Live now
Live now
Masquer
ok-allergie
Santé

Allergies au pollen : le réchauffement climatique joue-t-il un rôle dans la dégradation des symptômes ?

17 mai 2022
Éternuements, nez qui coule, picotements, démangeaisons et yeux rouges… Vous avez remarqué que depuis quelques années vos allergies vont de mal en pis ? On vous explique pourquoi. 

Lorsqu’on est allergique au pollen (graminées, herbacées, bouleaux, frênes, cyprès…), on sait que l’arrivée du printemps rime avec un rhume des foins qui va durer 1,2 voire parfois 6 mois. Mais depuis quelques temps, voilà que les allergies se font de plus en plus longues et intenses pour les personnes qui en souffrent. Vous êtes touchée ? Mais savez-vous pourquoi ?

Pour le ministère de l’Ecologie, ce phénomène est dû aux changements climatiques. Parce qu’il fait chaud, la période de pollinisation est rallongée, ce qui augmente la production de pollen et, fatalement, la quantité circulant dans l’air. C’est le cas notamment du bouleau, qui, étudié par l’Observatoire national sur les effets du réchauffement climatique est tenu responsable d’allergies dans le nord de la France. D’après Samuel Monnier : 

« Sur plus de trente ans, la quantité de pollens augmente en même temps que la courbe de températures. L’évolution des températures n’a fait qu’entraîner une hausse de la quantité de pollens de bouleau émis et donc une augmentation des allergies. »

Sur le site du gouvernement, on peut d’ailleurs lire la même théorie : 

« La répartition des végétaux est en train d’évoluer : certaines espèces typiques du sud, comme l’olivier ou le cyprès, très allergisants, remontent vers le nord. À cette évolution, qui modifie l’exposition des populations aux allergènes, il faut ajouter d’autres phénomènes aussi liés au réchauffement : les émissions de pollens durent plus longtemps, les pollens sont plus allergisants et l’accentuation de la pollution stresse les plantes qui se mettent à produire davantage de pollens. »

L’institut national de la santé et de la recherche médicale établit le même diagnostic et constate que les réactions allergiques tendent à augmenter : « La forte composante génétique des allergies est connue de longue date. Mais l’augmentation de la fréquence de ces maladies est beaucoup trop rapide pour être expliquée par un changement de notre constitution génétique. Cependant, il est désormais bien établi que l’expression de nos gènes peut être modifiée par l’environnement, via des mécanismes épigénétiques. Or, notre environnement subit actuellement des changements majeurs. » 

okokok
@cottonbro

La pollution atmosphérique également en cause

Comme si ça ne suffisait pas, la pollution atmosphérique est également l’une des causes pointer du doigt. L’Insern explique d’ailleurs que certains polluants sont également des gaz à effet de serre : 

« La pollution atmosphérique, notamment l’ozone et les particules de diesel, aurait aussi un rôle dans l’augmentation de fréquence des allergies aux pollens. » 

Sans parler du fait que la pollution a un effet irritant sur les voies respiratoires selon les propos de l’allergologue Dina Kabirova à France Tv Info.

Le masque est-il efficace pour prévenir les allergies au pollen ? 

La réponse est oui ! Evidemment, ça ne vous enlèvera pas tout signe d’allergie, mais le port du masque peut aider à réduire les symptômes. C’est du moins ce qu’avance le Professeur Frédéric de Blay, président de la Fédération française d’allergologie (FFAL), et chef du service d’allergologie, d’asthmatologie et de pathologie respiratoire des Hôpitaux universitaires de Strasbourg (Bas-Rhin) à Ouest France. Il explique : 

« S’ils portent le masque, les patients qui sont allergiques au pollen ont effectivement moins de symptômes, de rhinites ou même d’asthme. On a d’ailleurs fait une étude à Strasbourg, dans une chambre d’exposition allergénique au pollen dans laquelle on a testé des masques. On a montré que les patients qui ont de l’asthme au pollen de bouleau peuvent rester plus longtemps dans la chambre lorsqu’ils portent un masque. Donc les masques les protègent des symptômes. Idem pour la rhinite allergique. Alors c’est variable, bien sûr, d’une personne à une autre. 100 % des allergies ne sont pas forcément protégées par les masques mais pour un certain nombre d’entre elles, oui, le masque réduit ou améliore les réactions allergiques. »

C’est bon à savoir !

À lire aussi : Comment distinguer une allergie au pollen du coronavirus ?

Photo de @cottonbro provenant de Pexels.

Les Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire sur cet article.

Réagir sur le forum

Plus de contenus Santé

cocktail sans alcool
Témoignages

J’ai fait le Dry january et après un mois, mon foie peut faire revenir l’être aimé

Aïda Djoupa

29 jan 2023

17
ok-2
Santé

Voici les 5 activités physiques les plus bénéfiques pour la santé selon une étude d’Harvard

Élodie Frégé se confie sur son rapport compliqué à l'alcool dans un podcast décomplexant
Actu en France

Élodie Frégé se confie sur son rapport compliqué à l’alcool dans un podcast décomplexant

Anthony Vincent

26 jan 2023

Une modélisation 3D d'utérus entre des mains gantées © Kalinovskiy de la part de Getty Images via Canva
Santé

Recommandé pour les filles et les garçons, le vaccin contre le papillomavirus toujours boudé en France

Anthony Vincent

24 jan 2023

20
msa-memo-sante-carnet-de-sante-virtuel-suivi-sante
Daronne

Mémo Santé Enfant : mes trois fonctionnalités anti charge mentale préférées

gayatri-malhotra-unsplash-abortion-is-healthcare
Santé

Restreindre le droit à l’IVG peut-il avoir des conséquences sur la santé mentale et le taux de suicide ?

Maëlle Le Corre

30 déc 2022

4
louane
Société

TDAH, TCA, pensées suicidaires : Louane couche ses pires souffrances dans une lettre bouleversante

Maya Boukella

27 déc 2022

pexels-andrea-piacquadio-malade grippe
Santé

Vous aussi, vous vous demandez pourquoi la grippe est aussi violente cette année ?

Maëlle Le Corre

27 déc 2022

13
Le podcast Les Maux bleus raconte la santé mentale avec expertise et sensibilité
Psychologie

Le podcast Les Maux Bleus déstigmatise la santé mentale, avec expertise et sensibilité

Anthony Vincent

22 déc 2022

2
Une femme dans un lit d'hopital parlant à un médecin © Rodnae production de la part de Pexel
Actu en France

Fin de vie : la Convention citoyenne annonce les 10 principales pistes de réflexion 

Camille Lamblaut

21 déc 2022

La vie s'écrit au féminin