Live now
Live now
Masquer
fine art documentation for Perrotin
photographed by Claire Dorn and edited by Tanguy Beurdeley
Arts & Expos

« Prenez soin de vous » : quand l’artiste Sophie Calle transforme une rupture en oeuvre d’art

Dans ce premier épisode de notre nouvelle série « L’œuvre qui gagne à être connue », voici un décryptage de « Prenez soin de vous », de Sophie Calle. Une œuvre qui transforme un message de rupture un peu nul en un formidable geste artistique, où la sororité permet la guérison.

C’est un moment redouté, parfois attendu comme une délivrance, parfois douloureusement surprenant : le message de rupture. Il y a ceux qui prennent leur courage à deux mains pour le dire en face, et ceux qui rompent par un SMS expéditif (il y a un cercle de l’enfer réservé pour ces gens-là). Et, entre les deux, ceux qui se fendent d’une lettre ou d’un mail.

À lire aussi : Sacha, 33 ans : « Ma vie sexuelle est plus épanouie depuis que je suis célibataire »

« C’est pas toi, c’est moi »

C’est ce qui arrive à l’artiste Sophie Calle au début des années 2000. Alors qu’elle séjourne à Berlin, elle reçoit un mail de rupture qui la laisse sans voix. Le message brode sur le registre classique du « c’est pas toi, c’est moi » et se termine par ces mots : « Prenez soin de vous ». Prendre soin d’elle, mais comment ? Sophie Calle, désemparée, ne sait comment réagir face à la souffrance de la séparation. 

Sophie CALLE Prenez soin de vous. Stylisticienne, Françoise Gomez _ Prenez soin de vous. Stylisticienne, Françoise Gomez, 2007
Sophie Calle – © Galerie Perrotin

Mais l’artiste ne reste pas impuissante longtemps. Ayant pour habitude de se servir de sa propre vie comme d’un matériau pour créer, elle décide de transformer le mail de rupture… en œuvre d’art. Et comme elle-même ne parvient pas à trouver les mots pour y répondre, elle confie le message (et sa douleur) à d’autres femmes. 

107 femmes : de la commissaire de police à Jeanne Moreau

« J’ai reçu un mail de rupture. Je n’ai pas su répondre.

C’était comme s’il ne m’était pas destiné.

Il se terminait par les mots : Prenez soin de vous.

J’ai pris cette recommandation au pied de la lettre.

J’ai demandé à 107 femmes – dont une à plumes et deux en bois -, choisies pour leur métier, leur talent, d’interpréter la lettre sous un angle professionnel.

L’analyser, la commenter, la jouer, la danser, la chanter.

La disséquer. L’épuiser. Comprendre pour moi.

Parler à ma place.

Une façon de prendre le temps de rompre.

À mon rythme.

Prendre soin de moi. »

Parmi ces 107 femmes, il y a de grands noms comme la comédienne Jeanne Moreau ou la chanteuse Camille, et de nombreuses anonymes : une sexologue, une juge, une commissaire de police, une historienne… À chacune d’analyser le message de rupture avec les outils de sa profession. 

Toutes jouent le jeu : les chanteuses mettent le message en musique, la diplomate s’insurge contre la « violation de résolution prises en amont », la chasseuse de tête note « l’admirable capacité à licencier » de l’ex-amant, la danseuse interprète les mots avec son corps… 

Omniprésence du « je »

Par leur analyse très pro et détachée, elles mettent à distance la violence du message. Plus efficacement que votre copine qui vous aide à décortiquer la ponctuation du texto de votre crush, Calle s’adjoint l’expertise d’une chercheuse en linguistique, d’une psychiatre et d’une correctrice, qui s’agacent de l’omniprésence du mot « je » et soulignent le narcissisme de l’expéditeur.

Leurs réponses arrivent sous des formes écrites, chantées, photographiées, filmées… Regroupées et exposées, elles se transforment en une grande installation artistique. Mieux : cela devient même l’œuvre qui représente la France à la prestigieuse Biennale de Venise en 2007 ! 

La lettre de rupture de Calle est devenue une histoire collective, une co-création d’une centaine de femmes, toutes expertes dans leur domaine. Des femmes qui épaulent l’artiste dans un formidable élan de sororité, qui donnent leurs mots là où ceux de Calle manquent. 

Sophie CALLE, Prenez soin de vous. Auteures de romans sentimentaux, Anne et Marine Rambach, 2007
Sophie Calle – © Galerie Perrotin

L’ex-amant ne s’attendait sans doute pas à ce que son mail soit réceptionné par une centaine de femmes, et que sa parole soit à ce point scrutée, décortiquée, analysée. C’est le risque, lorsque la personne éconduite s’appelle Sophie Calle ! Mais l’objectif semble atteint : grâce à ce long travail artistique et thérapeutique, l’artiste a pris soin d’elle.

À lire aussi : « Une Place », l’essai-illustré brillant d’Eva Kirilof qui explique l’absence des femmes de l’histoire de l’art


Vous aimez nos articles ? Vous adorerez nos podcasts. Toutes nos séries, à écouter d’urgence ici.

Les Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire sur cet article.

Plus de contenus Arts & Expos

MAD paris
Arts & Expos

Paris : Avant les Jeux Olympiques 2024, 5 expos autour du sport, au musée et ailleurs

Berthe MORISOT (1841-1895) Autoportrait, 1885 Huile sur toile, 61 x 50 cm Paris © musée Marmottan Monet, Paris
Culture

Berthe Morisot : à la découverte de la peintre invisibilisée du mouvement impressionniste

Rocky 6 sera joué du 31 janvier au 4 février 2024 au Lavoir Moderne Parisien // Source : Madeleine Delaunay
Culture

« Pour sortir l’intersexuation du seul champ de l’intime, j’ai écrit la pièce de théâtre Rocky 6 » : Alice Etienne

Giselles Photo Pascal Elliott 7
Arts & Expos

Trois raisons de découvrir Giselle(s), le ballet romantique remis au goût du jour

Source : affiche officielle de l'expo avec une oeuvre d'Annette Messager
Culture

L’exposition Affaires personnelles explore les liens entre art contemporain et solidarité

Léa MKL // Source : Cactussand
Culture

Léa MKL : « C’est important d’exprimer ce qu’on a sur le cœur et d’en faire des archives »

Dans les coulisses du Cabaret de Poussière avec Bilal Hassani // Source : Inès Pollon
Arts & Expos

Dans les coulisses du Cabaret de Poussière avec Bilal Hassani

Copie de [Image de une] Horizontale – 2023-11-07T175113.664
Culture

Bollywood Superstars : une exposition passionnante sur l’histoire du cinéma indien  

1
Morphine Blaze se confie sur son drag auprès de Madmoizelle lors d'une interview ChitChat Makeup // Source : Capture d'écran YouTube
Culture

Morphine Blaze, drag queen : « J’ai été débookée de plein de shows parce que je suis une femme »

5
Jean-Baptiste Carhaix, Sister Sadie the Rabbi Lady. La première messe inter-églises « gay » en souvenir des malades du sida décédés depuis 1981, octobre 1983.
Arts & Expos

Pourquoi l’expo « Over the Rainbow » va vous mettre des arcs-en-ciel plein la vue et le cœur

1

La pop culture s'écrit au féminin