Comment mettre (et enlever) un tampon, le guide ultime

Bravo, tu as tes règles. Tu as choisi d'utiliser des tampons périodiques mais tu galères à les utiliser ? Voici nos meilleurs conseils pour réussir sa première fois.

Comment mettre (et enlever) un tampon, le guide ultime

Bonjour à toi, jeune personne menstruée pleine d’entrain.

Voici le guide que j’aurais aimé que ma petite sœur ait sous la main la première fois qu’elle a voulu mettre un tampon. Ce qui m’aurait évité de l’allonger sur le carrelage de la salle de bain pour essayer de lui insérer moi-même.

Good times.

Comment mettre un tampon : se détendre

Oui, la pénétration vaginale peut faire peur. Même quand il ne s’agit pas d’un pénis

Je pense que la première étape pour aborder l’exercice sereinement est de relativiser les dangers encourus, qui sont en l’occurence au nombre de zéro.

Le sang menstruel, c’est pas sale  et tu ne vas pas « perdre ta virginité » le cas échéant, car si l’orifice vaginal était entièrement bouché par l’hymen, les règles ne pourraient pas s’écouler !

Le tampon ne peut pas remonter dans tes intestins, ni rester coincé pour toujours à l’orée de ton vagin. Même si la ficelle casse (un cas rare), il y aura toujours possibilité de le récupérer avec tes doigts.

Enfin, garde en tête que des FUCKING BÉBÉS passent par là, donc l’équivalent d’un doigt ne devrait pas poser problème.

Être détendue, à la fois dans sa tête et dans son corps, est une condition essentielle de l’insertion réussie d’un tampon.

Une fois que tu es sereine dans ton esprit, il te faudra probablement détendre les muscles à l’entrée de ton vagin par un effort conscient : pense « dilatation » et relâche tout.

Le geste en lui-même est simple : placer la « tête » du tampon à l’entrée de ton vagin, l’introduire doucement, basta.

Mais avant de te lancer, révisons vite fait la géographie de la chatte !

Mettre un tampon pour la première fois : comprendre ton anatomie

Le jour où tu te sentiras prête à sauter le pas, révise en amont tes connaissances anatomiques.

Mettre un tampon ne demande pas une grande expertise mais il est toujours bon de savoir où l’on met les doigts, en regardant par exemple cette fabuleuse vidéo de Sophie Riche sur ton intimité.

Tu peux aussi utiliser un miroir pour te familiariser avec ton anatomie et localiser l’entrée du vagin.

Le seul petit piège de l’insertion de tampon peut être l’inclinaison du vagin, qui a joué des tours à Manu à ses débuts :

« Le meilleur truc : avoir une idée de comment c’est foutu le vagin !

À 16 ans, je ne savais pas qu’il est incliné vers l’arrière et je me suis enfoncé un tampon tout droit vers le haut. Résultat : douleur innommable et fuite.

C’est bien de connaître son corps. »

Il est plutôt conseillé d‘introduire le tampon en direction du bas du dos, du sacrum si tu parles latin quoi.

Mettre un tampon avec applicateur

Tous les tampons avec applicateurs ne se ressemblent pas : certains sont vendus « dépliés », alors que pour d’autres l’applicateur est « encastré » dans la partie qui contient le tampon et doit être « tiré » de la structure avant insertion.

À l’écrit c’est bof clair, mais je te jure que c’est fastoche.

La notice, que je te recommande de lire avant ta première fois avec un tampon, te fournira les indications adaptées selon le modèle.

L’applicateur est censé t’aider à introduire le tampon plus facilement car sa matière glisse souvent mieux que le coton sec du tampon en lui-même, et à t’éviter d’avoir du sang sur les doigts (en théorie).

Son rôle est de pousser le tampon à l’intérieur du vagin, à la place des doigts pour un tampon sans applicateur.

Cette dame explique tout ça avec beaucoup de précision :

Mettre un tampon : demander de l’aide

Comme tu le vois, il n’est point aisé pour moi de te coacher à distance sur l’aspect technique.

N’hésite pas à demander à une amie, une sœur ou n’importe quelle personne qui a déjà de la pratique de te montrer comment utiliser la bête.

Cela t’évitera de vivre ce moment de solitude qu’a traversé Mymy :

« Ma première fois c’était chez une copine, mes règles étaient arrivées par surprise et en plus on devait aller à la plage.

Elle m’a donc tout naturellement proposé un tampon et je n’ai pas osé dire que je ne savais pas exactement comment le mettre.

Surtout que c’était le dernier du stock, donc il n’y avait plus de boîte et plus de notice… J’ai décidé d’improviser en me disant que ça devait pas être si compliqué.

Bon, long story short, j’ai rien bité à comment ça marche l’applicateur, et j’ai passé ma journée avec le tampon ET l’applicateur dans MA CHÔTTE.

C’était chelou mais pas douloureux… cependant je me suis quand même sentie très con quand j’ai enfin pigé le système. »

Il n’y a de honte ni à avoir ses règles, ni à être débutante en tampon, ou autre protection hygiénique. Demande donc de l’aide si tu en as la possibilité !

Mettre un tampon : trouver la bonne position

Maintenant que tu es au point sur l’anatomie de ta vulve et le fonctionnement d’un tampon, voici venu le moment tant attendu de l’insertion, yay ! (J’essaie d’ambiancer les foules).

La respiration peut vraiment aider à te détendre si tu te sens crispée. Prête-lui attention calmement, observe ton souffle et prend de profondes inspirations et expirations, en essayant de ramollir consciemment ton vagin, quoi que cela signifie pour toi.

À toi de trouver la position dans laquelle tu te sens confortable, et pas trop en tension sur tes muscles pour pouvoir bien relâcher le périnée (le muscle qui fait faire stop-pipi) et te détendre physiquement.

Cela peut être accroupie, assise sur les toilettes, allongée (pas le plus pratique à mon sens, mais si ça te convient tout est permis), debout avec les jambes écartées légèrement fléchies ou avec un pied sur une chaise/les toilettes/le rebord de la baignoire…

L’insertion ne devrait pas être douloureuse ou difficile. Si tel est le cas, malgré les précautions évoquées plus haut, n’insiste pas et réessaie à un moment où tu te sentiras plus détendue.

Sois patiente avec toi-même, c’est normal de ne pas réussir du premier coup !

Que faire si mon tampon est mal mis ?

L’intérieur du vagin est peu innervé donc tu ne devrais pas sentir le tampon s’il est mis correctement.

Ce sont surtout les lèvres intérieures et les premiers centimètres à l’intérieur du vagin qui sont sensibles. C’est à ce niveau que le tampon va être gênant s’il est mal mis, c’est-à-dire s’il n’est pas inséré assez profondément.

Si l’extrémité du tampon qui se termine par la ficelle dépasse de l’ouverture du vagin, s’il n’est pas complètement rentré à l’intérieur, tu vas le sentir et cela va devenir gênant au fil de la journée. 

Océane te conseille de ne pas t’infliger cette petite torture :

« Combien de fois j’ai vécu la douleur/gêne du tampon pas mis assez loin dans le vagin et qui fait mal quand tu t’assois…

Si j’avais un conseil ce serait de ne surtout pas hésiter à l’enlever et en remettre un autre (ou le même) s’il y a la moindre gêne.

Parce que au début on se dit « Oh, ça va », mais rapidement, cela devient un supplice, et c’est pas dans le RER ou le bus que ce sera pratique de l’enlever. »

À noter qu’un tampon qui vient d’être inséré n’a pas eu le temps de s’imbiber de sang et autres fluides. Le fait qu’il soit encore sec peut rendre son retrait désagréable, mieux vaut y aller en douceur, voire attendre un peu si le tout te semble bloqué.

Attraperla ficelle au plus près du corps du tampon permet de ne pas exercer une traction trop forte sur l’ensemble.

De toute façon, je te rassure, il n’y aucune chance pour que tu t’arraches l’utérus du même coup et que ton vagin se retourne comme une chaussette.

La détente sera encore une fois ta meilleure alliée.

Comment enlever un tampon

Un tampon doit être changé toutes les 6 à 8h, et plus souvent si ton flux l’impose.

Comme pour l’insertion, il est indispensable d’être détendue et que les muscles soient bien relâchés, car toute contraction pourrait rendre difficile l’extraction du tampon.

Être assise sur les toilettes paraît le choix le plus judicieux et le plus hygiénique en termes de « pas foutre du sang partout ».

Repère une petite poubelle où jeter ton tampon, et prépare au besoin quelques feuilles de papier toilettes pour l’y déposer et l’emballer.

Souffle, relaxe, tire doucement mais fermement sur la ficelle.

Bravo, tu es prête à mettre ton deuxième tampon !

Et toi, quels conseils donnerais-tu à un débutante en tampon ? Quelles difficultés as-tu expérimentées ?

NB : si le rare mais dangereux syndrome du choc toxique t’inquiète, clique ici.

À lire aussi : 5 galères de protections hygiéniques, pour te sentir moins seule

QueenCamille

QueenCamille


Tous ses articles

Commentaires

Jeannedarkh

@jorda Il est super bien détaillé cet article, merci :) J'ai utilisé longtemps une cup dans le but de réduire mes déchets. Mais je trouve ça peu pratique, je la perd facilement et en début de cycle, il y a beaucoup de sang, donc il faut la vider souvent, avoir une bouteille sur soit, bien la positionner etc.. Du coup je suis revenue aux tampons, serviettes, au moins pour le début.
Ton article me l'a rappelé : il faut que j’essaie les éponges ! Les culottes menstruelles aussi, mais c'est un peu cher ce qui freine pas mal cet achat. Si vous avez des retours, bons plans d'ailleurs ;)
 

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!