Live now
Live now
Masquer
Image d'erreur
Livres

Nana

Si tu n’as pas entendu parler du manga « Nana », d’Ai Yazawa, c’est soit parce que tu ne t’intéresses pas aux mangas, soit parce que tu vis dans une grotte. Nana, c’est le manga favori des filles ces temps-ci.

L’histoire commence sur une présentation des deux héroïnes : d’un côté Nana Komatsu (surnommée Hachi), jeune fille fleur bleue au coeur d’artichaut vivant sa première vraie peine de coeur, et de l’autre, Nana Ôsaki, orpheline de 17 ans, chanteuse d’un groupe punk dans son village natal près des montagnes, vivant une histoire d’amour passionnée avec Ren, le guitariste de son groupe.
Les deux adolescentes n’ont rien en commun, viennent de milieux différents, ont une culture différente, une personnalité radicalement opposée, et pourtant, le hasard les fait se rencontrer 3 ans plus tard, dans un train partant pour Tôkyô. Hachi va retrouver Shôji, son petit ami, et Nana part pour devenir professionnelle dans la musique, après le départ de son Amour Ren, maintenant membre d’un célèbre groupe de pop. Les deux Nana vont se rapprocher, se lier d’une amitié vraie et non idéalisée, se compléter, apprendre à vivre pour elles-même et à être des femmes indépendantes.

Si Nana rencontre un énorme succès depuis sa parution, c’est grâce d’abord à ses deux héroïnes attachantes dans lesquelles chacune peut un peu se retrouver.
Adieu les jeunes lycéennes vierges qui découvrent leur premier amour en rougissant bêtement, bye bye la cruche de service qui se demande comment faire pour embrasser un garçon, pas de couple qui se tourne autour pour finalement se trouver à la fin du 16eme tome du manga ! Dans Nana, les filles couchent le premier soir, les garçons se servent d’elle, les héroïnes font de leur mieux pour être indépendantes : on est enfin dans le Japon du 21ème siècle.
Les personnages sont originaux, stylés, sortent des clichés du shôjô habituel, ont chacun leurs qualités, leur personnalité, leurs défauts, et l’on peut suivre petit à petit la lente évolution de chacun d’eux vers la maturité et l’âge adulte. Enfin un manga qui sort des sentiers battus, pour nous, les filles !


Et si le film que vous alliez voir ce soir était une bouse ? Chaque semaine, Kalindi Ramphul vous offre son avis sur LE film à voir (ou pas) dans l’émission Le seul avis qui compte.

Les Commentaires

147
Avatar de Blackswan
3 juin 2012 à 16h06
Blackswan
J'ai l'impression qu'on verra jamais la fin de l'histoire :/ Ça fait tellement longtemps...

Surtout qu'avec les derniers chapitres publiés, on sent venir la fin de l'histoire quand même...
C'est un peu comme X, y'a des supers mangas comme ça qui sont maudits.
0
Voir les 147 commentaires

Plus de contenus Livres

9782290397336_UnJourDeNuitTombeeT1_Couv_BD (1)
Livres

Trois bonnes raisons de découvrir la fantasy grâce à l’œuvre de Samantha Shannon

Livres

Trois bonnes raisons de découvrir la fantasy grâce à l’œuvre de Samantha Shannon

Humanoid Native
Couverture du livre "Et, refleurir" aux éditions Philippe Rey, illustrée par Iris Hatzfeld
Livres

« Une femme qui refuse de souffrir, c’est radical » : Kiyémis, autrice afroféministe du roman Et, refleurir

4
Source : Juliette Leigniel
Livres

Relations amoureuses : comment la ville a « uberisé » l’amour ?

3
Maryse Condé photographiée lors du Calabash Literary Festival 2007 // Source : Creative Commons : Georgia Popplewell via Flickr
Livres

Maryse Condé, grande autrice guadeloupéenne, aura-t-elle un hommage national ?

6
Livres pour enfants : les 10 meilleurs albums jeunesse en mars 2024
Livres

Livres pour enfants : les 10 meilleurs albums jeunesse en mars 2024

gloria-steinem-feminist-litterature-
Livres

Gloria Steinem, féministe incontournable, fête ses 90 ans

1
Source : Éditions Atelier de la Belle Étoile
Daronne

Et si vous souteniez le livre jeunesse « Zaza, queen de la bibliothèque » ?

livres_feministes // Source : URL
Livres

Les cinq essais féministes à lire absolument ce printemps

Couverture du livre "Couper la douleur" de Lisa Dayan // Source : Éditions Marabout
Livres

Douleurs vaginales intenses : « Quand on te demande de jauger ta douleur de 1 à 10, c’est dur de dire 10 »

1
Annie Ernaux sur le plateau télé de La grande librairie // Source : Capture d'écran YouTube
Culture

« Si tu parles, t’es morte » : 400 autrices dénoncent un monde littéraire violent et misogyne

La pop culture s'écrit au féminin