Live now
Live now
Masquer
127h-film-danny-boyle
Pop culture

127h, le film de survie de Danny Boyle

02 déc 2016 18
127 heures de Danny Boyle, c’est un film haletant et plein de surprises… En voici la critique !

— Article initialement publié le 2 mars 2011

127h, c’est un film qui raconte l’histoire (vraie) d’un mec qui a dû se couper le bras pour survivre. 127 heures, c’est le temps qu’il a passé, seul dans une crevasse au fin fond de l’Utah alors qu’il partait pour une simple randonnée, le bras coincé sous une roche, incapable de bouger. 127 heures de supplice, de doute, de solitude, d’hallucinations.

Alors, me direz-vous, je vous ai encore raconté comment ça se termine.

127h, un film bouleversant

Ok, d’accord, j’ai deux excuses. D’abord, je ne peux pas vous raconter le début, je suis arrivée en retard (suite à quelques problèmes de GPS, mais là n’est pas la question). Ensuite, l’important dans ce film, ce n’est pas la fin, c’est comment on y arrive.

Ce qui se passe dans la tête d’Aron Ralston, ses espoirs, ses pensées les plus profondes, ses délires, les stratagèmes qu’il met en place pour sauver sa peau, tout le cheminement qu’il fait avant de se rendre compte que cette randonnée gentillette va lui coûter un bras.

127 heures james francoSincèrement, entre nous, il a pas un air de Johnny Depp ? © Pathé Distribution

J’étais sceptique. L’idée de passer une heure et demie, deux heures en tête à tête avec un survivant, ça m’emballait pas plus que ça. Même si le survivor en question est James Franco et qu’il est franchement hot avec son petit bouc et ses airs de Johnny Depp. Non en vrai, au bout d’un moment, me disais-je, on doit un peu s’ennuyer. 127h à se regarder dans le blanc des yeux c’est un peu long. J’ai très vite réalisé que j’avais tort.

À lire aussi : REPLAY — Comment survivre à la fin du monde, par Boulet, Anouk & Lise

Le film 127h n’est pas ennuyant (promis)

Dans le film 127h, on ne s’ennuie pas du tout. D’abord parce qu’Aron ne tombe pas tout de suite dans la crevasse (non, avant on a le temps de se rendre compte qu’il part vraiment tout seul en laissant vraiment à PERSONNE aucune chance de le retrouver et qu’il est un peu foufou sur les bords). Et puis parce qu’en plus d’être hot, James Franco est talentueux.

Si le film 127h marche, c’est grâce à sa solide prestation et à une réalisation intelligente. On ne fait pas qu’observer la longue descente aux enfers, on y assiste. On suffoque, on angoisse.

Danny Boyle (souviens-toi, Slumdog Millionaire, Trainspotting) met en image les pensées du rescapé, il jongle entre ses peurs et ses attentes, entre ses rêves et sa réalité. On suit le cours de ses pensées, sans logique, sans début, ni fin, toujours plus sombres, toujours plus ancrées dans la folie. Et puis on revient dans ce gouffre anonyme, à cours d’eau, à cours de solution, la fin est proche.

S’amputer le bras avec une pince multitâche de mauvaise qualité n’est pas un choix anodin. Il faut du courage, se faire mal intentionnellement, se mutiler consciencieusement. Avec application. Mais il faut surtout le faire, ce choix. Se rendre compte que le miracle n’arrivera pas. Il faut un déclic.

C’est là où la prestation de James Franco (qui lui a valu une nomination méritée pour l’Oscar du meilleur acteur 2011) est déterminante : on voit naître une lueur dans son regard, la détermination, la volonté de vivre. C’est ce regard qui rend crédible la scène d’amputation. Si elle constitue la fin du film 127h elle n’en est pas la finalité.

127h, avant tout, c’est une histoire de courage, d’instinct, de survie. C’est une leçon de vie à voir (en V.O., comme toujours, si possible.)

— Sortie dans les salles le 23 février 2011

Les Commentaires
18

Avatar de Desdemone
16 juin 2011 à 17h21
Desdemone
Mais Aaron Ralston n'a jamais caché avoir amputé son bras, ne s'est-il pas présenté sur le tapis rouge au coté de James Franco avec sa main de fer ?
Je pense qu'à partir du moment où on lit quoi que ce soit sur ce film ou l'histoire en elle même, on sait comment il se fini.

Peut etre mais tu fais quoi des gens qui n'ont pas entendu parler de ce mec ou vu la scene du tapis rouge?
J'ai voulu aller voir se film pour l'histoire, vraie ou non, et me dire juset avant qu'il se coupe lui meme le bras ça ébranle tout.
Je passe pas mon temps à checker tous les faits divers ou précédent la sortie d'un film, je m'interesse au film en lui meme, pas tout ce qu'il y a autour en général.
Alors oui dire la fin quand on connait pas la vraie histoire, ça gache tout.

Allez y, lyncher moi aussi
0
Voir les 18 commentaires

Plus de contenus Pop culture

manifestation soutien iran Mahsa Amini – melbourne – Matt Hrkac
Pop culture

Baraye, l’hymne de la révolte iranienne remporte le prix de l’engagement aux Grammy Awards

Maya Boukella

07 fév 2023

stranger-things-saison-4-volume-2
Pop culture

On connaît le top des films et séries les plus streamées aux USA, et il a de quoi étonner

Maya Boukella

07 fév 2023

mucem-lutte-vertical
Évènements

La lutte bretonne : quand la virilité sort ses gros muscles

jessica chastain iran
Pop culture

Pour Jessica Chastain, les médias US taisent la révolte iranienne car elle est menée par des femmes

Maya Boukella

06 fév 2023

1
Beyoncé confirme la sortie de son nouvel album, Renaissance, pour juillet
Musique

Beyoncé marque l’Histoire en devenant l’artiste la plus récompensée des Grammy Awards

Maya Boukella

06 fév 2023

1
netflix
Pop culture

Partage de comptes Netflix : tout savoir des nouvelles règles de la plateforme

Maya Boukella

06 fév 2023

7
titanic fin 2
Pop culture

Dans Titanic, « un seul pouvait survivre » : James Cameron le prouve avec une étude scientifique

Maya Boukella

05 fév 2023

9
[Site web] Visuel horizontal Édito (21)
Livres

Andréa Bescond : « c’est toujours aux victimes de faire tout le travail »

Pauline Leduc

05 fév 2023

aftersun 1
Pop culture

Charlotte Wells : « avec Aftersun, je voulais dépeindre la dépression de manière authentique, désordonnée, compliquée »

Maya Boukella

04 fév 2023

films famille
Cinéma

4 films à regarder en famille

Maya Boukella

03 fév 2023

1

La pop culture s'écrit au féminin