Live now
Live now
Masquer
voyage-train-bebe
Parentalité

Comment survivre à un voyage solo en train avec un bébé

Prendre le train avec un bébé n’est pas de tout repos, qui plus est en solo ! Voici quelques conseils pour un voyage le plus serein possible.

Article initialement publié le 30 juillet 2019

Début juillet, alors que ma fille venait de fêter son premier anniversaire, je suis devenue mère. Attention, je sais bien que je suis officiellement devenue maman le jour de sa naissance (et même bien plus tôt dans mon cœur), mais j’ai l’impression d’avoir franchi une vraie étape en cochant une case redoutée sur la check-list du jeune parent : le voyage en train avec un bébé. Qui plus est en solo.

Je ne vais pas vous mentir, j’étais hyper stressée à l’idée de devoir passer 3h dans un endroit fermé et relativement silencieux avec un bébé qui ne demande qu’à découvrir le monde à quatre pattes, hurler son (mé)contentement et lécher les accoudoirs. J’avais aussi peur de ne pas réussir à me dépatouiller avec ma tonne de bagages, ma poussette et mon cosy. Bref, j’étais pas sereine du tout !

Finalement, avec un peu de recul, je m’en suis plutôt bien sortie grâce à quelques petites astuces vraiment pas idiotes glanées auprès d’amies ayant déjà passé ce baptême du feu.

Conseil n°1 : prévoir son trajet à l’avance

Quand on doit voyager en train avec un bébé, seule comme accompagnée, c’est risqué de s’y prendre à la dernière minute, même si on est une pro de l’improvisation. En plus de permettre de profiter de tarifs plus intéressants, réserver ses billets à l’avance donne aussi la possibilité de faire quelques choix stratégiques comme celui de l’emplacement des sièges !

Avec un bébé (et tous les bagages qui l’accompagnent), je ne peux que vous conseiller d’opter pour la salle basse si votre train a deux étages : ce sera toujours quelques marches en moins, et comme la circulation des personnes se fait à l’étage, personne ne sera gêné si Panpan le lapin traîne au milieu du couloir.

Si le train que vous devez prendre vous le permet, vous pouvez aussi choisir des sièges en espace famille (tous les week-ends dans de nombreux TGV). En plus d’avoir plus de place, vous serez proche des toilettes avec plan à langer, ce qui est toujours pratique en cas de diarrhée explosive. Sinon, n’hésitez pas à regarder les prix de la première classe : parfois, il n’y a que quelques euros de différence avec la deuxième, et ça vaut vraiment le coup niveau confort, surtout avec un bébé.

Pour les horaires, choisir un trajet qui inclut un repas est une bonne idée : manger occupe un tout petit pendant au moins une vingtaine de minutes et il y a de grandes chances qu’il pique un somme une fois le ventre plein. C’est toujours ça de gagné ! Sur les grandes lignes, vous trouverez un chauffe-biberon dans l’espace nurserie, et pour le solide, vous pourrez le faire réchauffer à la voiture-bar.

Conseil n°2 : prendre un siège pour le bébé

Jusqu’à 4 ans, un enfant peut voyager gratuitement sur les genoux (ou en écharpe/porte-bébé) de l’adulte qui l’accompagne. Personnellement, je n’avais vraiment pas envie de garder ma fille collée contre moi pendant 3h, alors je lui ai pris un billet « bambin » : une vraie place à côté de la mienne pour 9€.

Même si bébé ne passe pas tout le trajet sur son siège, c’est hyper pratique pour poser un cosy, des jouets ou même installer rapidement un tapis à langer si l’espace nurserie est trop loin ou qu’il y a urgence.

Conseil n°3 : voyager avec le strict nécessaire

Quand on voyage à plusieurs avec un bébé, on peut facilement se partager les tâches : une personne peut s’occuper du bébé, une autre des bagages, et si troisième larron il y a, il peut gérer la poussette et son pliage savant. Quand on est seule, c’est une autre paire de manches, d’où l’intérêt de voyager (très) léger.

Selon l’âge de votre bébé, troquez votre poussette de compétition contre une poussette-canne légère et facile à ranger, ou contre un porte-bébé ou une écharpe. Certaines poussettes permettent de clipser un siège-auto premier âge sur leur châssis pliant, c’est aussi une bonne idée (même si c’est un peu plus lourd pour les bras) : le cosy servira de siège/lit à l’enfant pendant le trajet en train, de nacelle de poussette et aussi, c’est quand même sa fonction principale, de siège auto.

Si c’est possible, au lieu de vous encombrer les mains avec une valise, prenez un gros sac à dos et roulez tous les vêtements et serviettes de toilette pour gagner de la place. En plus de ce sac, préparez un tote-bag avec les affaires dont vous aurez besoin dans le train (couches, nourriture, jouets, doudou, biberon d’eau, etc.) pour ne pas avoir à fouiller dans votre barda toutes les 10 minutes. Pour la nourriture, n’hésitez pas à prendre plus que ce dont vous devriez avoir besoin : on n’est jamais à l’abri d’un retard important et ce n’est pas dit que votre bébé raffole des sandwiches triangle saumon-tzatziki.

Conseil n°4 : s’organiser en amont pour le matériel de puériculture et les grosses valises

Si vous avez besoin de prendre beaucoup d’affaires, parce que vous partez longtemps ou qu’il n’y a rien pour accueillir votre bébé à l’endroit où vous allez, plusieurs solutions s’offrent à vous. Elles vous coûteront un peu d’argent, mais elles seront vite rentabilisées : la tranquillité n’a pas de prix.

Pour le matériel de puériculture lourd et/ou encombrant comme le lit, la chaise haute ou encore la table à langer, vous pouvez tout louer sur internet et vous faire livrer sur votre lieu de villégiature ou dans un point relais. Certains sites comme Familib (toute la France), Babytems (Paris et Île-de-France) ou encore BBVM (Côte basque et Sud des Landes) proposent de nombreux produits à prix dégressifs pour alléger vos bagages, mais aussi votre esprit. Si vous préférez louer à des particuliers, vous pouvez regarder sur des sites comme AlloVoisins.

En cas de grosses valises pleines à craquer et absolument indispensables, la SNCF propose un service d’enlèvement et de livraison à domicile. Je ne vais pas vous mentir, c’est assez cher (à partir de 29€ par bagage), mais ça reste une solution digne d’intérêt pour les parents en solo qui traversent la France avec un bébé sous le bras. Sinon, certains sites comme Cocolis permettent à des particuliers de réduire leurs frais de déplacement en transportant des colis pour d’autres particuliers. Ça vaut le coup de regarder, même si ça demande un peu plus d’organisation que la livraison à domicile pour pouvoir récupérer ses affaires.

Conseil n°5 : occuper bébé pendant le trajet

Une fois que votre bébé et vous serez bien installés à vos places, il va falloir occuper votre progéniture. C’est là le véritable challenge du trajet et, pour être honnête, ce n’est pas de tout repos, surtout quand on est seule. À moins que votre bébé soit tout petit et qu’il dorme encore beaucoup, vous pouvez tout de suite oublier la sieste ou la lecture : vous n’aurez peut-être même pas le temps d’aller aux toilettes !

En plus des jouets que vous aurez préparés (ne lui en donnez qu’un à la fois pour qu’il ne se lasse pas trop vite), vous pouvez compter sur de nombreux alliés pour distraire votre bébé : vos voisins de rangée, le paysage, la tablette de son siège, votre bouteille d’eau, etc. Même si ce n’est que cinq minutes à chaque fois, c’est déjà ça de pris.

Pour éviter que ma fille ne s’ennuie trop vite, j’ai suivi les conseils d’une bonne copine : je lui ai acheté un nouveau jouet et je lui ai offert au moment où j’ai senti que plus rien ne l’intéressait et qu’elle allait se mettre à chouiner. L’attrait pour la nouveauté n’étant pas un mythe, elle a joué tranquillement avec pendant une bonne demi-heure. Si vous souhaitez tester cette astuce, n’oubliez pas de penser à vos voisins et à votre santé mentale en choisissant le cadeau : un jouet silencieux, c’est mieux.

Et si, malgré tous vos efforts, l’amour de votre vie se met à pleurer ? Pas la peine de tenter de l’amuser avec son doudou (ça risque de l’exciter encore plus), vous ne trouverez rien de plus efficace que le contact physique et le mouvement pour le calmer. Alors, prenez-le dans vos bras et allez vous dégourdir les jambes jusqu’à la voiture-bar. Vous savez ce qu’on dit : « un petit coup, et ça repart » !

À lire aussi : 6 conseils pour prendre vraiment soin d’une proche qui vient d’accoucher

Les Commentaires
1

Avatar de Ortie18
19 juillet 2021 à 10h05
Ortie18
Et l’avantage, c’est qu’un train c’est long, on peut faire de nombreux allers retours tout du long pour endormir ou promener bébé…
0
Réagir sur le forum

Plus de contenus Parentalité

Parentalité
Gwyneth Paltrow dans sa nouvelle série Sex, Love & Goop

Gwyneth Paltrow révèle l’éducation sexuelle de ses enfants (et ce n’est étonnamment pas que du bullshit)

Parentalité
trouble-bipolaire-maternite-verticale

« Ça m’inquiète de faire subir ça à mon enfant » : les mères bipolaires témoignent

Clémence Boyer

19 oct 2021

13
Parentalité
meres-lesbiennes-vert

« Comment on se définit, en tant que mère lesbienne ? » : elles témoignent

Deborah Liss

15 oct 2021

8
Règlement de comptes
couple devant une grande

Lucile, aide soignante, 3 100€ par mois à deux : « Je calcule tout, tout le temps »

Aïda Djoupa

14 oct 2021

2
Parentalité
bebe-biberonvert

Rassurez-vous, vous n’allez pas casser votre bébé si vous ne l’allaitez pas

Maëlle Benisty

13 oct 2021

24
Parentalité
Bébé

Ce qu’il y aura dans la « bébé box » distribuée par l’État aux jeunes parents dès 2022

Eva Levy

12 oct 2021

17
Culture Web
Zoe Delaverne

La dystopie du lundi : une influenceuse vend des photos de son bébé pour payer ses soins

Eva Levy

11 oct 2021

4
Parentalité
Une mère fatiguée avec son jeune fils.

« Il faut à tout prix dédramatiser le regret de maternité »

Parentalité
img_jeux_selection_mobile(2)

6 jeux de société parfaits pour les moins de 4 ans

Manon Portanier

09 oct 2021

2
Parentalité
recettes-halloween-effrayantes-600

Halloween : 4 idées de recettes effrayantes à faire avec vos enfants

Manon Portanier

07 oct 2021

Pour les meufs qui gèrent

1 2 3 4 5 6 7 8 9