90% des Afro-Américains sont traqués pendant leur shopping. Et en France, alors ?


Une étude menée à l'échelle des États-Unis rapporte que 90% des personnes afro-américaines estiment avoir été traquées en raison de leur race sociale perçue. Ce qui confirme une expérience également commune en France, et pourtant non chiffrée, donc difficile à tacler.

90% des Afro-Américains sont traqués pendant leur shopping. Et en France, alors ?pexels-photo-4177734

Ça vous est peut-être déjà arrivé, à vous ou à une personne de votre entourage : le vigile qui ne vous lâche pas d’une semelle chez H&M ou Sephora. Et si chiffrer le phénomène en fonction des races sociales perçues susciterait sans doute un tollé dans la seconde au « pays des Lumières qui ne voit pas les couleurs », ce n’est pas le cas aux États-Unis.

(Oui, on parle bien de « race sociale » car race biologique n’a pas de sens : c’était une invention pour hiérarchiser les humains et justifier l’esclavage, depuis longtemps démentie par les sciences dures, même si l’extrême-droite continue d’adorer le concept. En revanche, les sciences sociales parlent de races sociales pour désigner les constructions produites par le racisme, qui font qu’on entretient des préjugés en fonction de l’apparence de certaines personnes, que ces dernières galèrent à trouver un emploi, un logement, sont davantage contrôlées par la police, ou suivies dans les magasins. Ces personnes sont assignées à une race sociale, d’où le terme de « personne racisée ».)

52% des personnes traquées ne retournent plus dans les boutiques concernées

Une étude sur le sujet, menée par DealAid (un cabinet d’études sur l’expérience consommateur) auprès de 1.020 personnes qui se définissent comme Afro-Américaines, rapportent des chiffres alarmants. Plus de 90% d’entre elles disent avoir été suivies  par la sécurité pendant leurs emplettes pour aucun motif apparent si ce n’est leur race sociale. Parmi elles, 52% disent avoir cessé d’aller dans les boutiques en question.

Les résultats de cette étude nationale confirment celle menée par la marque bien française Sephora : en janvier 2021, la chaîne de boutiques beauté a rapporté que les minorités visibles avaient tendance à éviter de toucher les testeurs, à mettre un point d’honneur à parler avec les vendeuses pour se faire bien voir, et à se sursaper dans l’espoir d’éviter d’être traquées par les vigiles. Beaucoup de ces personnes ainsi racisées préfèrent même acheter en ligne plutôt qu’en boutique, précisément pour ne plus subir ce genre de traitement.

En contexte hexagonal, la complexité de mener ce genre d’études et de communiquer sur les statistiques obtenues sert d’excuse parfaite pour refuser de regarder la réalité du racisme structurel, qui existe en France aussi.

À lire aussi : « Penser la diversité sans inclusion ne mène à rien » : Barbara Blanchard secoue la mode française

Anthony Vincent

Anthony Vincent


Tous ses articles

Commentaires

Nastasja

Oui oui @PetitePaille , c'est vrai pour les vêtements, c'est pour ça que j'avais parlé des trucs vraiment hors de prix, des "vraies" pièces distinctives entre la femme de classe moyenne sup' et la blindée (ou sur-blindée, comme dans le cas de Winfrey) (montre "normale" vs celle pour laquelle il y a une liste d'attente de 10 ans)
Allez ;) pour le sac Vuitton, on sait toutes les deux que ça ne veut plus rien dire à l'heure des super-fakes made in Turkey et de la flex-culture des réseaux avec les gens qui s'affament pendant des mois pour s'offrir un sac d'entrée de gamme XD (j'ai rien contre le Speedy hein, même j'adore, c'est juste pour l'exemple).
Edit: si c'est une commande spéciale type Capucines en cuir exotique par contre, là...
 

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!