Live now
Live now
Masquer
Portraits de troubles mentaux sur TikTok
Psycho

À quoi ressemble la dépression ? Sur TikTok, l’intelligence artificielle reproduit les symptômes de troubles mentaux !

Sur TikTok, des artistes réalisent des portraits viraux à l’aide de l’intelligence artificielle pour reproduire les symptômes de certains troubles mentaux.

On l’a vu avec la troublante accessibilité des deepfakes, qui, utilisés à mauvais escient dans le porno peuvent ruiner des vies : l’intelligence artificielle est de plus en plus manipulable par le commun des mortels. Un tuto et quelques connaissances en informatique peuvent suffire à générer des contenus parfois très sophistiqués.

Les milliers de fichiers disponibles gratuitement en open source sur internet permettent aux internautes les plus patients de produire des paysages cauchemardesques, d’étranges glitchs ou des vidéos truquées criantes de réalisme. Plus récemment, l’IA a commencé à servir de support aux artistes digitaux qui conçoivent de curieux tableaux guidés par les algorithmes.

Et comme aucune tendance n’échappe à TikTok, la plateforme est devenu le lieu privilégié de ces créateurs et créatrices. Une poignée d’entre eux et elles utilisent même l’IA pour façonner des œuvres capables de reproduire certains troubles mentaux, comme la dépression, la bipolarité ou encore l’anxiété.

TRIGGER WARNING :

Certaines oeuvres contiennent des éléments très perturbants, proches de l’horreur et du gore.

Le but n’est pas vraiment d’offrir une image claire de ce que sont ces troubles, mais plutôt le sentiment, les émotions qu’ils suscitent chez les personnes qui en sont atteintes.

À quoi ressemble la dépression ?

Tout a commencé lorsque Kier Spilsbury, une chercheuse de Brisbane, est tombée sur un lien vers un logiciel d’IA et un mode d’emploi pour apprivoiser la bête. Depuis, la créatrice partage ses œuvres réalisées à partir des dizaines de demandes de ses abonnés.

Parmi les demandes, les plus populaires sont celles qui la sollicitent pour reproduire les symptômes de diverses maladies de la santé mentale. Même histoire, ou presque, du côté de literallyjustvin qui publie des vidéos simulant la paralysie du sommeil ou d’autres troubles. Le but n’est pas vraiment d’offrir une image claire de ce que sont ces troubles, mais plutôt le sentiment, les émotions qu’ils suscitent chez les personnes qui en sont atteintes.

@kiertwice

Reply to @icryinthebathtub I’d love to hear your interpretations of this one #bipolar #vqganclip #ganart #horrortok #scary #feverdream

♬ original sound – kier | kiertwice

Comment diable fonctionnent ces sorcelleries ? C’est plutôt simple (du moins, quand vous savez apprivoiser l’IA) : il suffit d’introduire des termes, des expressions ou des descriptions des troubles dans le générateur qui pioche ensuite des images sur le web et les mixe pour en faire un étrange condensé, parfois horrifique.

L’intelligence artificielle qu’utilise Kier Spilsbury s’appelle VQGAN+CLIP. D’après un article de Vice, elle fonctionne « en fouillant rapidement dans des milliards d’images Google pour créer des œuvres d’art basées sur des invites textuelles. Même de légères variations dans les mots utilisés peuvent produire des résultats très différents. Pour la série sur la santé mentale, Spilsbury a expérimenté en donnant à l’IA des instructions intentionnellement vagues. »

Résultat : trouble de la personnalité limite, syndrome de stress post-traumatique, dépression ou encore trouble déficitaire de l’attention sont mis en images, avec plus ou moins d’étrangeté.

L’intelligence artificielle utilisée à ce type de fin artistique permet de « représenter des expériences complexes de manière inédite. »

« Cette vidéo correspond exactement à ce que je ressens souvent dans ma tête »

Mais pourquoi voudrait-on mater des vidéos aussi malaisantes ?

Simplement par curiosité, pour les internautes qui se demandent ce que ça fait de vivre avec de l’anxiété ou une dépression, ou pour se sentir plus comprises, pour les personnes atteintes de ces troubles. La majorité des commentaires sous les contenus de ce genre d’artistes viennent d’internautes ayant reçu un diagnostic concernant des troubles de la santé mentale. Ces personnes trouvent un certain réconfort dans ces drôle d’imageries.

L’article de Vice rapporte un des commentaires sous les vidéos de Kier Spilsbury :

« En tant que personne souffrant de TDAH sévère, cette vidéo correspond exactement à ce que je ressens souvent dans ma tête. »

L’intelligence artificielle utilisée à ce type de fin artistique permet de « représenter des expériences complexes de manière inédite. »

Et ça, ça n’a pas de prix !

À lire aussi : Attention aux faux porno : le deepfake est de plus en plus accessible

Crédits photos : Kier Spilsbury et literallyjustvin


Et si le film que vous alliez voir ce soir était une bouse ? Chaque semaine, Kalindi Ramphul vous offre son avis sur LE film à voir (ou pas) dans l’émission Le seul avis qui compte.

Les Commentaires

1
Avatar de Foxy*
1 décembre 2021 à 12h12
Foxy*
Sa représentation du C-PTSD est pas mal du tout !
0
Réagir sur le forum

Plus de contenus Psycho

Source : WB / YouTube
Psycho

Le syndrome de la fille aînée, ou quand être la grande sœur bousille sa santé mentale

4
Mode

Quelle est la meilleure culotte menstruelle ? Notre guide pour bien choisir

Humanoid Native
Source : NBC
Psycho

Vous souffrez d’anxiété sociale ? Essayez la « Rejection Therapy »

4
Source : Nadezhda1906 de Getty Images Pro
Daronne

Mon enfant doit-il consulter un psychologue ? Voici les 6 signes identifiés par les spécialistes

femme-triste-cigarette
Psycho

Souffrez-vous de FOPO ? (À ne pas confondre avec le FOMO)

15
Source : HBO
Amours

La « girlfriend fluffer », ou quand votre partenaire vous utilise comme pansement

4
femme-bar-verre-alcool // Source : URL
Santé

« À 29 ans, je dois arrêter l’alcool car c’est devenu incontrôlable » : dans la vie de Juliette, alcoolique mondaine

3
Source : Midjourney/ image générée par IA
Psycho

Râler rendrait heureux (seulement sous certaines conditions), affirme une étude

2
couple-dispute
Psycho

Divorce : mauvaise nouvelle, cette croyance populaire est finalement d’actualité

6
Léontine Behaeghel
Psycho

« J’ai vécu enfermée, isolée pendant neuf mois » : Léontine Behaeghel nous raconte sa relation d’emprise avec son parrain de 60 ans

pexels-liza-summer-6382633
Santé mentale

« Ma psy m’a appris à comprendre et accepter mes émotions sans lutter contre elles » : Louise a testé cette nouvelle façon de suivre une thérapie

La vie s'écrit au féminin