs femmes

Maëlle Le Corre

15 fév 2022

Médias
jean-jacques-bourdin-bfm-la-france-dans-les-yeux

BFM et RMC décident d’écarter de l’antenne Jean-Jacques Bourdin, accusé d’agression sexuelle

Maëlle Le Corre

24 jan 2022

3
Féminisme
workin-lait

Cachez ce post-partum que je ne saurais voir : Facebook bloque des pubs pour des culottes et du matos d’allaitement

Camille Abbey

14 jan 2022

La société s'écrit au féminin