Live now
Live now
Masquer
tribune-monde-feminisme-desir
Société

L’autre tribune publiée dans Le Monde, celle qui n’a pas fait scandale

Deux tribunes ont été publiées dans Le Monde mardi 9 janvier, au sujet de la prise de conscience collective qu’a été #MeToo. Si l’une a été très largement commentée, l’autre est passée relativement inaperçue.

Mardi 9 janvier, alors que tout l’Internet s’affolait à propos d’une tribune controversée parue dans Le Monde, un deuxième texte passait quasiment inaperçu sur le radar des réseaux sociaux.

Cette autre tribune traitait pourtant d’un même sujet de fond : l’importance du mouvement #MeToo et la liberté sexuelle – et représentait ainsi une diversité d’opinion parus au sein d’un même journal, le même jour.

L’autre tribune du Monde, par Belinda Cannone

L’écrivaine Belinda Cannone prenait en effet la parole, en parallèle des 100 femmes ayant co-signé la tribune intitulée « Nous défendons une liberté d’importuner, indispensable à la liberté sexuelle ».

Environ 1 000 partages sur Facebook pour la tribune de Belinda Cannone à l’heure où je publie cet article, contre plus de 28 000 pour la tribune cosignée par Catherine Deneuve et 99 autres femmes.

Et pourtant, le point de vue que la romancière avait à partager est très intéressant.

Belinda Cannone prenait position pour défendre la réalité du harcèlement subi et dénoncé massivement ces dernières semaines… et pour encourager la redistribution des rôles dans les relations amoureuses hétérosexuelles.

« Autant il me parait capital de dénoncer enfin le lien du pouvoir et du sexe qui a privé les femmes de la maîtrise de leurs corps, autant je crois nécessaire de continuer à combattre la morale désuète qui a toujours cherché à refréner les « désordres de la sexualité », de même qu’il faut à présent se méfier de la confusion qui pourrait naître entre expression du désir et violence de la domination masculine. […]

Une asymétrie persiste, dans toutes les étapes de la relation amoureuse, si intériorisée qu’elle en est peu visible. »

Redistribuer les cartes, pour sortir des rôles de « proie » et de « chasseurs »

Pour elle, les appréhensions que beaucoup de personnes ont sur « la mort de la drague », le fait que nombre de personnes perçoivent encore le consentement comme une notion floue, la peur du « puritanisme » : tout cela pourrait être évité si on mettait à plat les rôles genrés dans la séduction.

Globalement, ça passerait par cesser de considérer que le rôle des femmes est de rester passives, et celui des hommes est de faire le premier pas.

Ou par mettre fin à l’idée reçue selon laquelle le désir masculin est lié à la résistance qu’il rencontre.

Ou encore par le fait qu’une femme entreprenante ne mette plus mal à l’aise les hommes.

Oh dites, on serait pas en plein dans la déconstruction d’une masculinité toxique ? (Si).

« Le jour où les femmes se sentiront parfaitement autorisées à exprimer leur désir, où l’entreprise de la séduction sera réellement partagée, elles ne seront plus des proies et ne se percevront plus comme telle. […]

Chacun, tous genres confondus, étant tour à tour l’invitant ou le destinataire de la proposition, à jeu partagé, les hommes ne seraient plus perpétuellement en situation de chasseurs. »

La dénonciation de comportements inacceptables ne va pas, selon elle, sans la redéfinition les règles du jeu dans les rapports hétérosexuels : bobye le slut-shaming, bienvenue à la diversité et à une liberté sexuelle pour tout le monde !

À lire sur Le Monde :
« Le jour où les femmes se sentiront autorisées à exprimer leur désir, elles ne seront plus des proies »

À lire aussi : Défendre la liberté sexuelle ne nous oblige pas à accepter les violences sexistes

Les Commentaires
19

Avatar de Denis
12 janvier 2018 à 13h28
Denis
@skippy01 : (je sors du topic sur les complots) est-ce que la publication en simultané n'a pas été justement pensée pour que la tribune féministe et argumentée soit éclipsée par les 100 importunées ?

Bien au contraire, comme l'explique ce thread d'un journaliste du monde (que j'ai posté déjà plus haut dans les com'), le concept de Tribune appelle souvent la publication de deux avis - partis pris opposés :
https://twitter.com/samuellaurent/status/950714294420889600

Le média (en l'occurence ce journal) ne peut pas être tenu responsable de la façon dont les posteurs sur les réseaux et beaucoup d'autres médias ont choisi de privilégier l'une à l'autre. C'est d'ailleurs un sujet d'étude particulièrement intéressant dont s'emparera peut-être un(e) thésard(e) en socio ou en psycho-socio un de ces jours
2
Voir les 19 commentaires

Plus de contenus Société

Ecologie
chambre

Le tuto de A à Z pour passer au zéro déchet dans votre chambre (et votre dressing)

Marie-Aube Auvity

29 jan 2022

Société
pexels-mikhail-nilov-harcelement-scolaire

Le Sénat ne veut pas faire du harcèlement scolaire un délit et modifie la proposition de loi

Maëlle Le Corre

28 jan 2022

Société
pexels-mart-production-violences conjugales

Violences conjugales : voici le rapport si gênant pour la préfecture de police

Maëlle Le Corre

28 jan 2022

Féminisme
camaieu-3919

Des faux bleus et de la fast-fashion contre les violences conjugales, vraiment, Camaïeu ?

Mymy Haegel

27 jan 2022

13
Culture Web
Feliccia

L’influenceuse Feliccia recadrée par des diététiciens pour ses dangereux « conseils minceur »

Eva Levy

27 jan 2022

9
Société
sienna-mae-gomez-jake-wright

Agression sexuelle dans la Hype House : le tiktokeur Jack Wright accuse Sienna Mae Gomez d’avoir abusé de lui

Kalindi Ramphul

27 jan 2022

Actu mondiale
pologne-greve-des-femmes-decembre-2020

Les Polonaises pleurent Agnieszka, nouvelle victime des lois contre l’IVG

Maëlle Le Corre

27 jan 2022

2
Série télé
Sydney Sweeney

Sydney Sweeney est fière de son travail dans Euphoria, « mais personne n’en parle parce que je suis dénudée »

Eva Levy

27 jan 2022

4
Daronne
peresmascu

« Les associations de pères représentent le mouvement masculiniste »

Camille Abbey

27 jan 2022

18
Féminisme
Main touchant une mangue

S’ausculter la chatte pendant des ateliers d’auto-examen, un acte aussi militant que rassurant

La société s'écrit au féminin