Live now
Live now
Masquer
Alma Viva // Source : Tandem
Cinéma

Vous nous traitez de sorcières : et si c’était vrai ? L’étonnant Alma Viva explore le féminisme depuis la frontière entre vie et mort

Vous avez une envie de cinéma mais ne savez pas quoi choisir parmi les sorties en salles ? Dans Premier Rang, Maya Boukella, journaliste pop culture chez Madmoizelle, vous recommande un film à l’affiche. Cette semaine, on a été envoutées et surprises par Alma Viva, un film portugais

Petit miracle féministe sur la sorcellerie et la sororité, Alma Viva est le meilleur film de la semaine, et on vous explique pourquoi vous allez l’adorer, sans spoilers !

Alma Viva, de quoi ça parle ?

Comme chaque été, la petite Salomé retrouve le village familial, niché au creux des montagnes portugaises, le temps des vacances.

Tandis que celles-ci commencent dans l’insouciance, sa grand-mère adorée meurt subitement.

Alors que les adultes se déchirent au sujet des obsèques, Salomé est hantée par l’esprit de celle que l’on considérait comme une sorcière.

Entrer dans la frontière entre deux mondes, grâce au regard ouvert d’une petite fille

Le féminisme, les fantômes et le cinéma. Toutes ces choses qui n’ont à priori rien à voir, la réalisatrice Cristèle Alves Meira met en lumière un lien profond qui les unit, par la richesse de sa mise en scène.

Dans Alma Viva, tout se joue à travers le regard de sa petite héroïne, Salomé. Agile, silencieuse très intelligente et aimante, Salomé a toujours les yeux grands ouverts.

Elle vit entourée d’une foule de personnages : ses tantes, sa mère, sa grand-mères, ses oncles, les voisins… Dans la plupart des plans du film, les personnages sont tellement nombreux et affairés, qu’on ne perçoit que du brouhaha et qu’on ne voit pas tout le monde : les corps sont coupés par les limites du cadre. Mais peu importe, ce qui intéresse la réalisatrice est moins ce monde des adultes, que le regard de la petite fille, qui tente de comprendre le sens profond de ce qui se joue autour d’elle, entre ces vivants et cette morte.

alma viva 2

C’est à partir de ce regard, que personne ne semble remarquer, que va éclore une nouvelle dimension de l’existence, ouverte sur l’invisible. Véritable boule d’amour, attentive au respect et au bonheur de chacune, Salomé ne sera pas en paix lorsque sa grand-mère mourra dans d’étranges conditions, après avoir mangé un poisson offert par une voisine jalouse et médisante. Salomé est persuadée que son aïeule a été empoisonné. Dès lors, le deuil est impossible pour la petite fille, bien décidée à ne pas laisser faire et à faire payer les personnes ayant fait du mal à sa mamie.

Tandis que, la journée, les adultes s’épanchent en larmes, en cris de douleur en implorant les Saints, mais aussi en reproches et en cris, pour savoir qui devra payer la pierre tombale ou qui a provoqué la malédiction qui s’est abattue sur l’aïeule, Salomé se réveillera la nuit, quand tout le monde dort.

Le métrage devient alors délicieusement étrange et fascinant. C’est comme si la réalisatrice nous emmenait sur la frontière extrêmement poreuse entre le monde des vivants qui pleurent les disparus, et les morts, dont on sent encore la présence tant ils ont été foudroyés dans leur élan de vie.

Salomé serait-elle une sorcière, comme le disent certains hommes au village ?

alma viva 6

À lire aussi : On ne s’y attendait pas, vous non plus, mais Les trois mousquetaires : d’Artagnan est… une bonne surprise !

La richesse et la complexité d’un milieu populaire et féminin, comme on en voit rarement au cinéma

Très vite, on comprend qu’Alma Viva est un film pratiquement inclassable. Avec un réalisme particulièrement frappant, Cristèle Alves Meira filme un milieu populaire, souvent boudé sur le grand écran. Dans la maison de Salomé, on swipe sur Tinder même à 50 ans passés, on s’insulte sans vergogne pour des histoires d’argent ou de maris « volés », même entre grands-mères, tout comme on danse au rythme d’un tube de reggaeton sur Youtube et on explique à sa mamie hilare et tendre comment twerker.

alma viva 1

Cela n’empêche pas qu’à d’autres moments, le film glisse vers l’onirisme, empruntant parfois presque au cinéma d’épouvante – comme quand Salomé, que l’on soupçonne d’être possédée par un esprit, doit gober toute entière une tête de poule crue sensée la délivrer, ou se réveille couverte de sang dans une étable où toutes les bêtes ont été décimées…

Le choix de mise en scène le plus emblématique de cette dualité du film entre imaginaire et réalisme se trouve dans les images d’incendies bien réels, ayant ravagé une partie des forêts portugaises. Absolument bouleversantes, les images apparaissent juste après que Salomé et sa grand-mère soient traitées de sorcières et poursuivies à coup de jet de pierre, pendant une marche funèbre.

Les images d’incendie laissent libre court à l’imagination et l’interprétation : violentes, tragiques et bien réelles, elles apparaissent comme une allégorie du sexisme. Mais, et c’est là toute la richesse du film, on peut aussi imaginer qu’elles sont une métaphore de la fureur qui brûle en Salomé.

Quoi de plus évocateur que le feu pour évoquer à la fois la puissance des sorcières et la violence du sort qui leur est destiné ?

À lire aussi : Dalva, le chef-d’œuvre d’Emmanuelle Nicot qui explore la question de l’emprise d’une petite fille « déjà femme »

« Tôt ou tard, toute femme indépendante se fait traiter de sorcière »

À cheval entre un prosaïsme et une spiritualité exacerbées, le regard porté sur ce milieu social est passionnant. La réalisatrice ne nous indique jamais ce qui vrai ou faux, ce qui est bon ou mauvais. Salomé poursuit son propre cheminement, observe, écoute, expérimente les limites du visible et de la magie pour accompagner sa grand-mère vers un repos éternel, et se libérer elle-même de l’emprise des morts et des adultes.

Là où le film s’avère être un petit bijou, c’est qu’en embrassant toute cette complexité, il interroge le mythe de la sorcière, en tant que stigmate sexiste, mais aussi en tant que forme de pouvoir pour ses héroïnes.

Vers la fin du film, l’oncle de Salomé, un homme aveugle dont la sensibilité le dote d’une plus grande lucidité que les voyants prononce cette phrase, « Tôt ou tard, toute femme indépendante se fait traiter de sorcière ». Finalement, cette citation, éminemment politique, féministe, et ouvrant aussi sur un monde imaginaire de magie et de sorcellerie pourrait résumer Alma Viva

Alma Viva // Source : Tandem
Alma Viva // Source : Tandem

Ajoutez Madmoizelle à vos favoris sur Google News pour ne rater aucun de nos articles !

Les Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire sur cet article.

Réagir sur le forum

Plus de contenus Cinéma

image
Culture

Dominique Boutonnat : une affaire d’agression sexuelle glaçante ignorée par le gouvernement

2
Mode

Quelle est la meilleure culotte menstruelle ? Notre guide pour bien choisir

Humanoid Native
capture d'écran youtube
Cinéma

« Noire n’est pas mon métier » : le jour où 16 actrices noires ont fait entendre leur voix au festival de Cannes

Source : Focus Features
Culture

Judi Dench vous conseille d’arrêter d’aller au cinéma et au théâtre « si vous avez besoin de trigger warning »

15
Copie de [Image de une] Horizontale – 2024-05-14T095549.571
Culture

Cannes 2024 : les 5 films repérés par la rédac qu’on a hâte de voir

Copie de [Image de une] Horizontale – 2024-05-13T115839.731
Culture

Pourquoi les Iphones permettent-ils de deviner qui est le tueur dans les films ?

Copie de [Image de une] Horizontale – 2024-05-10T171207.893
Culture

Cannes 2024 : le jour où la Palme d’or a été remise à trois personnes en même temps

Zendaya dans Challengers // Source : WB
Culture

Pourquoi tout le monde est passé à côté de Challengers

1
Copie de [Image de une] Horizontale – 2024-05-10T102720.136
Culture

Accusations #MeToo : comment réagira le Festival de Cannes ?

premier rang knock at the cabin 2
Culture

Knock at the Cabin : la vérité sur ce film mystérieux qui cartonne sur Netflix en ce moment

Copie de [Image de une] Horizontale – 2024-05-09T115550.538
Culture

Kristen Stewart sur l’hypocrisie d’Hollywood : « cool, des films de réalisatrices, vous en avez fait 4 »

1

La pop culture s'écrit au féminin