Live now
Live now
Masquer
jai-perdu-leviator-pokemon-tumblr
Culture

« J’ai perdu mon Léviator », ou les Pokémon dans la vraie vie

Un internaute a imaginé à quoi ressemblerait le Web si les Pokémon existaient dans la vraie vie. Le rêve, quoi.

Aujourd’hui je déballe un sentiment d’impuissance et d’injustice qui me colle à la peau depuis mes plus jeunes années. Les Pokémon n’existent pas et n’existeront jamais. Si c’est un fait que j’ai aujourd’hui réussi à accepter, il n’en a pas toujours été ainsi.

Il fut un temps où tous mes anniversaires étaient ponctués d’un seul et même voeu : je priais les cieux de donner vie à mon Ectoplasma en peluche. Pourtant, même après plusieurs années de supplications, mon ami violet reste tristement apathique, un éternel sourire figé sur son corps rond et duveteux.

ectoplasma

Un doux rêve avorté. 

Je pense très sincèrement que l’auteur du Tumblr J’ai perdu mon Léviator =/ a dû surmonter une épreuve similaire. Faute de pouvoir observer les Roucool aux jumelles, il a décidé d’imaginer un Internet dans lequel les Pokémon seraient au centre de nos préoccupations.

Sur son blog, Pierre Red (c’est un pseudo) s’amuse à squatter différents forums ou sites communautaires pour faire part aux internautes de ses problèmes et autres conseils concernant ses monstres de poches. Imagine-toi chercher des infos sur l’hallux valgus en direct de Doctissimo, et tomber sur le post d’un homme demandant comment se débarrasser des effets de l’attaque Para-Spore. Voilà, tu as compris le concept.

pokemon3

pokemon5

pokemon4

pokemon1

pokemon2

Ce n’est pas comme si je pouvais tout quitter pour partir avec mon baluchon battre la Ligue avec l’aide de bestioles liquéfiées dans des sphères bicolores, mais l’illusion est là, et c’est déjà vachement bien.

Pour plus de Pokémon dans la vrai vie, tu peux te rendre sur le Tumblr de Pierre Red, J’ai perdu mon Léviator (=/) (il est très important d’appuyer sur l’aspect tragique de la chose) (c’est quand même foutrement dur à obtenir ces bestioles).


Et si le film que vous alliez voir ce soir était une bouse ? Chaque semaine, Kalindi Ramphul vous offre son avis sur LE film à voir (ou pas) dans l’émission Le seul avis qui compte.

Les Commentaires

7
Avatar de Freehug
9 mai 2014 à 02h05
Freehug
Pff, c'est mignon, il m'amuse avec ses petits problèmes.
Aucun intérêt, vraiment. Je suis déçue de lire ça sur Madmoizelle alors que des choses vraiment graves se passent dans le monde.

Contenu spoiler caché.

Je ne vous salue pas.
0
Voir les 7 commentaires

Plus de contenus Culture

Source : Canva Pro
Daronne

Ces 5 séries sont les préférées des enfants, et on a tous envie de crever

5
Source : Capture d'écran Youtube
Culture

Victime de racisme, l’actrice Francesca Amewudah-Rivers (Roméo et Juliette) soutenue par 900 artistes

1
Un still du film All we imagine as light, de Payal Kapadia, avec le logo du festival de Cannes // Source : ALL WE IMAGINE AS LIGHT de Payal Kapadia © Ranabir Das
Cinéma

Le festival de Cannes 2024 dévoile sa Sélection officielle : 4 réalisatrices, aux côtés de Gilles Lellouche et Francis Ford Coppola

9782290397336_UnJourDeNuitTombeeT1_Couv_BD (1)
Livres

Trois bonnes raisons de découvrir la fantasy grâce à l’œuvre de Samantha Shannon

Couverture du livre "Et, refleurir" aux éditions Philippe Rey, illustrée par Iris Hatzfeld
Livres

« Une femme qui refuse de souffrir, c’est radical » : Kiyémis, autrice afroféministe du roman Et, refleurir

4
Raconter sur TikTok ses actes contre le sexisme, c’est la dernière tendance du « micro-féminisme » // Source : Captures d'écran TikTok
Culture Web

Raconter sur TikTok ses actions contre le sexisme, c’est la dernière tendance du « micro-féminisme »

2
Euphoria  // Source : HBO
Culture

Zendaya en a marre de jouer que des lycéennes alors qu’elle n’est jamais allée au lycée

Quitter la nuit // Source : Haut et court
Culture

« On n’a pas à exiger quoi que ce soit des victimes », avec Quitter la nuit, Delphine Girard met la justice face à ses limites

9
Booksmart
Culture

Netflix : les 7 meilleurs films lesbiens à voir et à revoir

Karl-lagerfeld-série
Culture

Au festival Canneséries, une longue standing ovation pour cette série Disney+

1

La pop culture s'écrit au féminin