Live now
Live now
Masquer
Source : NataliaDeriabina de Getty Images
Parentalité

Règles, seins, testicules gonflés : on vous explique la crise génitale du nouveau-né

Votre petite chouquette entame à peine son cinquième jour sur Terre et voilà que vous découvrez en changeant sa couche qu’elle a (déjà) ses règles ? On vous rapporte que son tout petit voisin dans la chambre d’en face a des seins, et même de l’acné ? Non, on vous rassure, vous n’avez pas atterri dans un univers parallèle où l’adolescence débuterait dès la naissance ! Vous découvrez simplement un phénomène qui a surpris de nombreux jeunes parents avant vous : la crise génitale du nouveau-né (et spoiler : tout va rentrer dans l’ordre).

Cinq jours. Ou quatre, on ne sait plus. Cotons, eau tiède, savon, liniment ; maintenant, vous gérez, vous abordez les changes sereinement. Vous maîtrisez jusqu’à l’art de l’esquive lorsqu’elle s’apprête à vous faire pipi dessus. Pourtant, cette fois, c’est la panique. Là, juste là, dans la couche de votre tout petit bébé, vous distinguez bien des traces de sang ! On vous rassure : en général, c’est tout à fait normal.

Des métrorragies chez la petite fille, mais pas que

On est bien d’accord, ça surprend. Dès quelques jours après sa naissance, votre petite fille peut présenter des métrorragies. Késako ? C’est un terme pas très parlant pour désigner des « pertes de sang en dehors des règles ». Vous vous en doutiez, votre petite merveille n’a pas vraiment ses règles. Ces saignements, présents en petite quantité, font partie du packaging de la fameuse crise génitale. Des petites gouttes de sang, ok, mais ce n’est pas tout. Poussée mammaire, gonflement de la vulve, apparition de pertes blanches (répondant au doux nom de leucorrhées), et petits boutons d’acné… Autant de signes que vous n’attendiez probablement pas chez un bébé de 5 jours. Ces symptômes sont transitoires, et surtout physiologiques : non, vous n’avez pas loupé un truc dans sa fabrication.

L’imprégnation hormonale durant la grossesse en cause

Alors, d’où ça vient ?
Les hormones produites par la femme enceinte transitent par le biais du placenta, qui assure les échanges. Le bébé s’en retrouve complètement gorgé : c’est l’imprégnation hormonale.

Pour une petite fille, tout au long de la grossesse, ces hormones stimulent la croissance de la muqueuse qui tapisse l’intérieur de son petit utérus, l’endomètre. C’est le même mécanisme que lors du cycle menstruel féminin ! Au cours du cycle, les œstrogènes provoquent l’épaississement de l’endomètre, jusqu’au moment où leur sécrétion chute ; la muqueuse vient alors se détacher, et c’est l’apparition des menstruations. Après la naissance, le bébé reste imprégné encore quelques jours des hormones transmises par sa maman, puis elles disparaissent, et vous découvrez dans la couche des petits saignements. Rassurez-vous, si ça peut sembler impressionnant, ce n’est pas du tout inconfortable pour elle. Souvent, la quantité de sang est tellement infime qu’elle passe inaperçue. Ce qui ne signifie pas qu’elle n’a pas d’utérus, bien entendu.

À lire aussi : Voici LA technique pour passer un bébé endormi dans les bras à son lit (et sans le réveiller)

Des seins et des écoulements de lait… même chez le petit garçon

Votre petit mec, lui, n’aura pas de sang dans sa couche. Vous le voyez venir, ça ne veut pas dire qu’on est tranquille pour autant.


Il faut imaginer votre bébé comme une petite éponge. Durant la grossesse, il baigne dans le liquide amniotique. À la naissance, il sort de son bain chauffé à 37 °C pour rejoindre l’air ambiant ; il va donc devoir éliminer l’eau accumulée. C’est d’ailleurs pour ça, entre autres, que les nouveau-nés perdent du poids les premiers jours (Oui, tous, le vôtre compris). Sous l’influence des hormones maternelles persistantes, il existe tout de même une petite rétention d’eau formant un œdème dans certaines zones, en particulier au niveau génital.

En inspectant votre chouquette, vous pourrez donc peut-être observer un gonflement des bourses, de la verge, ou de la vulve, mais aussi parfois des seins ! Des seins, oui, vous avez bien lu. Bon, pas du 85B, mais un peu durs, un peu gonflés, et cette mammite transitoire est tout à fait normale. Elle aussi est due à l’imprégnation hormonale. En plus de cette poussée mammaire, il se peut même que vous constatiez un petit écoulement de lait, chez la fille, comme chez le garçon ! J’vous raconte pas la tête de papa.

Le plus important, c’est de ne rien faire

Pour certains parents, ce phénomène est fascinant, pour d’autres déconcertant. Alors, on fait quoi face à tout ça ? La réponse est simple : rien du tout.

Pour les métrorragies de la petite fille, ou les pertes blanches : pas besoin de nettoyer, ce n’est pas sale ! Continuez ses soins et changes de manière habituelle. Veillez à ce que ce sang ne soit pas confondu avec du sang qui viendrait des selles. Face à l’œdème des organes génitaux, parlez-en à un professionnel de santé si ça vous paraît très enflammé (rouge et chaud), sinon faites tout comme d’habitude. Le bébé n’a pas mal. Et pour le gonflement de la glande mammaire, même si vous pensez que cela peut apaiser, n’essayez surtout pas de masser, et encore moins de faire sortir le lait. Privilégiez des vêtements confortables qui éviteront les frottements à cet endroit.

En une dizaine jours, les hormones seront éliminées et ces petits signes disparaîtront. Tout rentrera dans l’ordre. Dans tous les cas, n’hésitez jamais à solliciter les professionnels de santé qui vous accompagnent, ils sauront vous conseiller et vous rassurer.

À lire aussi : Comment garder un bébé pour la première fois (sans le tuer)


Écoutez l’Apéro des Daronnes, l’émission de Madmoizelle qui veut faire tomber les tabous autour de la parentalité.

Les Commentaires

3
Avatar de Matilda Verdebois
22 mars 2024 à 18h03
Matilda Verdebois
@Bidru perso, c'est ma fille seulement qui en a fait, mais c'était carabiné. J'avoue avoir espéré que ça ne correspondrait pas à ce qu'elle aurait à l'adolescence, parce que la pauvre était bien attaquée.
1
Voir les 3 commentaires

Plus de contenus Parentalité

Source : Kaspars Grinvalds
Parentalité

Ces 3 choses de mauvaise mère que je fais, bouh, c’est pas bien

Mode

Quelle est la meilleure culotte menstruelle ? Notre guide pour bien choisir

Humanoid Native
Source : laflor de Getty Images Signature
Conseils parentalité

Comment parler de la mort avec ses enfants ? Voici quelques pistes

Source : Gemütlichkeit
Conseils parentalité

Ces 8 tâches ménagères que les enfants peuvent faire à la maison (faut rentabiliser !)

4
Source : Africa Images
Conseils parentalité

Sacs à langer : les meilleurs de 2024

Source : Syda Productions
Parentalité

Dans cette ville, des consultations prénatales sont offertes aux pères, une bonne idée pour plus d’inclusivité

Source : nomadsoulphotos
Conseils parentalité

5 objets de puériculture complètement inutiles (mais qu’on voit pourtant partout)

4
Source : Rawf8 de Getty Images Pro
Parentalité

Le « coup de froid » n’existe pas, et un pédiatre vous explique pourquoi

Source : FatCamera de Getty Images Signature
Parentalité

« Il a besoin d’une figure paternelle » : et si on fichait la paix aux mères solo ?

8
Source : Likoper de Getty Images
Parentalité

Bientôt des nouvelles mesures gouvernementales pour soutenir les mères célibataires ?

3
Source : Pexels / Vika Glitter
Parentalité

Comment élever des petits garçons qui n’ont pas peur d’être vulnérables ? Quelques pistes concrètes

3

Pour les meufs qui gèrent