Live now
Live now
Masquer
series-qui-nous-font-du-mal
Culture

Ces séries qui nous font du mal

Les séries, c’est bien, c’est beau. Mais quand ça nous fait pleurer/peur/atteindre une certaine forme de folie, ça devient un mystère : pourquoi continuer à se faire du mal comme ça voyons ?

Les séries TV c’est cool, j’irais même jusqu’à dire que c’est la vie. Ça permet de changer d’univers, de se vider l’esprit en 20 ou 40 minutes, un format qui demande moins de temps et de concentration qu’un film et qui permet de s’attacher à des personnages qui deviennent très vite, avouons-le, un peu ta famille. Mais il existe des séries qu’on continue à regarder, pour des raisons un peu sombres, même si elles nous font du mal au fond de notre petit être.

Grey’s Anatomy, la guerre contre ton émotivité

Récemment, une amie apparemment concernée par mon bien-être après m’avoir écoutée lui répondre en sanglotant et reniflant, m’a posé la question fatale : « Mais pourquoi tu continues à regarder Grey’s ?? » C’est vrai qu’après 11 saisons, environ 15 morts (sans compter les patients bien entendu), 27 ruptures et 5 fausses couches, on pourrait penser que j’en ai fait le tour. Mais non.

greys-anatomy

Même les jolies actrices sont moches quand elles pleurent, ça rassure. T’inquiète Meredith, ça va aller bichon.

 Parce que Grey’s Anatomy, c’est certes le pire condensé d’accidents improbables dans un seul hôpital, mais c’est aussi des rires, de l’amour, de l’espoir face à des petits enfants atteints d’une tumeur en forme d’ananas appuyant sur leur dernier organe viable (j’exagère à peine). Je jure donc fidélité au Seattle Grace Hospital (il aura éternellement ce nom là, déso), même si tous mes personnages préférés ont été cruellement exécutés ou le seront bientôt.

Twin Peaks, ou comment devenir parano en 3 leçons

La série culte de David Lynch a donné naissance à une nouvelle génération de séries et avec elle de nombreux accros à ce nouveau format de fiction. Mais personnellement, ça m’a surtout donné envie de rester planquée chez moi pendant une décennie de peur d’affronter les autres humains peuplant cette Terre tellement TOUT LE MONDE dans cette série est psychopathique. Je me souviens comme hier d’un jour où un ouvrier est venu chez moi et que ma mère s’est quasiment planquée dans un placard parce que l’ouvrier en question ressemblait beaucoup trop à Bob.

twin-peaks-bob

Rentre chez toi Bob, ta mère t’a fait des gaufres. 

Et puis quand même Dale Cooper s’est avéré être un taré dans

Desperate Housewives (oui oui, Orson ce grand fou), j’ai carrément perdu foi en l’humanité.

À lire aussi : Les femmes de Twin Peaks — Les Fantasmes de la Rédac

Lie to me, pour griller les mensonges autour de toi

Fan absolue des personnages déjantés type Dr House et grande amatrice de séries policières, je n’ai pas mis longtemps à tomber dans les bras de Lie to me. Pour ceux qui ne connaîtraient pas cette merveille qui n’a malheureusement duré que trois saisons, cette série parle du Dr Cal Lightman, un psychologue expert en détection de mensonges par l’analyse de micro-expressions du visage. Ces expressions brèves et involontaires trahissent les vrais sentiments d’une personne, lesquels peuvent être à l’opposé de ce qu’elle t’affirme au même moment, ce qui permet de déceler les mensonges. C’est là que ça se gâte.

lie-to-me

 « Bertrand, rend-moi mon Savane, je lis dans tes cernes que c’est toi qui me l’a piqué. »

Certaines micro-expressions peuvent être facilement décelables avec un peu d’entraînement et beaucoup d’attention, ce à quoi je me suis attelée assez rapidement et ça a POURRI ma vie. J’ai dû griller un véritable mensonge une seule fois alors que j’ai passé des mois à être parano et à fixer les coins de la bouche, les yeux et les sourcils de mon entourage. De quoi passer pour la tarée de service. Merci Lie to me.

À lire aussi : Les Fantasmes de la Semaine : Tim Roth et Famke Janssen

Dans la catégorie ‘séries qui te font douter du monde’, j’appelle aussi à la barre :

À lire aussi : « Black Mirror », le futur en forme de cauchemar réaliste


Et si le film que vous alliez voir ce soir était une bouse ? Chaque semaine, Kalindi Ramphul vous offre son avis sur LE film à voir (ou pas) dans l’émission Le seul avis qui compte.

Les Commentaires

26
Avatar de Mannick
22 février 2015 à 21h02
Mannick
Rhaaa mais il faut un trigger warning pour Bob enfin !!
Je crois que la fin de Twin Peaks compte parmi mes plus gros traumatismes télévisuels... et je l'ai regardée un soir où j'avais besoin de me remonter le moral, eh bien...C'EST RATÉ !
0
Voir les 26 commentaires

Plus de contenus Culture

Qui sont les Mascus, ces hommes qui détestent les femmes ? Le docu choc de France Télévisions // Source : France télévisions
Société

Qui sont les Mascus, ces hommes qui détestent les femmes ? Le docu choc de France Télévisions

Affiche de la série Becoming Karl Lagerfeld, disponible à partir du 7 avril 2024 sur Disney+ // Source : Disney+
Mode

La série Disney+ Becoming Karl Lagerfeld s’annonce comme aussi bien habillée que controversée

Source : Canva Pro
Daronne

Ces 5 séries sont les préférées des enfants, et on a tous envie de crever

5
Source : Capture d'écran Youtube
Culture

Victime de racisme, l’actrice Francesca Amewudah-Rivers (Roméo et Juliette) soutenue par 900 artistes

1
Un still du film All we imagine as light, de Payal Kapadia, avec le logo du festival de Cannes // Source : ALL WE IMAGINE AS LIGHT de Payal Kapadia © Ranabir Das
Cinéma

Le festival de Cannes 2024 dévoile sa Sélection officielle : 4 réalisatrices, aux côtés de Gilles Lellouche et Francis Ford Coppola

9782290397336_UnJourDeNuitTombeeT1_Couv_BD (1)
Livres

Trois bonnes raisons de découvrir la fantasy grâce à l’œuvre de Samantha Shannon

Couverture du livre "Et, refleurir" aux éditions Philippe Rey, illustrée par Iris Hatzfeld
Livres

« Une femme qui refuse de souffrir, c’est radical » : Kiyémis, autrice afroféministe du roman Et, refleurir

4
Raconter sur TikTok ses actes contre le sexisme, c’est la dernière tendance du « micro-féminisme » // Source : Captures d'écran TikTok
Culture Web

Raconter sur TikTok ses actions contre le sexisme, c’est la dernière tendance du « micro-féminisme »

2
Euphoria  // Source : HBO
Culture

Zendaya en a marre de jouer que des lycéennes alors qu’elle n’est jamais allée au lycée

Quitter la nuit // Source : Haut et court
Culture

« On n’a pas à exiger quoi que ce soit des victimes », avec Quitter la nuit, Delphine Girard met la justice face à ses limites

9

La pop culture s'écrit au féminin