Live now
Live now
Masquer
selection-livres-coin-feu
Culture

Sélection de livres à lire au coin du feu

Et si on profitait du froid qu’il fait dehors pour s’installer sous une grosse couverture et qu’on lisait au coin du feu (ou à côté du radiateur) en lisant des livres ? Voici quelques idées sans prétention.

Les températures avoisinant le zéro, nous sommes probablement plutôt nombreuses à n’attendre le week-end que pour une chose (mise à part la possibilité de ne rien faire, de dormir jusqu’à midi, de passer du temps avec nos proches et de sortir jusque très tard le soir) : pouvoir s’installer bien confortablement sous une couette ou un gros plaid tout pelucheux, avec des bonnes chaussettes, une boisson chaude et une bougie parfumée, et ouvrir un bon livre qui collera bien à la saison et à la situation.

Mais, eh, comme tout le monde, il m’arrive aussi d’errer dans les couloirs d’une médiathèque, perdue au milieu de tout ce choix disponible, et de ne savoir quoi prendre. Alors voici une sélection (à laquelle je pourrais rajouter l’air de rien l’intégrale d’Harry Potter tant la saga colle pile poil à l’atmosphère) de quelques romans ou nouvelles à (re)lire blottie au coin du feu.

Attends, je… j’ai pas de cheminée. Disons qu’à côté du radiateur, ça marche aussi.

Une sélection bien évidemment non exhaustive que vous pouvez compléter dans les commentaires ou sur Facebook (hésitez pas, quoi : armée d’un stylo et d’un bloc-notes, j’attends vos suggestions).

La Chute de la maison Usher, d’Edgar Allan Poe (1839)

De tout ce que j’ai pu lire d’Edgar Allan Poe, c’est bien La Chute de la maison Usher (rien à voir) que j’ai préféré dans le style ambiance oppressante. La nouvelle (puisqu’il ne s’agit pas d’un roman) est d’autant plus angoissante que l’auteur y va avec retenue dans le glauque.

L’histoire, c’est celle du narrateur, dont nous ne connaissons pas le nom, qui se rend chez son ami Roderick Usher. Ce dernier le réclame à son chevet parce qu’il est malade : il souffre d’anxiété et d’hyper-acuité des sens (peut-être pas au point d’entendre un pet de bouche à 40km, mais pas loin).

En arrivant chez son pote, le narrateur réalise que la soeur jumelle de Roderick n’est pas très en forme non plus, au point qu’elle fait des crises — dont je ne puis te dévoiler la nature parce que je préfère en dire le moins possible. Grosse, grosse ambiance de fanfaron chez les Usher, donc.

Une nouvelle absolument parfaite à lire à la tombée de la nuit (plus ou moins à quatorze heures, donc) histoire de bien flipper sévère tout en étant rassurée par le confort de ton fauteuil et la chaleur de ton logis.

Le Crime de L’Orient Express, d’Agatha Christie (1934)

Ouais, je sais : cette proposition n’a rien d’original. C’est un peu comme si je te disais « pour faire un bon burger, n’oublie pas de mettre des ingrédients dans un bun ». Mais voilà : j’ai lu Le Crime de l’Orient Express plusieurs fois, toujours plus ou moins à des périodes de l’année différente. Et sans conteste, c’est vers la fin de l’automne/pendant l’hiver, dans le contexte décrit pendant l’introduction, qu’il m’a paru le plus génial.

Peut-être parce que Hercule Poirot résoud le meurtre de M. Ratchett tandis que le train est bloqué par la neige.

crime« Je vous assure que je vais découvrir l’identité de celui ou celle qui m’a touché le cul », assure à la cantonade le pointilleux Hercule Poirot.

Alors si tu as envie de (re)lire Le Crime de l’Orient Express, j’aurais tendance à dire que selon moi, c’est le moment ou jamais (mais j’utiliserais alors un ton vraiment trop solennel et me contente donc d’un « fais comme tu veux ».)

Et si pour toi, cette période de l’année te donne davantage envie de voir poindre l’ambiance de Noël dans ton coeur sans pour autant renier ton envie d’intrigues autour de meurtre, tu peux te tourner vers un autre roman d’Agatha Christie : Le Noël d’Hercule Poirot. Dans ce roman, le détective belge tente de résoudre le meurtre de Simeon Lee, un vieux grincheux et sadique assassiné le jour du réveillon de Noël alors qu’il avait réuni sa famille pour la première fois depuis des années.

Un Chant de Noël, de Charles Dickens

Si ça se trouve, toi, les histoires de meurtre ou d’horreur, ça t’ennuie et t’aimerais bien oublier la grisaille du dehors en te réchauffant le coeur avec le plus génial conte du monde. J’abats alors ma dernière carte : du Charles Dickens. Si l’ensemble de son oeuvre colle parfaitement aux longues soirées d’hiver, Un Chant de Noël est LE truc à lire quand on n’a pas le moral à cette période de l’année.

Ebenezer Scrooge est un vieil homme radin à crever (si ça se trouve il garde ses cheveux tombés pour en faire des brosses à dents). Il est méchant (pas méchant genre « je t’ai volé ton nez », hein, carrément cruel), déteste les festivités de fin d’année, refuse de donner de l’argent aux pauvres et s’en vante. Bref, pas franchement le genre de personnes que t’as envie d’aller voir pour lui souhaiter la bonne année, une boîte de Quality Street à la main.

Le soir de Noël, le fantôme de son associé mort sept ans plus tôt rend visite au vieux : ce spectre lui annonce qu’il y en aura trois autres. Et Scrooge de faire des voyages dans le temps, de se souvenir de son passé, de l’analyser, et peut-être bien de le regretter…

La vie secrète de Walter Mitty, de James Thurber (1939)

Avant d’être un film sorti en 1947, avant d’en être un autre, réalisé par Ben Stiller, qui sortira en janvier prochain, La Vie secrète de Walter Mitty est un recueil de vingt-trois nouvelles à l’humour absurde, ou loufoque, mais toujours touchantes. Ça se lit tout seul, sans jamais buter sur un seul mot. C’est ce qu’on appelle un ouvrage limpide tant le style est simple (quoique parfois assez balourd) et surtout, tant il fait du bien. 

Surtout, ces vingt-trois histoires mettent en scène des personnages à l’imagination complètement exacerbée ou d’autres, naïfs et maladroits, à qui il arrive des choses complètement dingues. Et, franchement, si c’est pas en hiver et précisément à un mois de Noël qu’on peut laisser courir notre imagination, je vois difficilement quand on pourrait.


Vous aimez nos articles ? Vous adorerez nos newsletters ! Abonnez-vous gratuitement sur cette page.

Les Commentaires

22
Avatar de MarlitaBCN
4 décembre 2013 à 22h12
MarlitaBCN
Si quelqu'un à des suggestions de romans (policiers ou pas) qui se déroule au Japon, en Corée, en Chine ou dans n'importe quel pays de l'Asie du SE je suis super intéressée !
J'attends que ça de pouvoir me mettre sous la couette un chocolat chaud dans une main et un bon bouquin dans l'autre. Vivement les vacances ! Très bonne idée cet article !
En ce moment je suis dans ma période polar chinois et japonais et je compte bien y rester pendant cette période de froid Donc, je réviserai mes auteurs "classiques" plus tard.
J'aime beaucoup les bouquins de Ryu Murakami, il est japonais et quasiment tous ses romans se passent au Japon, par contre c'est pas très très bonne ambiance hein...
Personnellement je n'ai pas accroché mais je sais que les livres de Haruki Murakami (rien à voir   ont beaucoup de succès ! C'est lui qui a écrit Kafka sur le rivage et 1Q84 notamment.
Sinon il y a toujours les mangas ! Personnellement il y en a quelques-uns qui me foutent toujours un gros coup d'émotion et ça se passe presque toujours au Japon ou en Asie du Sud-Est  mais il faut aimer le genre.
J'ai lu Love and Pop de Ryu Murakami. C'est vrai que j'avais bien accroché Merci de m'avoir rappelé cet auteur ! Quant à Haruki Murakami je l'avais repéré avec son best seller, mais j'ai pas accroché en lisant le résumé... J'ai peut-être tord. Merci pour les conseils !
Et pour les mangas j'ai bien, mais quand je veux faire une collection les tomes sortent trop vites ça coûte cher. Quand j'étais ado j'avais commencé Samouraï Deeper Kyo, mais au bout de 10 tomes j'en ai eu marre ça revenait cher !
0
Voir les 22 commentaires

Plus de contenus Culture

Qui sont les Mascus, ces hommes qui détestent les femmes ? Le docu choc de France Télévisions // Source : France télévisions
Société

Qui sont les Mascus, ces hommes qui détestent les femmes ? Le docu choc de France Télévisions

Affiche de la série Becoming Karl Lagerfeld, disponible à partir du 7 avril 2024 sur Disney+ // Source : Disney+
Mode

La série Disney+ Becoming Karl Lagerfeld s’annonce comme aussi bien habillée que controversée

Source : Canva Pro
Daronne

Ces 5 séries sont les préférées des enfants, et on a tous envie de crever

5
Source : Capture d'écran Youtube
Culture

Victime de racisme, l’actrice Francesca Amewudah-Rivers (Roméo et Juliette) soutenue par 900 artistes

1
Un still du film All we imagine as light, de Payal Kapadia, avec le logo du festival de Cannes // Source : ALL WE IMAGINE AS LIGHT de Payal Kapadia © Ranabir Das
Cinéma

Le festival de Cannes 2024 dévoile sa Sélection officielle : 4 réalisatrices, aux côtés de Gilles Lellouche et Francis Ford Coppola

9782290397336_UnJourDeNuitTombeeT1_Couv_BD (1)
Livres

Trois bonnes raisons de découvrir la fantasy grâce à l’œuvre de Samantha Shannon

Couverture du livre "Et, refleurir" aux éditions Philippe Rey, illustrée par Iris Hatzfeld
Livres

« Une femme qui refuse de souffrir, c’est radical » : Kiyémis, autrice afroféministe du roman Et, refleurir

4
Raconter sur TikTok ses actes contre le sexisme, c’est la dernière tendance du « micro-féminisme » // Source : Captures d'écran TikTok
Culture Web

Raconter sur TikTok ses actions contre le sexisme, c’est la dernière tendance du « micro-féminisme »

2
Euphoria  // Source : HBO
Culture

Zendaya en a marre de jouer que des lycéennes alors qu’elle n’est jamais allée au lycée

Quitter la nuit // Source : Haut et court
Culture

« On n’a pas à exiger quoi que ce soit des victimes », avec Quitter la nuit, Delphine Girard met la justice face à ses limites

9

La pop culture s'écrit au féminin