Live now
Live now
Masquer
petr-sidorov-pM5L47IlTWU-unsplash
Règlement de comptes

Martha, 1 269 euros par mois, « Je ne cherche pas absolument à gagner plus »

Combien gagnez-vous par mois ? Comment dépensez-vous cet argent ? Qui paye quoi dans votre couple ? Voici quelques-unes des questions auxquelles nous nous attaquons dans notre rubrique Règlement de comptes !

Parler d’argent, en France, c’est encore tabou. Pourtant, c’est un sujet passionnant, et par certains aspects féministes. Dans notre rubrique Règlement de comptes, des personnes en tout genre viennent éplucher leur budget, nous parler de leur organisation financière en couple ou en solo, et de leur rapport à l’argent. Aujourd’hui, c’est Martha qui a accepté de nous ouvrir ses comptes.

  • Prénom : Martha
  • Âge : 26 ans
  • Métier : employée dans une entreprise artisanale de jouets en bois
  • Revenus mensuels : 1 269 euros
  • Lieu de vie : un appartement dans Strasbourg

Les revenus de Martha

À 26 ans, Martha est actuellement en CDD dans une entreprise de fabrication artisanale de jouets en bois pour 1 269 euros nets par mois. Elle touche aussi 137,50 euros de prime d’activité. Et son père lui donne 20 euros par mois.

Pour en arriver là, elle a fait un master en scénographie puis un CAP en menuiserie.

« L’intitulé de mon poste est ouvrière d’atelier, même si principalement je suis à la découpe.

Je peux aussi de temps à autre être en peinture ou même emballer des commandes ! »

Il s’agit d’une petite entreprise.

« Travailler à taille humaine est important pour moi. Je fais principalement de la découpe à la scie à chantourner. De plus, travailler à produire autrement, de façon réfléchie et locale m’intéressait. »

Elle ne s’estime pas bien payée mais la situation lui convient :

« En étant au SMIC, j’aurais du mal à me dire bien payée. Le fait de vouloir travailler de façon engagée et dans un domaine qui nous plaît ne justifie pas de se contenter d’un bas salaire. Cependant, j’ai accepté le poste en connaissance de cause et je suis formée à de nouvelles compétences.

Disons que je sais me contenter de cette entrée d’argent, ça me permet de limiter ma consommation d’un autre côté. Certes, je ne serais pas contre épargner plus, mais j’économise depuis mes tout premiers salaires — à 18 ans — et avoir de l’argent de côté me permet de me sentir en sécurité financièrement.

Je ne cherche pas absolument à gagner plus, je fais globalement en sorte de me sentir bien dans ma situation actuelle, qui je sais n’est pas figée. J’aime apprendre, partager et rencontrer de nouvelles personnes. »

Elle ne s’estime pas pauvre mais elle dit tout de même être sur le fil.

« Je ne me dirais pas pauvre parce que je ne manque de rien. Cependant, sans les aides de la CAF, ça deviendrait tout de suite plus tendu. J’aviserai si jamais je perds ces droits. Je dirais donc que je suis dans la moyenne basse. »

Martha détaille pour nous son rapport à l’argent.

RDC_Martha_Revenus

Un rapport à l’argent qui vient de sa famille

Martha fait très attention à ses dépenses, ce qui lui permet de ne jamais être dans le rouge.

« Dans l’idée, je fais en sorte de ne pas me priver mais je suis quand même du genre à tout compter. Je ne suis jamais à découvert, j’accorde beaucoup d’importance à ma gestion de budget mais je ne vois pas ça comme une contrainte, ça me rassure de savoir où j’en suis et ce que je peux me permettre. »

Ce besoin de savoir où elle en est et de faire attention lui vient de son enfance.

« Ma mère, principalement, comptait beaucoup les dépenses et cherchait à dépenser le moins possible. Je pense tenir d’elle cette habitude à maintenir une bonne gestion de mon budget. Par contre je souhaiterais ne pas avoir à me priver pour autant ! »

Elle fait attention mais ne se prive pas de tout non plus.

Les dépenses courantes

Le plus gros poste de dépenses est le loyer. Martha débourse 262 euros en loyer. Elle habite depuis deux mois en colocation. Elle était en location seule dans une petite ville alsacienne
où se trouve son travail pendant trois mois avant de vouloir vivre de façon plus dynamique.

« J’habite dans un appartement de 88 mètres carrés à quelques mètres de la gare de Strasbourg — pratique pour me rendre au boulot qui n’est pas dans la même ville. J’ai fait le choix d’habiter en ville afin d’avoir une meilleure qualité de vie sociale, mais aussi j’avais très envie de découvrir la vie en colocation.

Actuellement, nous sommes trois dans l’appartement, on gère nos dépenses avec une application afin que tout soit au plus équitable pour chacune. Je suis hyper satisfaite de ce choix, la colocation me permet d’être assez proche de ce qui se passe en ville mais aussi de partager des moments de vie avec mes colocs — qui sont vraiment cool. »

Pour l’alimentation, Martha déclare dépenser 200 euros en moyenne par mois. Elle privilégie les produits de saison et les circuits courts :

« Pour les courses, je me prends toutes les une ou deux semaines un panier de légumes à 15 euros. C’est un peu dans le principe des AMAP. Je le partage parfois avec mes colocataires ! Ça me permet de consommer local et de saison, j’ai aussi plus de motivation et plaisir à cuisiner en fonctionnant comme ça.

Puis une à deux fois dans le mois je fais des courses pour 30/40 euros. J’achète de quoi faire des recettes sympas ! Mais c’est surtout ces paniers de fruits et légumes qui rythment mon alimentation. »

Pour les déjeuners, lorsqu’elle travaille et ne prépare pas sa gamelle, elle dépense 60 euros par mois (boulangerie, etc.).

En moyenne, elle dépense 45 euros par mois en transports, et elle estime que c’est trop. Elle souhaiterait réduire ce poste de dépenses qu’elle estime trop élevé.

« J’aimerais tellement pouvoir moins dépenser en transports. J’ai pas mal d’ami·e·s et ma famille dans le Nord mais aussi à Lyon. Même avec des cartes avantages, les billets de train restent chers et l’alternative covoiturage augmente pas mal en ce moment.

Mais je me concentre plus sur les bons moments à leurs côtés, ça fait mieux passer le prix du billet. Ou alors il faudrait être vraiment souple niveau emploi du temps pour avoir les billets les moins chers, ce qui est difficile quand on travaille. »

Les factures courantes s’élèvent en moyenne à 85 euros : 30 euros pour l’eau, 40 euros pour l’électricité, 15 euros pour le gaz.

Pour les abonnements, elle dépense en moyenne 16,99 euros : 9,99 euros pour le téléphone et 7 euros pour l’abonnement Internet. Son assurance habitation s’élève à 5,50 euros par mois.

Martha fait également appel à un psychologue, qu’elle paie 60 euros par mois. Il lui reste 90 euros par mois de dépenses diverses et variées.

« Ce sont les dépenses qui varient d’un mois à l’autre et pas nécessairement prévues, genre l’achat de mobilier, de matériel de peinture, de réparation de téléphone, etc. »

RDC_Martha_Depenses

Les dépenses « plaisir »

Pour les loisirs, Martha déclare dépenser en moyenne 200 euros par mois, même si elle fait beaucoup d’activités « gratuites » :

« J’essaye de privilégier les sorties et activités où je ne paye pas comme aller marcher en forêt, mis à part les concerts. Quand je veux me ressourcer, j’essaye de partir en itinérance avec ma tente pour limiter les frais d’hébergements. »

Ses dépenses sont restreintes mais elle ne voit pas ça comme un problème. Pour les dépenses vestimentaires, elle consacre en moyenne 10 euros.

« Je ne me sens pas privée mais je me rends aussi compte que j’ai peu de besoins matériels. Je n’achète pas de vêtements neufs ou alors très rarement, et je privilégie globalement la seconde main. »

Martha mange parfois à l’extérieur :

« Après je mange assez régulièrement à l’extérieur, en moyenne ça doit arriver une fois par semaine mais plutôt à emporter en mode street-food.

J’essaie de faire attention à la somme que je dépense et certainement parfois au détriment de la qualité de mes aliments. »

Elle se fait plaisir tout de même et n’a pas hésité à dépenser une belle somme pour un tatouage.

« Sinon mon dernier craquage, c’est un nouveau tatouage à 500 euros sur le bras. »

L’épargne et les projets ?

Martha arrive tout de même à économiser.

« Chaque mois, il me reste entre 250 euros et 500 euros. Rien ce mois-ci comme je me paye mon tatouage. Je mets de côté pour mes projets futurs mais aussi pour me rassurer, savoir que j’ai ça au cas où. »

Elle préfère prévoir en cas d’imprévus ! Mais cela ne l’empêche pas tout de même d’avoir des projets excitants.

« J’espère partir en PVT (Programme Vacances Travail) en Nouvelle-Zélande d’ici un an, ce qui me laisse le temps de profiter de cette super ville qu’est Strasbourg, mais aussi continuer à apprendre et progresser dans mon travail. Et pour la suite je ne sais pas encore, une chose à la fois. »

Merci beaucoup à Martha d’avoir répondu à nos questions !

Image en une : © petr sidorov/Unsplash

Si jamais vous souhaitez commenter cet article, rappelez-vous qu’une vraie personne est susceptible de vous lire, merci donc de faire preuve de bienveillance et d’éviter les jugements.

Envie de participer à la rubrique ?

Pour participer à la rubrique, écrivez-nous à l’adresse : jaifaitca[at]madmoizelle.com en indiquant en objet « Règlement de comptes » et en vous présentant en quelques lignes.

Témoignez sur Madmoizelle !
Pour témoigner sur Madmoizelle, écrivez-nous à :
[email protected]
On a hâte de vous lire !

Les Commentaires
15

Avatar de -Lorelei-
16 mai 2022 à 11h39
-Lorelei-
Même si je ne suis pas d'accord avec @Mimicollo dans sa façon de dire les choses :
Fou :
  • 1. Qui a perdu la raison, qui est atteint de troubles mentaux : Être à moitié fou.
    Contraires :
    équilibré - normal - sensé
  • 2. Dont le comportement est extravagant, déraisonnable, imprudent ou malavisé : Un automobiliste fou l'a renversé.
    Contraires :
    pondéré - prudent - raisonnable - rassis - réfléchi
(Larousse)
Donc si on s'en tient à son propos : oui le terme est bien employé. Pas selon la 1ère définition mais la 2e. Faire un enfant à l'heure actuelle serait un comportement déraisonnable et déconnecté de la réalité (ce n'est pas mon opinion mais c'est un avis qui s'argumente néanmoins !)
0
Voir les 15 commentaires

Plus de contenus Règlement de comptes

Règlement de comptes
femme en train de faire des étirements

Caroline, auto-entrepreneuse, 2 994€/mois « Je vis plus confortablement que quand j’étais salariée »

Aïda Djoupa

05 mai 2022

15
Idées cadeaux
Sponsorisé

Le 29 mai c'est la fête des mères : voici une sélection de cadeaux pleine de douceur

Humanoid Native
Règlement de comptes
pexels-anna-tarazevich-6711838

Aurélie, son mec et leur fils, 5 440€ par mois : « Nous nous sentons assez privilégiés »

Camille Abbey

28 avr 2022

47
Règlement de comptes
reglement_de_comptes

Julia, 1 636€ par mois : « L’inflation m’inquiète beaucoup »

Aïda Djoupa

21 avr 2022

11
Règlement de comptes
pexels-nataliya-vaitkevich-5412028

Alexina et son mec, 2520€ pour deux : « Nous estimons avoir un niveau de vie très confortable »

Camille Abbey

14 avr 2022

6
Règlement de comptes
rdc_pauline_frontaliere

Pauline, frontalière, 3 250€ par mois : « Je ne veux surtout pas dépendre d’un homme »

Aïda Djoupa

07 avr 2022

11
Règlement de comptes
brooke-cagle-WHWYBmtn3_0-unsplash

Julia, son mec et leurs 2 enfants, 3562€/mois : « On ne part pas trop en week-end »

Camille Abbey

31 mar 2022

14
Règlement de comptes
madmoizelle-orange-bank-reglement-de-compte
Sponsorisé

Farah et son fils, 2922€/mois : « J’aurais aimé être propriétaire, j’ai loupé le coche »

Règlement de comptes
femme sur un lit devant un ordinateur

Léa, 2 677€ par mois : « J’ai encore du mal à utiliser mon argent pour me faire plaisir »

Aïda Djoupa

17 mar 2022

20
Règlement de comptes
reglement-de-compte-orange-bank-madmoizelle
Sponsorisé

Léna, 1237€ par mois : « Pour une étudiante, mon train de vie est au-dessus de la moyenne »

Règlement de comptes
Leila

Leila, son mec et leurs 3 enfants, 5806€ par mois : « La moitié de nos achats est bio »

Camille Abbey

03 mar 2022

5

Témoignages

1 2 3 4 5 6 7 8 9