Live now
Live now
Masquer
Image d'erreur
Livres

Souvenirs d’un pas grand chose

23 avr 2006 1

Si beaucoup de romans de Bukowski sont autobiographiques, celui-ci est, disons, la première autobiographie : y est fait le récit du début de la vie de l’écrivain, de l’enfance jusqu’à l’âge adulte.

Et Bukowski ne s’embarrasse pas d’artifices littéraires inutiles. A l’image de la première phrase du roman, "La première chose dont je me souviens :", le reste de Souvenirs d’un pas grand chose ne se perd pas en longs détours et digressions qui seraient peut-être de trop. Pour Bukowski importent avant tout les faits, le regard qu’il porte rétrospectivement sur eux et surtout l’humour avec lequel il présente ces épisodes de sa vie, jusqu’aux plus sombres.

Récit rétrospectif présenté chronologiquement, comme la plupart des autobiographies de ce type, Souvenirs d’un pas grand chose – à l’origine Ham on rye – pourrait être un roman larmoyant quand on constate la dureté de certains passages, la difficulté qu’a eu certainement Charles Bukowski à débuter dans la vie. Il était pauvre – a grandi à l’époque de la Grande dépression aux Etats-Unis –, obligé de se soumettre à un père violent que sa mère n’empêchait pas de battre son fils, esseulé face à ses collègues de lycée, sujet à l’acné vulgaire, etc. Bref : rien de bien réjouissant.

Même : de quoi donner dans le pathétique, voire dans le pathos. Ce risque du larmoyant, Bukowski l’évite les doigts dans le nez, avec une agilité telle que son texte semble aller de soi. La réaction de l’écrivain face à cette souffrance, cette jeunesse qu’il dit lui-même avoir été une période noire et très dure de sa vie, c’est l’humour. Le seul moyen, comme on le voit l’expliquer dans Bukowski : born into this, le documentaire de John Dullaghan, de rendre cette enfance et son récit supportables.

Certes, s’il semble avoir un objectif en rédigeant cette autobiographie, c’est certainement de dépeindre la dureté et la tyrannie de son père puisque c’est à "tous les pères" qu’il la dédie. Pourtant il ne se focalise pas là-dessus, ne se complait pas dans le malheur et glisse sur les épisodes douloureux avec une perfection étonnante.

Car le récit, chronologique, est savamment mené ; et le lecteur se laisse guider au rythme des anecdotes inévitablement sources de plaisir puisque de rire. Cependant , derrière cet aspect amusant de l’écriture de Bukowski demeure l’horreur de son éducation, des souffrances qu’il a endurées. Or, il n’aime pas le larmoyant et quand on lit ce qu’il écrit, on se dit qu’il a raison tant il maîtrise la trame de son récit.

D’ailleurs, l’écrivain mentionne dans cette autobiographie comme dans d’autres romans ses intérêts pour certains écrivains tels Céline, Maxime Gorki ou John Fante, parmi d’autres. La principale qualité qu’il leur donne est la force de leurs écrits, leur capacité à rendre compte à travers leur écriture des émotions les plus fortes, ceci sans baratin trompeur et vain. Bukowski lui-même est certainement le maître de cette écriture en apparence légère puisque pleine d’humour ; et pourtant grave : celle, assurément, des sentiments les mieux exprimés puisque sans artifice.

Les Commentaires
1

Avatar de Stellou
16 mai 2006 à 17h16
Stellou
J'adore ce bouquin. C'est le premier livre de Bukowski que j'aie eu entre les mains, et ça reste mon préféré.
0
Réagir sur le forum

Plus de contenus Livres

murakami
Pop culture

Murakami, l’auteur de Kafka sur le Rivage et 1Q84 va sortir un nouveau roman le 13 avril

Maya Boukella

01 fév 2023

1
beauté

Comment consommer des cosmétiques de manière plus raisonnée ?

Humanoid Native
[Site web] Visuel horizontal Édito (15)
Livres

« Une Place », l’essai-illustré brillant d’Eva Kirilof qui explique l’absence des femmes de l’histoire de l’art

[Site web] Visuel horizontal Édito (20)
Livres

Dans « Nos absentes », la journaliste Laurène Daycard redonne une voix aux victimes de féminicides

bitch-planet
Livres

6 dystopies féministes dans la lignée de The Handmaid’s Tale à découvrir d’urgence

patatouille
Livres

Patatouille, le livre jeunesse sur l’éducation des garçons loin des normes de la masculinité toxique

Maya Boukella

15 jan 2023

1
LeBookClub_ImageUne_V
Pop culture

Madmoizelle lance son BookClub !

[Site web] Visuel horizontal Édito (19)
Actu en France

Florence Porcel se débat toujours dans l’affaire PPDA et signe un essai sur la honte

Camille Lamblaut

06 jan 2023

lecture braille aveugle mart production pexels
Actu en France

Les aveugles vont (enfin) avoir accès aux livres en braille au prix unique librairie

Maya Boukella

05 jan 2023

5
shelby-mahurin-serpent-dove-jai-lu
Livres

Des sorcières et du patriarcat à vaincre : Serpent & Dove, la fiction féministe à lire

Madmoizelle Brand

04 jan 2023

Dans Cendrillon, la pantoufle de verre parodie la royauté française, en fait
Chaussures

Dans Cendrillon, la pantoufle est bien en verre, pour parodier la royauté française

Anthony Vincent

20 déc 2022

1

La pop culture s'écrit au féminin