Live now
Live now
Masquer
QOAOC_Pexels_Ivan_Samkov_H
Daronne

Combien ça coûte, un bébé ? Dans cette famille, 7084,80€ la première année

Dans Quand on aime on compte, on vous propose d’étudier à la loupe les dépenses d’une famille pour un enfant, la première année.

Quand on n’a pas d’enfant et qu’on projette d’en avoir, on se demande si ça coûte cher, si on a assez de revenus, et s’il ne va pas falloir craquer son PEL une fois le bébé là.

Quand on a des gosses, on peut aussi se questionner sur ses propres dépenses, est-ce que je lui achète assez de jouets (ou bien beaucoup trop) ; est-ce que ça coûterait vraiment moins cher si je me lançais dans la grande aventure des couches lavables ?

Il y a plein de façons d’élever des enfants et plein de manières de se procurer le nécessaire pour subvenir à leurs besoins primaires, et tous les autres.

Moïra a accepté de nous dévoiler tout l’argent déboursé par la famille pour son bébé (ainsi que les économies effectuées !).

  • Prénom : Moïra
  • Âge : 30 ans
  • Famille : Moïra, son compagnon, et leur fils Léon
  • Revenus mensuels du foyer : 4 400€
  • Dépenses en garde pour Léon par mois : 735€
  • Dépenses en consommables par mois : 201,6€
  • Dépenses en matériel sur l’année : 1 318€

Cadre de vie et arrivée du bébé

Moïra et son compagnon sont en couple depuis 4 ans. Ils habitent une maison en banlieue parisienne, plutôt dans une atmosphère de campagne.

Moïra souhaitait être mère avant ses 30 ans. Ils se sont donc décidé à essayer d’avoir un enfant :

« Quand j’ai eu 28 ans, parce qu’on en avait envie, et que dans ma tête il fallait que je sois maman avant 30 ans (pourquoi ? aucune idée !).

En gros, je comptais plusieurs mois d’essais avant de tomber enceinte, plus les 9 mois de grossesse et voilà. »

Leur souhait a été exaucé, Moïra est tombée enceinte et le petit Léon est né.

Le petit garçon a aujourd’hui 18 mois mais nous nous intéressons au coût d’un bébé sur la première année.

Les revenus de la famille : 4 400€ + 381€

Moïra gagne 2 400€ nets par mois, étant professeure en lycée professionnel, et son compagnon est payé 2 000€ nets pour un travail dans l’hôtellerie.

Ils touchent également 381€ de la CAF chaque mois : 85€ d’allocations et 296€ pour le libre choix du mode de garde (CMG).

Organisation financière de la famille : des changements ?

Pour l’organisation financière du couple, c’est assez simple. Ils mettent leurs revenus sur le compte commun et toutes les dépenses partent de là :

« On a un compte commun et tout sort de là. Avant on avait deux comptes, mais on payait tout équitablement et ce qu’il restait était séparé en deux. Jamais de disputes pour ça.

Ils savaient qu’avoir un enfant pouvait être coûteux, mais cela ne les effrayait pas :

« On savait que ça coûtait cher mais qu’on avait les moyens de le faire. On voulait quand même acheter la plupart des choses d’occasion car le neuf ne vaut pas le coup.

Pour des bébés, les choses sont rarement très abîmées. Je parle des vêtements par exemple. »

L’arrivée du bébé a un peu accéléré un projet immobilier qu’ils avaient déjà :

« Cela a accéléré notre volonté de quitter notre appartement pour aller en maison et surtout pour changer de quartier car le précédent était plutôt mal fréquenté. »

Ce changement de situation ne les a pas mis dans le rouge et ils continuent à pouvoir avoir de l’épargne :

« On continue de vivre en dessous de nos moyens. On met un peu moins de côté, on lui met 100€ par mois sur son livret A, donc forcément, c’est ça en moins pour nous. »

Nous allons entrer dans le détail des dépenses qu’ils font pour Léon, les achats uniques de matériel, et les consommables tous les mois et voir au total quel est le pourcentage par mois de ce que leur coûte Léon par rapport à leurs revenus.

orga_financiere_Leon

Le mode de garde pour Léon : 735€ par mois

Le couple dépense 735€ par mois pour l’assistante maternelle. C’est la plus grosse dépense.

« Nous n’avons pas eu de place en crèche pour ses 3 mois (au mois de décembre) donc nous avons dû opter pour une assistante maternelle.

Nous en cherchions une proche de chez nous et si possible portugaise. Mon compagnon est portugais, et c’était cool de savoir qu’il ne serait pas le seul à lui parler portugais.

Ça ne s’est finalement pas fait, car elle a trouvé un contrat mieux rémunéré. »

Ils en ont finalement trouvé une autre puis ont déménagé :

« On a trouvé une autre assistante maternelle, puis on a déménagé et on en retrouvé encore une. Actuellement c’est la troisième.

Léon est avec deux petites filles. Ça nous convient ! En plus avec le Covid, on avait un peu peur qu’il soit en collectivité. »

Cette formule a des avantages et des inconvénients.

« C’est cher par rapport aux nombres d’heures et de semaines. Comme je suis professeur, il a moins d’heures de garde et surtout moins de semaines, il est sur 41 semaines sur l’année donc en crèche on aurait payé moins cher.

Pour les avantages : elle habite à 50 mètres de chez nous ; elle sort souvent avec les enfants ; elle est plutôt arrangeante sur les heures, pour les rendez-vous médicaux ou les conseils de classe, par exemple. »

Une formule gagnante pour le couple.

L’achat de matériel pour Léon : 1 260€ au total

QOAOC (2)

La chambre : 435€

Pour la chambre de Léon, ils ont acheté un lit d’occasion à 45€, un matelas à 200€ — c’était le seul qui restait après la réouverture du magasin, après un confinement —, deux alèses à 10€ et 5 draps à 5€.

« Nous avons fait des achats d’occasion sauf pour le matelas — j’en voulais un neuf, c’était non-négociable — et les draps, parce qu’on n’en a pas trouvé en bon état d’occasion et que ça faisait aussi plaisir d’acheter quelque chose qu’on trouvait sympa. »

Ils ont donc fait pas mal d’achats en seconde main, pour un total de 280€ pour l’ensemble de la literie.

Pour ranger les affaires du petit, ils ont un coffre à jouets et une commode.

« Nous avons payé 40€ la commode Malm du célèbre magasin Ikéa (d’occasion) et 15€ le coffre à jouets de la même marque (et encore d’occasion ) — après ça m’ennuie car il est rose, et je n’aime pas le rose, mais rien à voir avec le fait que ça soit un garçon, je précise. »

La salle de bain : 110€

En ce qui concerne l’ameublement de la salle de bain :

« 15€ pour la table à langer d’occasion, 25€ pour le matelas à langer neuf, 70€ pour une baignoire XXL neuve. »

Ils ont donc dépensé 110€ pour équiper la salle de bain. Certaines personnes mettent la table à langer dans la chambre mais c’est une autre histoire ! Il est aussi possible de s’en passer en aménageant le dessus d’une commode, mais en privilégiant la sécurité bien sûr.

La poussette : 80€

Pour se déplacer, ils ont acheté deux poussettes d’occasion, d’abord une pour les premiers mois de Léon de la marque Jane Slalom qu’ils ont revendue puis une seconde lorsqu’il a grandi.

« La première poussette était une trio bébé achetée 90€ puis revendue 60€. Nous avons ensuite acheté une poussette standard pour plus grand, en occasion, à 50€. »

Pour la première poussette, c’était un gros engin avec couffin (autrement appelé nacelle), l’assise classique et un siège auto pour bébé (appelé aussi cosy).

« La première poussette était un truc énorme, parce qu’on n’y connaissait rien et que ça me semblait bien. Mais on a quasiment utilisé que le couffin.

Cependant, on a été archi contents d’avoir la Jane Slalom avec le couffin parce que les premiers mois le sommeil était tellement compliqué qu’il a dormi dedans. On pouvait le bercer avec la poussette. »

Puis ils ont changé de modèle quand leur petit a commencé à tenir assis :

« À partir du moment où il tenait assis donc vers ses 9 mois je dirais, j’ai cherché une plus compacte, plus simple à transporter et plus légère, de la marque Recaro, à 50€ d’occasion. »

Ils ont également acheté une chancelière (couverture spéciale poussette) d’occasion pour 15€.

Équipement voiture : 340€

Pour la sécurité en voiture, le couple a acheté un siège-auto pour 340€. C’est une grosse dépense, mais nécessaire. La fourchette des prix va de 70 à 500€. Moïra a hésite avant d’acheter ce modèle.

« On a cherché un modèle qui convienne pour les grands bébé. À 19 mois, il fait 85 centimètres. Je voulais un truc qui dure vraiment. »

Ameublement cuisine : 58€

Ils ont acheté 40€ une chaise haute d’occasion et 18€ pour deux réhausseurs.

Matériel salon : 55€

Ils ont aussi acheté un transat d’occasion pour 40€, qu’ils ont revendu au même prix. Le couple a acheté un parc d’occasion à 15€, qu’ils n’ont pas encore revendu mais c’est en projet.

Les jouets : 300€

En ce qui concerne les jouets, ils pensent avoir dépensé autour de 300€ la première année, sans compter ceux qui leur ont été offerts.

« Ce sont beaucoup d’achats à 15-20€ maximum, par exemple une petite cuisine à 23€, d’occasion ; des Playmobil 123 d’occasion à 20€, un poupon et une poussette à 10€.

Pour les doudous, il aime Tigrou donc on en acheté un puis on en a racheté deux à 8-9€ pour en avoir trois au total.

On a aussi acheté un robot Bebo à 8€, une marchande de fruits à 15€, un trotteur à 10€, etc.

Et une boîte à musique à 50€, c’est un haut parleur avec carte SD intégrée et plein de musiques super solides pour bébé. »

Les livres : 100€

Le couple déclare avoir acheté à Léon environ 100€ de livres d’occasion depuis sa naissance.

Le couple a donc aussi pas mal acheté d’occasion pour l’ameublement, le matériel et les jouets.

[Site web] Visuel horizontal Édito
(© Canva/Unsplash/Rob Hayman)

Les petits achats regrets : 120€

Avant d’avoir un bébé, on a souvent pas mal d’idées en tête et il s’avère après, une fois qu’il est là, que certains achats étaient totalement inutiles. Je sais de quoi je parle !

Moïra regrette notamment d’avoir acheté un sac à langer.

« Le truc qu’on regrette d’avoir acheté, c’est le sac à langer (je voulais absolument un sac à dos parce que je trouve pas ça pratique les sacs en bandoulière) donc j’ai craqué pour un sac à 50€ que je trouvais bien, mais en fait un sac normal aurait pu suffire (en version gros sac quand même). En plus, je suis déçue de la qualité. »

Moïra regrette également l’achat de la baignoire pour bébé avec un petit transat pour 70€.

« Je regrette l’achat de la baignoire bébé avec le transat, parce qu’on s’est motivés à faire le bain dans la baignoire assez rapidement. On le pose dans la baignoire avec un fond d’eau et il s’amuse tout seul. On a donc vite changé et revendu celle qu’on avait achetée. »

Pour Moïra, certains produits de puériculture sentaient bon l’arnaque :

« Après on n’a pas acheté tous les trucs “ridicules“ qu’ils vendent — style distributeur de couches ou poubelle à couches, et autres trucs libellés bébé mais pas utiles. »

Chaque parent a des besoins différents et trouvera midi à sa porte, il est donc bon d’essayer de s’informer un maximum sur l’utilité de chaque chose.

Par exemple, dans mon cas, la baignoire pour bébé (au format rassurant quand on a au début un bébé taille miniature) et la poubelle à couches (pour éviter les odeurs) nous ont bien servi.

Les dépenses de consommables pour Léon : 183,6€ au total

MoiraConso

Les couches : 47,6€ par mois

Le couple dépense 571,4€ de couches lavables par an. 460€ en une fois pour l’achat des culottes réutilisables et des inserts, et ensuite 7,50€ par mois pour les voiles de protection. C’est le plus gros poste de dépenses des consommables. Il débourse aussi 21,4€ de couches jetables (pour la nuit).

« Pour les couches, j’ai vu des pubs pour des couches lavables pendant que j’étais enceinte, on en a beaucoup discuté, et je trouvais ça bien donc on a essayé.

On a acheté des couches d’occasion pendant la grossesse, et puis finalement avec les cacas de bébé allaités, on a laissé tomber car ça fuitait de partout.

Vers ses 4 mois, j’ai donc cherché ce qu’on pouvait faire, j’ai trouvé d’autres couches à poches plus absorbantes, donc on a finalement continué. »

Pour expliquer ce que sont ces couches, elles sont composées de trois éléments, qu’il faut acheter :

« Ces couches lavables sont composées d’une couche à poche dans laquelle on place un absorbant lavable également et ensuite sur la couche en contact avec les fesses, il y a y voile sur lequel s’étalent les selles, et on jette juste cette partie. »

C’est un investissement :

« Donc en gros ça coûte archi cher à l’achat parce que tu dois tout acheter en une fois, mais ça s’équilibre sur la durée, parce que tu peux les garder jusqu’à la propreté, quoi qu’avec la taille de mon fils, j’ai un doute… car il est très, très grand.

Pour nous, elles sont déjà rentabilisées. »

Pour la nuit, ils n’utilisent pas le même type de couches car la période trop longue sans change lui irritait le siège :

« Les couches de nuit posaient problème, on en a trouvé mais elles lui ont bousillé les fesses, donc on est en lavables la journée, et jetables la nuit.

Comme on a les moyens et qu’on est attentifs à ce qu’on lui met sur les fesses, on a choisi des couches jetables fabriquées en France, et avec le moins de cochonneries possibles. C’est par abonnement, mensuel, mais qu’on stoppe à chaque commande, pour en avoir seulement quand on a besoin. »

Pour les marques utilisées, les couches lavables d’occasion étaient de la marque Alva Baby. Et les neuves de la marque ECO Cloth Diaper : « 8€ l’unité. Mais elles étaient trop belles ! » Pour les couches jetables, la marque est Les Petits Culottés.

Ils utilisent des gants de toilettes pour le change et des lingettes, seulement quand ils sortent.

Pour le liniment, la famille dépense en moyenne 18€ par mois, trois tubes par mois en moyenne. Deux tubes en moyenne par semaine quand il fait ses dents, car les bébés ont le siège irrité quand ils ont des poussées dentaires.

L’alimentation : 75€ par mois

Pour l’alimentation du bébé, Moïra et son compagnon estiment dépenser 75€ par mois.

« Il a été allaité exclusivement jusqu’à ses 4 mois environ, puis purées et compotes maison avec des fruits et légumes français si on le pouvait. Le bio, c’était vraiment trop cher.

Et rapidement, vers 7-8 mois, il a plus ou moins mangé comme nous. Ou alors on faisait de la purée ou de la compote en grosses quantités qu’on congelait ensuite en petites portions pour lui. »

Pour ses apports en calcium, il a d’abord été allaité puis a bu du lait entier et des yaourts.

« Autrement, on lui donne des yaourts à la grecque ou des yaourts au fruits, du rayon adule car le rayon bébé, c’est de l’arnaque, les yaourts sont bourrés de sucre.

Niveau gâteaux, il adore les spéculoos et les boudoirs. En ce moment, son papa essaie les pancakes à la banane ou à la compote vu qu’il mange plus au goûter. »

Biberons, tétines et médicaments : 13€ par mois

Pour les biberons et les tétines, ils dépensent environ 8€ par mois : 3€ pour les tétines chaque mois et 40€ sur l’année pour les biberons.

5€ par mois pour les dépenses de médicaments non remboursés.

Vêtements et gigoteuses : 30€ par mois

Pour les vêtements, ils estiment dépenser environ 30€ par mois.

« On débourse 30€ pour des chaussures tous les 3/4 mois, et environ 100-110€ par changement de taille pour les habits, et 15€ par gigoteuse. »

Et oui, les bébés, ça pousse très vite !

Des économies et des revenus en plus ?

Le couple a un peu baissé son train de vie avec l’arrivée de leur bébé, mais ils n’attribuent pas cette petite baisse des dépenses à leur nouveau quotidien, qui a coïncidé aussi avec le début de la pandémie.

« Le Covid a fait qu’on a baissé nos sorties. La fatigue aussi. Mais ce n’était pas lié à notre fils. »

Il est donc difficile de faire une estimation de la baisse des dépenses liée à Léon.

Baisse des impôts : 75€ par mois

Moïra et son compagnon ne s’y attendaient pas forcément mais leurs impôts ont baissé :

« Les impôts ont diminué à cause de sa demi-part supplémentaire, mais ce n’était pas attendu ni prévu. Nous payions avant 260€ par mois et maintenant 185€. Ce serait donc une économie d’environ 75€.

On a aussi droit à la CAF tous les mois — entre 85 et 170€ mais on ne les attendait pas et on en n’a pas vraiment besoin. Ce qui nous aide ce sont les 296€ du complément de libre choix du mode de garde. »

Prime à la naissance : 948,27€

Le couple a également touché la prime à la naissance d’une valeur de 948,27€.

« Mais on a direct tout mis de côté car on croyait que c’était une erreur. Avec nos revenus, on s’est dit qu’il y avait un souci et on n’y a pas touché. C’est sur le livret A de notre fils. »

Nous n’avons donc pas intégré cette prime sur les calculs de la première année.

Les cadeaux

En ce qui concerne les cadeaux reçus de la part de leur famille et de leurs proches, la règle est simple : privilégier la seconde main.

« Nos parents achètent des choses à notre fils, mais on ne leur a pas demandé.

Mes parents ont compris qu’on ne voulait pas de neuf parce que ça ne vaut pas le coup, et il y a aussi le côté écologique dans l’histoire donc ils achètent de l’occasion en recyclerie quand ils en trouvent.

Les parents de mon conjoint ont plus envie de le gâter, ils lui ont acheté des vêtements, mais on leur a dit non, donc maintenant ils lui achètent des jouets. Neufs. »

Ces cadeaux reçus permettent tout de même au couple de faire quelques économies.

Alors, combien ont-ils dépensé au total la première année pour Léon ?

Pour résumer, en prenant en compte les consommables et l’achat de matériel, Léon leur a coûté 1 046,4€ par mois, et 590,4€ réellement, si l’on prend en compte les aides et la réduction d’impôts. Ce qui nous fait 7 084,8€ de dépenses totales la première année.

Ils dépensent donc 13,4% de leurs revenus pour Léon !

Merci beaucoup à Moïra d’avoir accepté de répondre à nos questions !

Envie de participer ?

Participez à la rubrique et écrivez-nous à l’adresse : daronne[at]madmoizelle.com en indiquant en objet « Quand on aime, on compte » et en vous présentant en quelques lignes.

À lire aussi : « Je lutte pour que ça ne devienne pas un tabou » : Lucie raconte son accouchement d’un bébé décédé

Image en une : ©Pexels/Ivan Smakov

Plus d'articles au sujet du Post-partum

Les Commentaires
16

Avatar de Furya
26 avril 2022 à 12h53
Furya
Le prix de garde est fou, je vois la différence entre des amies qui sont en nourrice et moi en crèche de ville moyenne (on va payer plus l'année prochaine mais je n'ai rien à apporter en plus, les couches et les repas sont fournis) et je dois payer moins de 400€/mois.
Je suis d'accord pour la seconde main et l'occasion aussi. Mon fils est sponsorisé par Vinted, j'avoue que du coup je me fais plaisir niveau fringue parce que je prends des lots carrément pas chers. (pour dire, ses fringues neuves, se sont des cadeaux)
On a fait beaucoup de recup aussi niveau mobilier, jouets et livres et on a des couches lavables même si on a aussi des jetables.
Par chance, la poussette et le siège auto sont des cadeaux donc on a pu se faire plaisir de ce côté là.
Quand on voit les prix dans les magasins, c'est tellement cher je trouve
0
Voir les 16 commentaires

Plus de contenus Daronne

Daronne
gender-reveal-party

Les « gender reveal parties », ce fléau sexiste

Manon Portanier

03 oct 2022

13
Daronne
quel-lessive-bebe-choisir

Voici 3 lessives spécialement faites pour les bébés (mais qui ne doivent pas se manger non plus)

Manon Portanier

01 oct 2022

5
Daronne
lyceen-marchent-couloir-ecole

Les enfants transgenres pourront désormais porter le prénom de leur choix à l’école

Chloé Genovesi

30 sep 2022

31
Daronne
films-annees-90

Ces 6 films des années 90 que j’ai hâte de faire découvrir à mes enfants

Manon Portanier

29 sep 2022

11
Parentalité
[Site web] Visuel horizontal Édito

Au fait, ça sert à quoi un sac à langer ? Il y a quoi dedans ?

Manon Portanier

29 sep 2022

8
Daronne
femme-heureuse-joyeuse

30 % des femmes en âge de procréer déclarent ne pas vouloir d’enfants

Chloé Genovesi

28 sep 2022

38
Pop culture
Serena Williams sur le plateau du talk-show de Drew Barrymore

Pourquoi Serena Williams ne voulait pas de sa fille dans les gradins pendant ses matchs ?

Anthony Vincent

28 sep 2022

Chère Daronne
conjoint-aime-pas-belle-famille

Mon mec n’aime pas passer de temps avec ma famille et ça me vexe

Chère Daronne

28 sep 2022

14
Daronne
[Site web] Visuel horizontal Édito

935 millions pour revaloriser l’enseignement : mesures engagées ou simple effet d’annonce ?

Chloé Genovesi

27 sep 2022

Daronne
Crédit : Jonathan Borba / Pexels

Dans les maternités, la lente évolution de la place du coparent

Pour les meufs qui gèrent