Live now
Live now
Masquer
carlo-navarro-WCbCRXk7nmU-unsplash
Grossesse

La maternité des Lilas, symbole de la lutte pour les droits des femmes, obtient un sursis d’un an

C’est une maternité mythique, celle des Lilas en Seine-Saint-Denis, accueillant encore pourtant 1 200 accouchements et 900 IVG par an, qui est menacée de fermeture. Elle vient d’obtenir un sursis d’un an !

La maternité des Lilas, c’est le symbole de la lutte pour les droits des femmes, autant dans la prise en charge des IVG que des accouchements. Le respect des femmes, de leurs désirs, et de leur bien-être compte ! Ce n’est pas le cas dans toutes les maternités. Fait rare : on a la possibilité de prendre le temps d’accompagner les parturientes.

Maternitédeslilas
(© Site Internet maternité des Lilas)

Le 2 juin 2022, l’ARS Île-de-France risquait de ne pas renouveler son autorisation d’exercer. En cause ? Un déficit qui s’élève à plusieurs millions d’euros et des locaux vétustes qui ne correspondraient plus aux normes.

L’habilitation a été prolongée d’un an, à la suite de la crise du Covid, a-t-il annoncé. Ce n’est pas une mesure spécifique à la maternité des Lilas, nous indique 20 Minutes. Myriam Budan, directrice de la maternité des Lilas :

« On a un an pour trouver une solution et ne pas fermer ! »

Certes les moyens manquent, mais une fermeture plutôt qu’une remise aux normes semblait être une hérésie, tant cette maternité est considérée comme un exemple dans la prise en charge des femmes.

Une mobilisation importante pour sauver les Lilas

L’annonce de la fermeture de cette maternité, précurseuse dans l’accompagnement des femmes pendant leur accouchement, avait fait des émules. Les nombreuses patientes qui y ont accouché d’abord, comme l’actrice Karine Viard, qui racontait la naissance de ces deux enfants.

Mon histoire avec la Maternité des Lilas - Karin Viard

« C’est pas des gens qui appliquent des dogmes. Pour eux, la vérité, c’est la vérité de chacun. »

La chanteuse Catherine Ringer raconte également son expérience à la maternité des Lilas, ses avortements et son accouchement :

Mon histoire avec la Maternité des Lilas - Catherine Ringer

« On n’est pas accouchée ici, on accouche. »

Une autre ancienne patiente Jeanne Barral, conservatrice de musée de 33 ans, avait lancé une pétition en avril 2022, qui a sans doute joué dans le sursis. Elle déclarait à 20 Minutes :

« L’idée de la pétition, c’est d’apporter le soutien des usagers. C’est un enjeu de santé publique, de féminisme et d’emploi local car 120 emplois sont en jeu. »

Pour signer la pétition, c’est ici !

Un lieu militant et bienveillant, chargé d’histoire

Vous l’aurez compris, la maternité des Lilas n’est pas une maternité comme les autres. Elle a une histoire militante riche et a été le berceau de luttes pour un meilleur accompagnement des femmes.

Chantal Birman, la sage-femme iconique du documentaire d’Aude Pépin, À la vie, y a travaillé durant 40 ans et a participé activement à ces luttes :

« Les gens se battent aussi pour ce conservatoire de l’humanité. On a construit une équipe au fur et à mesure des années et on a aussi détruit une équipe.

On est passées de un pour tous, tous pour un… à l’intérêt individuel qui a primé ses dernières années. […]

Les sages-femmes ont tout de même su passer cet esprit ! Quand j’entends les femmes parler de leur accouchement. Elles me disent toutes que c’était formidable, aujourd’hui toujours. Cet esprit est passé au niveau de l’équipe de sages-femmes, ce qui est le cœur de la maternité. »

À LA VIE | Bande-annonce

Chantal Birman poursuit :

« En ce moment aux Lilas, il y a une diminution du nombre de naissances et il y a eu cette transmission de la pédagogie de l’accompagnement. Ça fonctionne toujours ! »

Pour elle, cette maternité, qui a expérimenté et qui a tant fait pour les femmes, pour que leurs accouchements se passent le mieux possible, loin des usines à bébés, devrait être protégée :

« J’ai toujours pensé qu’il aurait fallu un statut particulier à ce lieu, c’est un véritable conservatoire de l’humanité.

Je regrette de n’avoir pas pris conscience à temps de la responsabilité qu’il y avait à transmettre l’historique, ce qui s’était passé, comment les choses étaient advenues pour faire de ce lieu un lieu exceptionnel. »

Chantal Birman ne veut pas baisser les bras, ni se laisser envahir par la peine :

« Il ne faut pas se laisser envahir par la nostalgie. Je ne vais pas me mettre sous ma couette et plus bouger. Non. C’est trop facile. Vous n’aurez ma dépression et mon burn-out ! [rires] Je dois tout à la maternité des Lilas. »

Merci beaucoup à Chantal Birman d’être revenue avec nous sur l’histoire de ce lieu mythique. Battons-nous donc pour que les sages-femmes puissent exercer dans de bonnes conditions, et que les femmes aient les accouchements qu’elles méritent !

À lire aussi : Courez voir À la vie, docu bouleversant sur Chantal Birman, sage-femme féministe et engagée

Image en une : © Unsplash/Carlo Navarro

Les Commentaires
4

Avatar de hellopapimequepasa
27 avril 2022 à 20h35
hellopapimequepasa
si je ne partais pas dans le sud vendredi je serai limite aller a la manif en fait.On ferme des maternité a tour de bras et dans quelque année on va en payer le prix fort.Un docu sur envoyé spécial avait déja lancer l'alerte il y a quelque année...mais on continue.
1
Voir les 4 commentaires

Plus de contenus Grossesse

Livres
[Site web] Visuel vertical Édito (1)

Line Papin à propos des fausses couches : « On passe en un instant du corps maternel glorifié au corps malade »

Pauline Leduc

16 mai 2022

Série télé
Sponsorisé

Comment reconstituer le Paris des années 80 ? La cheffe des décors d’Oussekine nous explique

Humanoid Native
Grossesse
grossesse-huiles-essentielles-contrindications

Je suis enceinte, dois-je vraiment bannir l’utilisation des huiles essentielles ?

Poussez Madmoizelle
femme avec un bébé dans les bras

« La péridurale était un soulagement immense » : Emilie raconte son accouchement

Aïda Djoupa

13 mai 2022

8
Grossesse
playlistaccouchement

D’Aya Nakamura à Debussy : voici une playlist d’accouchement au top

Camille Abbey

11 mai 2022

Témoignages
femme enceinte avec une main sur son ventre

La grossophobie des médecins a gaché ma grossesse, déjà compliquée par mes troubles du comportement alimentaire

Aïda Djoupa

10 mai 2022

12
Grossesse
sage-femme

Lettre à ma sage-femme qui nous a sauvé la vie

Manon Portanier

08 mai 2022

9
Grossesse
christina-wocintechchat-com-mhmNmzxHBWs-unsplash

Besoin de paroles sans filtre sur la maternité ? Voici 5 podcasts réjouissants

Camille Abbey

07 mai 2022

Poussez Madmoizelle
IMG_4427

« Je n’ai jamais eu mal » : Camille raconte son double accouchement

Aïda Djoupa

06 mai 2022

Daronne
solen-feyissa-4crXipFM1hc-unsplash

« Je sens une coupure, je hurle » : Siranouch raconte son terrible accouchement

Camille Abbey

29 avr 2022

16
Grossesse
freestocks-AOod3VqkEfQ-unsplash

L’hôtel gratuit pour celles qui vont accoucher mais vivent loin d’une maternité ? Bonne idée… mais mesure-pansement

Camille Abbey

27 avr 2022

5

Pour les meufs qui gèrent

1 2 3 4 5 6 7 8 9
10 20 30