Live now
Live now
Masquer
Source : South_agency / Getty Images
Règlement de comptes

Maëva, 1 878 € par mois : « Je n’ai pas acheté de lessive depuis 2018 »

Gagne-t-on bien sa vie quand on travaille dans une pharmacie ? Quelles astuces appliquer pour réduire les frais du quotidien ? Voici quelques unes des questions que pose Règlement de comptes de cette semaine.

Parler d’argent, en France, c’est encore tabou. Pourtant, c’est un sujet passionnant… et féministe, par certains aspects ! Dans Règlement de comptes, des personnes en tout genre épluchent leur budget, nous parlent de leur organisation financière en couple ou en solo, et de leur rapport à l’argent. Aujourd’hui, c’est Maëva qui a accepté de décortiquer ses comptes pour nous.

  • Prénom : Maëva
  • Âge : 35 ans
  • Profession : Préparatrice en pharmacie d’officine 
  • Salaire net avant prélèvement à la source : 2 106,54 €
  • Salaire net après prélèvement à la source :  1 878,52 €
  • Personnes (ou animaux) vivant sous le même toit : Grégory son compagnon et leurs deux chats
  • Lieu de vie : près d’Arles (Bouches-du-Rhône)

La situation et les revenus de Maëva

Maëva, 35 ans, travaille depuis 2014 dans une pharmacie en tant que préparatrice

« La pharmacie a toujours été ma vocation : ce n’est pas juste donner des médicaments : c’est accompagner quand il le faut, écouter, éduquer aussi un peu (dans le sens de la santé bien sûr !), conseiller… Le côté humain ! Même si je dois avouer que depuis le Covid, la situation s’est dégradée, les clients sont aigris, malheureux, inquiets et pas forcément très sympa avec nous ! »

Maëva vit avec Grégory, son compagnon avec qui elle est pacsée depuis quelques années. Grégory exerce la profession de dépanneur dans les télécoms. Ensemble, ils ont acheté en 2020 à proximité d’Arles « une maison de 120m2 avec un joli jardin et une piscine »

Pour son travail de préparatrice dans une grande pharmacie d’officine (plus de 10 salarié·es), Maëva touche un salaire net de 2 106 € par mois. Une fois le prélèvement à la source effectué, il lui reste 1 878 €

« Je pense être dans la fourchette haute de mon métier. J’ai eu récemment une augmentation par mon chef, qui estimait que je n’étais pas assez payée pour mon travail. La plupart de mes collègues sont moins bien payées, même ailleurs… Certains titulaires (c’est comme cela qu’on appelle les pharmaciens qui tiennent une pharmacie) ne se rendent pas compte de la valeur de leurs employés et les sous-payent ! Nous ne vendons pas des bonbons ! »

RDC

Les salaires combinés de Maëva et Grégory leur permettent d’avoir à disposition 3 520 € par mois pour régler leurs factures, se nourrir et se faire plaisir. Aussi, même si elle considère que sa profession est sous-valorisée en termes de rémunération, Maëva est satisfaite de sa situation. 

« Je pense honnêtement que nous sommes dans la moyenne haute de la société, je n’ai pas à me plaindre ! »

Le rapport à l’argent de Maëva et son organisation financière

Maëva a grandi auprès de parents qui n’étaient pas du genre à épargner, mais plutôt à vivre « au jour le jour ». Comme ils ne lui ont pas spécialement transmis d’éducation financière, Maëva a eu tendance, lorsqu’elle était plus jeune, à être « dépensière » et à ne « jamais faire ses comptes »

Si aujourd’hui, cette situation a changé – elle arrive à épargner et n’est jamais à découvert – Maëva a conservé une habitude de ses jeunes années : faire ses courses avec des réductions, des remboursements. 

« Je n’ai pas acheté de lessive depuis 2018 (ça me fait rire quand j’y pense !). Ça nous fait faire de sacrées économies tous ces remboursements. C’est laborieux mais, ça vaut le coup. »

Concernant leur organisation financière, Maëva et son conjoint ont opté pour une banque en ligne pour limiter les frais. 

« Les seuls frais que nous avons, c’est un compte que nous avons été obligés de prendre dans la banque physique qui nous a accordé le prêt de la maison. »

En dehors de leurs livrets A respectifs, ils n’ont qu’un seul compte joint depuis plusieurs années

« Tout est mis en commun sans réel souci. Chacun fait ses achats s’il a envie. Aucune prise de tête à propos de l’argent, nous avons la même façon de vivre et d’avancer. »

RDC (3)

Les dépenses de Maëva

La première dépense mensuelle à laquelle Maëva et Grégory doivent faire face est le remboursement de leurs prêts : celui de leur maison (900 €) et celui de leur voiture en leasing avec option d’achat (244 €). Cela leur revient à 1 144 € par mois

Ils dépensent en moyenne 173 € mensuels en factures d’eau et d’électricité et 160 € pour les assurances (auto et habitation, assurances décès, assurances du crédit immobilier). Ils payent en plus 41 € de mutuelle pour Grégory

Maëva et Grégory disposent à leur domicile d’une box internet, ont chacun un portable personnel (ainsi qu’un portable professionnel pour Maëva), ils sont abonnés à Netflix et Maëva est aussi abonnée à une revue professionnelle. Cela revient à 58 € par mois

En tant que propriétaires, le couple doit aussi s’acquitter de la taxe foncière : 222 € par mois. Mais il paye très peu de frais bancaires : 1 € mensuel pour tous les deux seulement. 

Les transports pèsent peu sur leur budget : 15 € par mois d’essence, car ils n’utilisent leur voiture en leasing que le week-end. 

« Je fais du troc avec mes voisins »

À deux, le budget alimentation est d’environ 250 €, principalement dépensé dans une enseigne de hard discount qui se trouve à proximité de chez Maëva. 

« De temps en temps, nous allons dans un supermarché. Je fais aussi du troc avec mes voisins (un plant de tomates contre des prunes ou du raisin). »

Fiers propriétaires de deux chats, ils dépensent en moyenne 30 € pour eux, en croquettes et frais vétérinaires.

En tant que préparatrice en pharmacie, Maëva a la chance d’avoir à sa disposition de multiples produits de parapharmacie, dont beaucoup sont donnés par les laboratoires pour que les pharmacien·ne·s puissent les essayer pour conseiller leur clientèle. Elle n’a donc aucun budget pour ses dépenses dites « féminines ». 

« J’en donne même à mes parents retraités, ça les soulage aussi un peu. »

Elle utilise des culottes menstruelles achetées il y a deux ans et n’a donc pas de frais de protections périodiques.

RDC (2)

Les dépenses loisirs de Maëva

Les loisirs de Maëva et de Grégory sont simples : ils aiment aller au fast-food, chiner dans les magasins de déco et faire du bricolage. Cela leur revient à environ 200 € par mois

Maëva va aussi deux fois par semaine à la danse : une activité qu’elle paye en une seule fois 350 € au mois de septembre, et qu’elle finance avec l’argent qu’elle a reçu à Noël et son anniversaire. 

Le couple n’est pas du genre à avoir de gros craquages et fait, de manière générale, attention à la manière de gérer son argent. 

« Pour l’instant, nous avons réduit tout ce que nous pouvions, j’ai toujours tendance à craquer pour des vêtements (50 € par mois en moyenne) mais je me soigne ! Ma dernière folie ? J’ai acheté des panneaux solaires pour notre maison… environ 900 €. »

L’épargne et les projets d’avenir de Maëva

Une fois toutes leurs factures réglées, Maëva et Grégory disposent d’une belle épargne : 1 247 € à deux, dont ils placent la majeure partie de côté. 

« Nous avons adopté la stratégie de nous ‘payer’ d’abord : nous mettons 1000 € (500 € chacun) sur nos livrets A. Cet argent nous sert principalement à rénover notre maison et il y a du boulot ! Le reste, c’est vraiment du plus. » 

À l’avenir, Maëva et Grégory ont pour projet de finir de rénover leur maison « pour enfin créer leur famille et se marier »

Merci à Maëva de nous avoir ouvert ses comptes !

Témoignez sur Madmoizelle

Pour témoigner sur Madmoizelle, écrivez-nous à :
[email protected]
On a hâte de vous lire !


Et si le film que vous alliez voir ce soir était une bouse ? Chaque semaine, Kalindi Ramphul vous offre son avis sur LE film à voir (ou pas) dans l’émission Le seul avis qui compte.

Les Commentaires

3
Avatar de Breathless
4 janvier 2024 à 10h01
Breathless
Juste, pour la correction, il est écrit qu'elle est préparatrice en pharmacie et à la fin de l'article, c'est noté "la pharmacienne". Ce n'est pas le même métier.
7
Voir les 3 commentaires

Plus de contenus Règlement de comptes

Source :  David-Prado / Getty Images Pro
Règlement de comptes

Lola, 2 244 € par mois : « Je n’emporterai pas mes économies dans la tombe  »

Source : Alena Ozerova
Règlement de comptes

Aria et son conjoint, 4 296 € par mois : « Nous avons fait le choix d’épargner un maximum »

2
Source : dragana991 / Getty Images
Règlement de comptes

Lucie, 4 363 € à deux par mois : « Gagnant plus que mon mari, ça me semble naturel de prendre en charge des frais supplémentaires »

9
Source : Daria Trofimova / Unsplash
Règlement de comptes

Nadège, ex-surendettée à 1 766 € par mois : « Je devais tout calculer au centime près »

4
Source : RossHelen / Canva
Règlement de comptes

Anaïs, frontalière, 4 567 € par mois : « Mes revenus ont triplé depuis que je travaille en Suisse »

15
Source : Abbat / Unsplash
Règlement de comptes

Elsa, 4 000 € par mois : « Je gagne deux à trois fois plus que mon copain »

15
Source : nomadsoulphotos / Canva
Règlement de comptes

Noémie, 2 950 € par mois à deux : « Avec un métier passion, nous ne serons jamais riches »

Source : Artem Varnitsin / Canva
Règlement de comptes

Tania, étudiante et 2 038 € par mois : « Avoir peu de charges n’est pas une raison pour dépenser sans compter »

27
Source : Pexels / Antoni Shkraba
Règlement de comptes

Émilie, 1 036 € par mois : « On m’a déjà dit, ‘Je ne comprends pas pourquoi je dois vous payer, c’est un métier passion’ »

26
Source : RossHelen / Canva
Règlement de comptes

Valentine, 2 110 € par mois : « Je ne dilapide jamais mon argent dans des bêtises »

30

La vie s'écrit au féminin