Live now
Live now
Masquer
Image d'erreur
Témoignages

Cette session de maquillage qui m’a transformée

26 sep 2018
Mathilde a été maquillée par un professionnel pour la toute première fois. Ça l’a chamboulée, alors elle a décidé de raconter tout ce que cette expérience avait provoqué chez elle.
Disclaimer : cet article ne fait pas partie du partenariat entre madmoiZelle et M·A·C, je l’ai écrit pour la simple et bonne raison que cette expérience m’a marquée, que j’ai eu envie de remercier Tom Sapin et l’équipe M·A·C pour cela… Et surtout de partager ce ressenti avec toi.

Il y a quelques jours, les maquilleurs et maquilleuses professionnels de M·A·C sont venus maquiller l’équipe de madmoiZelle, puis nous shooter. Nous étions excité·es comme des puces, et nos bureaux rayonnaient dans tous les sens, entre les paillettes sur nos paupières et l’éclat ravi et fier de nos regards.

Dans le mien, je sentais une lueur plus fluctuante, qui vibrait doucement au fil de l’émotion. Parce qu’après être passée entre les mains de Tom Sapin, j’ai été chamboulée, et j’ai passé plusieurs jours à ressasser et comprendre ce qu’il s’était passé.

Alors j’ai décidé d’écrire, sous forme de lettre à Tom, tout le bien qu’il m’avait fait à travers ces quelques minutes de partage.

Lettre à Tom Sapin, qui a beaucoup changé ma tête et un peu ma vie (ou l’inverse)

Cher Tom,

Lorsque je me suis assise face à toi, hésitante mais tentant de sembler sûre de moi, tu n’imaginais peut-être pas quel effort c’était, de me confier ainsi à toi.

Tu sais, au fond de moi je n’envisage pas vraiment que quelqu’un puisse prendre du temps pour moi, rien que pour moi. Je n’envisage pas de pouvoir faire confiance, encore moins à un inconnu, au point de me laisser faire sans avoir en apparence aucun contrôle.

Je suis si incapable de lâcher-prise que j’en déteste les vacances, parce que ne rien faire, ne pas être en contrôle de ce qu’il se passe, ça n’a pour moi aucun sens. Et c’est terrifiant.

J’essayais en apparence de montrer que j’étais à l’aise, mais je pense qu’au fond de moi il y avait une petite fille recroquevillée, qui ne comprenait pas pourquoi d’un coup on s’intéressait à elle, pourquoi elle était devenue un centre d’attention, pourquoi elle se laissait toucher.

Toi, tu l’as prise comme elle était. Tu me l’as dit, par la suite.

« J’ai senti que tu ne faisais pas ça souvent et que ça te coûtait beaucoup de t’asseoir et te laisser faire. […] Je t’ai laissée tranquille te poser, et je suis ravi si ça t’a fait du bien. »

Tu ne pensais pas si bien dire.

« Entre tes mains, je me suis sentie exister »

Tu ne le savais pas, mais mon rapport à mon corps est un peu merdique, même si j’y travaille. J’ai pris l’habitude de lui faire du mal, pas d’en prendre soin. Encore moins qu’on en prenne soin pour moi : à quel moment en serais-je digne d’intérêt ?

J’ai aussi pris l’habitude de le fuir, de ne pas ressentir ce qu’il s’y passe, parce que le conflit est trop fort entre nous. J’ai beau essayer de m’y reconnecter, de méditer, l’issue est presque toujours la fuite.

À lire aussi : Après la haine de moi, après des scarifications… j’arrive enfin à m’aimer

La douceur de ton toucher, les effleurements de tes pinceaux, la précision de ton regard : tout cela m’a permis de me ressentir à nouveau.

Et si toi, maquilleur star de M·A·C, tu as pris le temps de me maquiller, de t’attarder sur mes traits, de me proposer quelque chose d’aussi nouveau qu’éphémère, c’est bien que je valais le coup, non ?

Entre tes mains, je me suis sentie exister, ce que je m’interdis tant au quotidien.

Tu ne m’as pas jugée, tu es au contraire allé chercher ce qu’il y avait de plus beau dans mes traits. Ces mêmes traits que je méprise, si futiles et superficiels, alors que paradoxalement je les hais et les critique tant.

Tu m’as permis de commencer à briser ma peur

J’ai laissé ton regard scanner mon visage, alors que je ne suis aujourd’hui capable de considérer cela que comme une menace.

Parce que cela, tu ne le savais pas non plus, Tom, que j’ai une peur viscérale des hommes. C’est pourtant vers toi, et non pas tes collègues, toutes deux des femmes, que je me suis tournée.

Un peu par hasard, un peu par choix.

Tom, tu ne pouvais pas deviner que j’ai une relation de merde avec mon père, qui a commencé depuis que je suis enfant à détruire ma confiance en les hommes. Tu ne pouvais pas savoir que mon « meilleur ami » au lycée a achevé le travail, en me violant plusieurs fois.

Tu ne pouvais pas savoir qu’aujourd’hui je ne supporte pas de rester seule avec une homme dans une pièce close, que les regards dans le métro me rendent malade, que je n’ai plus touché un homme depuis des années, pas même effleuré, en dehors des bises obligatoires en société et que j’expédie comme si en frôlant une joue je me brûlais.

Tu ne pouvais pas savoir que me confier à toi, te laisser faire ce que tu voulais de mon corps, symboliquement, c’était foutre un premier coup de pied dans cette montagne de merde qu’est ma peur.

Je ne savais pas que j’en étais capable.

Je ne me doutais pas que tu m’en laisserais la possibilité.

Parce je ne peux redonner ma confiance qu’à des personnes qui m’offrent un espace adéquat et suffisamment sécurisant pour que je tombe mes défenses.

Et, je ne sais par quel talent, par quel professionnalisme, mais tu as réussi à me les ôter peu à peu, jusqu’à me montrer ton œuvre dans le miroir, et que l’émotion me monte à la gorge.

Depuis quand est-ce que je ne m’étais pas trouvée belle ?

Depuis quand est-ce que je n’avais pas eu confiance en l’image que je renvoyais ?

J’avais oublié ce que signifiait « prendre soin de moi »

Depuis des années, les gens autour de moi m’invitent à « lâcher prise », à « prendre soin de moi », à « me chouchouter ».

J’ai passé au moins autant de temps à dire que je ne savais pas faire. Et pour cause ! J’ai réalisé entre tes mains, Tom, que je ne savais même pas ce que ça voulait dire.

Je crois que grâce à toi, j’ai « pris soin de moi », sans contrainte ni pression, pour la première fois depuis longtemps.

Je crois que j’ai aussi commencé à redécouvrir ce que ça signifiait. Peut-être qu’avec cela, je vais pouvoir le faire moi-même un peu plus, sans attendre qu’un maquilleur pro tombe par hasard sur mon chemin.

J’ai eu envie de méditer pour me reconnecter à mes sensations, à moi-même. Si je ne l’ai pas encore fait, je me dis que je vais finir par retenter, et même un jour, par y arriver.

Et j’ai envie de rencontrer d’autres personnes comme toi, qui, l’espace de quelques instants, sauront me mettre en confiance, et simplement me faire du bien.

Alors pour ça, et pour tout le reste, je te dis un immense merci. Je te souhaite de continuer à faire du bien autour de toi, aussi longtemps que ça te rendra heureux.

Car au vu des regards, des remarques plus ou moins timides, des minutes passées devant les miroirs par les autres membres de l’équipe, je ne doute pas que je ne suis pas la seule à avoir été aussi chamboulée.

À lire aussi : Je me maquille pour moi… pas pour arnaquer les mecs !

Témoignez sur Madmoizelle

Pour témoigner sur Madmoizelle, écrivez-nous à :
[email protected]
On a hâte de vous lire !

Les Commentaires
22

Avatar de MissLeaaa
18 décembre 2018 à 09h14
MissLeaaa
Je te remercie @Mathilde Trg
1
Voir les 22 commentaires

Plus de contenus Témoignages

Femme avec une afro vue d'en bas
Règlement de comptes

Allyson, 2 010 € par mois : « Je suis tous les mois à découvert »

Aïda Djoupa

01 déc 2022

Sexo
Sponsorisé

Quatre choses à savoir sur les orgasmes multiples

Humanoid Native
Un couple de femmes face à face
Témoignages

Journal de bord d’une PMA, épisode 2 : « À partir de maintenant, la stimulation ovarienne peut commencer »

Aïda Djoupa

30 nov 2022

6
destinations
Témoignages

10 lectrices partagent le meilleur conseil de psy de leur vie

Aïda Djoupa

27 nov 2022

Anais Z / Les petits portraits / C stane
Témoignages

J’ai été victime de violences conjugales, et je me suis réapproprié mon histoire par la photographie

Aïda Djoupa

25 nov 2022

3
Kevin Wolf Unsplash
Règlement de comptes

Marine, 2 257€ par mois : « Pour les courses, je fais les poubelles »

Aïda Djoupa

24 nov 2022

51
Karolina Gabrowska / pexels
Témoignages

J’ai fait un AVC à 21 ans, très certainement à cause du tabac et de la pilule

Aïda Djoupa

23 nov 2022

4
Mikotoraw / Pexels
Témoignages

Mon mec m’a trompée, et tout le monde m’a encouragée à le pardonner

Aïda Djoupa

19 nov 2022

30
Sharon Christina / unsplash
Témoignages

Mon woofing en Norvège qui a tourné au cauchemar

Aïda Djoupa

18 nov 2022

7
Jeffery Erhunse / Unsplash
Règlement de comptes

Aimée, 2 422€ par mois : « Je donne de l’argent à ma mère pour qu’elle se fasse plaisir »

Aïda Djoupa

17 nov 2022

14
rendez-vous-romantique-temoignage
Témoignages

Ce rendez-vous inattendu qui m’a réconciliée avec le romantisme

Une madmoiZelle

13 nov 2022

12

Témoignages