Live now
Live now
Masquer
eviter-la-perte-de-cheveux-apres-accouchement
Grossesse

5 conseils pour limiter la perte de cheveux après l’accouchement

Après l’accouchement, la chute d’hormones peut déclencher un baby blues… mais aussi une perte massive de cheveux. Est-ce possible d’éviter ce phénomène ou en tout cas de le limiter ? On fait le point.

Si certaines personnes vivent un post-partum de rêve, d’autres constatent très rapidement après l’accouchement que leurs cheveux commencent à tomber par dizaines voire par milliers. Un moment qui s’accompagne de son lot de questionnements et qui peut s’avérer relativement difficile à vivre pour les jeunes mères.

Heureusement, ce phénomène n’est pas irrémédiable et il peut aussi se limiter en pratiquant les bons gestes. Voici tout ce que vous devez savoir sur le sujet… 

Chute de cheveux après l’accouchement, quelles sont les causes de ce phénomène ? 

Pendant la grossesse, une femme produit des œstrogènes en grande quantité. Ces hormones permettent de vasculariser le cuir chevelu et les cheveux sont donc, en général, plus abondants, plus souples et plus brillants. Mais lorsqu’on accouche, le taux d’œstrogènes chute brutalement ce qui peut entrainer une perte importante de cheveux.  

Mais ça n’est pas la seule cause de l’apparition de ce phénomène, comme l’explique le docteur Fays-Michel au Journal des Femmes : « Le stress, qu’il soit physique ou psychologique, provoque une désynchronisation du cycle et le passage brutal en phase de repos des cheveux, qui se mettent alors à tomber. »

Combien de temps ça peut durer ? 

Comme nous sommes toutes différentes, cette chute de cheveux peut durer plus ou moins longtemps selon les personnes concernées. En moyenne, ce problème peut s’étendre sur deux ou trois mois, mais certaines personnes voient leurs cheveux tomber en masse jusqu’à huit mois après l’accouchement. Évidemment, ce sont des cas rares. Mais si ça vous arrive, sachez qu’il vaut mieux aller consulter un médecin au bout de trois mois, histoire que l’alopécie ne s’installe pas dans le temps, comme le précise Marcel Salvador, expert capillaire du groupe Aderans France dans Elle : « Il ne faut pas laisser perdurer une chute de cheveux après cinq mois. Sinon, elle risque de devenir chronique. »

Il existe plusieurs moyens de prévenir l’alopécie selon sa gravité. 

Conseil n°1 pour prévenir la chute de cheveux après l’accouchement : Évitez les sulfates et les silicones 

Le problème avec les sulfates et les silicones, c’est qu’ils sont contre-productifs. Les premiers permettent de faire mousser le shampoing sans pour autant lui offrir de meilleures propriétés lavantes pour les cheveux, les seconds servent à donner l’impression que la fibre est brillante et en santé.

Dans les deux cas, ce sont deux ingrédients à éviter, car ils s’avèrent particulièrement agressifs pour le cuir chevelu. Si les sulfates assèchent la peau et la déséquilibrent, les silicones recouvrent le cuir chevelu d’un film gras, semblable à de la cire qui asphyxie les pores. En bousculant l’écosystème de cette zone, ils bouleversent également le rythme de pousse du cheveu.

Conseil n°2 : Massez votre cuir chevelu pour stimuler la repousse des cheveux

Vous pouvez également envisager de masser votre cuir chevelu à chaque shampoing. Ce geste, beaucoup plus doux que la friction, permet de nettoyer parfaitement les racines tout en stimulant la pousse des cheveux. « En effectuant des massages toniques sur le cuir chevelu, on va activer sa circulation sanguine au niveau des follicules pileux et donc favoriser la pousse », note Thibault Trépeau, Redken Artist dans L’Express.

Conseil n°3 : Appliquez une lotion à base de kératine 

Le cheveu est naturellement constitué de kératine. Cette protéine naturelle fibreuse représente d’ailleurs près de 85% de la fibre capillaire. Son rôle ? Protéger les cheveux contre les diverses agressions extérieures comme les UV, la pollution ou encore les traitements locaux trop agressifs. Parfois, lorsque la fibre se fragilise, la kératine vient à manquer et dans ce cas précis, une petite cure semble être la bienvenue.

Il existe de nombreux produits de soin sur le marché intégrant de la kératine pour renforcer le cheveu. Mais attention aux surdoses prévient Stéphane Weyl dans Marie Claire : « Lorsque le produit utilisé est très concentré en kératine, il vaut mieux l’utiliser en cure de trois semaines, pour ne pas risquer d’étouffer le cheveu et créer une forme d’addiction du cheveu à la kératine. »

En revanche, si vous allaitez votre enfant, évitez les lissages brésiliens. Ces derniers sont dotés de composants chimiques qui peuvent être nocifs pour le bébé, car ils comprennent généralement du formol pour faire adhérer la kératine au coeur de la fibre.

Conseil n°4 : Misez sur les compléments alimentaires et les vitamines

Avec la fatigue, il est possible que le corps encaisse une chute de vitamines et d’oligo-éléments entrainant d’éventuelles carences qu’il est heureusement possible de compenser. Comment ? Eh bien tout simplement en faisant une cure de vitamines A, B, E, de zinc et de magnésium qui participent au renforcement de la fibre et à la production naturelle de kératine.

En revanche, restez, une fois de plus, très vigilante, car tous les compléments alimentaires ne sont pas compatibles avec l’allaitement. Pour être sûre de ce que vous prenez, demandez l’avis de votre médecin traitant.

Conseil n°5 : Optez pour un traitement hormonal (prescrit par un médecin) si le phénomène se poursuit

Si vous remarquez que la chute de cheveux ne s’arrête pas au bout de trois ou quatre mois ou que la situation s’aggrave, n’hésitez pas à consulter un spécialiste. Ce dernier sera habilité à vous prescrire un traitement hormonal adapté à vos besoins. Une fois de plus, ces derniers diffèrent d’une personne à une autre, voilà pourquoi chaque traitement doit être prescrit de façon personnalisée.

En conclusion, rappelons que la chute de cheveux touche la majorité des femmes venant d’accoucher. Si ça vous arrive, ne paniquez pas, c’est un phénomène totalement normal !

En repensant votre routine et en ajoutant les nutriments manquant à votre corps, ce problème va s’atténuer petit à petit. En attendant, restez forte… Au moins autant qu’après votre frange ratée en 5eB, ça va finir par repousser !

À lire aussi : 6 conseils pour prendre vraiment soin d’une proche qui vient d’accoucher

Les Commentaires
1

Avatar de KrissdeValnor
15 juin 2021 à 09h25
KrissdeValnor
J'ajouterais aussi les couper ! (plus c'est court, et moins on a l'impression d'en perdre !) Ils seront en meilleure forme, la repousse se verra moins, et c'est moins d'entretetien, tout bénef'
0
Réagir sur le forum

Plus de contenus Grossesse

Daronne
Crédit : Jonathan Borba / Pexels

Dans les maternités, la lente évolution de la place du coparent

SEXO
Sponsorisé

Oubliez tout ce que vous savez sur les sextoys, LELO présente sa dernière création

Humanoid Native
Grossesse
accouchement-domicile-verticale

Pourquoi j’ai choisi l’accouchement à domicile pour mon premier enfant

Une madmoiZelle

02 sep 2022

7
Grossesse
Vanessa / unsplash

Je suis enceinte et ça ne devrait pas me rendre spéciale

Une madmoiZelle

29 août 2022

65
Grossesse
femme-enceinte-allongee

Dernière ligne droite : à quoi s’attendre pendant le 3e trimestre de la grossesse ?

Manon Portanier

27 août 2022

Grossesse
Crédit : Pexels / Shvets production

Grossesse gériatrique : pourquoi ce terme est inacceptable ?

Grossesse
josephine-sarrondit

Tout ce qu’il faut savoir sur le deuxième trimestre de grossesse

Manon Portanier

24 août 2022

Parentalité
rachel-emma-friends

« Alors, vous le faites quand le petit frère ? » Mais vos gueules !

Manon Portanier

23 août 2022

25
Parentalité
test-de-grossesse

Suivi médical et démarches administratives : tout savoir sur le premier trimestre de grossesse

Manon Portanier

22 août 2022

2
Grossesse
premier-trimestre-aspects-chelou

Addiction au Kiri et ballonnements à gogo : le 1er trimestre de grossesse et ses effets chelou

Clémence Boyer

20 août 2022

Parentalité
trouble-bipolaire-maternite-verticale

« Ça m’inquiète de faire subir ça à mon enfant » : les mères bipolaires témoignent

Clémence Boyer

18 août 2022

23

Pour les meufs qui gèrent

1 2 3 4 5 6 7 8 9