Live now
Live now
Masquer
Pourquoi la lingerie apparente des défilés passent moins dans la vraie vie (spoiler le sexisme)
Tendances Mode

Pourquoi la lingerie apparente des défilés passe moins dans la vraie vie (spoiler : le sexisme)

Sortir en brassière, avec une culotte ou un string apparent, ou encore un haut esprit corset est l’une des vogues les plus fortes de la dernière fashion week pour le printemps-été 2023. Mais cette tendance mode supporte-t-elle l’épreuve de la vie réelle, du harcèlement de rue, et même des règlements intérieurs des écoles et entreprises ?

Sortir en lingerie comme s’il s’agissait d’une tenue de ville ordinaire ? C’est une proposition mode récurrente de ces dernières saisons du côté des marques de luxe qui défilent lors des fashion week. La tendance s’est encore accentuée durant ce dernier fashion month pour le printemps-été 2023, si bien que le New York Times a titré sur le phénomène de « s’habiller dénudée » :

« Il y avait 333 % plus de jupes taille basse et 78 % plus de pantalons taille basse sur les podiums du printemps 2023 qu’il n’y en avait au cours de la même saison il y a un an (qui était elle-même annoncée comme la plus dénudée de l’histoire récente), avec plus 15 % de lingerie visible et plus 10 % de vêtements transparents, selon Alexandra Van Houtte, la fondatrice de Tagwalk, un moteur de recherche de mode. »

Pourquoi la lingerie apparente des défilés passent moins dans la vraie vie (spoiler le sexisme)
Les derniers défilés printemps-été 2023 Chanel, Dior, Burberry, Alberta Ferretti, et Coperni.

Sortir à moitié nue, une tendance mode expliquée en partie par la pandémie et #MeToo, vraiment ?

Un effet pandémie expliquerait en partie cette tendance : durant les confinements, on aurait pris goût au confort de rester chez soi en jogging, pyjama, ou même en simple culotte. Certaines personnes en ont même profité pour sculpter leur corps, qu’elles affichent désormais fièrement, une fois déconfinée, dans des vêtements moulants, transparents, ou à peine présents.

À cela s’ajoute la tendance Y2K, à savoir la résurgence de certains gimmicks populaires dans les années 2000, comme la taille basse et le baby-tee (t-shirt beaucoup trop petit qu’il semble piqué au vestiaire des bébés).

Cette tendance à l’effeuillage sur les podiums s’expliquerait aussi par un effet post-#MeToo de repolitisation du corps féminin, surexposée aux violences sexistes et sexuelles, et en prise avec des lois liberticides concernant les droits reproductifs. À cet égard, Einav Rabinovitch-Fox, autrice de Dressed for Freedom: The Fashionable Politics of American Feminism et professeure d’histoire à la Case Western Reserve University, compare les années 2020 aux années 1920, auprès du New York Times :

« Il y a une longue histoire de femmes qui revendiquent leur propre sexualité à travers des vêtements sexy. Rappelons les années 1920 lorsque les robes « flapper » ont exposé leurs jambes. C’est quelque peu différent cependant aujourd’hui. »

Julia Fox et son goût pour les tailles basses
Julia Fox et son goût pour les tailles basses : étendard de la tendance mode du selfwear ?

Le selfwear : s’habiller pour l’extérieur en lingerie, non pour le male gaze, mais pour soi

La différence majeure aujourd’hui tiendrait dans la volonté d’exposer son corps pour soi, plutôt que pour le male gaze (même si les 3/4 des designers qui font défiler leurs collections aujourd’hui sont des hommes…), selon la critique mode du New York Times, Vanessa Friedman. Il s’agirait donc d’une manifestation d’amour-propre, pourvoyeuse de puissance, un manifeste d’autodétermination écrite à même la peau, et non d’une tentative de séduction, d’après le New York Times.

L’anthropolinguiste de la mode, Saveria Mendella rejoint le grand quotidien étasunien quand elle désigne cette nouvelle nudité proposée par les podiums comme du « selfwear » qu’elle définit ainsi sur son compte Instagram :

« C’est le grand retour du sens dessus dessous. On s’habille pour soi, comme on veut, quand on veut. Bienvenue dans l’ère du selflove, ambiance confortable, mais sexy : selfwear. La mode explore la notion d’extimité. Les sous-vêtements s’affichent fièrement tels de véritables vêtements de dessus. »

Ainsi, même lorsqu’il s’agit de corps baleiné esprit corset, le but du sous-vêtement qui s’affiche en extérieur servirait à sculpter le corps de façon confortable, avec des armatures apparentes pour montrer qu’il n’y a pas volonté de dissimuler, mais bien d’afficher qu’on a un corps augmenté.

Une tendance sens dessus dessous qui risque peu de descendre dans la rue

Mais voilà, derrière les beaux discours en anglais ou en franglais qui tentent d’intellectualiser le corps dénudé des femmes sur les podiums, on peut se demander qui ose, qui peut vraiment se permettre, et surtout qui a envie d’adopter ce genre de tendances mode. Que ce soit au lycée, à la fac, ou au bureau, rares sont les espaces qui acceptent tous les styles vestimentaires. En l’occurrence, il y a peu de chances que le selfwear soit perçu comme une tenue professionnelle suffisamment correcte.

Ajoutez à cela l’épreuve du réel : même durant les confinements, le harcèlement de rue a continué. On observe globalement un violent retour de bâton depuis l’explosion médiatique de #MeToo il y a 5 ans, qui a libéré la parole sans forcément libérer l’écoute, ni punir les agresseurs. On a beau savoir que l’on est jamais responsable des violences que l’on subit, qu’aucune tenue ne provoque de harcèlement ou pire, que même un vieux jogging ne suffit pas à dissuader de potentiels agresseurs, reste que dans la vraie vie, on a vite fait de se sentir moins serins dans certains habits plutôt que d’autres. Et les sous-vêtements apparents en font partie pour beaucoup de personnes. Un string apparent n’est jamais une invitation à quoi que ce soit, mais il n’empêche que les plus sexistes tirent sur cette ficelle pour en tirer des conclusions regorgeant de slutshaming.

tendance-string-depasse
Dua Lipa, une star fan de la tendance string apparent.

Les stars se le permettent sans doute parce qu’elles ont des chauffeurs privés et gardes du corps qui garantissent leur sécurité dans l’espace public, un peu comme Rihanna qui sort souvent en brassière. Pour le commun des mortels, c’est rarement le cas.

En revanche, si l’envie vous prend, il est toujours possible de s’essayer à cette tendance mode dans ce que l’on considère être des safe places personnelles (des endroits où l’on se sent en sécurité), qu’il s’agisse d’une soirée entre amis, amoureux ou amoureuses, ou même en famille. De quoi éviter que cette tendance mode ne soit vécue comme une injonction à se dénuder.

À lire aussi : La mode s’invite aussi à la COP27 pour se confronter à son propre greenwashing

Crédit photo de Une : Chanel, Dior, Burberry, Alberta Ferretti, et Coperni.

Les Commentaires
14

Avatar de LavraiLilith
19 novembre 2022 à 20h11
LavraiLilith
@Mentalofresh Alors pour l'épilation, j'ai l'impression que cette injonction est en train de toucher aussi la gente masculine. Déjà moi, chez un homme je préfère largement un torse et un dos épilés, de même qu'une barbe et des aisselles entretenues, à la limite les poils au jambe ne me dérangent pas.
Dans mon entourage j'ai l'impression que la tendance est globalement la même et plus généralement, j'ai remarqué qu'à la plage il était de plus en plus rare de trouver des hommes grizzlys.
Après on va pas se mentir, on en est pas encore à l'intolérance des poils féminins.
Mais la question est, s'agit-il d'un progrès ? Ne serais ce que pour le fait de partager la sensation d'arrachement des poils avec ces chers messieurs, je dis oui.
Pour la lingerie apparente de podium, non merci.
Perso pour moi le progrès n'est pas que les hommes en viennent à devoir faire les mêmes efforts que les femmes, mais qu'on libère les femmes des contraintes (dans ce cas physiques) qu'on leur impose implicitement dès leur naissance.
On est évidemment à l'opposé de ça, donc du coup, je te rejoins un peu : à choisir, si je suis obligée de m'épiler l'été pour mettre un short, j'aime autant que les hommes subissent aussi cette contrainte (ça me semble moins injuste), mais je ne suis pas sûre que ce soit un progrès !
6
Voir les 14 commentaires

Plus de contenus Tendances Mode

Black Friday 10 sacs à main à prix bien cassé qui valent le détour
Actualité mode

Black Friday : ces sacs à main en promo ne casseront ni votre banque ni votre dos

La Rédaction

25 nov 2022

Sexo
Sponsorisé

Parlons sans complexe de vaginettes

Humanoid Native
316624701_592550402630752_9042583611806371579_n
Actualité mode

Se marier à la Maison-Blanche, le luxe ultime de la petite-fille du président, Naomi Biden

Anthony Vincent

23 nov 2022

Capture d’écran 2022-09-30 à 16.02.00
Chaussures

Santiags, boots carrées ou sneakers rondes : les tendances chaussures de cet automne-hiver

Anthony Vincent

22 nov 2022

Lizzo offre une robe à une fan qui l'a si gentiment demandé, et c'est euphorisant à voir
Actualité mode

Lizzo offre une robe à une fan qui l’a si gentiment demandée : un conte de fée sororal !

Anthony Vincent

21 nov 2022

2
Les Birkenstock de Steve Jobs, vendues 220 000 dollars
Actualité mode

Pourquoi les vieilles Birkenstock de Steve Jobs se vendent 220 000 $ aux enchères ?

Anthony Vincent

16 nov 2022

Exemple-dannonces-de-baskets-Nike-sur-Vinted
Baskets

Comment éviter les baskets fake et fausses sneakers de marque sur Vinted, etc

Anthony Vincent

11 nov 2022

1
Quel type de soutien-gorge pour sa forme de poitrine ?  Ce TikTok éclaire sans juger
Conseils mode

Quel type de soutien-gorge pour sa forme de poitrine ? Suivez la guide TikTok

Anthony Vincent

09 nov 2022

6
Rihanna tease son défilé Savage x Fenty Volume 4 diffusé le 9 novembre 2022 sur Prime Video
Actualité mode

Rihanna invite Johnny Depp à défiler pour Savage x Fenty et ses fans s’insurgent

Anthony Vincent

04 nov 2022

6
Lena Situations crée 4 sneakers pour adidas, et c'est une première canon
Baskets

Lena Situations crée 4 sneakers pour adidas, et c’est une première canon

Anthony Vincent

03 nov 2022

2
lingerie-rouge-gorge-conseils-entretien
Quizz et Tests de personnalité
Sponsorisé

Test : Quel body porter selon votre mood du jour ?

La mode s'écrit au féminin