Live now
Live now
Masquer
parents-nouveau-ne
Parentalité

Pourquoi les enfants ne porteraient-ils pas automatiquement les noms de leurs deux parents ?

Dans une visée d’égalité, le collectif Porte mon nom milite pour instaurer le double nom de famille par défaut à la naissance. Un député de la majorité les soutient et prépare un projet de réforme en ce sens. On vous explique les arguments derrière leur combat.

Imaginez qu’on vous refuse l’embarquement dans un avion avec votre enfant si vous n’avez pas votre livret de famille sur vous ? Vous savez, ce document qui d’ordinaire ne sort jamais du dernier tiroir de votre bureau ?

« Toutes les mères qui ne portent pas le même nom que leurs enfants doivent présenter ce livret et prouver leur maternité pour monter dans un avion ; les pères, eux, n’ont rien à justifier », déplore Marine Gatineau-Dupré, mère de deux enfants, dont aucun ne porte son nom. Sympa la charge mentale pendant les vacances. 

Vous avez beau avoir vécu une grossesse, un accouchement et élever votre progéniture, si vous n’avez pas le même nom de famille qu’elle, votre quotidien sera un enfer.

« Il faut emmener ses papiers partout, se justifier tout le temps, c’est humiliant — or, quand on fait un enfant, on ne pense pas au fait de se séparer et de changer de nom » raconte Marine Gatineau-Dupré, elle-même séparée des pères de ses enfants. Élue municipale à Palavas-les-Flots, elle a fondé le collectif Porte mon nom en 2019 dans l’optique de rétablir une forme d’égalité.

Le député de l’Hérault Patrick Vignal (LREM) a décidé de soutenir son combat et prépare actuellement un projet de réforme pour favoriser l’usage du double nom de famille à la naissance

Entre « patriarcat patronymique » et tradition

En France, la loi du 4 mars 2002 permet déjà aux parents d’attribuer à leur enfant leurs deux noms, dans l’ordre souhaité, ou bien celui du père ou de la mère uniquement. Une fois choisi, le nom transmis ne change pas, même après une séparation.

En 2019, indique l’INSEE, 81,4% des enfants nés portaient uniquement le nom paternel et 11,7% d’entre eux avaient un double nom.

« Donner le nom du père est une vieille tradition, une pratique coutumière qui est nourrie par l’administration et les institutions. »

Marine Gatineau-Dupré, fondatrice de Porte mon nom

L’organisation Porte mon nom a recueilli plus de 2000 témoignages qui vont en ce sens : « La plupart des mères auraient choisi le nom du père pour leur enfant car elles comptaient se marier ou inversement », explique la fondatrice du collectif. La journaliste Titiou Lecoq évoque ce « patriarcat patronymique » lié au mariage dans un article pour Slate :

« C’est avec la multiplication de l’administration dans la deuxième moitié du XIXe siècle et surtout au XXe siècle qu’on va imposer de plus en plus l’usage du nom d’épouse. »

En cas de divorce, qui garde le même nom que les marmots ? On vous laisse deviner. « Beaucoup de femmes se sentent alors invisibilisées et non reconnues en tant que mères », déplore Marine Gatineau-Dupré. 

Le double nom de famille à la naissance par défaut, une question de justice

Aujourd’hui, les mœurs ont changé mais la loi de 2002 n’est pas toujours bien intégrée.

« Je voulais que mon fils ait un double nom mais j’ai cédé à la volonté du père à l’accouchement. Plus tard, j’ai appris qu’un recours était possible en cas de désaccord mais l’agent administratif ne m’en avait pas parlé »

Marie*

« Près de 85% des personnes qui ont témoigné ont exprimé des regrets sur le  nom de leur enfant : la loi actuelle ne laisse pas un réel choix et est source d’inégalités », abonde Marine Gatineau-Dupré, dont la pétition a déjà recueilli plus de 27 000 signatures.

Avec l’aide du député Patrick Vignal (LREM), le collectif souhaite modifier la législation pour automatiser le double-nom à la naissance. « On inverserait le process actuel en formant les agents administratifs à inscrire le double nom par défaut ; si les deux parents préféraient ne transmettre qu’un nom, ils auraient un formulaire à signer conjointement », explique Marine Gatineau-Dupré, qui assiste le parlementaire dans la démarche. 

En 2013, Christiane Taubira avait déjà tenté d’instaurer le double nom automatique, sans succès. Elle avait néanmoins obtenu qu’en cas de désaccord entre les parents, les deux noms étaient attribués, au lieu du seul nom paternel (loi du 17 mai 2013).

« Pour nous, c’est une question de justice : un enfant a deux parents, qui forment une “cellule”. On aimerait ouvrir un débat sur l’équité de cette cellule » explique Patrick Vignal, qui doit rencontrer le Garde des Sceaux en septembre. « À ce stade, on ne sait pas encore si on pourra proposer une loi ou un décret, ça va dépendre de lui. »

Faciliter les démarches pour plus de liberté

La loi actuelle prévoit déjà la possibilité de rajouter son nom à son enfant en nom d’usage (utilisé pour les démarches administratives mais non transmissible)… avec l’accord de l’autre parent.

Belinda* a vécu une relation abusive et s’est séparée du père de sa fille, dont celle-ci porte le nom. Quand elle a voulu donner son nom à sa fille, il a refusé.

« En plus des galères administratives, je vis très mal qu’elle porte le nom de cet homme. Je ne sais même pas s’il compte garder un lien avec elle. »

« On demande à supprimer cette autorisation pour le nom d’usage qui nous paraît ultra-réductrice », commente Marine Gatineau-Dupré. Son collectif revendique également la possibilité d’ajouter son nom en filiation à celui du premier parent, sans condition, en cas de séparation. 

« On ne soupçonne pas le nombre de situations où un nom est douloureux à porter, comme dans les cas de violences conjugales, d’inceste, de harcèlement scolaire… Il faudrait faciliter certaines démarches », ajoute Patrick Vignal. Le collectif aimerait permettre aux enfants, à l’âge de 18 ans, de choisir définitivement leur nom de famille, qu’il soit simple ou double. 

Une identité égalitaire

Le combat de Porte mon nom a fait écho jusqu’en Espagne, où le double nom est déjà la norme. « Des journaux locaux médiatisent notre action car ils ne comprennent pas que le “pays des droits de l’Homme” soit en retard sur ce sujet », avance Marine Gatineau-Dupré.

Aurait-on si peur du changement ? « La plupart des gens nous critiquent en disant que cela fera des noms à rallonge pour la descendance, mais la loi prévoit déjà qu’en cas de double nom, seul le premier est transmissible », argumente l’Héraultaise. Pour elle, le problème vient surtout d’un manque d’information :

« Il serait bon de sensibiliser les parents à leurs droits, lors de la préparation à l’accouchement par exemple. Un nom, c’est une identité. En transmettant une identité égalitaire, on fera bouger les mentalités. »

*Les noms ont été modifiés pour préserver l’anonymat des personnes interrogées. 

Crédits photos : Kelly Sikkema (Unsplash), Laura Garcia (Pexels)


Vous aimez nos articles ? Vous adorerez nos newsletters ! Abonnez-vous gratuitement sur cette page.

Les Commentaires

57
Avatar de Matilda Verdebois
7 février 2022 à 20h02
Matilda Verdebois
@Ocytocine. Je ne savais même pas qu'il fallait remplir cette déclaration pour mon premier, et on n'était pas mariés à l'époque. Mais c'est possible que je l'ai remplie, je ne me rappelle pas. Mon mari avait pré-déclaré l'enfant à venir en mairie, et on était d'accord pour donner nos deux noms. Mais j'imagine que je ne suis pas la seule à ne pas le savoir.
Sinon, nous on a eu l'officier d'état-civil qui est venu dans la chambre directement pour notre premier (grosse maternité). Pour la deuxième, c'est mon mari qui l'a déclarée, mais c'était plus simple : on s'était mariés entre-temps et elle doit de toute façon porter le même nom que son frère.
@Kettricken même anecdote pour ma belle-soeur, mes beaux-parents n'étaient pas d'accord et c'est donc lui qui a imposé son prénom lors de la déclaration. Le prénom voulu par ma belle-mère est son deuxième. Bon, par contre, c'est un bon père, un bon grand-père, et un bon beau-père.
0
Voir les 57 commentaires

Plus de contenus Parentalité

Source :  Gustavo Fring de Pexels
Parentalité

10 choses (presque) impossibles à faire depuis que vous avez des enfants

1
Livres

Avec Galatea, découvrez des histoires exclusives en format audio ou ebooks

Humanoid Native
Source : olharomaniuk
Parentalité

Le mois de juin est le pire pour les parents (et surtout pour les mères)

Source :  RapidEye de Getty Images Signature
Parentalité

Les 3 jouets les plus bruyants à ne pas offrir aux enfants, d’après nos lectrices

1
Source : Dobrila Vignjevic de Getty Images Signature
Parentalité

6 phrases de parents que personne ne comprend vraiment

3
Source : Yamasan de Getty Images
Parentalité

Typologie des 5 pires parents qu’on croise au parc de jeux pour enfants

Source : Zanuck de Getty Images
Parentalité

Chronique d’une daronne : ces 3 moments où mes enfants m’ont foutu la honte

8
Source : Nadezhda1906 de Getty Images Pro
Daronne

Mon enfant doit-il consulter un psychologue ? Voici les 6 signes identifiés par les spécialistes

Source : FatCamera de Getty Images Signature
Parentalité

Droit de visite des pères : voici le seul avis qui compte, celui des concernées

9
Source : Pixelshot
Parentalité

Les 5 objets pratiques pour partir en vacances avec un bébé

11
Source :  idal de Getty Images Pro
Parentalité

Des moutons pour remplacer les élèves ? Cette école l’a fait (et il y a une triste raison à cela)

4

Pour les meufs qui gèrent