Live now
Live now
Masquer
mere-deux-enfants
Daronne

Après un presque-IVG et une fausse couche, on a eu un 2e enfant. Dire qu’on avait dit « jamais » !

Manon s’était juré de ne jamais recommencer, et de n’avoir qu’un seul enfant. Et pourtant…

J’ai mis près de cinq ans avant de faire un deuxième enfant. Rien à voir avec une difficulté de conception d’ordre biologique ou autre, mais j’avais tellement la flemme de tout recommencer depuis le début que j’ai procrastiné.

Comme quoi, quand on est flemmarde, ça peut vraiment être sur tous les sujets. Et puis surtout : je n’en avais pas envie.

Remettre le couvert après une dépression du post partum

Après la naissance de ma fille, et surtout à cause d’une dépression du post partum bien vénère, je m’étais jurée, croix de bois, croix de fer, que jamais je ne recommencerai. J’envoyais bouler allègrement toutes celles et ceux qui me foutaient (plus ou moins) la pression pour qu’on « fasse un petit frère ou une petite sœur », et j’étais sûre que ma fille serait une enfant unique, ce qui nous convenait très bien, à mon mec et moi.

chiffres-post-partum
@Claudia Wolff
Hire / Unsplash

Et puis un jour, l’accident arrive, et je tombe enceinte. Un véritable choc, si violent que je me renseigne immédiatement pour avorter. Je prends rendez-vous en clinique, je fais une prise de sang, je suis déterminée. Mon mec l’est autant que moi, on ne veut pas de cet enfant, c’était un accident.

Nous voulons rester à trois, et c’est tout. La grossesse, l’accouchement et les premières années de vie de notre fille ont été si compliqués à gérer, physiquement et émotionnellement, qu’il était clair que ce n’était plus pour nous.

En plus, on voyait enfin le bout du tunnel de cette période si dure qu’est la toute petite enfance. Notre fille grandissait, elle n’était plus un bébé, devenait de plus en plus autonome et notre vie familiale était enfin équilibrée. Toutes ces raisons étaient amplement suffisantes, nous ne voulions pas chambouler notre vie qui avait mis tant de temps à se stabiliser.

Et puis, d’un coup, d’un seul, on a changé d’avis, en même temps. Je crois que ce qui a tout bouleversé, c’est qu’on a envisagé, quelques secondes, ce que pourrait être notre vie si nous passions de trois à quatre. On a commencé à imaginer les repas, les vacances, les jeux que pourraient partager notre fille et puis pouf : quel prénom on pourrait lui donner.

En quelques secondes, cet enfant existait et on ne voulait plus qu’il s’en aille. Toutes mes convictions, toutes mes décisions, tous mes traumatismes étaient écartés, je désirais ce deuxième enfant, c’était évident.

De l’avortement à la fausse-couche

Mais ça n’a pas fonctionné. Dès mon deuxième mois de grossesse, l’embryon s’est décroché. Celui dont on n’avait pas voulu en premier lieu avait préféré quitter le navire, me laissant dans une marre de sang puant la culpabilité.

Quelle ironie, non ? Je rejette immédiatement l’idée de cette grossesse, je veux m’en débarrasser au plus vite, puis je change d’avis, et je le perds. J’ai beau être informée sur le sujet, j’ai beau écrire dessus depuis des années, aider à libérer la parole comme je le peux et à mon échelle, je reste persuadée que je suis responsable de cette fausse-couche, que c’est le fait de l’avoir rejeté qui l’a fait partir de mon ventre.

Passé le choc, la tristesse et les pleurs, nous prenons la décision de recommencer, et d’essayer encore. C’était assez dingue de se dire qu’à peine quelques mois en arrière, nous étions sûrs de ne pas vouloir d’un autre enfant, et qu’aujourd’hui, après un presque-avortement et une fausse-couche, nous désirions officiellement nous remettre dans le bain, en pleine conscience.

Et hop, c’est reparti pour un tour

Nous sommes chanceux, nous n’avons rencontré aucune difficulté à procréer. Seulement deux mois après l’arrêt naturel de ma grossesse, je retombe enceinte.

La grossesse ne se passe pas vraiment bien, j’ai des malaises très (trop) fréquents, des contractions fortes dès le 5e mois, des nausées, une grande fatigue et une anémie qui ne me quittera que plusieurs semaines après la naissance de mon fils.

Je suis souvent arrêtée par mon médecin pour me reposer et j’ai vraiment du mal à « me mettre dedans », à réaliser que oui, ça y est, un deuxième enfant va bientôt débarquer.

Pourtant, je suis bien plus sereine que pour ma première grossesse. Je sais un peu plus ce qui m’attend, je reconnais plus facilement les maux qui me turlupinent, je ressens très vite les premiers coups de pieds.

Quand j’apprends que je vais accoucher par césarienne programmée, je ne suis pas déçue. Je connais, je sais ce que ça fait, et surtout j’ai hâte d’être débarrassée de tout ça. Pour moi, l’accouchement n’est qu’une toute petite étape, ce qui compte, c’est l’après. Comme quoi, être enceinte une deuxième fois ne m’a pas fait aimer davantage la grossesse, je déteste toujours ça.

Parentalité : round 2

Quand mon fils pousse son premier cri, je respire enfin. Cette impression d’avoir passé 9 mois en apnée se dissipe immédiatement, et voir sa petite tête hurlante et rouge posée près de mon visage me soulage tant que j’en pleure de joie.

Enfin, cette étape est terminée. J’ai réussi à fabriquer un deuxième être humain vivant, en bonne santé, je suis allée au bout. Maintenant, le plus dur arrive, je ne le sais que trop.

Est-ce que je suis prête pour ce deuxième enfant ? Un peu plus que la première fois oui, j’en ai l’impression. Je n’ai plus de deuil à faire, celui de ma vie sans enfant, comme ça avait été le cas lors de la naissance de ma fille. Je n’ai plus toute cette ambivalence de la matrescence à gérer, je sais déjà ce que c’est que d’être mère.

Mais je sais que ça va être dur, très dur. Aujourd’hui, mon fils a à peine quatre mois, et je suis épuisée. Moi qui pensais, un peu naïvement, que je ne ferai pas une deuxième dépression du post partum, j’ai été servie, encore.

Je commence enfin à sortir la tête de l’eau, même si les vagues reviennent fréquemment s’écraser plus ou moins violemment sur ma famille et moi.

Je ne regrette pas notre choix, cet enfant est désiré, aimé, et je sais que tout ça finira par passer. Mais vivement ! Vivement que cette longue période, pleine de doutes, de peurs, de rage, d’épuisement, se tarisse, et qu’enfin reviennent les jours plus sereins.

À lire aussi : Lettre à ma sage-femme qui nous a sauvé la vie

Crédit photo image de une : Josh Willink / Pexels

Les Commentaires
3

Avatar de Manon Portanier
11 avril 2022 à 07h53
Manon Portanier
Merci de vos messages, suis ravie de revenir aussi <3
0
Voir les 3 commentaires

Plus de contenus Daronne

Daronne
amitie-femme-homme

Mon meilleur pote est accusé d’agression sexuelle, et ça me fout un sacré coup

Chère Daronne

05 oct 2022

58
Daronne
pile-plate-danger

Votre enfant a ingéré une pile plate ? Il n’y a pas une minute à perdre

Manon Portanier

04 oct 2022

Daronne
gender-reveal-party

Les « gender reveal parties », ce fléau sexiste

Manon Portanier

03 oct 2022

25
Daronne
quel-lessive-bebe-choisir

Voici 3 lessives spécialement faites pour les bébés (mais qui ne doivent pas se manger non plus)

Manon Portanier

01 oct 2022

5
Daronne
lyceen-marchent-couloir-ecole

Les enfants transgenres pourront désormais porter le prénom de leur choix à l’école

Chloé Genovesi

30 sep 2022

48
Daronne
films-annees-90

Ces 6 films des années 90 que j’ai hâte de faire découvrir à mes enfants

Manon Portanier

29 sep 2022

11
Parentalité
[Site web] Visuel horizontal Édito

Au fait, ça sert à quoi un sac à langer ? Il y a quoi dedans ?

Manon Portanier

29 sep 2022

8
Daronne
femme-heureuse-joyeuse

30 % des femmes en âge de procréer déclarent ne pas vouloir d’enfants

Chloé Genovesi

28 sep 2022

38
Pop culture
Serena Williams sur le plateau du talk-show de Drew Barrymore

Pourquoi Serena Williams ne voulait pas de sa fille dans les gradins pendant ses matchs ?

Anthony Vincent

28 sep 2022

Chère Daronne
conjoint-aime-pas-belle-famille

Mon mec n’aime pas passer de temps avec ma famille et ça me vexe

Chère Daronne

28 sep 2022

14

Pour les meufs qui gèrent