Live now
Live now
Masquer
Image d'erreur
Livres

La sieste assassinée (Philippe Delerm)

Philippe Delerm, c’est la Première gorgée de bière…, c’est l’artisan du quotidien, c’est un regard particulier qui se pose sur des choses banales et les illumine, c’est une poétique, une légèreté. C’est du moins ce que j’ai cru retenir de l’enthousiasme général autour de cet auteur : les « mais si, tu verras c’est génial », les « j’ai adoré, ça donne la pêche » et compagnie. Du côté critique, c’était déjà un autre son de cloche. « De la littérature avec rien ». Je ne sais plus où j’ai lu cette affirmation sèche et snob. En tout cas, c’est encore un exemple de la farouche opposition de la critique et du lectorat. Il était donc nécessaire de se faire un avis propre sur la question.

Des textes extrêmement courts, deux pages, trois parfois, jamais quatre. Un format terriblement bref, peu courant et qui fait penser au blog ; d’ailleurs, les thèmes d’inspiration s’y prêteraient parfaitement. Car oui, c’est du quotidien : la douche estivale, les pieds nus dans l’herbe, le soleil qui tombe sur une terrasse, la cuillerée de miel, la sonnerie de téléphone, autant de sujets possibles pour cet écrivain qui préfère le minuscule et l’instant. Entièrement axés sur les sensations et les souvenirs, ses chroniques se veulent universalistes : toucher chacun par l’emploi systématique du « on », la généralisation pour moyen ultime. Parfois, le texte est d’une telle justesse que chaque phrase semble emplie de cette absolue vérité, de l’expression parfaite du moment. Écrit pour être ressenti personnellement. C’est également le défaut majeur du recueil : à force de vouloir tomber juste, ça tombe à côté, tant l’évocation est précise et, paradoxalement, individuelle malgré la généralisation. Une phrase trop lourde, quelques lettres de trop, ou encore un mot inhabituel trop repris, et la fragile construction mentale s’effondre en laissant un goût amer.

La sieste assassinée, de Philippe Delerm, Gallimard (Folio)


Écoutez Laisse-moi kiffer, le podcast de recommandations culturelles de Madmoizelle.

Les Commentaires

1
Avatar de lafosseophelie6
13 mai 2024 à 11h05
lafosseophelie6
Le prêt personnel entre particuliers consiste en un prêt d'argent entre deux personnes physiques, sans aucun recours au système bancaire. Vous pouvez le faire directement auprès d'un particulier ou d'une plateforme en ligne. Cette solution de financement vous intéresse ? Alors faites votre demande auprès de nous à partir de 5000 à 2.000.000 d'euros. [email protected]
0
Réagir sur le forum

Plus de contenus Livres

Source : Madmoizelle
Livres

Fête des mères : 5 livres féministes qui se dévorent d’une traite

Mode

Quelle est la meilleure culotte menstruelle ? Notre guide pour bien choisir

Humanoid Native
Couverture des livres "Les Liens qui empêchent", "Révéler mes visages" et "Art Queer" // Source : Éditions B42 / Harper Collins / Double Ponctuation
Livres

Neuf livres LGBT+ pour s’éduquer sur les identités et luttes des personnes queers

Source :  pixelshot
Daronne

Les 3 livres pour enfants les plus problématiques, d’après nos lectrices

1
Portrait de l'autrice de La Charge raciale, Douce Dibondo, par Céline Nieszawer // Source : Céline Nieszawer
Société

« La suradaptation des personnes racisées est une épée de Damoclès » : Douce Dibondo (La Charge raciale)

2
ovidie-1
Culture

Et si les chiens étaient les meilleurs amis des femmes ?

Chloé Delaume
Culture

« Je suis en saturation des hommes », rencontre avec Chloé Delaume, autrice de Phallers, un roman féministe jubilatoire

nadine-shaabana-DRzYMtae-vA-unsplash
Culture

Violences sexuelles : comment la littérature Young Adult prolonge le combat de #MeToo

Livres pour enfants : les 10 meilleurs albums jeunesse en avril 2024
Daronne

Livres pour enfants : les 10 meilleurs albums jeunesse en avril 2024

Copie de [Image de une] Horizontale (6)
Culture

3 nouveaux livres d’Audrey Ouazan en avant-première

9782290397336_UnJourDeNuitTombeeT1_Couv_BD (1)
Livres

Trois bonnes raisons de découvrir la fantasy grâce à l’œuvre de Samantha Shannon

La pop culture s'écrit au féminin