Live now
Live now
Masquer
Quand les fringales de grossesse permettent aux femmes d'ignorer les injonctions
Daronne

Quand les fringales de grossesse permettent aux femmes d’ignorer les injonctions

La croyance populaire associe ces fringales aux hormones. Les envies de grossesse seraient pourtant physiologiques et psychologiques… Et permettraient aux femmes enceintes de se lâcher un peu, enfin.

Vous reprendrez bien un peu de cornichons avec votre crème glacée ? Les lubies alimentaires semblent aller de pair avec la grossesse et font l’objet de nombreuses croyances infondées. Baptiste Beaulieu, médecin généraliste, auteur et chroniqueur, s’est penché sur le sujet au micro de France Inter. D’après lui, les fringales de grossesse seraient avant tout physiologiques et psychologiques.

Et si la grossesse permettait – enfin – aux femmes de relâcher la pression qui pèse sur leurs corps en les autorisant à s’alimenter de la façon dont elles ont vraiment envie ?

Les fringales et les envies alimentaires, ce phénomène mystérieux

Si les modifications olfactives et gustatives de la grossesse ne sont pas étudiées en faculté de médecine (quelle surprise), les études menées à ce sujet suspectent les variations hormonales d’en être responsables. En toute logique, on suppose alors que ces mêmes mécanismes sont impliqués dans les fringales et les lubies alimentaires. 

La croyance populaire avance par ailleurs la théorie de carences que le corps pallierait en guidant la future mère vers des aliments riches en nutriments qui lui feraient défaut. Si ces mythes ont la vie dure, ils n’ont aucun fondement scientifique. Baptiste Beaulieu a par ailleurs recensé une dizaine d’études qui pouvaient expliquer autrement ces envies irrépressibles :

L’explication de ces fringales serait avant tout physiologique (en vue d’augmenter les apports caloriques pour deux) mais aussi psychologique, exactement, liée d’abord au stress inhérent à la grossesse, mais aussi due à une relative tolérance envers le comportement alimentaire des femmes enceintes.

Baptiste Beaulieu, France Inter, 26 décembre 2022
Source : Getty Images

Quand l’inconscient envoie bouler les injonctions

Tout au long de leur vie, les femmes sont soumises à l’ingérence et aux jugements acerbes d’un monde extérieur qui leur impose un self-control permanent. Cette ingérence s’accentue d’autant plus pendant la grossesse, puisque au nom du bien-être du bébé, chacun s’autorise à décortiquer et à commenter les faits et gestes de la future mère.

Les fringales et les envies alimentaires de grossesse seraient physiologiques et assureraient des apports caloriques élevés, nécessaires à la bonne gestation. Elles seraient aussi psychologiques et permettraient notamment aux femmes de soulager leurs stress et surtout, d’exceptionnellement s’alimenter comme bon leur semble :

Les fringales de grossesse seraient un des rares événements « excusables » au cours de la vie d’une femme où celle-ci ne serait pas policée par la société. Ces fringales agiraient donc comme un relâchement du sur-moi au sein d’une société corsetée qui tord le bras des femmes.

Baptiste Beaulieu, France Inter, 26 décembre 2022

Consciemment ou inconsciemment, c’est le moment d’en profiter, même si le patriarcat n’est jamais bien loin et continue d’exiger des femmes qu’elles surveillent leur ligne, même dans ce moment si particulier de leur vie.

Il ne faut pas oublier non plus qu’au-delà des injonctions esthétiques aussi subjectives que toxiques, parfois grossophobes, la grossesse implique tout de même que l’on s’alimente sainement pour prévenir les risques de maladies, comme le diabète gestationnel. Mais rassurez-vous, ce n’est pas nous qui allons vous empêcher de manger cette tranche de pain nappée de yaourt aux fruits.

À lire aussi : Une maternité a échangé des bébés à la naissance. Oui. Dans la vraie vie.

Crédit photo de Une : 2147792 de la part de pixabay via Canva.


Vous aimez nos articles ? Vous adorerez nos newsletters ! Abonnez-vous gratuitement sur cette page.

Les Commentaires

8
Avatar de Alnilam
29 décembre 2022 à 18h12
Alnilam
@Sophie L
Contenu caché du spoiler.

@Mlle Cassandre Ça me rappelle tous ces commentaires ignobles que j'ai entendu comme par exemple "une telle est trop vieille pour être mère d'un enfant si jeune, elle devrait au moins se teindre les cheveux" ou encore "oh la la qu'elle est grosse celle là, elle va faire honte à ses enfants devant le portail de l'école !"
C'est chouette d'être une femme... *mode ironie activé*
5
Voir les 8 commentaires

Plus de contenus Daronne

Source : sofyabolotinaphotos
Food

La recette facile des macarons de Saint-Pierre-et-Miquelon

1
Source : Canva pro
Daronne

Connaissez-vous la recette facile de la pâte à modeler maison

Source : Canva
Daronne

La nouvelle tendance TikTok ? Des parents filment leurs enfants dire des injures

5
Source : Getty Images Signature
Vis ta vie

Top 4 des types de clients croisés au café du coin, en télétravail

Source : @cakebycourtney sur TikTok - Capture d'écran
Sport

Alerte chialade : une petite fille aide sa mère à terminer son marathon

Source : Oneinchpunch
Chère Daronne

Help, je manque de confiance en moi et j’ai peur de tout faire foirer avec mon nouveau mec

5
Source : Photocreo
Daronne

Les athlètes, aussi parents, pourront bénéficier d’une dérogation pendant les JO de Paris 2024

Léonore Moncond’huy // Source : France 3 Régions
Actualités France

Vers une loi en faveur d’une indemnisation du congé maternité pour les élues ?

Peut-on détester les enfants des autres // Source : Getty Images signature
Daronne

A-t-on le droit de détester les enfants des autres ?

27
Un enfant victime de harcèlement scolaire, qui pleure assis par terre dans ses genoux // Source : Pexels / Mikhail Nilov
Actualités France

Harcèlement scolaire d’Évaëlle : un procès requis après le suicide de la collégienne

5

Pour les meufs qui gèrent