Live now
Live now
Masquer
tingey-injury-law-firm-unsplash justice
Société

« J’aurais fait comme elle » : Priscilla Majani condamnée à deux ans et neuf mois de prison ferme

Ces dernières semaines, l’histoire de Priscilla Majani, qui avait organisé sa fuite et celle de sa fille, il y a onze, après avoir accusé son père de viol et d’agression sexuelle, avait ému. Après un appel de sa première condamnation, cette mère vient d’être reconnue coupable de « soustraction et non-représentation d’enfant », et écope de deux ans et neuf mois de prison ferme.

De nombreuses personnalités et anonymes espéraient qu’elle soit relaxée, partageant depuis plusieurs semaines sur les réseaux sociaux une phrase : « j’aurais fait comme elle ». Une pétition, mise en ligne sur Change.org, signée par plus de 20 000 personnes, réclamait aussi la relaxe de Priscilla Majani, soulignant qu’il est aujourd’hui « encore plus facile de prouver, aux yeux de la justice, des NRE ( non représentation d’enfant), la fuite, la disparition plutôt que l’inceste, les agressions sexuelles et les violences intra-familiales. »

Priscilla Majani condamnée pour « soustraction et non-représentation d’enfant »

Mercredi 4 janvier, Priscilla Majani a pourtant été condamnée en appel à deux ans et neuf mois de prison ferme, peine assortie d’une interdiction de quitter le territoire, de la privation de ses droits civiques, civils et familiaux pendant trois ans. Une peine moins sévère que celle prononcée en première instance par le tribunal correctionnel de Toulon le 23 novembre dernier, qui confirme néanmoins la culpabilité de cette mère de 48 ans, accusée de « soustraction et non-représentation d’enfant », mais aussi de « dénonciation mensongère et calomnieuse » (motif pour lequel elle a finalement été relaxée par la cour d’appel d’Aix-en-Provence). Elle devra par ailleurs verser 30 000 euros à Alain Chauvet, son ex-mari et père de sa fille, en réparation du préjudice.

Une fuite de onze ans

Priscilla Majani avait été arrêtée en août 2022 en Suisse, lors d’un contrôle routier, alors qu’elle faisait l’objet d’un mandat d’arrêt. En 2011, elle disparaissait avec sa fille alors âgée de 5 ans, Camille, suite à une plainte déposée à l’encontre de son ex-mari et père de sa fille, qu’elle accusait de viol et d’agression sexuelle. La plainte avait été classée sans suite, notamment parce que le ton de l’enfant était jugé « récitatif » lors des auditions, et que l’examen gynécologique n’avait révélé aucune présence de traces physiques d’agressions sexuelles.

Par la suite, Priscilla Majani a vécu dans différents pays avant de s’installer en Suisse, où elle vivait sous une fausse identité avec sa fille. Extradée après son arrestation, puis placée en détention provisoire, elle avait été condamnée à cinq ans de prison ferme en première instance par le tribunal correctionnel de Toulon, peine dont elle a immédiatement fait appel. 

Une nouvelle plainte déposée

Dans son arrêt rendu le 4 janvier, la cour d’appel d’Aix-en-Provence considère que « Priscilla Majani s’est placée dans la toute-puissance, en s’arrogeant le droit de disposer de la vie de l’enfant du couple au mépris total des droits du père, et alors même que l’enfant n’avait, à l’époque de la dénonciation, pas de perturbation affective dans sa relation avec son père »

Camille, aujourd’hui âgée de 17 ans, a été placée dans une famille d’accueil, et sa tutelle confiée à un service de protection de l’enfance en Suisse. Cinq jours avant la comparution de Priscilla Majani en appel, elle avait d’ailleurs porté plainte contre son père pour violences sexuelles, physiques et psychiques. Un témoignage accompagné d’une vidéo, dans laquelle la jeune femme réitère ses accusations, mais jugé par la cour comme permettant simplement « d’appréhender une part des préjudices causés à cette jeune fille ». 

À lire aussi : Richard Berry parle pour la première fois des accusations d’inceste de sa fille Coline 


Écoutez l’Apéro des Daronnes, l’émission de Madmoizelle qui veut faire tomber les tabous autour de la parentalité.

Les Commentaires

22
Avatar de Dounei
15 janvier 2023 à 11h01
Dounei
Contenu caché du spoiler.

Ce qui explique la sévérité de la peine aussi. Pour la justice, la relaxer aurait été admettre que oui, ils ont été négligents et ont pu faire une erreur. Le scénario d'une mère manipulatrice et menteuse est bien plus confortable...
Le traitement de cette affaire est scandaleuse sur tellement de points...
Un résumé assez complet : https://www.ouest-france.fr/societe...la-toile-faff8a44-8c15-11ed-8eae-4013e4fdd8a6
9
Voir les 22 commentaires

Plus de contenus Société

manifestation-IVG-etats-unis
Société

Le saviez-vous : l’IVG est illégale en Allemagne… mais ça pourrait bientôt changer

2
Deux femmes en blouse blanche devant un microscope // Source : Alena Shekhovtsova de corelens
Politique

Être intelligent rendrait de gauche, d’après une étude qui n’étonnera que les gens de droite

12
3 novembre 2021 9h33 inegalites salariales les glorieuses
Société

Ces domaines sont les plus touchés par les inégalités salariales, selon une étude

Source : Midjourney
Déclic

Célia, 24 ans : « J’ai compris l’importance du féminisme en jouant au Trivial Pursuit »

femme médecin
Société

Violences sexistes et sexuelles à l’hôpital : « 78 % des femmes médecins en subissent » (Interview)

Love Lies Bleeding
Culture

Insultes lesbophobes, violences : des homophobes saccagent une séance de Love Lies Bleeding, avec Kristen Stewart

1
Giorgia Meloni // Source : Vox
Actualités mondiales

En Italie, une nouvelle loi autorise les militants anti-avortement à entrer dans les cliniques IVG

macron coupe du monde
Actualités France

Emmanuel Macron mécontente 3/4 des Français·e·s (et surtout les femmes), selon un nouveau sondage

1
Friba Rezayee, première femme afghane à participer aux Jeux olympiques, demande l'exclusion de l'Afghanistan // Source : Capture d'écran YouTube
Actualités mondiales

JO 2024 : Friba Rezayee, première femme afghane à participer aux Jeux olympiques, demande l’exclusion de l’Afghanistan

Leïla Bekhti alerte sur le sort tragique des enfants à Gaza, avec l'Unicef // Source : Capture d'écran YouTube
Actualités mondiales

Leïla Bekhti alerte sur le sort tragique des enfants à Gaza, avec l’Unicef

1

La société s'écrit au féminin