Live now
Live now
Masquer
mes-8-ans-nikon-film-festival-2018
Culture

Je suis mes 8 ans, un court-métrage touchant sur une mère et son fils

Nouritza Emmanualian s’approprie à merveille la thématique du Nikon Film Festival 2018 dans Je suis mes 8 ans, un court-métrage familial émouvant.

Cet article a été rédigé dans le cadre d’un partenariat avec le Nikon Film Festival. Conformément à notre Manifeste, on y a écrit ce qu’on voulait.

Le thème du Nikon Film Festival cette année, c’est « Je suis un cadeau » alors forcément, beaucoup de courts-métrages tournent autour de Noël ou des anniversaires.

Mais, Je suis mes 8 ans m’a particulièrement touchée autant dans sa manière d’aborder que dans son interprétation.

Ce court-métrage a été réalisé par Nouritza Emmanuellian. Margaux avait déjà parlé de cette réalisatrice l’année passée, à l’occasion de son court intitulé Je suis une petite attention

.

Je suis mes 8 ans, un cadeau qui n’a pas de prix

nikon-film-festival-nouritza-emmanuelian

Clique sur l’image pour voir le court-métrage !

Dans ce court métrage, on suit Simon et sa mère. Après s’être fait mettre à la porte par le propriétaire de leur logement, ils se mettent en route dans leur R5 de compétition.

C’est l’anniversaire de Simon… il a 8 ans. Alors, il voudrait bien son cadeau. Mais pas d’emballage à déchirer ou de joli ruban pour cette fois, juste un moment passé à deux sur les routes de campagne en tenant le volant de la R5.

Cette histoire m’a émue, je la trouve vraiment très jolie et j’ai le sentiment qu’elle parlera à beaucoup de personnes. Personnellement, je me suis revue sur les genoux de mon père à tenir le volant dans des chemins boueux.

J’ai aussi trouvé la réalisation et la photographie du film très réussie. Mais surtout, surtout… Parlons de la bouille si mignonne du jeune interprète de Simon.

Peut-être que je suis complètement gaga comme une vieille tante, mais c’est un pipou de haute voltige quand même !

Puis mon côté mélomane n’est pas en reste car c’est la douce musique de l’Impératrice qui clôt à merveille l’histoire.

Tu participes au Nikon Film Festival 2018 ? Envoie-nous ton court-métrage à jaifaitca[at]madmoizelle.com avec pour objet « Nikon Film Festival 2018 » !

À lire aussi : Je suis Homo Machina, un court-métrage d’anticipation aux airs de Black Mirror


Écoutez l’Apéro des Daronnes, l’émission de Madmoizelle qui veut faire tomber les tabous autour de la parentalité.

Les Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire sur cet article.

Réagir sur le forum

Plus de contenus Culture

Source : Canva Pro
Daronne

Ces 5 séries sont les préférées des enfants, et on a tous envie de crever

3
Source : Capture d'écran Youtube
Culture

Victime de racisme, l’actrice Francesca Amewudah-Rivers (Roméo et Juliette) soutenue par 900 artistes

1
Un still du film All we imagine as light, de Payal Kapadia, avec le logo du festival de Cannes // Source : ALL WE IMAGINE AS LIGHT de Payal Kapadia © Ranabir Das
Cinéma

Le festival de Cannes 2024 dévoile sa Sélection officielle : 4 réalisatrices, aux côtés de Gilles Lellouche et Francis Ford Coppola

9782290397336_UnJourDeNuitTombeeT1_Couv_BD (1)
Livres

Trois bonnes raisons de découvrir la fantasy grâce à l’œuvre de Samantha Shannon

Couverture du livre "Et, refleurir" aux éditions Philippe Rey, illustrée par Iris Hatzfeld
Livres

« Une femme qui refuse de souffrir, c’est radical » : Kiyémis, autrice afroféministe du roman Et, refleurir

4
Raconter sur TikTok ses actes contre le sexisme, c’est la dernière tendance du « micro-féminisme » // Source : Captures d'écran TikTok
Culture Web

Raconter sur TikTok ses actions contre le sexisme, c’est la dernière tendance du « micro-féminisme »

2
Euphoria  // Source : HBO
Culture

Zendaya en a marre de jouer que des lycéennes alors qu’elle n’est jamais allée au lycée

Quitter la nuit // Source : Haut et court
Culture

« On n’a pas à exiger quoi que ce soit des victimes », avec Quitter la nuit, Delphine Girard met la justice face à ses limites

9
Booksmart
Culture

Netflix : les 7 meilleurs films lesbiens à voir et à revoir

Karl-lagerfeld-série
Culture

Au festival Canneséries, une longue standing ovation pour cette série Disney+

1

La pop culture s'écrit au féminin