Live now
Live now
Masquer
rentree-ecole-maternelle
Parentalité

Nos enfants méritent mieux ? Oui, c’est ce que réclament les profs depuis des années…

14 sep 2021

Sur Instagram, des parents dépités par la rentrée en maternelle dans les larmes de leurs enfants postent des photos et des messages pour demander plus de moyens pour l’école… Tiens, ça me rappelle quelque chose, mais quoi ? Ah oui, c’est aussi ce que veulent les profs !

Il y a quelques jours, des milliers de petits Français et Françaises sont rentrées à l’école pour la première fois, et comme d’habitude, ça a été compliqué pour certains enfants… Et aussi pour leurs parents, qui ont mal vécu le fait de devoir les laisser en larmes chaque matin devant la maternelle, au milieu d’autres enfants en train de pleurer, et avec un nombre d’adultes trop limité pour pouvoir tous les consoler.

Cette situation a convaincu Alexandre (@papa.plume sur Instagram, 50 000 abonnés au compteur) de publier un post illustré avec une photo de sa fille pleurant dans ses bras à l’entrée de l’école. Il y explique que cela fait une semaine que sa fille et ses trente camarades de petite section pleurent tous les matins, laissant leur maîtresse bien démunie.

Une seule maîtresse pour trente enfants

« Une seule maîtresse. Trente enfants. Deux ans et demi, trois ans. Le premier jour, elles étaient trois pour les accueillir, je ne sais pas où sont passées les deux autres. Ambre, qui se faisait une joie d’aller à l’école, refuse désormais de sortir de son lit le matin. En même temps, si mon bureau était peuplé de collègues en larmes se roulant au sol, je n’aurais pas non plus tellement envie d’y aller.

Ce matin, je suis resté un peu plus longtemps, j’ai même proposé mon aide. La maîtresse, une jeune maîtresse, m’a regardé avec des yeux… L’air de dire : « Si seulement ! » La pauvre, elle n’y est pour rien. Elle a été propulsée là, certainement remplie de bonnes intentions, et maintenant, comme Ambre, elle doit se lever la boule au ventre. »

Le jeune père — qui milite par ailleurs pour l’allongement du congé paternité — terminait son message en interpellant Jean-Michel Blanquer, le ministre de l’Éducation nationale, et en lui réclamant une « politique cohérente et réaliste pour [les] petits ».

Son post a pas mal fait réagir les parents d’Instagram, qui ont à leur tour publié des photos et messages, parfois accompagnés du hashtag #nosenfantsméritentmieux, pour témoigner de leur désarroi face à l’entrée à l’école de leurs petits et réclamer plus de moyens pour l’école publique…

Un discours qui devrait faire plaisir aux enseignants et enseignantes qui réclament la même chose depuis des années (et ont souvent l’impression de crier dans le désert). Les profs sont les premiers à vouloir que les écoles aient plus de moyens, financiers et humains, pour mieux accueillir les élèves, notamment en créant des postes d’enseignant·es, d’ATSEM (Agent·e territorial·e spécialisé·e des écoles maternelles), et d’AESH (Accompagnant·e des Élèves en Situation de Handicap).

Parents et profs : l’union fait la force

Évidemment, c’est difficile de voir son petit bout pleurer le matin et ne pas vouloir se lever. Moi-même, j’ai toujours mal au cœur quand je laisse ma fille en larmes à la crèche (mais c’est de plus en plus rare heureusement). Mais est-ce qu’interpeller le ministère sur les réseaux sociaux est la solution la plus efficace ?

Est-ce qu’il ne faudrait pas aussi soutenir les profs dans leurs revendications ? Être là pendant leurs manifs, ne pas râler quand ils font ENCORE grève ? S’investir dans les associations, syndicats de parents d’élèves et autres conseils d’école ? Ou déjà, simplement, voter à ces élections, et à toutes celles du dessus ?

En agissant déjà à un échelon local, on peut mettre des choses en place avec la commune pour améliorer les choses dans l’école de son enfant. Et plus on sera nombreux et nombreuses à s’investir dans les écoles, plus on sera écoutés par les collectivités locales et le ministère. Plus les parents et les profs seront unis dans leurs revendications, plus on a de chances pour qu’elles aboutissent.

Alors, vous savez ce qu’il vous reste à faire quand on vous proposera de rejoindre une liste de parents d’élèves dans quelques semaines…

À lire aussi : « C’était moi la plus inquiète » : la première rentrée scolaire racontée par les parents

Crédit photo : CDC / Unsplash

Les Commentaires
1

Avatar de Pochemuchka-Lilou
15 septembre 2021 à 15h41
Pochemuchka-Lilou
Merci beaucoup !
Nous les profs on se sent tellement seuls en manif... (et je ne parle pas des discours tenus sur la grève)
2
Réagir sur le forum

Plus de contenus Parentalité

Parentalité
baby-clash-parents

Le baby-clash : quand le couple est en crise après la naissance d’un enfant

Clémence Boyer

22 sep 2021

Parentalité
mere-enfant-soleil-600

Ces 10 trucs que j’aime dans la parentalité (et je ne m’y attendais pas)

Manon Portanier

22 sep 2021

3
Féminisme
Galanterie – couple – sexisme

Le spectre de la galanterie hante encore les rapports hétérosexuels

Chère Daronne
couple-dispute-telephone-600

J’ai découvert que mon mec dit du mal de moi derrière mon dos, je fais quoi ?

Chère Daronne

22 sep 2021

15
Grossesse
accouchement-domicile-verticale

Pourquoi j’ai choisi l’accouchement à domicile pour mon premier enfant

Une madmoiZelle

21 sep 2021

Parentalité
how-i-met-your-mother

Sling, Yoyo et croûtes de lait : mais de quoi parlent vos potes qui viennent d’avoir un bébé ?

Manon Portanier

21 sep 2021

5
Grossesse
violences-obstetricales-documentaire-ovidie

Vous aviez raté le docu d’Ovidie sur les violences obstétricales ? Il est dispo sur YouTube !

Clémence Boyer

21 sep 2021

Parentalité
bébé-bras

« Je ne veux rien oublier » : pourquoi il faut retenir même les pires moments de la maternité

Manon Portanier

21 sep 2021

7
Spiritualité
fantôme-ombre

Ces histoires d’enfants flippants n’ont rien à envier aux pires films d’horreur

Manon Portanier

20 sep 2021

7
Témoignages
un trouple dans son quotidien
Sponsorisé

« Nadya est l’amoureuse de maman et aussi celle de papa » : parents et polyamoureux, ils racontent

La société s'écrit au féminin