Live now
Live now
Masquer
Charmed // Source : ©CBS/Paramount
Culture

Notre série plaisir coupable : les sorcières kitsch et nineties de Charmed 

“Le pouvoir des trois nous libérera ” ! Que celles qui n’ont pas passé des aprèm pluvieux devant des rediffs de Charmed sur M6 ou W9 me jettent le premier sort ! La série de sorcières, dont les huit saisons sont disponibles sur Disney +, est un plaisir coupable à l’image des nineties : à la fois gênante, divertissante et réconfortante. On vous explique pourquoi. 

Vous connaissez les mèmes sur internet qui débutent par “Si vous avez grandi dans les années 90” ? Si c’est le cas, les aventures surnaturelles de Prue, Phoebe et Piper vous sont forcément familières ! Lancée en 1998 au États-Unis sur la chaîne The WB, Charmed a débarqué sur le petit écran français via l’iconique “Trilogie du samedi soir” sur M6. Produite par Aaron Spelling (Beverly Hills) et créée par Constance M. Burge, la série suit les aventures de trois sœurs adultes, qui vivent dans un manoir hérité de leur famille, les Halliwell, à San Francisco (les plans de coupes sur le fameux pont rouge nous le rappellent à chaque épisode !). Dans le pilote, elles découvrent qu’elles font partie d’une puissante et longue lignée de sorcières. Dans le grenier, un grimoire magique, le “Livre des Ombres”, les attend. Par une incantation, elles activent leur pouvoir et deviennent les “Charmed Ones”, les sorcières les plus puissantes du monde, destinées à œuvrer du côté du Bien. 

C’est le moment de l’article où j’insère le générique absolument culte (meilleur que la série elle-même en fait) et où résonne le fabuleux titre “How Soon Is Now?” des Smith. Un conseil : si vous vous lancez dans un rewatch sur Disney +, conservez précieusement ce lien, car pour d’obscures raisons de droits, le générique n’a plus la même musique et perd donc toute sa saveur. Hérésie ! 

Les trois premières saisons sont portées par Shannen Doherty dans le rôle de Prue, la grande sœur responsable et rabat-joie (il en faut une), Holly Marie Combs dans celui de Piper, la cadette posée et maternelle, qui va avoir une histoire d’amour au long cours avec Leo (Brian Krause), un être de lumière chargé de veiller sur la sororie ; et Phoebe (Alyssa Milano), la petite dernière. Elle est fun et toujours partante pour botter des fesses démoniaques, jusqu’à ce qu’elle tombe in love de Cole Turner (Julian McMahon), aka le démon Balthazar, aka La Source, aka le petit ami toxique et plus vieux que la fiction des années 90 adorait nous faire passer pour le grand amour ! Si ce profil vous dit quelque chose, c’est qu’à la même époque, un autre brun ténébreux, mi-démon, mi-humain, en faisait baver à une héroïne qui avait autre chose à faire, comme sauver le monde : je parle bien de Buffy et Angel. 

Charmed // Source : ©CBS/Paramount
Source : ©CBS/Paramount

A y regarder de plus près, Buffy contre les vampires et Charmed possèdent plus d’un point commun : diffusée à la même époque, sur la même chaîne (The WB demanda à Aaron Spelling de plancher sur un nouveau show surnaturel, après le succès de Buffy, lancée en 1997), les deux séries pour ados mettent en scène des héroïnes puissantes, qui luttent contre les Forces du Mal et se transmettent leur pouvoir de façon matrilinéaire. Mais Charmed n’a jamais atteint la qualité d’écriture et la profondeur de Buffy, et c’est pour cette raison qu’elle appartient pour moi à la catégorie “plaisir (bien) coupable”. Il suffit de se lancer dans un rewatching des deux séries (chose que votre servitrice a fait) aujourd’hui pour le réaliser. 

Si vous trouvez les effets spéciaux et les monstres de Buffy kitschs, attendez de revoir ceux de Charmed ! Ils sont au diapason des piètres performances du cast, en particulier des démons. Vous me trouvez dure ? Le guest pépite de David Carradine dans le final de la saison 1 vous prouvera que je suis “sévère mais juste”. Plusieurs visages familiers sont apparus dans Charmed : citons Charisma Carpenter, Elizabeth Hurley, Coolio, Amy Adams, Eric Dane ou encore Kaley Cuoco. Reconnaître un·e acteur·ice en début de carrière est un des petits plaisirs de revisionnage de la série. 

Copie de [Image de une] Horizontale – 2024-01-10T120032.485

Face à ces figures maléfiques interchangeables, souvent des mecs en costard avec un bouc (une belle illustration de l’enfer sur terre !), Shannen Doherty, Alyssa Milano et Holly Marie Combs font ce qu’elles peuvent avec des dialogues souvent insipides et des incohérences scénaristiques plus grosses que le Livre des Ombres. Rose McGowan apporte son charme d’ingénue au rôle de Paige (saison 4 à 8), la demi-sœur cachée des Halliwell, bien pratique pour recréer le Pouvoir des Trois. La mort de Prue, à la fin de la saison 3, est d’ailleurs extrêmement mal mise en scène (j’ai cru que j’avais raté un épisode), probablement car les scénaristes ne savaient pas si Shannen Doherty allait rester ou non au moment d’écrire le script. 

En coulisses, plus de rivalités que de sororité  

Une série qui réhabilite la figure longtemps diabolisée de la sorcière et qui est en plus showrunnée par une femme ? Que demander de plus au début des années 2000 ! Malheureusement, on sait que les coulisses du tournage étaient tout sauf féministes. La rivalité entre Shannen Doherty et Alyssa Milano était de notoriété publique. Les médias ont longtemps pris le parti de la deuxième. Des années plus tard, Rose McGowan a vertement dénoncé le comportement d’Alyssa Milano sur le plateau de Charmed, le qualifiant de “toxique”. Pas facile de créer une solidarité féminine dans le milieu hollywoodien, ultra sexiste et compétitif, de la fin des années 90… 

Charmed // Source : ©CBS/Paramount
Source : ©CBS/Paramount

Les dramas en coulisses ont ironiquement été ravivés par le fait que les interprètes de Paige et Phoebe se sont retrouvées en première ligne du mouvement Me Too. Rose McGowan a été l’une des premières actrices à témoigner publiquement du viol qu’elle a subi par Harvey Weinstein. En octobre 2017, Alyssa Milano a proposé sur Twitter de reprendre le hashtag “Me Too”, créé par Tarana Burke en 2007 pour lutter contre les violences sexuelles faites aux femmes. La suite, on la connaît. Mais au grand dam des fans, les deux stars, devenues militantes féministes, ne se sont pas réconciliées. En mars 2023, une convention a réuni les “Charmed One”, (Shannen Doherty, Holly Marie Combs et Rose McGowan), sans Alyssa Milano.     

Une série mi-gênante, mi-divertissante 

D’un point de vue féministe, la série est ambivalente. Certes, elle met en scène des figures de femmes fortes qui apprennent à maîtriser leur pouvoir, et tentent de trouver un équilibre entre leur vie pro et perso. Mais les trois sœurs passent aussi beaucoup de temps à se jalouser les unes les autres et à se battre pour l’attention masculine. Les personnages de Phoebe et Paige sont hyper-sexualisés, tandis que Piper est sans cesse ramenée à la maternité et à ses hormones. Pour une série qui se passe à San Francisco, la ville la plus queer de tous les États-Unis, Charmed est comiquement hétéronormative. Aucun personnage LGBTQ+ ( à part quelques démons codifiés queer, façon méchant·e·s dans les Disney) ne vient perturber les incessantes histoires d’amour hétérosexuelles de nos trois héroïnes, qui terminent la série mariées, avec une belle colonie d’enfants prêts à prendre la relève. En revanche, la série possède un personnage noir récurrent (qui ne meurt pas) dès sa saison 1, avec Darryl Morris (Dorian Gregory), alors que de nombreuses fictions grand public et progressistes de l’époque (Dawson, Friends, Buffy…) n’en n’avaient pas. 

Charmed // Source : ©CBS/Paramount
Charmed // Source : ©CBS/Paramount

Charmed souffre indéniablement d’une écriture paresseuse, mais elle a aussi ses moments très fun : ses retours dans le passé, ses fantômes féminins bienveillants (qui ne rêve pas de pouvoir convoquer le fantôme de sa grand-mère adorée quand ça ne va pas ?), ses épisodes historico-mythologiques (le procès de Salem, Phoebe transformée en sirène, les trois sœurs en déesses grecques ou en Valkyries)… Et ne sous-estimons pas la joie que peut nous procurer une série dans laquelle un trio de femmes envoient brûler en enfer une plâtrée de démons, souvent masculins et macho ! D’autres arcs narratifs, comme cet épisode où un homme est transformé en hibou, prennent une tournure franchement comique, non voulue à la base, qui font toute la saveur kitsch d’un rewatch de Charmed

S’il y a un domaine où nos sorcières excellent, c’est côté look ! La série est une ode aux pantalons taille basse, aux robes à bretelles fines et aux petits top pastel à froufrous. De quoi vous donner un max d’idées pour votre prochaine soirée déguisée années 2000 ! Et puis franchement, qui n’aurait pas envie de vivre à San Francisco entre meufs, dans un manoir canon, à pratiquer des sorts dans le grenier avec de jolis cristaux ? Ah ce manoir, ses vitraux colorés, ses meubles détruits dans chaque épisode et miraculeusement neufs dans le suivant… 

Difficile de fermer les yeux sur ses défauts quand on revisionne Charmed en 2023. Et pourtant, les sœurs Halliwell nous ont probablement jeté un sort (qu’on appellera la nostalgie !) car dès le générique lancé, on a qu’une envie, se glisser sous son plaid avec un bol de chocolat chaud, et apprendre par cœur les incantations du Pouvoir des Trois. 


Vous aimez nos articles ? Vous adorerez nos newsletters ! Abonnez-vous gratuitement sur cette page.

Les Commentaires

4
Avatar de Princesse Sarah 02
12 janvier 2024 à 13h01
Princesse Sarah 02
J'ai été très fan ,comme toutes les histoires de sorcières. Le côté plus léger et enfantin comparé à "Buffy" ne me gênait pas, j'aime les belles histoires. Le show est aujourd'hui une légende pour l'esthétique whimsigothic. Petite précision, ce n'est pas tout à fait vrai qu'absolument aucun personnage LGBT positif n'y était. Dans l'épisode "La malédiction du pirate", la victime de la semaine est une jeune sorcière kidnappée par un pirate immortel. Les trois sœurs vont faire une enquête chez elle, et une autre jeune femme leur ouvre. Questionnée pour savoir si elle est la colocataire de la disparue, elle hésite une seconde puis dit qu'elles sont ensemble. D'ailleurs la police n'a pas pris sa signalisation de disparition au sérieux pour cette raison, croyant que la première a fui suite à une querelle d'amoureuses. Les sœurs ne font aucun commentaire et poursuivent leur enquête. A l'époque, j'avais trouvé ça assez "normalisant" pour un couple de lesbiennes. Attention spoiler, la sorcière en question finit tuée par le pirate, et oui, c'est cliché de tuer un personnage LGBT. Mais au moins sa compagne moldue reste en vie. Personnages très épisodiques, et même pas vus en train d'interagir? Oui, mais pas négatifs.
0
Voir les 4 commentaires

Plus de contenus Culture

DNK, le quatrième album d’Aya Nakamura est sorti le 27 janvier 2023
Musique

Aya Nakamura chantera pour la céréomine d’ouverture des JO 2024, et le mépris contre elle redouble déjà

133
Copie de [Image de une] Horizontale – 2023-11-17T174818.784
Culture

Avec ses scènes de sexe agenrées, La Chasse est le roman érotique brûlant que l’on attendait

1
Salon du livre féministe
Culture

Le Salon du livre féministe fait résonner la sororité ce samedi

Copie de [Image de une] Horizontale – 2024-02-29T155309.265
Culture

Netflix en mars 2024 : 7 films et séries incontournables

Xavier Dolan // Source : Shayne Laverdiere
Cinéma

Président d’Un Certain Regard à Cannes, Xavier Dolan veut se dédier à la « quête de vérité des films »

Judith Godrèche // Source : capture d'écran
Culture

#MeToo cinéma : pour Vincent Lindon, les violences sexuelles ne doivent « plus être la seule préoccupation des femmes »

6
Source : Stéphanie Branchu / Arena Films
Culture

Affaire Jacques Doillon : « gênée », Rachida Dati dénonce le report de la sortie du film « CE2 »

11
Source : Wikimedia Commons
Société

Palestine : Hunter Schafer arrêtée pour avoir manifesté avec des Juifs antisionistes

2
Dune 2 // Source : Warner Bros
Culture

Bonne nouvelle, Dune 2 est tout ce que vous attendez de lui (critique sans spoilers)

Source : Capture écran Instagram
Société

« Abrège frère » : accusé de misogynie, le Tiktokeur se défend

4

La pop culture s'écrit au féminin