Live now
Live now
Masquer
Une femme en train de regarder une étiquette de vêtement dans une boutique de mode
Ecologie

Enfin ! Les marques ne pourront plus détruire leurs invendus dès le 1er janvier 2022

À partir du 1er janvier 2022, les industriels de la mode, de l’hygiène ou encore de la puériculture n’auront plus le droit de détruire leurs invendus, d’après la nouvelle loi antigaspillage et pour l’économie circulaire (AGEC).

Ce sont environ 2 milliards d’euros de produits qui partaient en fumée chaque année. Mais ça va changer : à partir du 1er janvier 2022, les marques n’auront plus le droit de détruire leurs invendus.

Une loi antigaspillage et pour l’économie circulaire

On doit cette nouvelle mesure à la loi antigaspillage et pour l’économie circulaire (AGEC), destinée à « obliger producteurs, importateurs et distributeurs à réemployer, réutiliser ou recycler les produits non alimentaires invendus », rappelait le 10 décembre 2021 le ministère de la Transition écologique.

Cette mesure concerne plusieurs industries de consommation, dont celle de la mode, particulièrement ciblée par des scandales de destruction de fonds de stocks.

Détruire ses invendus, c’est risquer une amende de 15.000€

Dorénavant, une marque qui se risquerait à détruire ses invendus pourrait donc écoper d’une amende pouvant aller jusqu’à 15 000 euros par manquement et par personne morale.

Puisque cette loi a été promulguée en décembre 2020, les différentes filières concernées ont eu le temps de s’adapter. Celle de la mode en particulier ne jure plus que par l’upcycling.

Coach pris la main dans le sac du greenwashing, jure de ne plus recommencer
Coach pris la main dans le sac du greenwashing, jure de ne plus recommencer

Également appelé surcyclage, cela consiste à redonner de la valeur à des objets qu’on comptait jeter en les altérant ou en les remixant. Ça peut être aussi simple que de couper un jean en short, par exemple. Et pourquoi pas faire des chutes de toile denim un sac, d’ailleurs, histoire de pousser cette logique jusqu’au bout afin de ne rien jeter ?

Les produits d’hygiène et de puériculture, particulièrement visés

Cette loi antigaspillage vise en particulier les secteurs des produits d’hygiène et de puériculture, où 9% des invendus sont encore détruits par incinération, relève une dépêche AFP, « alors que trois millions de Français se privent de produits d’hygiène de base et que 1,7 million de femmes ne disposent pas de protections hygiéniques en quantité suffisante. »

Puisque jeter sera dorénavant illégal, les industriels sont donc plutôt invités à donner à des assos, faute de pouvoir toujours recycler ou upcycler. Comme pourraient le dire nos profs de physique-chimie :

« Rien ne se perd, rien ne se crée : tout se transforme… se recycle, s’upcycle, ou se donne ! »

À lire aussi : Contre les collants qui filent et polluent à tout va, ces marques créent des modèles plus écolo

Crédit photo de Une : pexels-ron-lach-8386645

Les Commentaires
4

Avatar de KittyKiller
13 décembre 2021 à 16h17
KittyKiller
Merci pour l'article ! Je n'ai pas encore eu le temps de vérifier dans le texte de loi, donc je pose la question : c'est 15k€ d'amende par pièce détruite, ou par opération de destruction constatée ? Parce que je pense aux vêtements et accessoires notamment, pour une marque de luxe, 15k c'est peanuts
Enfin, je n'avais pas du tout conscience que le secteur des produits d'hygiène était particulièrement coutumier du fait ! Après, je suppose que ce sera comme pour l'alimentaire, il faudra prouver qu'on fait la démarche de rendre les stocks en péremption proche disponibles pour des associations, mais ce seront ces dernières qui resteront responsables de la collecte, or il y a de nombreux goulots d'étranglement et saturations.
1
Voir les 4 commentaires

Plus de contenus Ecologie

Ecologie
Ilya Alashevskiy pour Getty Images

Sécheresse et chaleur extrêmes, comment agir autour de chez soi ?

Lifestyle
Sponsorisé

Deux femmes se confient sur leur réorientation professionnelle

Humanoid Native
Ecologie
echantillons-beaute-ecologie

Pourquoi il faut arrêter de collectionner les échantillons beauté

Ecologie
planet-over-profit-vert

8 sujets écolo aussi primordiaux qu’absents de cette campagne présidentielle

Bénédicte Carrio

22 avr 2022

Mode
minuit-sur-terre-chaussure-responsable
Sponsorisé

Slow vs Fast fashion, quelles sont les vraies différences ?

Ecologie
miranda whelehan good morning britain

Dans une séquence hallucinante de mépris, cette activiste écolo tient tête au sexisme et à la condescendance

Maëlle Le Corre

13 avr 2022

5
Ecologie
allan-lainez–unsplash – burger

En théorie, 1 Français sur 2 est prêt à réduire la viande. En pratique, par contre…

Ecologie
peux-pas-climat

5 idées d’actions collectives écolo pour aller au-delà des « petits gestes » individuels

Ecologie
manif-climat

L’écologie à l’épreuve du patriarcat : la planète aussi a besoin du féminisme

Ecologie
greta-thunberg-sort-livre-ecologie

Greta Thunberg invite Margaret Atwood (entre autres) dans son prochain livre sur le climat

Kalindi Ramphul

01 avr 2022

2
Ecologie
ecologievok

Pourquoi l’écologie individuelle ne résoudra pas la crise environnementale

La société s'écrit au féminin