J’arrête mes études et je fais ce qui me passionne

Camille a décidé il y a quelques semaines d'arrêter ses études pour se consacrer à ce qui la passionne. Elle veut vivre pleinement, et sans regrets.

J’arrête mes études et je fais ce qui me passionne

J’ai décidé de ne pas poursuivre mes études de LLCE anglais après deux ans de prépa littéraire, une licence de LLCE anglais et un an d’assistanat en Angleterre.

Parce que j’ai décidé de faire ce qui me plaît vraiment, de le faire tous les jours – et de ne plus me contenter d’une vie qui ne me plaît que moyennement. J’ai décidé de faire ce qui me passionne ; de lire, de découvrir, d’approfondir ce qui me passionne et de le partager, tous les jours, toujours. Et j’ai décidé de commencer dès maintenant.

J’ai trouvé ce qui me passionne

Moi ce qui me passionne depuis un moment, c’est l’Humain ; c’est la pensée bouddhiste, le taoïsme, le zen, les philosophies et les études sur le développement de soi.

Ça n’a rien à voir avec mes études, mais depuis six mois, depuis que j’ai commencé à me plonger dans ces idées, c’est ça qui me fait lever le matin en me disant que j’ai une soif d’apprendre, de lire, d’entendre, d’être inspirée, de découvrir et de partager.

D’ailleurs si Javier ou Julia veut venir, j’dis pas non hein.

Et je n’ai pas peur. Je n’ai pas peur de le dire, je n’ai pas peur de le faire, tous les jours, à tous les instants. Je n’ai plus peur d’être ridicule, je n’ai plus peur qu’on dise que je suis bizarre, je n’ai pas peur. Quand on est vraiment passionné-e par quelque chose, IL FAUT S’ÉLEVER CONTRE LA PEUR ET S’EN FOUTRE.

Toi là qui me lis, FAIS PAREIL. Ce qui te passionne, c’est peut-être la danse, la mécanique, le jardinage, la littérature, l’accordéon, les enfants, le cinéma, le vélo, la radio, le théâtre, la coiffure, la physique quantique, la magie, les avions, l’escalade, la médecine, l’agriculture, le roller, la biologie, l’écologie, l’histoire, la moto, l’astrologie, le chant, les baleines, l’architecture, la sculpture sur glace, l’orthopédie, la pâtisserie, [insère ta passion ici].

Alors fais-le, ok ? AUCUNE des choses citées au-dessus n’est supérieure à une autre, parce que ce qui est supérieur à tout, c’est ce qui résonne en TOI. Et c’est TOUT.

Tu vas mourir demain. Tu auras beau me dire tous les « Oui, mais… » du monde, crois moi, à ton enterrement tu n’as pas envie que les gens disent : « Elle/Il faisait ça en attendant de pouvoir faire ce qui lui plaisait vraiment ».

Moi je veux être prête à mourir à chaque instant en me disant que ce que j’étais en train de faire, je le faisais avec enthousiasme et légèreté, en approfondissant un peu plus à chaque instant mon potentiel. Je ne parle pas de ce qui m’intéresse vaguement. Je parle de ce qui me fait frissonner de plaisir.

Et il n’y a QUE TOI qui peux savoir ce qui te fait frissonner de plaisir. QUE TOI. Parce que les gens qui t’inspirent et que tu admires ne sont pas les gens qui m’inspirent et que j’admire, ce ne sont pas les gens qui inspirent et qu’admire ta tante Huguette. C’est ceux qui t’inspirent toi.

Et oui, il y a des choses qui t’intéressent. Aie le courage d’ouvrir les yeux et de te foutre du regard des autres. Je sais que ce n’est pas évident, mais je suis convaincue que c’est nécessaire.

Après 21 ans de questionnements, à me dire que rien ne m’intéressait vraiment, et bien, j’ai trouvé un des trucs qui me passionnent. Je me disais que c’était comme ça, que je n’étais passionnée par rien en particulier. Et puis je suis sortie de ma zone de confort et ça m’est tombé dessus sans prévenir. Et c’est beau. Et c’est tout.

Certains des trucs que je lis me touchent tellement que j’en ai les larmes aux yeux, que j’en oublie de manger, que j’en oublie comment je m’appelle, que je ne veux plus dormir qu’une heure par nuit pour ne pas perdre de temps, que je voudrais me faire tatouer ces phrases partout sur le corps. Voilà.

Ce matin je me suis réveillée avec la certitude que tous les moments de ma vie, je les passerais à faire ce que j’aime vraiment. Cela faisait un moment que cette idée me trottait dans la tête, et j’ai pris ma décision il y a deux semaines.

Donc voilà, mon annonce officielle : NON, je ne ferai pas ce à quoi mes études me destinent. Non je ne ferai pas de master en LLCE anglais. Parce que ces études ne vont pas me mener à ce que J’AIME.

Je ne serai pas prof d’anglais en France. Je n’enseignerai pas dans l’institution publique. Parce qu’être au contact d’ados pour leur enseigner une langue en suivant des directives n’est pas ce qui résonne en moi. J’ai rencontré des gens géniaux qui étaient fait pour ça. Quand ils enseignaient, ça pétillait dans leurs yeux, et c’était beau. J’ai essayé, mais en enseignant, mes yeux à moi ils ne pétillent pas. Et y’a rien à faire.

C’est tout ce que j’ai à comprendre.

Il y a forcément quelque chose qui nous passionne !

Parce qu’il faut que nous comprenions que le seul truc que nous ferons toujours avec enthousiasme et légèreté, c’est le truc qui résonne en nous, c’est le truc qui nous fait frissonner. Alors tu ne l’as peut-être pas encore trouvé ce truc, ou alors tu crois que tu ne l’as pas encore trouvé parce que tu as peur, parce que « C’est pas assez bien pour la société, et papa et maman ne vont pas me soutenir ».

Mais non, tu l’as ce truc au fond de toi. Rentre dans une librairie et regarde où ton intérêt se tourne, sans te dire que tu vas te faire juger par les copains/la famille.

Vas-y, prends le bouquin ou le magazine que tu as VRAIMENT envie de lire, pas celui qu’il faudrait lire pour tes études, ou qui soi-disant va te faire du bien. Laisse traîner ton regard et observe là où il se pose. Tu les vois les magazines que tu as envie de dévorer, les livres que tu pourrais passer des heures à lire sans te fatiguer ? Tu les vois ? C’est un petit indice.

Dès que tu en as l’occasion, sors de ta zone de confort, découvre, rencontre, quand tu peux, autant que tu peux. Tu vas te découvrir, tu vas te rencontrer. Ça va te tomber dessus par surprise. On voit mille fois plus de chemins en se baladant qu’en restant assis.

Il y a tellement de gens mauvais dans ce qu’ils font au quotidien, parce que ça leur plait moyennement. Ça veut dire que leur vie leur plait moyennement, parce que ce qu’ils font tous les jours, c’est leur vie. Alors ils vont mourir en ayant vécu « moyennement ». Moi j’ai pas tellement trop trop envie qu’on dise ça à mon enterrement ; « Camille, ouais, ben sa vie c’était bien mais bon, ça lui plaisait moyen ».

Tu n’es jamais bloqué-e, à n’importe quel âge. Si tu es dans des études/un boulot qui ne te plaisent que moyennement, cherche ce qui te plait vraiment et n’abandonne jamais.

Si tu as déjà trouvé, arrête de faire des choses qui n’ont pas d’importance quand tu as du temps libre ; consacre ce temps à faire ce qui compte vraiment pour toi, et vas-y quand tu te sens prêt-e ! Tu peux commencer par créer un blog ou une chaîne Youtube par exemple – du moins c’est ce que moi j’ai fait.

Quand tu te lances dans ce qui te passionne, tu comprends très vite que tu as un potentiel INFINI, parce que l’apprentissage te plaît autant que la création/l’activité, et tu n’appelleras jamais ça du travail. Bien sûr tu n’aimeras peut-être pas TOUS les aspects de ton activité, mais tu réussiras à accepter les points négatifs beaucoup plus facilement !

Trouver ce qui te fait intensément vibrer et décider de t’y accrocher sera la chose la plus libératrice que tu feras jamais. Quand tu le feras, n’aie pas peur ; tu sais que tu as du potentiel, n’écoute que cette voix qui te le dit.

Et surtout, il n’est JAMAIS trop tard. C’est maintenant qu’on veut vivre !

Mais l’argent ? Et l’avenir ?

L’argent qui te rendra heureux-se, c’est l’argent que tu auras gagné en faisant ce qui te plaît ! Alors bien sûr, je ne dis pas qu’il faut démissionner illico de son boulot pour vivre de rêves et d’eau du robinet.

Mais quitter son boulot prenant pour un petit job alimentaire peut vraiment valoir le coup : cela te laissera le temps d’approfondir ta passion, et d’éventuellement en faire ton métier. Il est fort probable que tu n’aies pas beaucoup d’argent, oui. Mais tu t’enrichiras d’une autre façon, autrement épanouissante.

Quant à la peur de l’avenir, faire ce que tu aimes t’amènera à découvrir d’autres trucs que tu aimes, et ainsi de suite ; quand tu es passionné-e, c’est sans fin !

Je n’ai pas peur de le dire : j’ai 22 ans et je n’ai aucune idée de ce que je vais devenir. Je ne sais pas où je vais, mais je sais que je ne serai JAMAIS perdue, car je sais ce que je veux être et ressentir à chaque instant – et c’est tout ce que j’ai besoin de savoir. Je ne sais pas où je vais mais c’est terriblement excitant.

Cet été, je reste chez mes parents, tout en faisant des petits boulots saisonniers. J’ai un peu d’argent de côté, et l’année prochaine je pars en Espagne comme assistante d’une prof de français. Je travaillerai douze heures par semaine ; en faisant attention à mes dépenses, cela me payera mon logement et la nourriture. Je pourrai continuer mon blog, et toutes mes lectures. Après, on verra. Pourquoi pas des études sur l’Humain, quitte à partir à l’étranger ?

Je vais suivre ce qui me passionne, et je vais le partager autour de moi, et je ferai ça jusqu’à ma mort. Elle peut arriver cet aprèm, dans dix jours ou dans cinquante ans ; maintenant je m’en fous, car je sais que je mourrai tranquille. Je ne veux pas faire comme tous ces gens qui comprennent qu’il faut profiter de la vie et faire ce qu’ils aiment quand on leur dit qu’ils ont un cancer.

Et je ne me suis jamais sentie aussi libérée, je ne me suis jamais sentie aussi bien. Vraiment. Papa, maman, toute la famille, tous les copains, n’ayez pas peur pour moi ; moi je n’ai pas peur, et je n’aurai plus jamais peur. Parce que je sais qu’en faisant ce que j’aime, j’aurai peut-être pas toujours de la thune, et oui, j’aurai peut-être pas toujours de reconnaissance, mais du moment que je dors en sécurité et que j’ai de quoi manger, je développerai mon potentiel et je serai putain d’épanouie au quotidien, et je pourrai mourir le cœur léger. Voilà.

Des TED sur l’importance de faire ce qui nous passionne :

À lire sur le même sujet :

Vous pouvez suivre le parcours de Camille sur son blog !

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 160 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Gia_Juliet
    Gia_Juliet, Le 25 septembre 2016 à 20h30

    @stl44 Personne ne lui souhaite du mal, au contraire si elle réussit et s'épanouit dans sa vie c'est super. Il y a juste que dans ce genre de témoignage où les lectrices sont indirectement interpellées ou impliquées, on ne peut s'empêcher ensuite de faire une projection de/sur nous-mêmes dans pareil cas. Et là, qu'on ait été ou qu'on soit toujours idéaliste on se cogne au mur de notre réalité personnelle, de nos difficultés et de leur gestion, qui ne sont les mêmes pour personne. Je ne vois pas de méchanceté dans les posts, mais un certain réalisme dû à des expériences propres mais pas universelles non plus.
    Après (ce n'est pas une critique), ne pense pas à te battre contre "je ne sais qui" mais avance pour toi plutôt, sinon tu perdras ton temps et de l'énergie. Et tu auras beau réussir ce que tu entreprends il y aura toujours une personne qui cherchera la petite bête pour casser ta bonne humeur.
    Ce que je critique moi en général (et pas sur ce topic spécifiquement) c'est d'essayer de faire croire aux autres, de les persuader qu'on se fait tout seul-e à 20 ans, sans aide aucune ou dépendance à un moment donné, et sans argent. Et indirectement d'être prise pour une idiote donc. C'est juste impossible à notre époque.
    Le "quand on veut on peut" ne marche pas systématiquement non plus, ce serait trop simple sinon et il n'y aurait plus aucun souci de jobs et autres. Il y a énormément d'autres facteurs à l'instant t dans ces prises de décisions qui ne sont pas pris en compte ou seulement imaginés par toute personne qui n'est pas à notre place.

    Spoiler

Lire l'intégralité des 160 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)