Live now
Live now
Masquer
trepalium-serie
Culture

« Trepalium », une ambitieuse série de science-fiction française qui interroge notre rapport au travail

Trepalium nous catapulte dans un monde dystopique où les inégalités au travail ont créé, littéralement, un mur dans la société.

Il y a l’air d’avoir un beau mélange dans Trepalium, une série d’Antarès Bassis et Sophie Hiet prochainement sur ARTE. Une pincée de Gattaca, un soupçon de 1984, une belle louche de Black Mirror, dix gouttes de Barjavel

, le tout dilué dans l’inventivité des créateurs de ce tout nouveau programme : j’en ai l’eau à la bouche.

Dans le monde selon Trepalium (le mot latin à l’origine de « travail », qui signifie « torture »), un immense mur sépare la société en deux catégories bien distinctes : les Zonards, sans emploi, composant l’écrasante majorité de la population, et les Actifs. Au vu des tensions grandissantes et de la rébellion qui gronde chez les chômeurs, le gouvernement fait un geste en direction des Zonards : quelques milliers d’entre eux pourront joindre les Actifs et accéder enfin à l’emploi. Parmi ces élu•e•s, Izia, l’héroïne, qui va découvrir un monde de nanti•e•s fort déboussolant…

Trepalium promet de la science-fiction française de qualité (ça faisait longtemps, non ?), un scénario ambitieux et surtout une belle réflexion sur la place du travail dans notre société. Ça se passe dès ce soir, le 11 février 2016, sur ARTE à 20h55 !

big-revenu-de-base

Clique pour découvrir le revenu de base, une alternative au modèle actuel


Ajoutez Madmoizelle à vos favoris sur Google News pour ne rater aucun de nos articles !

Les Commentaires

15
Avatar de Denderah
21 février 2016 à 14h02
Denderah
@Probation worker killer

Contenu spoiler caché.


Sinon, moi aussi, j'ai vu l'intégralité, et j'ai bien accroché.
Le jeu des acteurs, qui peut sembler de prime abord un peu artificiel (ou mauvais disons le, avec un côté "récitant", finalement, participe activement à l'atmosphère et à la mentalité développée dans cette société, où l'on cherche à tout prix à casser les émotions apparentes, où chacun "joue" une façade. C'est un vrai parti pris, et qui fonctionne.

Sur le fond, l'histoire est vraiment perturbante, parce que même si c'est poussé à l'extrême, ça ressemble terriblement aux types de mentalité qui existe déjà dans notre société vis à vis du travail. Ils ont juste poussé les curseurs au maximum du "Et si ça continuait comme ça", et c'est bien ça qui est effrayant.

Le seul petit point "logistique" que j'aurais aimé voir explicité,
Contenu spoiler caché.

Côté réflexion générale sur les personnages,
Contenu spoiler caché.
3
Voir les 15 commentaires

Plus de contenus Culture

Source : Canva Pro
Daronne

Ces 5 séries sont les préférées des enfants, et on a tous envie de crever

4
Source : Capture d'écran Youtube
Culture

Victime de racisme, l’actrice Francesca Amewudah-Rivers (Roméo et Juliette) soutenue par 900 artistes

1
Un still du film All we imagine as light, de Payal Kapadia, avec le logo du festival de Cannes // Source : ALL WE IMAGINE AS LIGHT de Payal Kapadia © Ranabir Das
Cinéma

Le festival de Cannes 2024 dévoile sa Sélection officielle : 4 réalisatrices, aux côtés de Gilles Lellouche et Francis Ford Coppola

9782290397336_UnJourDeNuitTombeeT1_Couv_BD (1)
Livres

Trois bonnes raisons de découvrir la fantasy grâce à l’œuvre de Samantha Shannon

Couverture du livre "Et, refleurir" aux éditions Philippe Rey, illustrée par Iris Hatzfeld
Livres

« Une femme qui refuse de souffrir, c’est radical » : Kiyémis, autrice afroféministe du roman Et, refleurir

4
Raconter sur TikTok ses actes contre le sexisme, c’est la dernière tendance du « micro-féminisme » // Source : Captures d'écran TikTok
Culture Web

Raconter sur TikTok ses actions contre le sexisme, c’est la dernière tendance du « micro-féminisme »

2
Euphoria  // Source : HBO
Culture

Zendaya en a marre de jouer que des lycéennes alors qu’elle n’est jamais allée au lycée

Quitter la nuit // Source : Haut et court
Culture

« On n’a pas à exiger quoi que ce soit des victimes », avec Quitter la nuit, Delphine Girard met la justice face à ses limites

9
Booksmart
Culture

Netflix : les 7 meilleurs films lesbiens à voir et à revoir

Karl-lagerfeld-série
Culture

Au festival Canneséries, une longue standing ovation pour cette série Disney+

1

La pop culture s'écrit au féminin