Live now
Live now
Masquer
nadine-shaabana-DRzYMtae-vA-unsplash
Société

Violences psychologiques : de quoi parle-t-on vraiment ?

De quoi parle-t-on réellement lorsque l’on parle de violences psychologiques ? Comment les caractériser ? Et comment sont-elles punies ? Explications, avec Anne Bouillon, avocate spécialiste des violences conjugales.

– Article initialement publié le 5 octobre 2022.

« Des comportements de nature à briser la santé morale des femmes ». C’est en ces termes que, le 19 septembre dernier, sur le plateau de « C à vous » (France 5), la députée EELV Sandrine Rousseau a qualifié les violences psychologiques dont son confrère Julien Bayou serait à l’origine. Des violences « non répréhensibles pénalement », commises contre son ex-compagne.

Mais de quoi parle-t-on réellement lorsque l’on parle de violences psychologiques ? Que recouvrent-elles ? À partir de quand, justement, sont-elles répréhensibles pénalement ? Comment sont-elles punies ? Qu’en est-il des cellules, commissions et comités internes aux partis politiques qui traitent de ces affaires ? Ces enquêtes ont-elles une valeur légale ? Décryptage, avec Anne Bouillon, avocate spécialiste des violences conjugales.

Madmoizelle. De quoi parle-t-on lorsque l’on parle de violences psychologiques ?

Anne Bouillon. Concrètement, les violences psychologiques sont des mécanismes mis en œuvre pour prendre le pouvoir, l’ascendant, ou pour dominer une personne à l’endroit de laquelle ces violences sont perpétrées, et qui lui causent un préjudice qui doit être caractérisé. De la même manière que dans toutes les infractions pénales, caractériser ces violences passe par un impératif, celui de faire la preuve de l’intentionnalité de celles-ci. C’est-à-dire, prouver que l’auteur des violences avait l’intention de nuire, à travers celles-ci, à la personne concernée.

Les violences psychologiques ne sont pas de « simples » comportements désagréables ou de la goujaterie […] mais bien des comportements que l’on pourrait trouver moralement répréhensible, avec intention de nuire.

Anne Bouillon

Le Code pénal ne fait pas de distinction entre les différentes formes de violence. Il parle d’ingérence, des conséquences qu’elles peuvent engendrer, et de qui en est l’auteur. Il appartient ensuite à la jurisprudence de poser un cadre et de définir ce que recouvrent ces violences. En l’occurrence, la Cour de cassation, qui fait la jurisprudence, dit que des violences verbales, comme des injures, par exemple, ou encore des violences psychologiques peuvent être des violences de la même manière que les violences physiques. Mais elle dit aussi qu’elles sont définies par l’existence d’agissements répétés qui ont pour objectif de porter atteinte à l’intégrité physique de celle ou de celui à qui elles sont destinées. Et c’est là que se situe le caractère intentionnel. 

Comment ces violences sont-elles punies ?

De la même manière que les violences physiques, en fonction des conséquences notamment. Ces violences ont-elles entrainé des jours d’ITT (incapacité totale de travail) ? Elles sont par exemple plus sévèrement punies lorsqu’elles sont supérieures à 8 jours d’ITT. Mais aussi, lorsqu’elles sont commises par un conjoint plutôt que par un quidam.

Les violences ayant été commises par un conjoint sont en général punies de cinq ans d’emprisonnement et de 70 000 € d’amende.

Anne Bouillon

Finalement, les violences psychologiques sont considérées comme les autres formes de violences. Mais, encore faut-il les caractériser. Il est donc nécessaire de démontrer l’élément intentionnel. Pour cela, on recueille des écrits, des témoignages, on constate un état de santé qui se dégrade en lien avec lesdites violences… Certaines personnes peuvent être poursuivies et condamnées uniquement pour des violences psychologiques.

Pour prévenir, gérer et traiter des signalements de violences, notamment psychologiques, au sein de partis politiques, sont parfois mises en place des cellules, comités ou commissions internes. Que ce soit en interne peut-il nuire à l’impartialité nécessaire à de telles enquêtes ?

Il ne faut pas oublier les décennies de silence et d’omerta imposées aux femmes victimes de violences. Ces dernières n’avaient que deux options : se taire, ou en tirer les conséquences et partir, quitter une entreprise ou un parti politique. Les répercussions étant encore plus importantes lorsque celles qui osaient dénoncer le faisaient en accusant un supérieur hiérarchique.

Anne Bouillon

La plupart du temps, cela se retournait contre elles. Aujourd’hui, il y a une réelle volonté de libérer cette parole, avant tout de manière légale. C’est pourquoi, des entreprises, des partis politiques, se sont dotées de structures idoines pour traiter ces questions qui relèvent finalement de la sécurité des salariés.

Cette volonté d’aller vers une libération de la parole et une meilleure prise en charge des salariés victimes de violences est évidemment bonne. Il faut s’en féliciter. Se pose ensuite la question de la méthode : il faut, à mon sens, agir avec beaucoup de précautions méthodologiques. C’est-à-dire qu’il ne peut pas être envisagé que la même instance déclenche l’enquête et investigue. Ces fonctions doivent être confiées à des personnes différentes. Car le principe de l’égalité des armes et du contradictoire doit être respecté.

Pour en revenir plus précisément à l’actualité, je pense que ces enquêtes ont tout à gagner à être menées en discrétion, voire de manière confidentielle. Parce que la critique surgie immédiatement de ce que la divulgation de l’information est faite à d’autres fins que le simple fait de devoir informer… La parole des femmes doit être entendue, elle doit être investiguée, et une réponse doit y être apportée. 

Ces commissions ont-elles une valeur légale, au-delà de leur valeur politique ?

Elles ont la valeur légale qu’on leur donne. D’abord, il y a un droit disciplinaire. Il y a, par exemple, dans la profession qui me concerne, des décisions disciplinaires qui sont prises par le conseil de l’ordre et qui ont une valeur légale, que je peux par ailleurs contester. Par conséquent, ces décisions ne relèvent pas de l’arbitraire, elles ont une force exécutoire. Dans le monde du travail, il peut y avoir des sanctions pouvant aller de la mise à pied jusqu’au licenciement. Ces décisions obéissent à une autre justice que la justice pénale. Il n’y a pas que le contentieux pénal, le contentieux civil, sur ces questions-là, est extrêmement important. Ces décisions sont légales et peuvent être contestées devant les juridictions civiles ou prudhommales, s’il s’agit de droit du travail.

À lire aussi : Julien Bayou contre-attaque et dénonce une « croisade » féministe

Photo de Une : Unsplash / Nadine Shaabana

Violences conjugales : les ressources

Si vous ou quelqu’un que vous connaissez est victime de violences conjugales, ou si vous voulez tout simplement vous informer davantage sur le sujet :


Vous aimez nos articles ? Vous adorerez nos newsletters ! Abonnez-vous gratuitement sur cette page.

Les Commentaires

7
Avatar de Attie
12 décembre 2022 à 12h12
Attie
Moi cette question des violences psychologiques, ça me pose la question de l’adultère. En reprenant certains passages de l’article comme celui-là : « Les violences psychologiques sont des mécanismes mis en œuvre pour prendre le pouvoir, l’ascendant, ou pour dominer une personne à l’endroit de laquelle ces violences sont perpétrées, et qui lui causent un préjudice qui doit être caractérisé », je trouve qu’on peut parfaitement qualifier la tromperie de violence psychologique. Il s’agit bien de prendre l’ascendant, puisque la personne trompeuse prive l’autre d’une information qui lui permettrait de faire un choix éclairé sur sa relation (partir), et il y a clairement un préjudice caractérisé dans la majorité des cas (préjudice moral, souffrances endurées pouvant aller jusqu’au suicide, voire préjudice corporel en cas de transmission d’IST). On cherche donc à nuire à l’autre en le privant de sa capacité de choix pour sa convenance personnelle (« avoir le beurre et l’argent du beurre »).
On entend de plus en plus parler des violences psychologiques dans les milieux féministes. Je me demande si il y a une volonté dans ces milieux de rendre ce type de violences sanctionnables pénalement, mais ça me semble être le cas puisque des personnes accusées de ça se voient « cancellées » (je pense par exemple au youtubeur Léo Grasset – qui nie l’accusation de viol, la justice tranchera ; et qui pour le reste semble surtout être un bon gros connard). Donc si l’idée c’est d’avoir un concept légal (« violences psychologiques ») qui pourrait entrainer des sanctions pour la personne qui en est coupable, est-ce qu’on veut vraiment que les personnes qui trompent leur conjoint aient une sanction judiciaire ? J’avoue qu’en tant que meuf qui trouve que la tromperie est l’une des pires bassesses humaines, je trouverai ça bien mérité d’un côté, mais en même temps c’est hyper flippant que la justice puisse s’immiscer à ce point dans la vie des couples pour venir sanctionner les infidèles. Et que la vie privée des personnes « publiques » puisse être exposée dans des détails aussi intimes c’est grave aussi.
Surtout que la fidélité n’est pas une notion importante pour tout le monde, tant que tout le monde est informé et OK, y’a pas de mal à ne pas être fidèle donc ça paraît compliqué que la justice puisse savoir ce qu’il en était dans chaque cas. Mmmh ou alors il faudrait la possibilité de signer des contrats écrits où les 2 personnes du couple s’engagent à être fidèles et peuvent être sanctionnées si elles ne respectent pas le contrat ? Perso ça me plairait bien je crois mais c’est très chelou quand même .
J’ai beau considérer que les personnes qui trompent sont des personnes égoïstes et dépourvues d’éthique relationnelle, je vois pas trop l’intérêt de savoir que tel homme politique ou journaliste ou écrivain a trompé sa femme. Ok la personne est une connasse dans ses relations interpersonnelles, et après ? Ça ne va pas m’empêcher de voter pour lui si je considère que ses idées sont proches des miennes ou de lire ses bouquins si sa plume me plait.
Du coup les Madz qui cancellent les mecs comme Léo Grasset, vous cancelleriez toute personne accusée de tromper son conjoint ? Ou la tromperie vous semble être une violence psychologique moins grave que d'autres ?
Bref c’est confus, je sais pas trop où je veux en venir avec ce post, j’ai l’impression que ce terme de violences psychologiques, s’il décrit une réalité dont il est nécessaire de parler, manque de contours et pourrait être utilisé de bien des manières et pas forcément comme prévu à la base surtout vu comme cela recouvre des attitudes/paroles/actes durs à prouver pour la victime. Si des Madz ont des liens de ressources juridiques ou psy qui essaient d'affiner le concept et son champ d'utilisation, ça m'intéresse !
Je me permets de te citer.
Au civil, dans une procédure civile, dans un couple marié ou pacsé , l'adultère est civilement réprimé : on peut donc divorcer ou se dépacser pour faute" si on a constaté une infidélité du conjoint". C'est possible, il existe une sanction civile pour ce fait dans un cadre juridique.
En revanche, tu parles ici de violence psy, ce serait faire de l'adultère une faute pénale, ce qui est différent d'une faute civile. Cela renvoie à un casier judiciaire pour la personne infidèle. Quand aux conjoints violents, vu qu'ils sont souvent très jaloux et possessifs, il pourrait s'en servir pour des "circonstances atténuantes" quand à leur violence verbale et/ou physique.
Contenu caché du spoiler.
Contenu caché du spoiler.
1
Voir les 7 commentaires

Plus de contenus Société

teletravail-integration-conseils
Société

Le télétravail est bon pour la santé et le moral, c’est la science qui le dit

Source : PixelsEffect / Getty Images Signature
Santé

C’est officiel, les antibiotiques en cas de cystite sont disponibles sans ordonnance

1
Source : BootEXE
Société

Vidéo de Jordan Bardella : ce détail révélateur dans son adresse à « toutes les femmes de France »

1
Karolina Grabowska de Pexels // Source : Karolina Grabowska de Pexels
Société

Souffrez-vous d’anxiété électorale ? Ce que vous pouvez faire pour y remédier (en plus de voter !)

Source : Unsplash
Société

Voici La ville d’Europe où les habitants se sentent le plus en sécurité en marchant seuls la nuit

Elon Musk // Source : SpaceX Launches SpaceX Falcon Heavy Rocket
Actualités mondiales

Elon Musk accusé de harcèlement sexuel par d’ex-employées de SpaceX

5
Source : © Katya Konioukhova
Société

La crise agricole, une crise de la masculinité ? Repenser la place des agricultrices avec Julie Francoeur

Toute l’année, Ruban Rose se donne pour missions de soutenir les femmes atteintes d’un cancer du sein, d'informer sur l’importance du dépistage et d’encourager la prévention. Une détection rapide permet d’alléger les traitements, et augmente les chances de guérison. // Source : Nathan Cowley / Pexels
Société

Voici la région la moins sportive de France, et ce n’est pas une surprise

7
Source : Getty Images Pro
Actualités

On sait quand sera versée l’Allocation de rentrée de scolaire (ARS) récemment revalorisée

Gabriel Matzneff // Source : capture d'écran Youtube
Société

Un réseau pédocriminel composé de célèbres intellectuels français mis en cause dans « Libération »

10

La société s'écrit au féminin