Live now
Live now
Masquer
Femme-fruit-vagin-vulve
Santé sexuelle

« Le moindre rapport me déclenche une cystite » : comment rétablir l’équilibre de sa flore vaginale

Votre sexe vous gratte et vous picote après chaque nouveau partenaire ou suite à une longue série de parties de jambes en l’air ? Vous avez tendance à développer des cystites facilement ? Votre flore vaginale est peut-être déséquilibrée ! Aidez-la à retrouver toute sa stabilité.

La flore vaginale, ou microbiote vaginal, c’est une armée de micro-organismes et de « bonnes bactéries » qui oeuvrent pour limiter les infections en tous genres et éviter que les « mauvais » soldats ne prennent leur aise, tout en maintenant un pH sain (entre 3,8 et 4,2).

Présentes en trop grandes ou trop faibles quantités, les bactéries du vagin peuvent causer un déséquilibre dont les issues ne sont pas follement agréables. À la clé, démangeaisons, infections vaginales et mycoses dans la culotte !

Certains facteurs, parfois étonnants, favorisent nettement ce désordre. Heureusement, les solutions pour retrouver un vagin sain sont assez simples…

Les facteurs responsables de cette batterie de symptômes viennent de toutes parts.

Pourquoi la flore vaginale peut-elle être déséquilibrée ?

Quand le microbiote est équilibré, qu’il préserve correctement l’acidité naturelle du vagin et qu’il sécrète suffisamment d’éléments défenseurs, votre vagin vit sa meilleure vie. Mais quand il subit des perturbations, c’est la porte ouverte aux infections et désagréments.

Entre autres réjouissances, une flore vaginale déséquilibrée peut se manifester par des pertes vaginales abondantes, des démangeaisons, des odeurs peu ragoûtantes, des irritations, brûlures, ou douleurs pendant les rapports sexuels ou en urinant. Dans les cas plus importants, elle peut même déclencher des cystites à répétition, des mycoses persistantes ou encore des vaginites ou vaginoses. Pas ouf.

Et comme si ce n’était pas suffisant, les facteurs responsables de cette batterie de symptômes viennent de toutes parts. Les sous-vêtements synthétiques ou trop moulants, le stress, la fatigue, la prise de certains antibiotiques, les douches vaginales ou encore les spermicides sont les ennemis d’une bonne flore. Kalindi, qui souffre de cystites chroniques, explique :

« Quand tu as une flore vaginale instable, le moindre rapport te déclenche une cystite. Pendant longtemps, j’ai pris des antibiotiques qui ont vraiment tout déséquilibré. Mon médecin m’a aussi expliqué que je lavais sûrement trop cette zone et qu’il fallait favoriser un lavage à l’eau claire, les savons vendus en grande surface étant trop abrasifs pour la flore. »

Certains rapports sexuels – répétés ou non protégés – peuvent favoriser les récidives de cystite.

Trop se laver la foufoune et/ou avec un savon agressif, les variations hormonales naturelles engendrées par les grossesses, la ménopause ou les cycles menstruels ou encore le fait de mal s’essuyer sur le trône en faisant migrer les germes de l’anus vers le vagin et les pénétrations anales suivies de pénétrations vaginales avec le même préservatif peuvent également favoriser une flore instable.

Le sperme peut lui aussi tout faire vriller :

« Le sperme augmente provisoirement le pH du vagin. Mais ce déséquilibre est généralement transitoire, d’autant plus si la flore vaginale est riche en lactobacilles et donc bien équilibrée. »

En soi, le pénis d’un partenaire sexuel n’est pas entièrement fautif dans l’histoire, car les déséquilibres vaginaux ne sont pas des IST. En revanche, certains rapports sexuels – répétés ou non protégés – peuvent favoriser les récidives de cystite puisque « les mouvements du pénis entraînent un déplacement des bactéries fécales responsables des infections urinaires, les colibacilles, vers l’appareil urinaire. »

Schéma de l'appareil génital de la femme

Comment donner les bonnes armes à son vagin ?

Comment s’armer quand notre flore vaginale baisse les bras ? Sachez tout d’abord que pour confirmer un déséquilibre avéré ou si les symptômes évoqués plus haut ne vous sautent pas aux yeux, il est tout à fait possible d’analyser l’état de votre flore vaginale en effectuant un prélèvement en laboratoire.

Une fois le diagnostic confirmé, votre gynécologue ou votre sage-femme peut vous prescrire certains antibiotiques, antifongiques ou même des probiotiques par voie orale ou locale. D’après la plateforme Livi, ces derniers peuvent « être utilisés en prévention ou en complément d’un traitement antibiotique si vous souffrez déjà d’une infection vaginale. Les probiotiques utilisés en gynécologie sont composés de lactobacilles, les bactéries saines pour le vagin. »

C’est ce qu’a fait Kalindi, qui a trouvé un début de solution en suivant un traitement et en prenant des probiotiques au quotidien :

« Je suis souvent traitée par antibiotiques, ce qui ne règle pas la cause. Donc en ce moment, je prends des probiotiques pour rééquilibrer ma flore vaginale et intestinale, car les deux sont souvent liées et un problème entraîne souvent l’autre. C’est un traitement de fond pour éviter ce genre de soucis. »

En attendant de débuter un traitement, vous pouvez changer deux-trois trucs dans votre quotidien pour éviter que votre flore fasse des siennes. Uriner après vos rapports sexuels, s’essuyer d’avant en arrière pour éviter la migration de bactéries, se protéger avec des préservatifs, suivre une alimentation équilibrée et riche en ferments lactiques peuvent aussi aider.

Suivez tous ces conseils et vous devriez bientôt être soulagée des chatouilles désagréables dans votre slip !

À lire aussi : Une flore vaginale senteur pêche, et puis quoi encore ?

Crédits photos : Cliff Booth et Cottonbro (Pexels)

Les Commentaires
3

Avatar de SNLM
7 octobre 2021 à 22h39
SNLM
Hello!
3 ans de cystite, 1 à 3 fois par mois. Alors oui il faut boire, oui il faut faire pipi après les rapports, oui il faut s'essuyer de l'avant vers l'arrière. Mais quand c'est aussi récidivant je vous assure que l'on sait et fait tout ça vu la douleur quotidienne.
J'ai essayé l'antibiotherapie, l'acupuncture, les probiotiques, les infusions de thym, la cramberry sous toutes ses formes, les régimes alimentaires alcalins, le 0 alcool, 0 rapport sexuel, la 0 épilation, le citron, les huiles essentielles, et d'autres choses que je préfère oublier ! bref RIEN ne fonctionnait. Jusqu'au jour où j'étais encore en train de lire des études sur les cystites sur le net en pleure sur mes WC et où je découvre que le ph peut être le fautif.
Mon corps serait-il trop acide ?
J'en parle à mon médecin, elle me dit d'essayer 1 cuil à soupe de bicarbonate tous les soirs avant de me coucher /ou matin et soir si des gènes commencent.
Et bien je n'en ai pas eu une depuis 9mois! Quelle délivrance !!!!
Donc si comme moi vous avez tout essayé, peut être que cette solution serait la votre?
Aussi important : Il ne faut pas boire du thé ou infusion toute la journée car ça fatigue la vessie et elle a déjà beaucoup à faire ^^ et aussi la constipation est à éviter !
Ah et si tu es en pleine crise et que tu es chez toi, une bouillotte bien chaude entre les jambes peut vraiment aider au niveau de la douleur!
Courage les filles ❤️❤️
0
Voir les 3 commentaires

Plus de contenus Santé sexuelle

Santé
pexels-karolina-grabowska-vulvae pathologie vulve

Prenez soin de votre vulve avec Vulvae : l’appli est enfin disponible !

Maëlle Le Corre

13 oct 2021

Santé
mains-croisees-pubis-vert

Puisqu’il faut le répéter : la vapeur dans le vagin reste un big no-no

Mymy Haegel

12 oct 2021

Témoignages
Poterie représentant une vulve.

La labioplastie racontée par celles qui l’ont choisie, entre complexes et confort

Laura Bonnet

06 oct 2021

17
Santé sexuelle
Banane entourée d'un préservatif masculin avec inscription

Les contraceptions « masculines » ont maintenant leur commission parlementaire dédiée (en Belgique)

Santé sexuelle
sterilet_diu

Petites galères et grandes joies : le DIU (« stérilet ») raconté par 12 lectrices

Melissa

04 oct 2021

203
Santé
Menstruations – serviette hygiénique – odeur – règles

Pourquoi les règles ont-elles une odeur si particulière ?

JulietteGee

02 oct 2021

7
Féminisme
My-body-my-rules pexels-olia-danilevich

Comment défendre le droit à l’IVG en France ? (Eh non, la lutte n’est pas terminée)

Eva Levy

28 sep 2021

Santé sexuelle
IVG – femmes – avortement

Impact psychologique de l’IVG : « il n’y a pas de règles, chaque personne réagit différemment »

Santé sexuelle
pilule – femme – contraception

Marre de bouffer des hormones : la pilule est en berne en France

Santé sexuelle
temoignage_mycose

Ça gratte, c’est chiant, mais ça se soigne : la mycose vulvaire, une aventure plutôt bof

soundandfury

24 sep 2021

85

La sexualité s'écrit au féminin

1 2 3 4 5 6 7 8 9