Live now
Live now
Masquer
Image d'erreur
Livres

Le Mur des Lamentations (David Abiker)

Le Mur des Lamentation (David Abiker)Un an après Le Musée de l’Homme, qui m’avait à la fois éclaté et inquiété (je me voyais dans 10 ans, je sais pas pourquoi…), David Abiker remet ça avec Le Mur des Lamentations, second tome d’une trilogie. Même s’il ne s’appelle pas Le Musée de l’Homme 2, le retour, Le Mur des Lamentations est en fait la suite du premier roman.

On y retrouve Maouh, trentenaire parisien que Renaud qualifierait sans aucun doute de « bobo », son humour et sa vision des choses bien à lui (auquel j’adhère toujours autant), sa femme, ses deux filles, son 4×4 et sa vie bien pépère… Pépère, certes, mais ça ne va pas durer : Maouh a chopé un astéroïde. A un endroit peu recommandable. Oui oui, un astéroïde. Un cancer, quoi. Un truc pas cool.

Grâce à cet astéroïde, il va enfin pouvoir exercer pleinement et à 300% son activité favorite : se plaindre. Oui, parce que Maouh n’est pas de la génération Caliméro par hasard. Quand on est bercé par les aventures du poussin de la lose et qu’on passe sa jeunesse à entendre « C’est vraiment trop injuste », forcément, ça laisse des traces.

Jusqu’au jour où Maouh finit par aller à l’hosto, pour renvoyer son astéroïde là d’où il vient, convaincu d’être enfin apte à se plaindre et d’avoir la légitimité de pouvoir être considéré et reconnu par les siens comme une victime… c’était sans compter sur une rencontre, pour le moins inattendue, qui va lui montrer petit à petit qu’on est toujours le Caliméro de quelqu’un… mais que ça ne sert à rien.

Après avoir « abikerisé » le rôle du mâle au XXIème siècle dans Le Musée de l’Homme, David Abiker s’attarde cette fois sur une autre des caractéristiques sociales de notre p’tit pays riche. Il y développe toute une « thèse » avec humour, second degré, un peu de caricature salutaire mais aussi ce qu’il faut de sérieux. Parce qu’on sent bien qu’à travers Maouh, il y a très certainement un peu de David Abiker…

Le Mur des Lamentations, David Abiker – Editions Michalon


Et si le film que vous alliez voir ce soir était une bouse ? Chaque semaine, Kalindi Ramphul vous offre son avis sur LE film à voir (ou pas) dans l’émission Le seul avis qui compte.

Les Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire sur cet article.

Réagir sur le forum

Plus de contenus Livres

Livres pour enfants : les 10 meilleurs albums jeunesse en avril 2024
Daronne

Livres pour enfants : les 10 meilleurs albums jeunesse en avril 2024

Mode

Quelle est la meilleure culotte menstruelle ? Notre guide pour bien choisir

Humanoid Native
Copie de [Image de une] Horizontale (6)
Culture

3 nouveaux livres d’Audrey Ouazan en avant-première

9782290397336_UnJourDeNuitTombeeT1_Couv_BD (1)
Livres

Trois bonnes raisons de découvrir la fantasy grâce à l’œuvre de Samantha Shannon

Couverture du livre "Et, refleurir" aux éditions Philippe Rey, illustrée par Iris Hatzfeld
Livres

« Une femme qui refuse de souffrir, c’est radical » : Kiyémis, autrice afroféministe du roman Et, refleurir

4
Source : Juliette Leigniel
Livres

Relations amoureuses : comment la ville a « uberisé » l’amour ?

3
Maryse Condé photographiée lors du Calabash Literary Festival 2007 // Source : Creative Commons : Georgia Popplewell via Flickr
Livres

Maryse Condé, grande autrice guadeloupéenne, aura-t-elle un hommage national ?

6
Livres pour enfants : les 10 meilleurs albums jeunesse en mars 2024
Livres

Livres pour enfants : les 10 meilleurs albums jeunesse en mars 2024

gloria-steinem-feminist-litterature-
Livres

Gloria Steinem, féministe incontournable, fête ses 90 ans

1
Source : Éditions Atelier de la Belle Étoile
Daronne

Et si vous souteniez le livre jeunesse « Zaza, queen de la bibliothèque » ?

livres_feministes // Source : URL
Livres

Les cinq essais féministes à lire absolument ce printemps

La pop culture s'écrit au féminin