Live now
Live now
Masquer
depute-anglais-roles-feminins-crime
Cinéma

« Remplacer » des persos masculins comme Doctor Who par des meufs pousserait les hommes au crime, rendez-vous compte

Parce que certains humains n’ont pas peur du ridicule, un député britannique a tenu des propos fallacieux concernant les actrices qui reprennent des rôles historiquement masculins, nous faisant hésiter entre exaspération et fou rire.

Le ridicule ne tue pas.

Heureusement pour le député britannique Nick Fletcher — à ne surtout pas confondre avec son homonyme, illustre monteur à Hollywood — qui à l’occasion de la journée internationale de l’homme a livré sa plus belle théorie sur le « grand remplacement » des personnages masculins par des personnages féminins.

Capture-décran-2021-11-26-à-10.21.36

Attention, ça pique.

Un député anglais tient des propos ineptes sur les personnages masculins

Vous vous rappelez sans doute combien la reprise du rôle de Doctor Who par Jodie Whittaker avait fait bondir tous les machos d’Angleterre et du monde entier.

En cause ? Tout simplement le fait que depuis la création de la série, seuls des acteurs avaient endossé le rôle, qui dans la tête du tout un chacun était dès lors masculin.

Les mêmes réactions avaient été enregistrées suite à l’annonce de la reprise (éphémère) du rôle de 007 (et non de James Bond) par Lashana Lynch.

Bref, ces messieurs sont toujours un peu frileux quand il s’agit de laisser leurs héros éternels changer de genre.

Qu’à cela ne tienne, le cinéma évolue, faisant un poil plus la part belle aux femmes, invisibilisées pendant des décennies, après avoir été les pionnières de Hollywood — notamment en matière de réalisation et de production.

Un constat qui a du mal à passer pour Nick Fletcher, un député britannique du parti conservateur, qui s’est exprimé à ce sujet le 19 novembre dernier, à l’occasion de la journée internationale des hommes.

Nick Fletcher et ses déclarations à l’emporte-pièce

Quelques mots de ce bon vieux Nick Fletcher, notamment relayés par le magazine Dazed :

« Il semble y avoir une volonté de la part d’une très petite mais très présente minorité de voir des personnages masculins être remplacés par des personnages féminins. Il n’y a qu’à voir les discussions autour de celui ou celle qui reprendra le rôle de James Bond. »

Et de continuer :

« Et ça ne concerne pas que James Bond, ces dernières années on a eu les mêmes problématiques avec Ghostbusters, Star Wars, The Equalizer etc. »

Il poursuit en évoquant le cliché — récemment prouvé infondé par une étude menée par une équipe de chercheurs sous la supervision d’Aaron Drummond de la New Zealand’s Massey University — selon lequel les films et jeux vidéo encourageraient les comportements violents, et notamment le meurtre :

« Et après, on s’étonne que beaucoup de jeunes hommes commettent des crimes ? Ces programmes font passer le meurtre pour quelque chose de cool ! »

On n’a toujours pas compris le rapport entre le mythe qui entoure la violence induite par la consommation de films et de jeux vidéo et les crimes commis par des hommes. Mais bon, on n’est pas les seules, puisque le tout Twitter politique s’est globalement moqué des déclarations infondées du député conservateur.

Pour notre part, et si l’on est toujours dans l’incompréhension, on est pas plus étonnées que ça, malheureusement.

Les allégations victimaires et facilement démontables ne sont en effet par rares lors de la journée internationale de l’homme.

Scott Benton, un autre député conservateur britannique, avait par exemple argué en 2019 que les problèmes masculins avaient trop longtemps « été mis sous le tapis, car la société se concentrait sur la fausse histoire du privilège masculin ».

Bichette !

Il y a de vraies problématiques à aborder le 19 novembre — suicide masculin, santé mentale… Mais on pense pouvoir affirmer que « choisir des actrices pour incarner une occurrence d’un personnage traditionnellement masculin » n’est pas la plus grande menace qui pèse sur les mecs.

À lire aussi : En pleine promo d’un film sur le viol, Yvan Attal s’embrouille sur le tribunal populaire et le consentement


Ajoutez Madmoizelle à vos favoris sur Google News pour ne rater aucun de nos articles !

Les Commentaires

13
Avatar de Querencia
9 mai 2022 à 17h05
Querencia
@Sneglia Du coup, j'ai posté dans le mauvais aussi
Sans doute parce que je me suis arrêté-e pile poil à son épisode et que j'ai jamais repris la série depuis (River ) donc je l'oublie facilement
1
Voir les 13 commentaires

Plus de contenus Cinéma

Love Lies Bleeding
Culture

Insultes lesbophobes, violences : des homophobes saccagent une séance de Love Lies Bleeding, avec Kristen Stewart

1
Livres

Trois bonnes raisons de découvrir la fantasy grâce à l’œuvre de Samantha Shannon

Humanoid Native
Les reines du drame // Source : Alexis Langlois
Cinéma

Festival de Cannes : on connaît enfin la liste de (presque) tous les films projetés

His house // Source : Netflix
Cinéma

Les 15 meilleurs films d’horreur sur Netflix à voir absolument

3
 Hannah Gutierrez-Reed // Source : The Wrap
Culture

« Amateure », « négligente » : l’armurière de Rust d’Alec Baldwin condamnée à 18 mois de prison

Anatomie d'une chute
Culture

Merci Judith Godrèche : les enfants seront désormais accompagnés sur les tournages

1
Semaine de la critique 2024 / Hafsia Herzi
Culture

La Semaine de la critique, notre sélection préférée à Cannes, a dévoilé ses films en compétition

Bridget Jones // Source : Splendor Films
Culture

Casting, résumé : tout savoir sur Bridget Jones 4 et sa Bridget en daronne veuve

2
[PR] Image de une • Verticale
Culture

5 anecdotes sur Virgin Suicides, de la plus cool à la plus glauque (comme le film)

Un still du film All we imagine as light, de Payal Kapadia, avec le logo du festival de Cannes // Source : ALL WE IMAGINE AS LIGHT de Payal Kapadia © Ranabir Das
Cinéma

Le festival de Cannes 2024 dévoile sa Sélection officielle : 4 réalisatrices, aux côtés de Gilles Lellouche et Francis Ford Coppola

Euphoria  // Source : HBO
Culture

Zendaya en a marre de jouer que des lycéennes alors qu’elle n’est jamais allée au lycée

La pop culture s'écrit au féminin