Live now
Live now
Masquer
Image d'erreur
Livres

Retour au collège (Riad Sattouf)

Cicatrices d’acné…

A 27 ans, le héros de Retour au Collège est encore traumatisé par ses années collège. La preuve : il lui arrive assez souvent de se réveiller en pleine nuit, après avoir rêvé d’une énième interro surprise impossible à maîtriser. Sur les conseils d’un ami, il décide alors de prendre le taureau par les cornes et d’affronter sa phobie. Crayon en main, il débarque dans un collège huppé pour y croquer ce monde dont il n’est pas sorti totalement indemne. Est-ce que, comme on le lui a suggéré, c’est beaucoup mieux dans un collège "de riches" ? Les choses auront-elles changé ? Aura-t-il toujours aussi peur du grand méchant loup ?

… Et tronches de biactol

En ouvrant Retour au collège, je ne m’attendais pas à ce que j’y ai trouvé. Je m’attendais à sourire, d’accord, à replonger dans les couloirs de l’adolescence, oui, mais pas à pénétrer dans la quatrième dimension. L’établissement que décrit Riad Sattouf, malgré sa particularité (un collège "de riches"), c’est bien le collège tout craché. Avec ses clans, ses exclus, ses populaires, ses attentats hormonaux, ses dictatures, ses rites barbares et son ambiance d’aquarium. On y retrouve comme les personnages-types qui hantent toute classe de collège de la 6ème à la 3ème : l’obsédé emmerdeur, le beau gosse, le psychopathe, le timide maladif, les mous et les super-actifs, les profs tyranniques et les profs copain-copain, les dépassés et les déconnectés etc.

Du pur jus de collège, donc. Sauf qu’il a un goût plutôt amer. Voire acide. Est-ce que c’est le fait de revoir en face cette période où rien n’est vraiment à sa place ni à la bonne taille, ou est-ce que ce sont les spécimens dits "huppés" décrits dans le roman qui font un peu peur ? Toujours est-il qu’en refermant la BD, on a comme l’impression d’avoir passé quelques temps dans un épisode de la quatrième dimension. Ou traversé le Village des Damnés. Ce collège-là fait peur, tu sais. Très peur. Même que la dernière page arrivée, on est rassuré d’en être sorti depuis longtemps avec … Et de ne pas avoir fait partie de ce collège-là.


Ajoutez Madmoizelle à vos favoris sur Google News pour ne rater aucun de nos articles !

Les Commentaires

7
Avatar de AnonymousUser
29 juillet 2008 à 18h07
AnonymousUser
Moi aussi j'ai beaucoup aimé. C'est de la BD très abordable. J'ai encore plus aimé La vie secrètes des jeunes (le recueil des ses planches pour Charlie, il me semble).

Je l'ai aussi, j'adore !
0
Voir les 7 commentaires

Plus de contenus Livres

Copie de [Image de une] Horizontale (6)
Culture

3 nouveaux livres d’Audrey Ouazan en avant-première

Mode

Quelle est la meilleure culotte menstruelle ? Notre guide pour bien choisir

Humanoid Native
9782290397336_UnJourDeNuitTombeeT1_Couv_BD (1)
Livres

Trois bonnes raisons de découvrir la fantasy grâce à l’œuvre de Samantha Shannon

Couverture du livre "Et, refleurir" aux éditions Philippe Rey, illustrée par Iris Hatzfeld
Livres

« Une femme qui refuse de souffrir, c’est radical » : Kiyémis, autrice afroféministe du roman Et, refleurir

4
Source : Juliette Leigniel
Livres

Relations amoureuses : comment la ville a « uberisé » l’amour ?

3
Maryse Condé photographiée lors du Calabash Literary Festival 2007 // Source : Creative Commons : Georgia Popplewell via Flickr
Livres

Maryse Condé, grande autrice guadeloupéenne, aura-t-elle un hommage national ?

6
Livres pour enfants : les 10 meilleurs albums jeunesse en mars 2024
Livres

Livres pour enfants : les 10 meilleurs albums jeunesse en mars 2024

gloria-steinem-feminist-litterature-
Livres

Gloria Steinem, féministe incontournable, fête ses 90 ans

1
Source : Éditions Atelier de la Belle Étoile
Daronne

Et si vous souteniez le livre jeunesse « Zaza, queen de la bibliothèque » ?

livres_feministes // Source : URL
Livres

Les cinq essais féministes à lire absolument ce printemps

Couverture du livre "Couper la douleur" de Lisa Dayan // Source : Éditions Marabout
Livres

Douleurs vaginales intenses : « Quand on te demande de jauger ta douleur de 1 à 10, c’est dur de dire 10 »

1

La pop culture s'écrit au féminin