Live now
Live now
Masquer
trepalium-serie
Pop culture

« Trepalium », une ambitieuse série de science-fiction française qui interroge notre rapport au travail

11 fév 2016 15
Trepalium nous catapulte dans un monde dystopique où les inégalités au travail ont créé, littéralement, un mur dans la société.

Il y a l’air d’avoir un beau mélange dans Trepalium, une série d’Antarès Bassis et Sophie Hiet prochainement sur ARTE. Une pincée de Gattaca, un soupçon de 1984, une belle louche de Black Mirror, dix gouttes de Barjavel, le tout dilué dans l’inventivité des créateurs de ce tout nouveau programme : j’en ai l’eau à la bouche.

Dans le monde selon Trepalium (le mot latin à l’origine de « travail », qui signifie « torture »), un immense mur sépare la société en deux catégories bien distinctes : les Zonards, sans emploi, composant l’écrasante majorité de la population, et les Actifs. Au vu des tensions grandissantes et de la rébellion qui gronde chez les chômeurs, le gouvernement fait un geste en direction des Zonards : quelques milliers d’entre eux pourront joindre les Actifs et accéder enfin à l’emploi. Parmi ces élu•e•s, Izia, l’héroïne, qui va découvrir un monde de nanti•e•s fort déboussolant…

Trepalium promet de la science-fiction française de qualité (ça faisait longtemps, non ?), un scénario ambitieux et surtout une belle réflexion sur la place du travail dans notre société. Ça se passe dès ce soir, le 11 février 2016, sur ARTE à 20h55 !

big-revenu-de-base

Clique pour découvrir le revenu de base, une alternative au modèle actuel

Les Commentaires
15

Avatar de Denderah
21 février 2016 à 13h04
Denderah
@Probation worker killer

Contenu spoiler caché.


Sinon, moi aussi, j'ai vu l'intégralité, et j'ai bien accroché.
Le jeu des acteurs, qui peut sembler de prime abord un peu artificiel (ou mauvais disons le, avec un côté "récitant&quot, finalement, participe activement à l'atmosphère et à la mentalité développée dans cette société, où l'on cherche à tout prix à casser les émotions apparentes, où chacun "joue" une façade. C'est un vrai parti pris, et qui fonctionne.

Sur le fond, l'histoire est vraiment perturbante, parce que même si c'est poussé à l'extrême, ça ressemble terriblement aux types de mentalité qui existe déjà dans notre société vis à vis du travail. Ils ont juste poussé les curseurs au maximum du "Et si ça continuait comme ça", et c'est bien ça qui est effrayant.

Le seul petit point "logistique" que j'aurais aimé voir explicité,
Contenu spoiler caché.

Côté réflexion générale sur les personnages,
Contenu spoiler caché.
3
Voir les 15 commentaires

Plus de contenus Pop culture

L'équipe du podcast sexo Hot Line
Conseils sexe

Le podcast sexo « Hot Line » déconstruit avec humour notre éducation sexuelle et intime bancale

Anthony Vincent

27 nov 2022

1
sexo
Sponsorisé

Accrochez-vous à vos draps, le nouveau Womanizer vient de sortir !

Humanoid Native
sil suffisait daimer bd steinkis
Livres

S’il suffisait d’aimer, une puissante BD pour se replonger dans le combat pour la PMA

Maëlle Le Corre

26 nov 2022

vpn-nordvpn-film-series
Lifestyle
Sponsorisé

J’ai découvert trois films féministes géniaux grâce à un VPN

Oscar Staerman

26 nov 2022

2
annie colère diaphana
Interviews cinéma

« L’IVG est un geste social global », entretien avec l’équipe d’Annie Colère

Maya Boukella

26 nov 2022

Avatar 5
Pop culture

Pour être rentable, Avatar 2 doit faire aussi bien que Titanic

Maya Boukella

25 nov 2022

amandiers
Pop culture

Au nom de la présomption d’innocence, Valeria Bruni-Tedeschi a protégé Sofiane Bennacer malgré les plaintes pour viol

Maya Boukella

25 nov 2022

5
titanic Twentieth Century Fox France
Pop culture

Titanic : comment Leonardo DiCaprio et Kate Winslet ont failli ne pas avoir les rôles

Maya Boukella

24 nov 2022

2
parfum vert diaphana
Cinéma

Le Parfum vert, le polar entre Hitchcock et Tintin qui nous fait déjà rire

Maya Boukella

24 nov 2022

Capture d’écran 2022-11-23 à 18.12.16
Pop culture

Comment un concert de Taylor Swift a remis en question l’hégémonie de Ticketmaster aux États-Unis

Camille Lamblaut

24 nov 2022

saint omer 1
Cinéma

Saint Omer n’est pas un film sur l’infanticide mais sur la maternité :  rencontre avec Alice Diop

Maya Boukella

23 nov 2022

La pop culture s'écrit au féminin